Février 2020
La politesse vient du profond du coeur - Elemiah

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Nous sommes à la recherche de Jody, Bobby et bien d'autres!
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI
Merci de privilégier les groupes Créatures, sorcier, expérimentations, anges disgracié et ange!

La politesse vient du profond du coeur - Elemiah

 ::  :: Crown Center :: Centres Commerciaux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Polymorphe

Enosh
Enosh

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 32
Crédit : 873
MessageSujet: La politesse vient du profond du coeur - Elemiah
Dim 27 Oct - 7:43
Je me tenais à Kansas City pour des raisons qui m’appartenaient. Thot ne m’appartenait pas, et je crois, que, quelque part, j’appartenais plus à Michael qu’il ne m’appartenait, mais ils étaient les deux raisons. D’habitude, je bougeais beaucoup, mais pas en ce moment. En ce moment, je faisais surtout en sorte d’espionner des chasseurs.
C’était facile, ils me pensaient un des leurs, selon l’apparence que je prenais, et ils pensaient vraiment qu’ils parlaient au bon interlocuteur, alors que non.
Mais le reste du temps, j’avais une autre apparence, celle de ce garçon, brun, qui ignorait qu’il y avait un de ses sosies dans le monde.

Ce jour-là, j’avais décidé d’acheter un DVD. Cela m’intéressait, bien que je n’aime pas tant les humains. Mais le meilleur moyen pour les comprendre, était bien sûr de les connaître au mieux. Pour mieux les avoir.
J’avais un petit sourire, mon sac, une tenue normale, et de quoi me payer un DVD. Je rentrais dans le centre commercial, remarquait une femme. Elle ne semblait rien faire, sinon être devant une tasse.
Je ne m’en préoccupais pas, et rentrait dans le magasin, choisis mon DVD. Je remarquais juste les gens, par pur instinct de survie, et je n’avais pas vu qu’elle. J’avais vu la petite seule qui faisait du toboggan, probablement que sa mère ou son père lui avait dit de pas bouger de là, et qu’elle profitait du minuscule toboggan à l’entrée. J’avais remarqué les deux vieux sur le banc, j’avais remarqué tous ceux avec leur caddie.

Là, je remarquais surtout le rayon DVD, et l’analysant, je pris un film qui me semblait bien. Il paraissait ce qu’on appelait « mièvre ». C’était surtout le cas avec les comédies romantiques. Je me demandais si Thot ou Elijah l’avaient déjà vu. Ou s’ils voudraient le voir avec moi.
Je passais le DVD dans mon sac, fit le tour du magasin, prit un autre ustensile. Du scotch chaterton. On ne savait pas, cela pouvait toujours servir. Les gens parlaient beaucoup, alors c’était bien pour les faire taire.

Je rangeais le scotch, et passais à la caisse. Je me rendis compte que j’avais pris du temps à faire tout ça, mais n’avait aucun fait prévu dans la journée.
Je souris à la caissière, comme je le faisais toujours. J’aimais que les humains pensent que j’étais le plus gentil de tous avec eux.
Sauf qu’eux, je les haïssais.
Je parvins même à la faire rougir, et la trouvait pathétique. Je rangeais à nouveau mes nouvelles affaires dans mon sac et sorti. La gamine était partie, les petits vieux discutaient encore, et… La dame dans le café, restait toujours devant, silencieuse.
J’aurais pu simplement ne pas m’en préoccuper, mais une lueur dans ses yeux m’intrigua.

Avec un sourire, sincère cette fois, je rentrais dans le café, et me permit de m’asseoir devant elle. J’espérais qu’elle n’en serait pas outrée, parce que je savais que ce n’était pas si poli que ça.

- Bonjour. Excusez-moi de vous déranger, mais vous semblez songeuse depuis tout à l’heure. Je peux vous aider ?

Si elle me rejetait, je n’aurais qu’à repartir. Je lui fis un sourire poli. Si je ne me trompais pas, elle n’était pas humaine, et j’aimais bien, faire connaissance avec les gens qui ne l’étaient pas. Et elle, je ne l’avais jamais vu.
Revenir en haut Aller en bas

Séraphin

Elemiah
Elemiah

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 120
Crédit : 1173
Emploi/loisirs : Accomplir les missions et faire taire la petite voix au fond de moi.
MessageSujet: Re: La politesse vient du profond du coeur - Elemiah
Mar 29 Oct - 9:09
Elemiah & Enosh
La politesse vient du profond du coeur.
Perturbée ces derniers temps, Elemiah avait pris une grande décision. Descendre chez les humains, se faire passer pour l’une d’entre eux et les observer, tenté de comprendre. C’était, pas du tout naturellement, qu’elle s’était rendu dans un centre commercial ou toutes les sortes de population se mêler, ainsi, elle aurait une vue globale. Après tout, elle les défendait, ne devait-elle pas les connaitre ? Son Père les avait créés, ne devait-elle pas être moins dur envers eux ? Elemiah avait tant de questions en tête, entre ses amis au Paradis, ses rencontres sur Terre, sa mission, Michael, les rumeurs… Peut-être qu’une séance seule, sur Terre, pourrait lui faire un quelconque bien. Comme une petite pause.
Elle voulait comprendre. Comprendre pourquoi Castiel, Balthazar, même Kyriel avait choisi les humains plutôt que la famille. Devait-elle être d’accord avec Angel ? Devait-elle suivre aveuglément, comme elle l’avait fait tout au long de sa longue vie, à présent ?

Revenait en tête sa rencontre avec Ba’al et les propos qu’il avait prononcé. Elle était de plus en plus perdue et même si elle avait déchargé une partie de son « cœur » avec son frère et ami, Angel, tout recommençait de plus belle. Cette fois, elle n’avait pas l’apparence d’un ange. Ayant vaguement vu comment devait s’habiller les femmes humaines, elle avait opté pour une robe, blanche évidemment et une paire de talon. Marcher avec était presque naturel que ça étonnait l’Ange. Elle passait pour l’une des leurs. Elle aurait pu être humaine… Mais, être humain c’est souffrir, mourir, ressentir, tout ça peu importe l’ordre et finir soit au paradis, soit en enfer. Il fallait purifier l’âme, c’était des questions que les fidèles humains de son Père se posaient sans cesse, elle entendait les prières. Elle voyait aussi le mal chez les humains, ceux qui tuent, les guerres…Les Winchester. Sans eux, la vie des anges n’auraient jamais été mêlés de la sorte à ceux des humains.

Elle s’installa donc dans un café et lorsque le serveur lui demanda ce qu’elle voulait boire, elle prit du temps pour réfléchir, parce que tout bonnement… Un ange n’a pas besoin de se sustenter. Au bout d’une dizaine de minutes, elle perçut un certainement agacement chez le serveur et commanda donc un café. Elle avait de l’argent humain sur elle, dans son sac à main, accessoire important aux yeux des femmes, bien qu’elle ne comprenne pas pourquoi.

Elle s’était installée près de la fenêtre, ce qui lui permettait de voir les humains en action. Des familles, des couples d’amoureux de tous âges, des querelles aussi, des enfants. D’une certaine manière, elle voyait des vaisseaux, de simples vêtements de chair pour les démons, mais elle n’arrivait pas à comprendre tout l’engouement pour les humains. Elle percevait les races qui n’étaient pas humaines, mais elle n’était pas de service et surtout, s’il n’y avait aucuns soucis, elle n’en créerait pas. Pour une fois dans sa longue existence, l’Ange voulait un peu de repos. Il y avait un tel brouhaha dans le café, comme dans le centre commercial que l’Ange comprenait encore moins pourquoi ils étaient là. Il y avait beaucoup de monde, trop de monde… Soudain, elle en vint à se dire que peut-être, une pensée humaine l’avait amené ici à vouloir se confondre dans la masse, comme certains le voulaient peut-être. Si des gens, seuls, écouteurs aux oreilles venaient en pareil endroit, n’était-ce pas pour faire comme elle ?

Elle entendait des paroles, sans doute drôles à la vue des rires qu’elle entendait, mais elle n’arrivait pas à saisir. Elle ne comprenait aucune nuance et son paradis lui manquait déjà, pourtant, elle se forçait à rester. Quitte à les protéger, pour une fois, elle essayerait de voir ce qu’ils pouvaient bien faire de leurs précieuses vies.

Son café, apportait depuis un moment déjà devait sans doute être froid, mais elle n’en avait que faire. Elle regardait les humains comme elle les avaient toujours vu, un tas de fourmis qu’elle avait la charge de protéger et même si elle passait du temps dans ce genre d’endroit, elle ne pourrait changer d’avis. Son but était de les protéger, non de les comprendre, sinon, son Père aurait fait autrement.

La chaise en face d’elle bougea, ce qui semblait être un jeune homme s’installa face à elle et elle fronça légèrement les sourcils. Elle, elle savait ce qu’il était. Le savait-il, lui ? Etait-ce logique qu’il risque ainsi sa vie ?
Elle l’écouta, montrant, pour une rare fois, un semblant de non animosité, même si elle savait.

- Est-ce ainsi que les humains font connaissance ?


Demanda-t-elle sincèrement ? Elle n’avait pas peur d’employer le mot « humain », puisqu’elle savait qu’il n’en était pas un.

- Dis-moi, polymorphe, celui à qui tu as pris l’apparence, est-il toujours en vie ?

Et son regard se détourna de lui pour se poser à nouveau sur l’attroupement de fourmis.

- J’essaie de les comprendre, mais il n’y a aucune logique dans leur façon de faire. Ils sont tellement étranges… Ils sont matérialistes, ils ne sont que faux-semblant et même des actes de pure bonté sont fait dans un but. Comment peut-on faire quelque chose de bien dans un but ? La bonté est naturelle et je ne vois que les défauts… Certains de ma famille sont tombés en disgrâce pour eux et je n’arrive pas à saisir…pourquoi.

Elle parlait certes à une créature, mais lui, il vivait avec eux, il avait dans la tête des souvenirs, des idées, des souvenirs, ce que n’aurait pas Elemiah. Peut-être qu’elle pourrait comprendre à travers une chose de bas étage. Parce que même si elle ne lui avait pas planté sa lame, elle savait qu’il était une menace pour ceux qu’elle se devait de protéger.





____________________________________________

Elimiah


Papa, are you near me? Papa, can you hear me? Papa, can you help me not be frightened?


KoalaVolant

Merci Dylan !:
 
Revenir en haut Aller en bas

Polymorphe

Enosh
Enosh

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 32
Crédit : 873
MessageSujet: Re: La politesse vient du profond du coeur - Elemiah
Jeu 31 Oct - 8:32
N’importe qui aurait trouvé le comportement du jeune homme presque perturbant. Parce que ce monde était individualiste et égoïste. Et que demander ce qu’il avait demandé à cette femme tenait du « se mêler des affaires qui nous regarde pas ».
Mais finalement, ne voulions nous tous pas obtenir de la reconnaissance ? Alors qu’on fasse attention à nous, c’était parfois agréable non ?
De fait, Enosh avait donc lâché ça avec un doux sourire, et clairement, elle lui répondit de façon claire. Elle lui demandait pour les humains, si c’est de cette façon qu’ils faisaient connaissance.
Il eut comme un instant de réflexion, puis se permit de hausser les épaules :

- Non, ils ne le font pas. Ou bien ils sont lourds.

Lourd. C’était un mot que j’avais appris, dans ce sens qu’il ne possédait pas normalement. C’était étrange, mais quand on imaginait les faits, le mot là pouvait porter ce sens. Parce que parfois, les humains voulaient tant être remarqués qu’ils s’imposaient comme jamais.

Elle parut reconnaître ma nature, et je me mis à sourire en l’entendant me désigner. Mais elle me demanda pour l’apparence que j’avais. Et je songeais à cette apparence que je prenais pour tous les jours où je ne faisais rien d’autre.
Elle n’était plus celle d’un garçon que j’avais tué. Elle était celle d’un être vivant, dont j’effleurais les pensées, et qui actuellement se préoccupais plus par ses études qu’autre chose.

- Il l’est, là, il étudie.

Je fis un sourire.
M’avait-elle demandé cela car elle tenait aux humains ? Tonton Hermès les adorait, alors…
Je me demandais néanmoins ce qu’il se serait passé si finalement j’avais dit qu’il était mort.
Je n’étais pas encore sûr de la nature de cette personne. Je n’avais pas la même capacité que d’autres qui pouvaient deviner ce qui se tenait devant eux, sans soucis.

Elle sembla observer ce qui nous entourait, et se mit un peu plus à parler.
Je ne savais pas si elle avait tant besoin de quelque chose, mais au vu de ce à quoi elle pensait, j’imaginais que c’était ça qu’elle songeait quand je l’avais vu.
Elle voulait comprendre les humains, et ce qu’elle me disait, je l’avais déjà vécu. J’étais déjà passé par là. Je pensais que les humains n’étaient pas si mal.
Qu’ils pouvaient être bons.

- Je ne comprends pas pourquoi non plus, commençais-je alors que je pensais qu’elle avait terminé de parler : à vrai dire, un membre de ma famille les adore, les admire, presque, les observe sans cesse, mais moi…Je ne comprends pas.

Ils voulaient ma mort, ils ne pensaient qu’à eux, ils étaient mauvais.
Comment pouvait-on les aimer ?

- Ils sont dangereux, ils détestent l’inconnus. Ils sont bons, jusqu’au jour où ils découvrent que tu n’es pas la personne qu’ils pensaient. Instables, inconstants, imprévisibles… Je ne les aime pas, moi. Et je ne comprends pas non plus pourquoi mon oncle les adore autant.

Je réfléchissais. Je ne pouvais pas tant l’aider en répondant ça. Et même si je n’aimais pas les humains, je pouvais au moins donner le point de vue de mon oncle :

- Quand je lui dit ça, ce que je viens de dire, il me répond que c’est ça qui les rend fascinants. Leur inconstance, le fait qu’ils sont capables de tout. Il dit qu’ils ne sont pas tous pareils, que certains peuvent… Amener à de belles choses. Mais je ne comprends pas. Je suis désolé. Je ne peux pas…Vous expliquer vraiment ?

Je me permis une pause, et fini par demander :

- C’est à cela que vous songez depuis tout à l’heure ?
Revenir en haut Aller en bas

Séraphin

Elemiah
Elemiah

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 120
Crédit : 1173
Emploi/loisirs : Accomplir les missions et faire taire la petite voix au fond de moi.
MessageSujet: Re: La politesse vient du profond du coeur - Elemiah
Lun 4 Nov - 5:22
Elemiah & Enosh
La politesse vient du profond du coeur.
Elemiah n’avait rien d’une gentille humaine. Elle n’était pas non plus la plus gentille des anges, mais n’était-ce pas normal après tout ce qu’elle avait vu…ou fait ? Si ses mains étaient fines et blanches, au fond d’elle, elles étaient rouges de sang. La mission pour la mission, telle est sa fonction. Pour son Père, pour le paradis, pour sa famille, pour elle… Mais depuis une petite dizaine d’années tout avait changé. En soit, dix ans, pour un éternel, ça n’est rien, mais cette fois… Combien de fois le monde s’était-il retrouvé prêt à être détruit ? A cause des Winchester surtout. Alors ils avaient peut-être « sauvé » le monde, mais n’était-ce pas au départ, de leurs fautes ? Leurs agissements avaient eu de lourdes conséquences sur les anges et n’avait pas permis à Elemiah d’être plus douce envers les humains. Sans doute un peu jalouse de la création de son père, de son rôle de protectrice, mais aussi que des êtres aussi vulnérables fassent autant de dégâts sur des êtres si purs…

Elle aimait cette solitude, cette pause dans sa vie conflictuelle. Pourtant, elle ne fut pas seule assez longtemps à son gout. Bien qu’elle fut étonnée que ça ne soit pas un ange, ni un humain, mais un polymorphe. Elle pouvait le tuer, là, tout de suite et effacé la mémoire des humains, rien de plus simple, mais aujourd’hui, elle voulait comprendre, elle voulait un peu de simplicité. Lui, aussi, était passé au crible, parce que lui, malgré sa nature quelque peu répugnante parfois, il vivait avec eux, il devait donc les connaitre mieux qu’elle qui, à part certaines exceptions, ne se mêler pas aux autres et n’avait pour eux que de l’indifférence.

Elle pencha la tête sur le côté, perplexe face à ses paroles.

- Lourd… ? Les humains s’assoient l’un sur l’autre pour faire connaissance ?

Il allait vite comprendre qu’il devrait peser ses mots avant de lui parler, sinon, la conversation serait certainement drôle pour lui, mais n’aiderait pas et enragerait peut-être même l’ange. Elle opina simplement du chef quand il lui indiqua que l’humain dont il prenait l’apparence était encore en vie. Bien, un combat en moins, ça lui ferait quelques vacances. D’ailleurs, qu’est-ce réellement des vacances pour un ange ? Le regard de l’ange allait de lui à tous les autres. Pour le monde qui les entourait, ils devraient donner l’impression d’être des amis, non des êtres surnaturels aux pouvoirs dévastateurs. Pourtant, Elemiah ne se donnait pas la peine de sourire, pas alors que son cerveau était en plein essor pour comprendre et qu’elle avait une créature en face d’elle. Il n’était pas sa mission, mais lâcher du lest, pour l’ange c’était chose presque impossible.

Presque en se donnant des bonnes manières, Elemiah écoutait l’homme en face d’elle et elle comprit qu’elle n’était pas la seule à ne pas comprendre le fonctionnement humain. Le carpe diem n’avait aucune influence sur la soldat angélique. Le lendemain était revenu depuis tellement de siècle que ça n’en finissait jamais. Elle avait vu la vie, la création de son Père évoluait, se détruire, se reconstruire et elle, comme beaucoup de ses frères et sœurs, combattait en secret pour les protéger, même si leur Père n’était plus là pour les féliciter. Elle aurait aimé revoir son Père et avoir une conversation avec lui, mais il était parti… Et malgré la puissance des anges, il fut un temps, personne ne l’avait retrouvé.

- Est-ce dans la nature des polymorphes de ne pas les aimer ? Finalement, ça vous arrange bien, quand vous avez faim.

Elle était sèche, mais juste. Pourtant, elle voulait savoir si c’était l’homme ou la race qui parlait. Ses missions n’étaient jamais de simplement discuter avec les gens, alors évidemment c’était nouveau pour elle et ses bonnes manières apparentes disparaissaient dès qu’elle ouvrait la bouche. Même si aujourd’hui…Elle était plutôt calme.

Elle continua d’écouter et un fin, très fin sourire se dessina sur ses lèvres quand il eut fini de parler et qu’il lui demanda si c’était cela qui ornait ses pensées.

- Mon… J’ai un membre de ma famille qui…les adore. Et je ne saisis pas pourquoi. Lui aussi, pense que leurs défauts font leurs beautés, mais leurs défauts causent bien plus de soucis qu’autre chose… Mon devoir est de les protéger, je le fais, mais je ne saisis pas les nuances. Beaucoup de membres de ma famille, à dire vrai, sont fascinés et se rapprochent de ces être si éphémères, imaginant pour eux, un lendemain radieux. Pourtant… La vérité est sous leurs yeux et ils refusent de voir. Même les plus croyants d’en eux exigent de nous des preuves. Prières après prières nous entendons leurs souffrances et leurs espoirs, mais pourquoi ? Pourquoi vivre alors que demain pourrait être la fin de leur monde ? Je n’ai jamais compris l’affection de mon Père pour tout cela.

Elle avait sans doute parlé un peu trop, mais comme il était agréable de parler à quelqu’un qui penser plus ou moins pareil à elle. Chez les anges, c’était tout ou rien. Chez Elemiah, depuis quelques temps, c’était les questions internes qui primaient et elle ne pouvait se confier à ses congénères.



____________________________________________

Elimiah


Papa, are you near me? Papa, can you hear me? Papa, can you help me not be frightened?


KoalaVolant

Merci Dylan !:
 
Revenir en haut Aller en bas

Polymorphe

Enosh
Enosh

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 32
Crédit : 873
MessageSujet: Re: La politesse vient du profond du coeur - Elemiah
Mar 12 Nov - 16:05
Quand la femme sembla parler des humains d’une façon qui montrait qu’elle avait du mal avec le premier degré, Enosh eut un petit sourire. Il avait fait la même erreur, il n’y a pas si longtemps que ça. Cela ne faisait pas tant d’années qu’il était sorti de sa cave, et il lui arrivait d’ailleurs d’avoir encore des expressions qu’il ne comprenait pas.

- C’est ce que j’ai cru aussi, mais non, lourd c’est comme… Hm… Ils sont inintéressants mais bruyants ?

C’était compliqué à expliquer, à bien y réfléchir. Parfois, Enosh avait bien compris d’avoir enfin compris les expressions humaines, mais des fois, il se rendait compte qu’il ne pouvait plus les expliquer comme il les avait compris lui de base.
Mais au-delà de ça, la femme se posait beaucoup de questions.

Et elle n’était pas humaine, et Enosh voulait l’aider. Parce que le polymorphe était une personne sympathique. Surtout avec les créatures. Et que le sujet des humains était un sujet épineux, dont même lui avait du mal.
Mais il faisait de son mieux, s’il s’agissait d’aider.

De fait, elle lui demanda si c’était dans sa nature de ne pas aimer les humains, et il haussa les épaules.

- Je ne mange pas d’humains. Mais je sais une chose, c’est qu’Il me disait souvent que les humains détestaient les gens dans mon genre. Parce qu’on était des monstres pour eux.

Et c’était la réalité qu’Enosh avait finalement du affronter quand il avait été persuadé que ce n’était pas si vrai, et qu’il pouvait se faire accepter.
Il ne s’était pas fait accepter.

La femme poursuivit, sur un membre de sa famille à elle, expliquant tout un tas de choses qu’Enosh comprenait. Même s’il ne comprenait pas qu’on puisse avoir pour rôle de les protéger. Mais au moins, il fut sûr quasiment, que ce qui tenait devant lui, était un ange.
Et cela se confirma bien sûr avec le reste.

- Je ne sais pas pour ça. Les humains ne me prient pas. Je te l’ai dit : ils me trouvent monstrueux. Mais ils ont peur de l’inconnu. Ils croient en des choses mais ne les assument pas. Ils sont des choses, mais ne les assument pas. Je…Souvent je ne les comprends pas. Mais je n’arrive plus à les aimer.

Enosh ne pouvait pas nier qu’il avait essayé. Qu’au départ, une fois sorti de sa cave, il avait testé, persuadé que les humains étaient de bonnes personnes.
Mais vite chassé, il les avait haït.

- Ils prétendent aimer, mais ne le font jamais longtemps. Es-tu vraiment obligée de les protéger ? Si tu ne les comprends même pas, si tu n’arrives pas à les aimer… Cela doit être compliqué, non ? Tu es courageuse.

Et bien sûr, le shapeshifter était sincère. Protéger des choses qu’on ne comprenait pas, cela devait être bien compliqué.
Revenir en haut Aller en bas

Séraphin

Elemiah
Elemiah

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 120
Crédit : 1173
Emploi/loisirs : Accomplir les missions et faire taire la petite voix au fond de moi.
MessageSujet: Re: La politesse vient du profond du coeur - Elemiah
Jeu 28 Nov - 10:21
Elemiah & Enosh
La politesse vient du profond du coeur.
Attendait-elle vraiment qu’un polymorphe lui apprenne quelque chose ? De toute évidence. Après tout, il devait se fondre dans la masse, de ce fait, comme professeur, il n’était pas si mal, même s’il restait une créature infecte aux yeux de l’Ange, aujourd’hui, elle essayait de dépasser tout ça.

-Lourd, veut donc dire inintéressant et bruyant ? Bruyant ils le sont… On ne s’entendrait presque plus penser ici… Et il est clair que les paroles qu’ils échangent sont d’une banalité sans nom. Est-ce donc à ça que se résume un humain ?

Même avec des milliers d’années au compteur, Elemiah avait quelque peu de mal à comprendre les humains et depuis ces quelques dernières années, elle n’avait plus le choix, elle devait les comprendre. Certains l’étonnaient par leur manière d’être, comme le chasseur pas très bien expérimenté, mais qui avait eu le mérite de rester dans la tête de l’ange.

Elle le regarda avec une certaine insistance quand il reprit la parole et on aurait pu lire comme un semblant de compassion dans le regard de l’ange. Déjà, il ne mangeait pas d’humains, elle n’avait pas à le tuer. La conversation était intéressante, mais surtout, elle comprenait. Après tout, à ses yeux il ne valait mieux qu’un monstre, mais comme le chasseur de l’autre fois, lui aussi semblait différent.

- Je doute que les humains s’aiment entre eux réellement. Alors aimer ce qui est différent… Ils aiment le fantastique si celui-ci se résume aux livres où aux écrans, de ce que j’ai pu comprendre ou voir. Mais je serais hypocrite de te dire que je ne te vois pas comme un monstre, de part ta nature. Mais tu sembles différent.

Ce qui, venant d’Elemiah était un réel compliment. Elle ne savait pas s’il l’avait ainsi prit et elle s’en moquait déjà, elle était déjà passé à autres choses.

Elle écoutait attentivement la personne, avec le même respect qu’il lui apportait, sans le couper.

- Tu as une certaines chances de ne pas les entendre. Ils demandent parfois des miracles si stupides…Et remettent en doute notre Père sous prétexte qu’ils fautent. Autant que je préfère qu’il mette en cause Lucifer que notre Père.

Elle ne cachait plus sa nature. Lucifer avait beau être son frère de « base », il restait tout de même bah… Lucifer.

- Je n’ai pas la notion de….de amour. Pourtant, ça semble si important pour les humains…Qu’est-ce que cela change ? Qu’est-ce que c’est, réellement ?

Elle fronça légèrement les sourcils quand il reprit la parole. Ca sonnait comme si tout cela n’avait aucun sens et c’était le cas. Chaque mot qu’il prononçait n’avait aucun sens pour l’ange.

- J’ai été créé pour protéger la création de notre Père. Je ne sais pas si je suis…courageuse… Je pense simplement être loyale à ma nature… Mon destin. Je pense. Mes rencontres avec eux se passent généralement assez mal, surtout si je dois les sauver ou si je suis blessée en les sauvant. Ca n’est pas comme eux qui choisissent un métier qu’ils peuvent aimer ou non, moi, je suis un…Soldat ? Si je devais abandonner, comme certains de mes frères et sœurs ont fait, mon but, que serais-je ? Un être aussi perdu que ceux qui nous entourent ? Et puis, comment pourrais-je abandonner et donner ainsi satisfaction aux démons ? Je sais bien qu’aux yeux de ce qui savent que les anges existent nous ne sommes pas aussi pure que Père nous a créer, mais nous avons une mission et quand je vois que certains abandonnent, choisissent une autre vie…Je me questionne. C’est pour cela que je suis là aujourd’hui. Pourquoi les humains et pas notre famille ? Et… Je me questionne non pas à savoir si cela est bien ou non de les sauver, mais…si nous n’avons déjà pas failli…

Elle était sincère dans chacun de ses propos alors qu’elle dévisageait les personnes qui allaient et venaient dans ce centre commercial. Avait-elle échoué à sa mission ? Etait-ce la fin des anges ?

- Mes…questionnements doivent….t’ennuyer, est-ce le mot approprié ? Si d’ailleurs, si tu ne les aimes pas… Pourquoi es-tu ici aujourd’hui ?

Voilà qu’Elemiah s’intéressait à une créature… Le monde changeait, à n’en pas douter.




____________________________________________

Elimiah


Papa, are you near me? Papa, can you hear me? Papa, can you help me not be frightened?


KoalaVolant

Merci Dylan !:
 
Revenir en haut Aller en bas

Polymorphe

Enosh
Enosh

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 32
Crédit : 873
MessageSujet: Re: La politesse vient du profond du coeur - Elemiah
Dim 8 Déc - 6:10
Je m'aperçu que la femme avait réellement du mal avec le concept de second degré. Mais je ne la jugeais pas. J'avais été un temps comme elle. Et je l'étais toujours. Alors, je prenais la patience d'écouter, et de répondre. Elle me demanda si lourd voulait dire inintéressant et bruyant, répétant mes paroles, et je hochais la tête.
Avant de soudain hausser les épaules, quand elle me demanda si lourd était un résumé de l'humain

- Non, ce n'est pas à ça qu'ils se résument.

Malheureusement.
S'il n'y avait que ça.

Nous poursuivîmes notre discussion, et elle me fit part de son avis, m'avouant qu'elle ne pensait pas que les humains s'aimaient. Je crois qu'au fond elle avait raison. Elle ajouta néanmoins qu'elle me voyait tout de même comme un monstre, et j'eus comme un mouvement de recul.
Me retrouver parmi les créatures, plus qu'avec les humains m'avait fait me dire que je n'étais pas un monstre, j'étais quelqu'un. Seulement, par ses paroles, cette femme venait de nier ce fait. Qu'on nous désigne comme un monstre, était la pire des choses. C'était ne voir en nous qu'une nature "monstrueuse".

Dire "créature" passait encore, mais monstre... Je n'étais pas un monstre. J'aimais mon prochain. S'il n'était pas humain. C'était eux les monstres, eux qui voulaient me tuer parce que je n'étais pas humain.
Cette femme, cette ange, de ce que je comprenais, me voyait pourtant comme un monstre. J'ignorais si tonton Balthazar pensait de même. Mais j'en doutais.
Je me sentais blessé, d'être reconnu comme ça par quelque chose d'autre qu'un humain, et cela devait sûrement se voir à mon regard, et au fait que j'avais reculé.
Même si elle avait ajouté que j'étais différent, elle m'avait demandé si j'avais mangé des humains, pas si j'en avais tué.
Probablement me trouverait-elle monstrueuse si je lui disais que j'en tuais, mais pour ça... Je devais au moins le reconnaître. N'était-ce pas ce que les humains attendaient de moi ? Que je sois ce monstre. Que je ne voulais pas être.
Mais déjà elle poursuivait, et j'écoutais ce qu'elle disait. Clairement, elle jugeait les humains qui pouvaient pointer du doigt Dieu - si je comprenais bien - de leurs erreurs. Cela n'avait rien de surprenant.

- Ils sont parfois idiots sur ce point.

Elle poursuivit sur la notion d'amour, et je l'entendis ne pas savoir ce que c'était. Je fronçais un peu les sourcils. Expliquer l'amour avait quelque chose de compliqué. Je n'étais même pas sûr de le ressentir vraiment. Après tout, est ce que l'on comptait "l'amour familial" ? Parce que j'avais trouvé en Thot, un père, quelqu'un que j'admirais grandement, et en qui je plaçais ma confiance, et le moyen d'apprendre de nouvelles valeurs.
Mais l'amour... L'amour amour, celui que les humains semblaient courir après, je ne saais pas si je l'avais déjà ressenti.

- ...Je ne sais pas. Je veux dire... Il existe l'amour, l'amitié, la famille... Mais l'amour, celui que les humains prônent comme l'ultime sentiment, je... Ne l'ai jamais ressenti. Ca semble... Permettre de se sentir bien, mais je me sens déjà bien entouré de ma famille, ou de mes proches.

Finalement, nous discutions beaucoup, et alors que j'avais énormément parlé, elle le fit elle aussi.
Nous semblions, aux yeux de tous, de simples connaissances en plein débat, mais pour moi c'était bien plus. J'avais l'impression de la comprendre. Je n'étais pas ange, j'étais "monstrueux", et pourtant...
Elle me parla de son but, de sa valeur, et je compris combien elle tenait à ce qu'elle était actuellement. Un soldat, luttant apparemment contre les démons.
Elle fini par conclure qu'elle devait m'ennuyer. Je secouais doucement la tête :

- Tu ne m'ennuies pas. Je me retrouve dans certains de tes mots. Pas pour le côté soldat, mais.... Pour l'incompréhension. Et si je suis ici...C'est parce que j'ai le droit non ?

Je l'observais avec un sourire :

- Ce monde est rempli d'humains, donc je n'ai pas le choix que de les cotoyer. Mais je fais avec. Je ne vais pas rester enfermé dans une cave juste parce que je suis un monstre pour eux.

Je sentais que ma dernière phrase était un peu sèche. Après tout, c'était réellement ce qui m'était arrivé.
Je me permis d'enchaîner sur ce qu'elle avait dit juste avant :

- Tu sais, tu dis que tu ne sais pas ce que tu deviendrais derrière... Je ne sais pas vraiment pourquoi ta famille abandonne à côté, mais... Peut-être que le rôle de soldat ne leur plaît pas ? Obéir toujours, ça peut être ennuyant, peut être. Décider pour soi-même, exister pour soi-même, se construire... Je crois que c'est ça qui est intéressant dans une vie. Que vivre pour quelqu'un d'autre, ça peut être plus difficile ? Mais si tu aimes être une soldat, si tu aimes lutter contre les démons, alors... J'imagine que ce n'est pas un mal, parce que tu fais ce que tu aimes.

Je réfléchissais à ça un instant. Faisais-je ce que j'aimais à présent ? Oui. Je me battais pour mes valeurs, et je rendais service. Cela ne me dérangeait pas que mon existence soit lié à d'autres, tant que je me battais pour ce que j'étais.

- Mais, n'est ce pas difficile, de protéger des êtres que tu n'es même pas sûr de comprendre ou d'aimer ? Si j'ai bien compris....

Je n'allais pas lui dire de hair forcément les humains, mais je voulais juste l'aider. J'aurais pu pourtant, lui dire de hair fortement ces humains qui l'entourait. Mais je ne le fis pas. J'aurais pu lui parler de Michael aussi, j'aurais pu lui parler de mon oncle Balthazar, de tout ça. Mais je ne le fis pas. Je cois que ce n'était pas de ça dont elle avait besoin à ce moment précis.
Revenir en haut Aller en bas

Séraphin

Elemiah
Elemiah

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 120
Crédit : 1173
Emploi/loisirs : Accomplir les missions et faire taire la petite voix au fond de moi.
MessageSujet: Re: La politesse vient du profond du coeur - Elemiah
Aujourd'hui à 9:17
Elemiah & Enosh
La politesse vient du profond du coeur.
Il n’y avait aucune nuance pour les paroles des humains. Dans ses différentes rencontres, parfois l’on s’était moqué de sa non-compréhension du monde humain, mais sa tâche été de protéger les humains, non de se mêler à eux. Alors pourquoi aujourd’hui ? Parce qu’un trouble avait été créé dans son esprit et qu’elle voulait comprendre. Il y avait des exceptions. Elle regarda sa main, celle que Michael avait recollé, lui, il en était une d’exception après ce qu’il avait fait à River Market, et pourtant, c’était aussi un démon qui avait aidé à ne pas la laisser mourir. Il y avait ce chasseur qui était une question en soit, elle avait été naturelle, ce qui avait causé moqueries et insultes par le passé, mais lui, il avait voulu savoir comment elle allait. Cette question ne lui avait été posée que par des anges. Pourquoi un humain se préoccuperait-il d’un ange ? Ca ne restait pas logique.

Cette chose qu’elle aurait sans doute combattu dans d’autres circonstances en disait trop peu ou pas assez.

- A quoi donc ? Ils se laissent aller à leurs sentiments en sachant pertinemment que les sentiments sont une cause de douleurs. Il n’y a aucune logique dans leurs agissements. Ici, ils dépensent de l’argents que parfois ils n’ont pas, ou bien, dans d’objet dont ils n’ont pas réellement besoin. Tout cela n’est pas logique.

Elle perçut, évidemment son geste de recul. Si elle venait de le brusquer, elle n’allait pas s’en émouvoir. Le fait est qu’il faisait partis de ceux qu’elle devait combattre parfois. Intransigeante, sans doute, alors qu’ici, il n’y avait qu’une gentille discussion. Elle n’allait pas s’excuser, mais un léger rictus éclaira son visage.

- Tu réagis comme un humain. Est-ce ta capacité à prendre l’apparence d’un humain qui te fait réagir ainsi ?

Devrait-elle mesurait ses paroles pour ne pas le brusquer ? Il était si rare de tomber sur quelqu’un qui prenait le temps, autre qu’un ange. Pourquoi prendrait-elle seulement en compte les besoins d’une de ces créatures, alors que parfois, même avec les siens, elle avait du mal.  Quand il parla d’amour, du moins, de celui qu’il connaissait, elle comprit ce fait, parce qu’elle se sentait bien avec sa famille, au paradis. Donc, elle était capable de ressentir de l’amour ? Cette idée ne la réjouissait pas, car à ses yeux, cela la rendait plus humaine qu’angélique. Tant d’anges avait perdu pour prônait cet amour avec des humains… ou d’autres choses monstrueuses, comme Anakel et son démon.

- Ce que les humains prônent n’est pas plutôt la dépendance qu’une vague vision de l’amour ? De ce que tu dis, je pense que je dois aimer, comme les humains utilisent ce terme, ma famille. J’aime ma famille, mais ce que veulent les humains n’est-ce pas simplement une dose de dépendance d’un côté comme de l’autre ? Ce qu’ils veulent, pourtant, les poussent à être trompeur, même aussi dangereux. Je ne saisit pas l’envie d’un humain d’aimer si cela tourne, irrévocablement au drame.

Elle n’aimait pas réellement la tournure des choses. Elle avait l’habitude de ressembler aux siens, mais avoir des choses en communs avec des êtres qu’elle jugeait abject, lui posait soucis. Pourtant, parler à cette créature libérait Elemiah d’un poids, de pouvoir parler sans n’avoir aucun jugement. Chez les anges, soit il y avait les déchus qui tentaient ou tenteraient de l’emmener vers le déclin – à ses yeux- soit il y avait des puristes, un peu comme elle, qui ne l’aiderait aucunement et même qui la jugerait, elle le savait, parce que si un frère ou une sœur venait à lui dire les mêmes paroles qu’elle venait de prononçait, Elemiah serait sans appel dans des réflexions tranchantes.

Elle ne percevait pas de jugement de sa part, elle ne percevait rien de négatif à dire vrai. S’il avait été un ange, elle aurait sans doute pu le mettre dans la case… ami ? C’était bien comme cela que les humains utilisaient ce mot, non ? Elemiah avait une famille, non d’amis.

Elle suivait son raisonnement, non il ne pouvait pas vivre dans une cave, puisque de toute façon, comme elle, il avait l’apparence des autres humains.
Quand il reprit, Elemiah resta silencieuse longuement, face à lui, pesant chacun de ses mots qui avait, pour elle, une trop grosse lourdeur. Etait-ce donc ça ? Les siens étaients partis parce que soldat n’était pas assez… bien, pour eux ? Elemiah savait que l’abandon de leur Père remettait beaucoup de choses en questions, mais les anges étaient devenus si peu nombreux qu’elle ne comprenait pas pourquoi sa famille se disloquait ainsi. Ses paroles ressemblaient, par instant, à celle de Castiel.

- … Je n’ai pas à aimer ou non être un soldat. Père m’a faites ainsi. Si certains membres de ma famille veulent être plus proches d’humains, n’est-ce pas paradoxal que de vouloir ressentir en trahissant son Père ?

Pour elle, il n’y avait aucune tolérance… Pourtant certains point était friable, sans qu’elle s’en aperçoive, elle répéta les mots d’Enosh.

- Exister pour soi-même…

Qu’est-ce que ça voulait dire au fond ? Aimait-elle être soldat ? Non, elle n’avait pas à aimer, elle avait été ainsi faite. Pourtant, il était vrai, qu’elle ne faisait que suivre les ordres… Etait-ce qu’elle voulait ? Ce qu’elle voulait, c’était prospérer avec sa famille. Etait-elle en train de se convaincre ?

Quand il reprit, il y eut de nouveau un flottement. Il avait de bonnes paroles. Après tout, lui comme elle avait pris l’apparence humaine, elle habitait un humain et lui, plus ou moins et ses paroles, parfois, avait un peu de sens. Ou alors trop, au contraire.

- Difficile… Il y a quelques temps, j’aurais pu dire que je n’y avait jamais réellement penser, que c’était ce que j’étais et que je n’avais pas besoin, ni envie de me poser la question. Je me demande pourquoi ces humains sont si importants pour mon père. Ils ont une liberté d’action que nous n’avons pas, c’est clairement le cas, mais je ne sais pas si c’est une bonne chose ou non. Dans les deux cas, humains ou anges ont connus le chaos. Comment savoir, réellement ce qui est bon ?

Elemiah se questionnait. Dans toutes les races, sauf démons, évidemment et autres monstres, qui avait raison ?





____________________________________________

Elimiah


Papa, are you near me? Papa, can you hear me? Papa, can you help me not be frightened?


KoalaVolant

Merci Dylan !:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La politesse vient du profond du coeur - Elemiah
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour ::  :: Crown Center :: Centres Commerciaux -