Février 2020
Besoin de parler un peu - Phaliel

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Nous sommes à la recherche de Jody, Bobby et bien d'autres!
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI
Merci de privilégier les groupes Créatures, sorcier, expérimentations, anges disgracié et ange!

Besoin de parler un peu - Phaliel

 ::  :: Downtown Kansas City :: Hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 74
Crédit : 1435
Emploi/loisirs : Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Besoin de parler un peu - Phaliel
Mar 7 Jan - 14:08
[quote="Amelia St-James"]

Ft. Phaliel

Besoin de parler


Normalement, à partir de novembre, la vie devient belle et intéressante de mon côté. Mon anniversaire, la petite pause du temps des fêtes à l’école. Quoi? Enseigner c’est bien, mais les vacances sont essentielles à la survie de tout enseignant. Puis mes vacances scolaires de l’Université aussi. Pas de stress durant un moment pour les révisions et les études… ça fait du bien également. Je travaillais, mais ce n’était pas à la bibliothèque que j’allais me vider de mon énergie, pas vrai?

Sauf que cette année, il avait une énorme exception. Rien n’allait bien. Avec mes récentes découvertes, ma vie n’allait plus jamais être la même. D’ailleurs, mon anniversaire avait passé sans que je m’en rende compte. Ma famille était inquiète, je le savais, Daniel aussi. Tous les gens proches de moi voyaient bien que je n’étais pas comme avant, qu’il avait eu quelque chose. Je leur avais caché beaucoup de choses pour ne pas les inquiéter, mais visiblement, ça ne fonctionnait plus. Mes faux sourires n’arrivaient plus à convaincre personne. Je n’allais pas bien! Mais qui pouvait m’en vouloir? J’avais fait la rencontre d’un démon, qui m’avait kidnappé. On m’avait torturée, séquestrée. Pour moi, la petite humaine ordinaire, c’était trop. Puis j’étais devenue un brin paranoïaque avec ça.  J’avais mes connaissances historiques qui me revenaient en tête! J’adorais la mythologie, en fait, les mythologies des différentes civilisations, des différentes époques. Avant je pensais que c’était une richesse ses connaissances, maintenant c’est un cauchemar. Je suppose que chaque bestiole mythologique peut être vrai (qui sait, j’avais peut-être même raison) et ça me hantait totalement.

Pire encore, qui pourrait me croire. Sam m’en avait parlé, mais Sam n’était plus que l’ombre de l’ombre de lui-même. Pas besoin de le connaître depuis des siècles pour le savoir. Tout cela me rendait insomniaque. Ça grugeait de mon énergie. Je n’avais plus le boulot à la bibliothèque déjà. Bref, ma vie avait pris un tournant pénible. Il fallait que j’en parle! Il fallait que je pense à me vider un peu la tête parce que sinon elle allait totalement exploser. C’était évident. J’avais hésité des jours et des jours durant. Un psychologue? Pourquoi pas? Je n’allais pas concrètement dire que le monde surnaturel existait, mais au moins tenter de verbaliser toute mon inquiétude, ça pourrait être bien. Tenter en tout cas. Je m’étais convaincu que c’était mieux que rien, que c’était une bonne idée d’essayer au moins!

J’étais nerveuse en me rendant à l’hôpital pour rencontrer la psychologue. Je ne la connaissais pas du tout, j’avais seulement appelé pour avoir un rendez-vous et c’était tout. Je me disais que ça serait sans doute pour une seule fois de toute façon alors pas besoin de m’emporter avec ça, pas vrai? Limite, je passerais pour n’importe quelle autre personne atteinte d’une maladie mentale. Ce n’était pas si mal. J’étais donc rentrée en regardant un peu autour de moi. Je devais déjà pas avoir l’air très bien avec mes cernes et mon visage sérieux. Mais j’étais dans un hôpital, il avait clairement pire que moi ici! Je prenais une bonne inspiration avant d’aller m’annoncer à l’endroit prévu à cette effet et qu’on me demande d’attendre. Je restais debout, appuyé contre un mur en tenant mon manteau que j’avais retiré de mes deux mains. Je pensais à ce que j’allais dire, comment j’allais le dire. La nervosité au creux du ventre.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 74
Crédit : 1435
Emploi/loisirs : Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Besoin de parler un peu - Phaliel
Mar 7 Jan - 19:53

Ft. Phaliel

Besoin de parler


Normalement, à partir de novembre, la vie devient belle et intéressante de mon côté. Mon anniversaire, la petite pause du temps des fêtes à l’école. Quoi? Enseigner c’est bien, mais les vacances sont essentielles à la survie de tout enseignant. Puis mes vacances scolaires de l’Université aussi. Pas de stress durant un moment pour les révisions et les études… ça fait du bien également. Je travaillais, mais ce n’était pas à la bibliothèque que j’allais me vider de mon énergie, pas vrai?

Sauf que cette année, il avait une énorme exception. Rien n’allait bien. Avec mes récentes découvertes, ma vie n’allait plus jamais être la même. D’ailleurs, mon anniversaire avait passé sans que je m’en rende compte. Ma famille était inquiète, je le savais, Daniel aussi. Tous les gens proches de moi voyaient bien que je n’étais pas comme avant, qu’il avait eu quelque chose. Je leur avais caché beaucoup de choses pour ne pas les inquiéter, mais visiblement, ça ne fonctionnait plus. Mes faux sourires n’arrivaient plus à convaincre personne. Je n’allais pas bien! Mais qui pouvait m’en vouloir? J’avais fait la rencontre d’un démon, qui m’avait kidnappé. On m’avait torturée, séquestrée. Pour moi, la petite humaine ordinaire, c’était trop. Puis j’étais devenue un brin paranoïaque avec ça.  J’avais mes connaissances historiques qui me revenaient en tête! J’adorais la mythologie, en fait, les mythologies des différentes civilisations, des différentes époques. Avant je pensais que c’était une richesse ses connaissances, maintenant c’est un cauchemar. Je suppose que chaque bestiole mythologique peut être vrai (qui sait, j’avais peut-être même raison) et ça me hantait totalement.

Pire encore, qui pourrait me croire. Sam m’en avait parlé, mais Sam n’était plus que l’ombre de l’ombre de lui-même. Pas besoin de le connaître depuis des siècles pour le savoir. Tout cela me rendait insomniaque. Ça grugeait de mon énergie. Je n’avais plus le boulot à la bibliothèque déjà. Bref, ma vie avait pris un tournant pénible. Il fallait que j’en parle! Il fallait que je pense à me vider un peu la tête parce que sinon elle allait totalement exploser. C’était évident. J’avais hésité des jours et des jours durant. Un psychologue? Pourquoi pas? Je n’allais pas concrètement dire que le monde surnaturel existait, mais au moins tenter de verbaliser toute mon inquiétude, ça pourrait être bien. Tenter en tout cas. Je m’étais convaincu que c’était mieux que rien, que c’était une bonne idée d’essayer au moins!

J’étais nerveuse en me rendant à l’hôpital pour rencontrer la psychologue. Je ne la connaissais pas du tout, j’avais seulement appelé pour avoir un rendez-vous et c’était tout. Je me disais que ça serait sans doute pour une seule fois de toute façon alors pas besoin de m’emporter avec ça, pas vrai? Limite, je passerais pour n’importe quelle autre personne atteinte d’une maladie mentale. Ce n’était pas si mal. J’étais donc rentrée en regardant un peu autour de moi. Je devais déjà pas avoir l’air très bien avec mes cernes et mon visage sérieux. Mais j’étais dans un hôpital, il avait clairement pire que moi ici! Je prenais une bonne inspiration avant d’aller m’annoncer à l’endroit prévu à cette effet et qu’on me demande d’attendre. Je restais debout, appuyé contre un mur en tenant mon manteau que j’avais retiré de mes deux mains. Je pensais à ce que j’allais dire, comment j’allais le dire. La nervosité au creux du ventre.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Séraphin

Phaliel
Phaliel

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 398
Crédit : 5430
Emploi/loisirs : Psychologue
MessageSujet: Re: Besoin de parler un peu - Phaliel
Mer 8 Jan - 20:23
Besoin de parler
You keep a lot to yourself because it's difficult to find people who understand
Amelia Saint-James
Une autre journée à l'hôpital. Une autre journée enfermée dans mon bureau à traiter des patients. Je n'allais pas laisser tomber ces personnes qui venaient me rencontrer et me confier des choses personnelles. Elles avaient besoin d'être guidées pour pouvoir fonctionner. La veille, j'avais pris rendez-vous en fin d'après-midi avec une femme du nom de Amélia Saint-James. Je me réservais toujours une plage horaire pour des rendez-vous avec des personnes qui n'étaient pas inscrites à l'hôpital. À la fin, je jugerais si elle avait besoin d'autres rencontres.

Les choses étaient difficiles ces temps-ci. Michael avait créé une armée de monstres et avait semmé la destruction sur son passage. Mes patients changeaient. Ils me racontaient que des choses du passé refaisaient surface. Il était possible qu'une personne refasse une chute, mais de là à ce que son état soit spécifique à un moment précis de sa vie... Étrange. Cela avait même affecté Dean. L'archange semblait avoir disparu à présent, mais difficile de croire qu'il ait déserté sans que l'homme que j'aimais ne l'ait éjecté...

Il avait à nouveau la marque de Cain accompagné d'envie de meurtre et d'impulsivité. Il m'avait fait une demande assez particulière. Il souhaitait faire une pause, car selon lui avoir une relation stable était plus difficile qu'il ne l'aurait cru. Je n'arrivais pas à le comprendre. Deux personnes qui s'aimaient trouvaient toujours le moyen de surmonter les obstacles, non ? Ça m'avait surprise et pour être honnête, je n'avais pas trop envie qu'il voit d'autres femmes, mais si ça pouvait l'aider à remettre de l'ordre dans ses idées... Qui étais-je pour refuser ? D'un autre côté, il n'avait en aucun cas été infidèle. Il était venu me voir pour en parler. De plus, il était au courant qu'il pouvait me contacter s'il avait besoin de moi.

Je faisais de mon mieux pour ne pas laisser les affaires du cœur interférer avec ma mission céleste. Elles l'avaient fait auparavant et les anges me l'avaient reproché. L'amour me rendait faible, disaient-ils. Ils avaient peut-être raison. Je me devais de prendre mon métier au sérieux et d'aider les gens.

La session toucha à sa fin. Je cédulai une prochaine rencontre avec le patient que j'avais devant moi et l'accompagnai jusqu'à la porte de mon bureau. Il faisait du progrès et j'étais heureuse de voir que ses traitements l'aidaient. L'homme devait avoir à peine 24 ans. Il combinait thérapie et médication. Le psychiatre le voyait régulièrement pour ajuster ses médicaments. Il éprouvait encore de la difficulté, mais c'était vraiment moins pire qu'avant. En même temps, avec l'aide de mes pouvoirs angéliques, j'arrivais à voyager dans sa tête et voir ce qu'il avait vécu. Je pouvais même lire ses pensées. Disons que je n'aimais pas m'introduire dans la tête des gens comme ça, mais des fois, ça m'aidait à mieux les comprendre.

Dans le porte-document sur le mur près de ma porte de bureau se trouvait un document d'inscription au nom d'Amelia. Je le pris en main et regagnai mon bureau afin de me préparer pour notre rencontre. J'avais rangé dans le dossier du patient précédent des notes au sujet de sa santé mentale et ne voulant pas perdre le travail sur l'ordinateur je décidai d'effectuer une sauvegarde. Fouillant dans mes filières, je sorti une chemise vide.

Fin prête à l'accueillir, je me levai de ma grande chaise à roulettes en cuir puis ajustai ma jupe noir ainsi que ma chemise blanche. La porte s'ouvrit en un grincement et mes talons hauts résonnèrent dans le couloir jusqu'à la salle d'attente.

« Amelia Saint-James ? »

La jeune femme montra sa présence et je me rendis jusqu'à elle pour lui tendre la main avec un doux sourire chaleureux.

« Phaliel » me présentai-je, lâchant sa main et désignant mon bureau afin de l'inviter à me suivre.

« Après vous »

Nous fîmes le trajet court et je montrai une chaise courte devant un long et large meuble de bois.

« Allez-y, prenez place » dis-je, faisant de même.

Prenant un crayon en main, je griffonnai sur une feuille de papier le nom de la patiente, la date de la session ainsi que le numéro. Fin prête à prendre des notes, je levai les yeux vers la jeune femme, la détaillant plus attentivement.

« Qu'est-ce qui vous amène dans mon bureau aujourd'hui ? »

La pauvre... Elle avait l'air épuisée. Son teint était pâle et des cernes violets se formaient sous ses yeux. Il était évident qu'elle n'allait pas, mais je préférais lui demander pourquoi elle voulait consulter plutôt que « Vous allez bien ? » Il était évident que non. Elle avait l'air si jeune en plus.
© Laueee

____________________________________________

J'écris en #a1bdc2
DC : Elathan - Barry Howlett
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 74
Crédit : 1435
Emploi/loisirs : Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Besoin de parler un peu - Phaliel
Ven 17 Jan - 22:34

Ft. Phaliel

Besoin de parler


Je fixais le plancher, je commençais même à comprendre la logique derrière les motifs au sol. Comment ils se répétaient. Ça c’était moi qui tentais de penser à autre chose. Pourtant, j’avais fini par coincer le bout de mon pouce entre mes dents, rongeant mon ongle dans un geste qui trahissait totalement ma nervosité. Qu’est-ce que j’avais eu comme idée de me lancer à une psychologue pour parler de tout ça? J’aurais pu en parler aussi à des gens plus proches de moi… sans rien mentionner, pas vrai? En même temps, eux il n’aurait pas lâché le morceau avec moi. Je fermais même les yeux quelques secondes pour tenter de contrôler ma respiration. Ça allait bien se passer. Je venais parce que j’étais nerveuse! Pas pour me stresser davantage.

J’étais tellement loin dans ma tête quand on prononça mon nom. Je levais la tête, clignant des yeux quelques fois pour me ramener réellement sur terre. D’instinct, un sourire vint sur mes lèvres. Un sourire presque coupable de prendre de son précieux temps. Bon sang, il avait des gens qui avaient des problèmes bien pires que moi et je prenais de leur temps. Okay, je ne devais pas tenter de me culpabiliser pour tout et pour rien. Fichue habitude face au stress. Je serais ensuite mon manteau de ma main libre, l’autre allant de l’avant pour pouvoir lui serrer la main. Mon sourire était doux, mais je me disais qu’une professionnelle comme elle verrait bien que ce n’était pas le sourire le plus heureux du monde malgré mes efforts.

« Enchantée aussi… »

Je n’avais jamais consultée avant aujourd’hui. J’avais toujours été un livre ouvert à mes amis proches, je savais à qui je pouvais me confier. En ce moment cependant, je ne pouvais pas faire ça. Ce n’était même pas une option franchement! Je pris une bonne inspiration pour me donner du courage avant de suivre la dame qui semblait tout à fait sympathique et digne de confiance. Une fois dans son bureau, je pris place sagement à la chaise qu’elle m’indiquait, regardant autour rapidement. Plus par une petite curiosité et aussi pour ne pas la fixer pendant qu’elle semblait écrire sur ses documents et qu’elle s’installait. Puis vint enfin la question.

Mon kidnapping par un démon. Ma rencontre avec le surnaturel. Un arrachage de dent comme technique de torture. La séquestration. Un homme dont j’avais un faible qui avait changé du tout au tout sans raison visible. La peur, l’angoisse, l’insomnie. J’aurais pu répondre tout cela. En vrai, ça aurait été si simple de pouvoir le dire. Je déglutis difficilement, mon regard se posant sur mes mains posées sur mon manteau. J’ouvris la bouche, comme hésitante.

« Je… Il se passe un peu trop de choses dans ma vie en ce moment… que je ne peux pas parler à mes proches. Alors… je me suis dit tant qu’à… qu’à avoir tout ça en tête, je pourrais venir me vider un peu l’esprit dans un endroit…hm… sécuritaire? Enfin… En parler avec quelqu’un qui ne me connait pas beaucoup, ça me ferait du bien…je pense! »

J’avais parlé très lentement au départ, comme si je tentais de former une phrase qu’elle pourrait bien comprendre puis ensuite, j’avais été un peu plus rapide. Mal à l’aise visiblement d’être là! Pas que je jugeais les gens qui consultaient, c’était même totalement le contraire! Tant mieux si les gens étaient assez responsables pour aller chercher de l’aide au besoin, mais disons que c’était quand même nouveau pour moi. Je pris une inspiration en la regardant de nouveau en forçant un petit sourire, rajoutant avec une petite touche d’humour maladroite.

« Je suppose qu’au fond c’est le cas de… de beaucoup de gens qui viennent vous voir… ça ne répond peut-être pas tant que ça à votre question… »

Elle allait clairement me trouver bête, même si je savais qu’elle ne pourrait pas me le dire directement. Ça me surprendrait bien en tout cas. J’étais juste trop nerveuse pour une situation pareille et ça… ça c’était idiot.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Séraphin

Phaliel
Phaliel

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 398
Crédit : 5430
Emploi/loisirs : Psychologue
MessageSujet: Re: Besoin de parler un peu - Phaliel
Mer 22 Jan - 21:13
Besoin de parler
You keep a lot to yourself because it's difficult to find people who understand
Amelia Saint-James
Les moments de la journée que je préférais le plus étaient quand je m'occupais de patients. Mon attention n'était pas sur Dean. À la place, elle était sur quelqu'un d'autre. Quelqu'un de totalement inconnu qui avait besoin d'aide. Pendant l'espace de 90 minutes, je pouvais permettre à un parfait inconnu de trouver des moyens pour fonctionner et obtenir un peu de réconfort. J'osais espérer que je faisais une différence dans la vie de ceux que je traitais.

Je m'étais installée à mon bureau et m'étais préparée pour débuter notre session. Puis vint la question que pas mal de gens redoutaient. La jeune femme avait parlé tout d'abord lentment puis plus rapidement. La nervosité sans doute, mais je réussi quand même à comprendre ce qu'elle racontait. Elle m'expliqua comme quoi elle avait vécu énorment de choses, qu'elle ne pouvait pas en discuter avec ses proches et qu'elle souhaitait les partager avec quelqu'un dans un endroit sécuritaire. Cela faisait énormément de sens et était même recommendé en discuter pour mettre de l'ordre dans ses idées afin de ne pas être pris dans un tourbillon d'émotion.

La fixant attentivement, mes sourcils se froncèrent légèrement alors que je l'écoutais me raconter la raison de sa présence dans mon bureau et brisai le contact visuel quelques secondes afin d'en prendre note. Ensuite, je relevai la tête et reposai mon attention sur elle.

« Ce doit être la première fois que vous consultez, n'est-ce pas ? » constatai-je, lui offrant un doux sourire. Il n'y a pas à avoir peur. Ici vous pouvez tout me dire »

Souhaitant lui montrer un contrat de confidentialité, je me retournai quelques secondes afin de fouiller dans une filière et en sorti deux feuilles de papier. Je me tournai ensuite vers elle et les déposai sur le bureau sous ses yeux.

« Je vous présente un contrat de confidentialité. Il stipule que je ne peux rien révéler de personnel à propos de mes clients. La seule exception à la règle serait que vous viendriez à me dire que vous avez des pensées suicidaires ou bien des plans de meurtre. À ce moment-là, pour votre sécurité ainsi que celle des autres, je n'aurai donc pas le choix d'en discuter avec mes collègues de l'hôpital afin que l'on mette en place les mesures nécessaires »

Je lui sorti un stylo et fis un 'x' sur la ligne où était indiqué signature du patient.

« Je vous invite à signer ce contrat. Il y a une copie pour vous ainsi qu'une pour moi. »

Lorsque ce fut fait, je pris le stylo et apposai ma signature au bon endroit, confirmant ainsi que je lui avais fait part des politiques de confidentialité. Je pris ma copie et la rangeai dans sa chemise avec son nom puis reposai mon attention sur elle.

« Et si on parlait de vous. Le genre de personne que vous êtes, ce que vous aimez ou n'aimez pas dans la vie, ce que vous faites comme travail ou si vous êtes aux études, ce genre de choses » demandai-je avec un sourire qui se voulait encourageant, tentant de la mettre en confiance. Ma tactique était de tenter d'engager la discussion afin de lui permettre de s'ouvrir et ainsi pouvoir creuser dans sa tête.
© Laueee

____________________________________________

J'écris en #a1bdc2
DC : Elathan - Barry Howlett
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 74
Crédit : 1435
Emploi/loisirs : Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Besoin de parler un peu - Phaliel
Dim 2 Fév - 20:56

Ft. Phaliel

Besoin de parler


J’étais de nature nerveuse dans la vie. Genre avant un examen, je voulais mourir. Je ne dormais pas, je révisais jusqu’à ce que mon cerveau explose. Je n’étais pas la pire, mais quand même, je me savais un peu anxieuse par moment. Sauf qu’un examen, une fois qu’il est fait, la pression descend. Je peux respirer. Dernièrement, j’étais toujours dans cette hausse de nervosité, dans le pic du sentiment et j’avais du mal à respirer dans tout ça. C’était imaginé, mais c’était réellement la meilleure façon d’expliquer comment je me sentais. Bien sûr, la gentille dame devant moi ne pouvait pas deviner tout d’un seul regard, enfin, c’est ce que je croyais, alors quand elle me posa la question, je lui expliquais du mieux que je pouvais.

Je tirais un peu sur mes manches longues pour y cacher un peu mes mains, dans un geste rempli de nervosité encore une fois alors que je lui faisais un petit sourire coupable à ses mots. J’hochais la tête comme toute réponse, me retenant avec force de lui demander si c’était si évident. Bien sûr que je savais que je ne pouvais pas tout lui dire, je ne pouvais juste pas! J’avais plus peur de lui dire en fait, je pourrais lui raconter toute ma vie si elle voulait, mais pas ça. Pas que le surnaturel existe, j’aurais l’air… d’une folle. Oui, d’une vraie folle.

J’attendais avec patience qu’elle prenne son document, au départ je me demandais bien ce qu’elle allait faire, mais quand elle me présenta le document j’eus un petit hochement de tête. Ah oui, c’était tout de même logique. Un petit contrat de confidentialité. Ça rendait le tout tellement officiel tout de même! Je pris le stylo en prenant une inspiration, signant sans une once d’hésitation. Je ne voulais pas me tuer ni tuer d’autres gens alors ça allait. Son autre question me surprit énormément. Visiblement, je n’avais aucune expérience dans ce genre de trucs. Cependant ça me fit du bien, c’était plus léger, moins dans le vif de ce qui me préoccupait. Je pris alors une inspiration et je me lançais.

«  Je suis aux études pour être enseignante d’histoire ! Je travaillais à la bibliothèque jusqu’à… tout récemment en fait. (J’eus un petit sourire timide avant de reprendre) J’ai beaucoup voyagé plus jeune, j’ai toujours… aimé découvrir les autres cultures, apprendre à connaître le monde sur le terrain en fait… plus que dans les livres… J’ai toujours cependant voulu être… être prof! Ça me plaisait beaucoup même si bon, les ados c’est pas toujours évident! (Je ponctuais ma phrase d’un petit rire, tout le monde le disait après tout, mais les adultes non plus n’étaient pas mieux, non?) Sinon je suis née ici… j’ai grandi ici… c’est vraiment mon petit coin du monde à moi. (Je pris ensuite une petite pause, gardant mon léger sourire aux lèvres avant de reprendre) Je… je ne sais pas si ça va comme réponse, mais… c’est vraiment les premières choses qui me viennent en tête! »

Je me sentais nulle. Je savais que ce n’était pas une compétition cette rencontre! Mais j’avais tellement peur d’être jugé et de mal faire les choses alors que j’étais là avant tout pour m’aider. C’était bien complexe dans ma pauvre petite tête en ce moment.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Séraphin

Phaliel
Phaliel

Pouvoir
Résumé des Pouvoirs:
Messages : 398
Crédit : 5430
Emploi/loisirs : Psychologue
MessageSujet: Re: Besoin de parler un peu - Phaliel
Mer 12 Fév - 10:25
Besoin de parler
You keep a lot to yourself because it's difficult to find people who understand
Amelia Saint-James
Elle était nerveuse. Je pouvais le voir par ses gestes et sa façon de parler. C'était tout à fait normal. Pour la rendre à l'aise, je m'assurais de bien formuler mes questions lorsque je souhaitais avoir une réponse. On ne pouvait pas rester sur des sujets banaux. Je me doutais qu'il y avait autre chose, mais elle n'osait pas m'en parler. Le surnaturel, sûrement ? Après tout, lorsque des gens vivaient des situations étranges dans ce domaine, ils avaient peur de se faire passer pour fou. Peu de gens y croyaient. Elle ne pouvait pas savoir ce que j'étais. À première vue, j'avais l'air d'un être humain ordinaire.

Ma dernière question sembla la détendre. Elle répondit qu'elle était aux études pour être enseignante d'histoire. J'eu un petit hochement de tête pour l'encourager à continuer. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres lorsqu'elle mentionna l'enseignement. Ses yeux semblaient briller. Ce devait être quelque chose qui la passionnait.

Alors qu'elle parlait, elle ajouta comme quoi elle avait beaucoup voyagé et qu'elle avait grandi ici, au Kansas. Elle ajouta comme quoi elle ignorait si la réponse convenait, mais que c'étaient les premières choses qui lui étaient venu en tête. Il n'y avait pas de bonne ni de mauvaise réponse. Je lui avais posé la question uniquement pour en apprendre plus sur elle et pour lui permettre de se détendre.

« Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse » souris-je.

Elle avait dit qu'elle avait travaillé à la bibliothèque jusqu'à tout récemment. Il lui était arrivé quelque chose ? Perte d'emploi ?

« Jusqu'à tout récemment ? Vous avez perdu votre emploi ? »

S'il y avait effectivement quelque chose qu'elle n'osait pas me dire, il fallait que je trouve un moyen de creuser plus loin. Si c'était le surnaturel, il fallait que je la mette en confiance. Devrais-je partager quelques unes de mes expériences pour lui permettre de comprendre qu'elle n'allait pas se faire juger ? Sans doute, oui, mais commençons doucement en premier pour ne pas la brusquer.

Avant de commencer, je devais avoir une idée de son état mental. Je pourrais ensuite creuser plus loin tout en me fiant aux informations qu'elle m'avait fourni. Souffrait-elle de dépression ou d'autres problèmes mentaux ?

« Faites-vous des cauchemars ? Avez-vous de la difficulté à dormir ou bien à manger ? Avez-vous une prise ou une perte de poids anormale ? »

Ça me rappelait ma propre dépression suite à la transformation de Dean en démon et notre rencontre dans le motel. J'avais sombré dans la noirceur et la douleur. Mon humeur avait complètement changé. Cependant, je n'avais pas perdu ou gagné de poids, car je n'avais pas besoin de m'alimenter. Même chose avec le sommeil. Les anges n'en avaient pas besoin. Lentement, mais sûrement, je faisais de mon mieux pour remonter la pente et aider les autres.

Revenons à nos moutons. La jeune fille devant moi avait besoin de toute mon attention. Il fallait que je lui procure tout ce dont elle avait besoin.

« Avez-vous des amis, de la famille ? Êtes-vous proche d'eux ? »
© Laueee

____________________________________________

J'écris en #a1bdc2
DC : Elathan - Barry Howlett
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Besoin de parler un peu - Phaliel
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour ::  :: Downtown Kansas City :: Hôpital -