Octobre 2019
Essaie donc de me fuir cette fois. - Balthou ♥

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Nous sommes à la recherche de Jody, Bobby et bien d'autres!
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI
Merci de privilégier les groupes Créatures, sorcier, expérimentations, anges disgracié et ange!

Essaie donc de me fuir cette fois. - Balthou ♥

 ::  :: Westport Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Séraphin

Elemiah
Elemiah
Messages : 52
Crédit : 465
Emploi/loisirs : Accomplir les missions et faire taire la petite voix au fond de moi.
MessageSujet: Essaie donc de me fuir cette fois. - Balthou ♥
Mar 22 Oct - 8:29
Elemiah & Balthazar
Essaie donc de me fuir cette fois.
Ca n’était pas que le monde qui ne tournait plus rond, mais l’univers. De toutes ces années à vivre dans le blanc immaculé du paradis, elle pensait que sa cause était juste, que cette routine dans laquelle elle aimait vivre et qui la rendait stable resterait, comme elle, pour l’éternité. Elle n’avait jamais compris que « Papa » et d’autres anges se passionnent autant pour les humains, c’est être primitif, mais comme c’était une cause, leurs causes, elle les défendait, sans pour autant se mêler. Si mélange il y avait, c’était avec un ange, pour la pureté de la chose. Après tout, n’étaient-ils pas tous purs ?

C’était d’un de ces mélanges qu’était apparue les premières questions qu’elle faisait taire au fond d’elle. L’Ange de l’Accomplissement ne peut se poser de question. Soldat, elle a une mission, elle l’accompli peut importer les dommages collatéraux. Peut-être était-ce finalement pour ça qu’elle n’avait pas les humains dans le cœur, car ils n’étaient pas immortels, eux. Accessoirement qu’ils servent d’hôte à des démons ne lui plaisaient guère d’avantage.

De sa position, elle avait appris certes à être le parfait petit ange qui veut plaire à tous, à se battre, à respecter les règles établis qui était finalement, comme une bible, mais surtout à se protéger. C’était là, où les anges « puristes » avaient quelques soucis. Les émotions, la compréhension… A trop vouloir se protéger, ça n’était plus que son hôte et sa vie qu’elle voulait protéger, mais tout en être et tout était en train de craqueler sans qu’elle ne veuille réellement s’en apercevoir.

De toute sa vie, elle ne retenait que les quelques dernières décennies qui avait chamboulé tout ce que son Père avait construit. Déjà, où était-il pour ne pas répondre à ses questions ? Mais surtout, que pensait-il de tout ça ? Elle ressentait une animosité contre deux humains en particuliers et un ange, un frère d’arme, un frère, un membre de sa famille. Winchester et Castiel étaient devenus des mots qu’elle avait banni de son vocabulaire.

C’était peut-être ça qui l’avait poussé dans les bras d’un ange bien différent d’elle. Balthazar. Ange bien connu pour sa frivolité, pour ses coups bas, sa verVe acérée. Pourtant, de cette union unique, de ce que sur Terre on appelle « un coup d’un soir » en était ressortie quelque chose de bien plus fort chez la pauvre Elemiah. Et, comme les émotions ça n’était pas son fort, elle mit ça sur le compte de l’amour. Effrayant et enivrant que de se sentir vivante dans ses bras. Elle avait aimait son aura et se qu’il dégageait. Oui, ça ne pouvait être que de l’amour. Alors elle cherchait à l’avoir pour elle, pour ressentir tout ça de nouveau, comme une drogue il lui manquait. Sa liberté lui manquait. Bien loin d’imaginait, qu’au final, elle l’enviait plus qu’autre chose.
Et lui, ce fichu Balthazar qui la fuyait tout bonnement. Un ange en fuyant un autre, ça peut être plus simple, mais ange il n’était plus et le cœur d’Elemiah, ce jour-là, en fut un peu plus brisé. Michael était son supérieur, un frère d’un autre monde, mais un ange, un archange, un frère, sa famille et Balthazar… Si ça n’était que temporaire pourquoi pas, mais un homme comme Balthazar… est-ce que ça changerait quelque chose ?

Finalement non, puisque disgracié il arrivait à la fuir, sachant les sentiments de la jeune femme, elle se prit à ressentir d’autres choses et, ange puriste, c’était quelques peu perturbant.
Et puis, un jour, elle sut. Elle vit. Et la jalousie commença à percer son cœur de pierre. Qu’il refasse sa vie, oui, pourquoi pas, mais avec… avec… UN FAUX DIEUX ? Ces dieux païens qui étaient, de ce fait, en total contradiction avec leur père ? Eli’ n’aimait pas ça. Voir que balthazar devenait de plus en plus humains, succombant au sexe, à l’alcool, à la drogue, à faire de lui une vermine d’humain dépravé, la décevait simplement. Il avait toujours été borderline, à faire des coups fourrés pour se protéger, mais de là à tomber en double disgrâce, s’en était trop pour la brune.

Alors, dans un premier temps, elle s’amusait avec lui. Usant de téléportation, elle restait quelques secondes, assez pour qu’il la voie, puis, elle disparaissait. Elle savait que ça pourrait le déranger, mais elle lui rappelait, à sa manière, qu’elle, elle était toujours pure.

Un jour elle cessa le carnage, de sa fuite, à lui, perpétuelle et de sa tourmente, à elle, perpétuelle, elle aussi. Elle était lasse de ce jeu malsain, il était et restait, pour elle, un ange, et son amusement était uniquement dans ses missions, surtout la torture des démons.

Un soir, elle se décida à faire un pas sachant très bien dans quel état il serait et qu’il ne pourrait pas la fuir, qu’il n’en aurait pas la force, pire même, il la prendrait peut-être pour un mirage.
Elle s’habilla de circonstance, l’uniforme impeccable des anges qui lui donnait des airs supérieurs et de son plus beau regard à la fois juge et bourreau. De loin, elle suivait sa descente dans l’enfer humain en se disant que s’il continuait ainsi, c’était l’enfer, le réel enfer, qui l’attendait. Après tout, pourquoi s’en faire ? Il était déserteur, suivait comme un chien en rut son précieux petit Castiel, qui avait eu l’audace de se prendre pour Dieu et qui avait tué, chassé et foutu la pagaille partout, passant même un pacte avec Crowley. C’était par sa faute qu’elle devait voir la tête d’un Winchester tous les jours au paradis qui  lui donnait des missions. Non définitivement, elle ne pouvait plus supporter ses frères.

Elle décida d’agir, alors que Balthazar, ivre ou drogué, ou bien les deux, se mit à sortir de chez un tatoueur. Il titubait, comme un moins que rien et risquait de mourir et rien que pour ça, elle ne pouvait ne pas agir. Rapidement, elle se retrouva à ses côtés, le tenant par une main de fer, sans vraiment contenir sa force, peu importe s’il avait mal, il devait bien être trop ivre pour s’en apercevoir.

- Tu ne peux plus te régénérer, veux-tu bien cesser d’être…


Et c’est là qu’elle le vit. Son bras. Son tatouage. Râ. Elle sentit en elle une rage monté si forte qu’elle ne put résister, elle effleura de son doigt sa tête pour qu’il tombe, évanoui, dans ses bras. Elle devait se contrôler, sinon, elle pourrait faire bien des dégâts. Soudain, une idée éclaira son visage d’un léger sourire. Elle le portait, donnant un semblant d’impression qu’il était plus pesant qu’il ne l’était en réalité pour donner le change au tatoueur.

Elle se donna donc en spectacle, expliquant que cet homme n’était en rien son père, mais son compagnon qui, elle venait de l’apprendre l’avait trompé avec un homme. Oui, mentir est un péché, mais est-ce que son Père regarde vraiment ? Elle semblait si triste, si en colère que lorsqu’elle proposa une vengeance au tatoueur, il accepta. On donnerait le bon dieu à cette jeune femme souffrante, bafouée, trompée. Après tout, n’y avait-il pas un part de vrai dedans ? Sans argent, elle utilisa celui de Balthazar pour que sur son autre bras s’inscrive, à tout jamais : Tu ne pourras jamais m’oublier. E.

Le tatoueur, homme de foi qui visiblement avait des valeurs fut grandement remercier par la comédienne et elle emmena alors Balthazar dans un entrepôt abandonné, à l’écart du monde, de tout. Il était toujours là, inconscient, bien loin d’imaginer ce qu’elle avait pu faire. C’était en dehors des règles, de ses propres règles, mais il s’agissait de Balthasar, Ele ne percevait plus réellement la réalité et cet affront à son père avait fini par l’achever.

Dans un amas d’ordure, elle le laissa tomber et quelques secondes plus tard elle était devant lui, avec un sceau d’eau, l’eau froide du Pôle Nord qui aurait un effet d’électrochoc pour Balthazar. A quoi bon le ménager, alors qu’il l’avait fait souffrir ? Sans s’en rendre compte, elle se mettait à ressentir des choses qu’elle n’avait jamais ressenties.

Elle lui lança l’eau en pleine tête et lui tourna le dos, les bras croisés, ne pouvant le voir ainsi plus longtemps. Ils ne seraient pas déranger, elle pourrait enfin lui parler, il devrait enfin lui faire face, même si c’était plus le dos de la jeune femme qu’il pouvait voir. L’eau était aussi glacée que le silence de l’ange et de l’ambiance électrique qui se faisait ressentir ici.


____________________________________________

Elimiah


Papa, are you near me? Papa, can you hear me? Papa, can you help me not be frightened?


KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Ange

Balthazar
Balthazar
Messages : 1143
Crédit : 5277
MessageSujet: Re: Essaie donc de me fuir cette fois. - Balthou ♥
Mer 23 Oct - 13:50

Elemiah

Elemiah 2


Run boy run !


Je déambulais dans la forêt de buildings, titubant des uns aux autres sans vraiment avoir de but précis. Torché jusqu’au bout, j’étais plutôt d’humeur joyeuse et laissais parfois sortir un petit rire de ma gorge sans savoir ce qui m’amusais vraiment. Le truc positif était que les humains m’évitaient, changeant de trottoir, rebroussant chemin.

J’avais la ville pour moi et la nuit devant moi pour en profiter. Espérant tout de même secrètement que cette sortie allait bien se finir. Pour deux raisons.

La première, depuis que j’avais perdu ma grâce j’oscillais entre deux phases une de déprime et une de joie accompagnée de drogue et d’alcool, dans ce dernier cas, je ne m’attirais que des ennuis, rentrant chez Râ ou au KAT avec des blessures, en piteux état, mais content de moi. Mes amis et mon amant l’étaient un peu moins eux.

Alors je voulais que tout se passe bien pour qu’ils puissent souffler un peu et me laisser en paix. Ne sachant pas chez qui j’allais rentrer ce soir. Probablement le lieu le plus proche.

La seconde raison était due au fait que depuis que j’étais dans cette condition privée de grâce et que j’en profitais pour me shooter et boire, j’avais souvent des hallucinations. Certaines fois, des trucs mignons comme des animaux colorés qui n’avaient pas leur place en ville mais d’autres fois le destin cruel me faisais voir mon ex, Elemiah. Enfin ça devait être l’abus d’alcool et de drogue non ? Sinon elle serait venue me réprimander depuis longtemps ?

Aucune idée mais j’espérais que ce soir j’allais rester sans voir sa tête. Pas qu’elle soit déplaisante à voir mais surtout car je venais d’avoir l’idée du siècle en tournant dans la rue et que je ne voulais pas de son dégout et de ses reproches de fantômes. Je voulais profiter de ma soirée et faire plaisir à Râ. Pour une fois j’arrivais à penser à lui et pas qu’à moi.

Mon idée du siècle, rentrer chez ce tatoueur prometteur juste là et me faire tatouer la plus belle preuve d’amour sur le bras. Un cœur avec nos deux non. Romantique comme tout. Mon Râ allait adorer !

Je titubais donc jusqu’à la porte, souriant d’une joie sincère bien qu’aggravée par la boisson et pénétrais sur les lieux au son d’une clochette.

Le tatoueur occupé avec un client releva la tête en fronçant les sourcils lorsqu’il me vit

« J’ai presque terminé je suis à vous dans une minute, asseyez-vous là. »

Il m’indiqua alors deux fauteuils massifs en cuir et je partis m’échouer dessus sans me départir de mon sourire. Juste le temps de décuver un peu en fixant l’homme barbu, me posant des questions existentielles.

Vu que j’étais humain maintenant, j’allais avoir de la barbe qui pousse ? Ou des poils à d’autres endroits ? Ou même des dents qui tombent comme les enfants ?

Je n’en savais rien mais cela fit passer le temps plus vite et il fut à moi. Je lui expliquais mon projet et lui présenta mon avant-bras gauche sur lequel il commença après m’avoir montré un dessin.

Je dû perdre conscience car après avoir ressenti les premières piqures je me réveillais avec le dessin terminé et une immense joie enfantine dans mon cœur. Il fallait que je le montre à Râ !

Le tatoueur pas du tout surpris par un mec bourré qui s’endors en pleine séance me fit passer par la caisse avant que je ne sorte.

« Merci ! »

Ne quittant pas mon bras des yeux, je souriais à m’en arracher la mâchoire, passant mon doigt sur le film plastique, il fallait que j’aille lui montrer tout de suite, mais sans oublier de m’arrêter boire dans un bar.

Sauf que mon plan tomba à l’eau lorsque je relevais les yeux pour voir Elemiah, la vrai cette fois, qui m’agrippa le bras.

« Aie ! Laisse-moi tranquille »

Mais elle commença un sermon avant de descendre ses yeux sur mon tatouage, voyant rouge sur le coup et de…aucune idée.

Je flottais paisiblement au pays des rêves, imaginant le visage de Râ s’illuminer en voyant mon cadeau. C’était bien un des avantages des humains de pouvoir rêver, j’adorais ça quand je n’arrivais pas à dormir.

Râ était là, souriant et joyeux, s’approchant de moi avec deux coupes de champagne pour fêter l’occasion, puis il trébucha et m’envoya le contenu des fioles sur le visage.

Me faisant sursauter et me réveiller sur un sol froid rempli d’objets gluants…

Je clignais des yeux sans savoir comment j’étais arrivé ici et revenant peu à peu à la réalité, cherchant sur mes mains des traces de bagarre mais sans rien trouver de plus que de l’eau gelée. Je regardais autour de moi pour voir ce qui justifierait cette eau mais ne tombait que sur le dos d’une personne que je connaissais. Elemiah. C’était elle qui était apparu chez le tatoueur.

En tentant de me relever mon regard tomba sur mon bras neutre, enfin en théorie. Mon bras droit était recouvert d’une citation « Tu ne pourras jamais m’oublier. E. »

Je clignais encore plus fort des yeux, pris d’un mal de tête et me relevais maladroitement en marmonnant.

« C’est tout ce que tu as trouvé ? J’espère que tu es contente maintenant va-t’en je dois aller voir Râ. »

Après quelques efforts plutôt coriaces pour un mec bourré, je réussis à tenir à peu près debout avec l’aide du mur et me mis à légèrement trembler. Il se trouvait que j’étais sorti en t-shirt dans l’après-midi, avec des températures neutres je n’avais pas froid mais maintenant que la nuit était tombé et que j’étais couvert d’eau c’était différent.

Je soupirais en passant mes bras autour de mon corps avant de reprendre

« Qu’est-ce que tu veux, je vois bien que tu boudes mais j’ai des choses à faire. »

Je fis un pas vers elle tout en murmurant

« Et puis j’ai froid. »

Mais je me fis arrêter par son regard glacial qui me figea sur place. J’écarquillais les yeux, elle fulminait de rage et je ne pourrais pas fuir cette fois.

« J’ai rien fait El’ »


KoalaVolant

____________________________________________
I don't care !
© Laueee

Carte de visite:
 

Wouah:
 
Revenir en haut Aller en bas

Séraphin

Elemiah
Elemiah
Messages : 52
Crédit : 465
Emploi/loisirs : Accomplir les missions et faire taire la petite voix au fond de moi.
MessageSujet: Re: Essaie donc de me fuir cette fois. - Balthou ♥
Sam 26 Oct - 9:24
Elemiah & Balthazar
Essaie donc de me fuir cette fois.
Il n’y avait aucun plaisir de le trouver ainsi. Il n’était qu’une loque, ressemblant définitivement à une vermine humaine. Elle n’était pas aussi heureuse qu’elle aurait pensé à l’idée de le toucher de le voir ; sans doute était-ce dû au fait qu’il n’était pas en pleines capacités de ses moyens, qu’il l’avait trop fui, ou ce tatouage qui était à la fois dur pour son cœur de « femme », mais blasphématoire au possible.

Elle savait que les retrouvailles ne se passeraient pas bien et l’idée de prendre des gants avec lui avait cessé en voyant le nom de Râ sur son bras.

Endormi dans les ordures, à même le rat qu’il était devenu, elle pouvait suivre le fil de ses rêves et tout ça, Râ, leur amour blasphématoire et nauséeux, Elemiah ne trouvait pas la force de pouvoir se calmer. Comment pouvait-il à ce point changé ? Avait-il toujours été comme ça ? Avait-elle eu autant d’œillère que ça ? Qu’est-ce qu’il s’était passé au juste en elle, à cause de lui ? Elle avait besoin de réponse, c’était pour ça qu’elle venait toujours à le chercher, mais devant lui, là, comme ça, elle savait qu’elle aurait du mal à passer sa fierté pour qu’elle ose lui parler et ce, même s’il ne s’en souviendrait sans doute pas le lendemain, seul le tatouage pourrait le guider.
Lui tournant le dos, Elemiah cherchait au fond d’elle la force de savoir ce qu’il allait se passer. Pourrait-elle tuer un ancien frère ? Après tout, il était humain, elle devait le protéger, mais Balthazar avait craché sur tout ce qu’elle était… Perdue dans ses pensées, elle ne l’entendit pas se réveiller tout de suite, elle fut sortie de ses pensées quand elle l’entendit, enfin, parler. Il avait la voix d’un déchet ivre, que si elle était humaine, elle en aurait eu la nausée. Déjà qu’à l’odeur ça n’était pas fameux, mais plus le temps passé en sa compagnie, plus elle se rendait compte de ce qu’il était devenu. Etait-ce d’avoir perdu sa grâce qui avait fait de lui un être aussi détestable ? Ou bien, l’avait-il toujours été, mais sa grâce avait brouillé les sens du seul ange encore présent dans cet entrepôt ?

Elle tourna, légèrement la tête pour le regarder, qu’il voit son bras, mais elle n’en tirait aucun ravissement au final. Peut-être plus tard, quand, toute sa vie durant, il saurait qu’un ange, l’avait une fois de plus, disgracié. C’était un peu ce qu’elle venait de faire en se la jouant humaine. Déjà que jouer la comédie ne lui avait guère plu, maintenant, elle aurait sa trace sur lui jusqu’à sa mort. Car oui… Balthazar finirait par mourir et ne serait plus qu’un infime souvenir dans l’esprit de l’Ange de l’Accomplissement. Elle aurait aimé comprendre ce qu’elle ressentait à cette idée, mais la seule personne qui pouvait l’aider, ne pouvait s’aider lui-même.  Et il prononça son prénom… Elle serra les poings et fit un grand sacrifice interne pour ne pas l’envoyer valsé contre un mur par sa pensée.

- A peine ouvres-tu la bouche que tu continues de blasphémer notre Père.


Si parfois elle avait la voix aussi douce qu’un humain pense qu’un ange doit avoir, cette fois, c’était aussi glacial que l’eau qu’elle lui avait lancé quelques minutes avant. Elle se retourna, lentement vers lui, le voyant tanguer comme s’il était sur un navire tant l’alcool avait agis sur lui et elle ne se privait pas pour le juger.

- Pathétique.

Au moins, c’était dit. Sur le même ton à la fois colérique, à la fois déçu, à la fois en rage. Pour elle, il n’y avait aucune nuance, mais pour lui, oui. Il avait des sentiments pourrait déceler en un mot, dans la posture de l’ange, les bras toujours serrés fermement contre elle, tout ce qu’il se passait, mais pour elle, c’était simplement…De la déception ? Un ange tombé aussi bas…
Bouder… ? Si son visage ne changea pas, ses yeux eux pouvaient montrer un certain questionnement. Bouder ? Qu’est-ce donc que ça ? Quel était le rapport avec les choses qu’il avait à faire ? Ah ce qu’elle détestait parler avec les humains et ne rien comprendre à leur charabia ! Elle était capable de lire, de parler toutes les langues vivantes et la majorité des langues mortes, mais la nuance des humains, elle n’y arrivait pas. Ce qu’elle voulait, pourtant, elle ne répondit pas, parce qu’il en était de sa fierté. Ce qu’elle voulait, était-ce lui ? Ou des réponses ? Elle ne montrait rien en apparence, mais au fond d’elle, il y avait tant de question qu’elle regrettait encore plus d’avoir quitté son paradis pour le retrouver lui.

Elle le vit se frotter et ne comprit pas non plus ce geste, elle qui n’avait jamais eu froid, ne comprenait pas la sensation. Et quand il lui dit, justement, qu’il avait froid, sa réponse fut du tac-au-tac.

- Que veux-tu que j’y fasse ? Si tu étais resté un ange, tu n’aurais pas à subir la déchéance humaine.

Ca, comme on dit, ça c’est fait. Evidemment qu’elle lui en voulait d’avoir été disgracié, mais à la fois, elle trouvait Michael trop dur. En effet, le presque chef du paradis n’avait pas disgracié qu’une personne cher au cœur de l’ange, mais au moins d’eux. Elle savait qu’elle n’avait pas à être là, parlée avec un de ses êtres déchus, mais que pouvait-elle faire d’autre ? Pour une fois, c’était plus fort qu’elle.

« J’ai rien fait El’ »

C’est donc ce qu’il pensait ? N’avoir rien fait ? D’une certaine manière, il n’avait pas tort, c’était en partie ce qu’elle lui reprochait, de n’avoir rien fait, d’une autre, d’avoir tout brisé.

- Je suis l’Ange Elemiah, respecte moi.

Dans sa bouche, « El’ » fit frissonner l’ange. Comment pouvait-il lui parler comme s’ils étaient encore amis ou intimes ? Ils n’étaient plus rien l’un pour l’autre, de la faute de l’homme, et elle ne pouvait oublier qu’il était humain, or, elle ne tissait que très rarement de liens avec eux. Avec lui, pourtant, elle ne savait pas.

- Rien ? Ainsi donc, à nouveau, le grand Balthazar, ou devrais-je dire l’ancien grand Balthazar, penses n’avoir rien fait ? Tu as osé te jouer de moi, tu m’as fuis pendant des mois, tu as joué avec moi. Tu es devenu cette loque humaine, un déchet comme tout le reste des humains qui peuplent cette planète. Et le mieux… Que dire de tes fréquentations ? Tu blasphèmes toute ton histoire, l’histoire de notre vie à tous avec ce…

Elle regarda le tatouage ou était inscrit Râ.

- FAUX DIEUX ! Tu ne peux plus te cacher. Tu dois faire face à chacune de tes erreurs ! Jamais tu ne pourras remonter au paradis.

Elle était toujours aussi glaciale, presque même énervée contre celui qu’elle avait en face de lui et celui à qui il devait penser et qui n’était pas leur Père. Rester stoïque commençait à devenir de plus en plus dur.



____________________________________________

Elimiah


Papa, are you near me? Papa, can you hear me? Papa, can you help me not be frightened?


KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Ange

Balthazar
Balthazar
Messages : 1143
Crédit : 5277
MessageSujet: Re: Essaie donc de me fuir cette fois. - Balthou ♥
Mer 6 Nov - 10:57

Elemiah

Elemiah 2


Run boy run !


Le plus dur quand on est un ange disgracié qui a tendance à s’alcooliser rapidement et facilement, c’est de tenir une conversation à peu près sensée tout en restant à peu près debout. Surtout quand elle intervient avec votre ex plan cul. Plan cul d’un soir mais plan cul quand même. Qui vous harcèle souvent et ne vous lâche jamais. Une vraie petite stalkeuse humaine.

C’était ironique quand le dit plan cul à une assez grosse aversion des humains. C’est le destin vous me direz ! Moi qui me suis taillé en courant pour rejoindre les humains ce soir-là, je payais aujourd’hui en étant l’humain qui ne peut pas fuir. Ironique là aussi ? Légèrement.

En tout cas je ne voyais pas vraiment l’ironie sur le coup, mais plutôt le sol qui tanguais, beaucoup, et le regard de dégout de l’ange devant moi. Surtout quand j’évoque mon seul vrai amour.

Blasphémer ? Qu’est-ce qu’elle voulait dire ? Je parlais juste de Râ mon ancre dans ce monde humain.

« Fait pas ta mijoré toi aussi tu couches avec des anges alors arrête un peu. »

Je cligne des yeux et la voit se troubler un peu, me faisant douter de sa véritable présence. Je parle à une illusion encore ? Dans le doute, je marche jusqu’à elle en titubant légèrement et je viens toucher sa joue de mon doigt. Continuant à tapoter pour être sûr que je ne l’imagine pas pour une fois. Dans le silence complet, seul son regard de glace et l’eau sur moi me font ressentir quelque chose. Mais elle m’insulte en voyant ma démarche.

« Oh tu es vraiment là alors. »

Je ressentis à nouveau la morsure du froid sur moi et m’en plaignis à voix haute avant de me faire rembarrer par Elemiah. Me faisant marquer un arrêt et lui tourner le dos

« Comme si tu ne savais pas QUI m’a fait ça de toute façon ! »

Je me mis ensuite à pleurer, de rage, de tristesse contre cette grâce et cette vie volée qu’on me rabâchait encore en face, mais probablement surtout à cause de la descente des substances dans mon corps qui se réclamait à moi et à la méchanceté d’Ele. Je commençais à être en manque et n’avais rien sous la main pour me rendre joyeux à nouveau. Tant pis, elle me verrait comme ça mais visiblement ça n’était pas la première fois et puis ça la ferait peut-être partir de voir un ex-ange aussi fragile devenu humain et chialant sur sa propre personne. Elle qui déteste tant les humains.

Mais elle resta là et quand je tentais de m’excuser sans savoir pourquoi je ne récoltais qu’une nouvelle pique. Cette fois je ne pouvais la laisser rester, je me devais de la faire fuir ou je me remettrais à pleurer comme une merde que j’étais. Alors je fis la chose la plus stupide et suicidaire du moment.

Je la pris dans mes bras.

Pour pleurer et m’excuser pathétiquement comme elle le disait si bien

« Je suis désolé…je…je ne voulais pas ça….j’ai pas choisi….je voulais pas te faire du mal non plus….pardonne moi Ele’ »

Je continuais avec ce surnom pour en rajouter une couche et fermais les yeux sachant pertinemment qu’elle allait soit me frapper soit m’envoyer valser avant de partir. Je voulais rester seul et aller me changer. J’avais froid.

Mais elle partit sur mon excuse stupide d’avant et je rouvris les yeux. Excuse dont je ne savais toujours pas pourquoi je l’avais formulé d’ailleurs.

Elle m’incendia verbalement, me disant que si j’avais fait quelque chose, je l’avais fuis encore et encore, j’étais parti sans elle mais plus que tout elle retourna ma situation contre moi, me forçant à entendre ce que j’étais devenu alors je ne puis plus me retenir et me mis à crier

« PARCE QUE TU CROIS QUE C’EST-CE QUE JE VOULAIS !  REGARDE MOI JE NE SAIS MÊME PAS M’OCCUPER DE MOI TOUT SEUL ! OUI JE SUIS PATHÉTIQUE ! MAIS PAS RÂ ! Tu n’as pas le droit de le mépriser comme ça sans le connaitre ! Lui il prend soin de moi, il me sauve tous les jours ! Il veille sur moi sans jamais me juger car il sait ce que j’ai perdu, toi tu ne sais rien ! Lui il ! Il m’aime !»

Voilà les mots étaient lancés et même si elle regardait mon tatouage avec dégoût ça n’avait aucune importance pour moi, il était toute ma vie et je serais bien plus au paradis avec lui quelques minutes qu’une vie entière là-haut avec des anges comme Elemiah.

J’étais une loque mais j’essayais de remonter à la surface, quelques fois, quand la dépression était loin et que j’avais un peu d’espoir. Portant ma main à mon visage j’essuyais lentement mes larmes qui coulaient encore.

« Si tu es venue pour m’insulter sur ce que je suis devenu tu peux repartir je le fais très bien tout seul. »

Je perdais totalement la face pour une fois.


KoalaVolant


PS : en fait ça va je suis pas trop triste en lisant xDD

____________________________________________
I don't care !
© Laueee

Carte de visite:
 

Wouah:
 
Revenir en haut Aller en bas

Séraphin

Elemiah
Elemiah
Messages : 52
Crédit : 465
Emploi/loisirs : Accomplir les missions et faire taire la petite voix au fond de moi.
MessageSujet: Re: Essaie donc de me fuir cette fois. - Balthou ♥
Ven 8 Nov - 6:26
Elemiah & Balthazar
Essaie donc de me fuir cette fois.
Elle se voulait dure et intransigeante, parce que dans le fond, voir un ange, qu’elle avait apprécié, autant, être au même point qu’un humain la rendait hargneuse. Puisque Balthazar l’avait fui, elle n’avait pas eu de réponse, n’avait pas compris, n’avait pas suivi. Elle aurait aimé mettre son cœur à ses pieds pour qu’il comprenne, mais elle, déjà, elle ne comprenait pas et avec sa nouvelle idylle, elle n’avait plus confiance en lui. Aimer un Païen. Et Père dans toute cette histoire ? Avait-il donc oublié qui il avait été tous ces siècles ? Seulement cette fois, elle avait décidé d’agir…pour elle. Il n’y avait pas de missions, pas d’enjeux pour le paradis. Il n’y avait qu’elle et lui. Et cette fois, il pouvait faire ce qu’il voulait, elle ne le laisserait pas partir.

Elle le regardait sans comprendre ce qu’’il pouvait sous-entendre. Certes, coucher avec un frère ou une sœur pouvait sembler dépasser, mais lui, il faisait des choses et aimer un Païen. Lui, un ancien ange !

- Il n’y aucun sens logique dans ta phrase. Je te parle de blaphémer notre Père en te liant avec cette chose !

Elle n’aimait pas les humains, alors imaginer un peu son amour pour ceux qu’elle considérait comme faux dieu. Balthazar avait tout pour la faire enrager. Il avait tout pour qu’elle fasse une erreur. Il avait tout pour qu’elle le tue.

Elle vit marcher, du moins tenter de marcher, vers elle et elle, elle ne bougeait pas, elle ne savait pas quoi faire. Pourquoi s’approcher autant de celle qui… Ses yeux s’agrandirent légèrement quand il toucha sa joue, plus d’une fois. Etait-ce…humain ? Etait-ce l’alcool ? Elle avait envie de le faire reculer, fortement cela va sans dire, mais elle risquait de le blesser, voir le tuer et même si cela ne lui ferait ni chaud ni froid, il n’était pas l’heure pour lui de mourir. Quand il parla alors, elle sembla comprendre un peu son geste incongrue. Avait-il déjà parlé à une Elemiah hallucinatoire ? Sans doute bien plus sympathique que la vraie…

- Bien sûr que je suis là, pauvre loque. Regarde toi, tu ne sais même plus ce qui est vrai ou non. Tu as perdu tout ce qui faisait de toi un ange, et je ne parle pas de ta grâce, mais de ceux qui pouvaient te respecter.

Parce qu’elle l’avait respecté. Et elle savait, oui, qui lui avait faire perdre sa grâce et non, elle n’était pas d’accord avec Michael, mais ça, elle ne pouvait le dire à Balthazar, elle ne pouvait pas épancher ses doutes avec lui, sûrement pas dans cet état. Il ne lui était plus d’aucune utilité.

- Il y a des règles à suivre Balthazar, tu le sais. Les anges ont une mission, si tu déroges à nos règles, tu ne peux plus être un ange.

Et pourtant, au fin fond d’elle naissait le vent de la révolte. Michael était trop dur avec les anges. Néanmoins, elle était sous ses ordres et si elle n’acceptait pas tout ce qui s’était dernièrement passé, elle le respectait, du moins, elle le suivait comme elle pouvait sans prendre part dans ses magouilles, parce qu’elle, elle y tenait, à sa grâce.

Et là, sans s’y attendre, il avait beau être de dos, elle l’entendait. Il pleurait. Cela n’était pas qu’humain, les anges aussi pouvaient pleurer, mais il en fallait plus et certainement pas sous alcool. Il n’était pas le premier humain à pleurer et peu importe la douleur, l’ange ne pouvait rien y faire et surtout, cette fois, elle ne voulait rien faire. Elle le jugeait d’avantage, cela va sans dire et lentement, sa tête bougea de droite à gauche, déçue de le voir ainsi. Ce spectacle devenait lassant. Elle l’avait déjà vu dans de tel état, puisqu’elle l’avait parfois suivi, observé depuis sa disgrâce, depuis cette nuit ensemble.

Il se retourna et avant qu’elle puisse le repousser, Elemiah se retrouva…dans…ses bras. Elle était droite comme un pique et elle ne savait pas quoi faire, quoi dire.

Spoiler:
 

Elle sentait l’humidité des larmes de l’ex-ange sur sa chemise, mais elle ne bougea pas. D’ordinaire, elle n’était pas très contact humain, alors avec quelqu’un à qui elle en voulait, c’était pire. Et les excuses de Baltazar ne valaient rien. Pour lui, c’était l’alcool qui parlait, pas ce qu’il pensait réellement. Si cela avait été réellement sincère, il lui aurait dit tout ça, sobrement, enfin, s’il était encore capable d’être sobre. Et ce surnom… dans sa bouche… Elle préféra fermer les yeux pour se contenir car ses yeux avaient déjà viré bleus, il valait mieux se calmer avant de faire quelque chose qui n’était pas une mission. Elle les avait voulu ses mots, entendre ses excuses, sa culpabilité, mais elle avait un gout amer dans cette situation. Il était évident qu’il faisait tout cela pour ne pas qu’elle le tue.

Elle recula quand il se mit à crier. Que cela pouvait-être énervant de ne pouvoir se contenir avec si peu de charme et de grâce. Elle leva les yeux au ciel en soupirant. Pourtant… Elle aurait voulu ne pas l’admettre, mais… Balthazar la touchait. Il semblait si…humain, si perdu, si faible… Il regrettait sa grâce ? Sa vie d’avant ? Mais alors qu’elle allait faire quelque chose pour lui, bien qu’elle ne sache pas quoi encore, il bloqua l’ange. Râ. Ca n’était pas un culte qu’il vouait à un autre dieu, non, il n’en parlait pas comme d’un dieu, mais comme d’un homme. Elemiah était encore plus surprise, mais cela ne la calma pas d’avantage.

- Crois-tu que je ne t’ai jamais sauvé depuis ta descente ? Crois-tu que je suis resté bras croisé quand tu avais des soucis et que tu étais trop ivre pour t’en rendre compte ? Tu as des gens qui veillent. Oui, je t’en veux, mais ne vient pas me dire que je n’ai jamais rien fait pour toi. Tu m’as fuis et j’ai continué à te défendre, te protéger, misérable petit insecte !

Voilà l’Ange Elemiah vexée. Ca n’allait pas s’arrangeait pour Balthazar, parce quelle n’avait pas fini de parler.

- Je ne sais pas ce qu’est de perdre sa grâce, mais je sais ce qu’est d’être perdue ! Et si tu n’avais pas eu peur de me faire tu aurais pu le savoir ! Tu ne sais rien ! Tu joues l’humain, mais tu oublies ceux que tu as délaissé, tu ne sais même pas ce qu’il pense. Peux-tu savoir ce qu’il se trame en moi ? Non ! Parce que tu m’as laissé tomber !

Elle aussi, elle en avait sur le cœur et commençait à le montrer à l’ex-ange, sauf qu’Elemiah se reprit bien vite sur sa propre douleur, pour protéger son Père.

- Ce….ce faux dieu… Comment peux-tu oser ainsi dénigrer notre Père ? Notre famille ! Ils ne sont pas des dieux ! Ils sont de pâles copies qui ont tenté de faire de l’ombre au seul dieu. NOTRE PERE ! Tu parles d’amour, mais qu’en sais-tu ? Tu es presque toujours ivre, que tu ne sais pas ce qu’est l’amour. Sinon, tu ne nous aurais jamais fait ça ! Tu étais pureté en étant un ange, dans une famille aimante ! Regarde toi !

Elle n’allait pas l’épargner, parce que sans le vouloir, elle avait ouvert son cœur sur ses propres blessures, pas celles provoquées par Balthazar, mais par tout ce qui était en train de se passer dans sa tête.

Elemiah s’approcha de lui et posa sa main sur le premier tatouage de Balthazar et même en imaginant sa réaction, ça ne lui empêcha pas de « soigner » ce bras et de retirer cette inscription qu’elle ne saurait voir d’avantage.

- C’est peut-être ça ton souci, non ? Tu passes ta vie à t’insulter et tu penses que cette chose que tu appelles Râ peut t’aimer, alors que tu n’es plus rien ? Combien de fois as-tu défendu des humains comme toi, à présent ? Souviens-toi ce que tu en pensais.

Elle recula, prête à subir sa colère mais elle ne bougerait pas, elle n’en avait pas fini avec lui.




____________________________________________

Elimiah


Papa, are you near me? Papa, can you hear me? Papa, can you help me not be frightened?


KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Essaie donc de me fuir cette fois. - Balthou ♥
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour ::  :: Westport -