Ship du mois

Pseudo

Pseudo

Le forum a ouvert le 23/10/2017
Déconseillé au -16 ans. Peu contenir des sujets crus
Inspiré de la saison 10 de Supernatural. Risque de Spoil
Design créé par Hesa (Dean Winchester) ainsi que le codage des catégories, qeel, panneau latéral + + pa
Codage de la PA créé par Laue (Phaliel) ainsi que Hesa(Dean) pour le background.
Codage de la liste des membres par Crush, ainsi que la navigation.
Les codes et le design sont la propriété de DH. Merci de respecté le travail des admins en ne les recopiant pas.
Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Merci de privilégier les groupes Créatures, Dieux Païens et sorciers
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI

Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]

 :: Zone RP Délire :: Hors Temps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Administratrice
Ange


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 884
Crédit : 2720
MessageSujet: Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]
On peu jamais faire la cours tranquillement !
{ Râ, Phaliel et Dean }
Je regardais autour de moi, veillant à ce que les invités m’ignorent, ce qu’ils faisaient, concentrés sur notre hôte qui parlait. Nous remerciant d’être là et bla bla bla.

Bref je me faisais chier alors je décidais d’aller faire un tour dans sa collection privée dont nous n’avions pas l’accès. Apparemment il posséderait une belle collection d’artefacts et de fossile sur les dinosaures. Ça n’était pas trop mon délire mais ça serait toujours plus agréable à regarder que ces thons d’humains en tenues transpirantes de soirée.

Oui bon quoi j’étais de mauvaise humeur ! Aller savoir pourquoi j’étais déprimé ce soir.

Il fallait que je me change les idées mais je ne savais pas comment alors je passais en douce derrière les cordons de sécurité rouges pour aller voler un truc ou deux. Ça m’occuperait à défaut d’autre chose.

Je me faufilais donc loin de ses blablas sans fin et mettais mes mains dans mes poches arrière en arrivant dans les couloirs contenant la collection de vieux animaux. Je déambulais sans me presser lorsque j’arrivais devant une vitrine contenant de petit reste de dinosaure. Tout de suite mon regard fut attiré par un petit objet brillant.

Un fossile entouré d’ambre, d’une couleur si vive que je pensais immédiatement à Râ, mon Dieu du soleil adoré. Voilà ce que j’allais faire !

Vérifiant qu’il n’y avait pas de système de sécurité humain comme Hermès m’avait me l’avais appris, j’ouvris ensuite la petite armoire de verre en dégageant la porte et m’emparais de la pierre.

Regardant aux alentours, je haussais ensuite les épaules en me téléportant à la Tanière. Content de ma nouvelle acquisition j’appelais mon prétendant, enfin c’était surtout l’inverse mais bref je criais langoureusement son nom dans les couloirs en me promenant tranquillement dans notre « antre » comme on aimait l’appeler. Caressant la pierre de la main tellement elle était douce et brillante.

Je me demandais alors si Râ était aussi doux qu’elle lorsqu’il était au lit et même si cette partie de son corps que je convoitais l’été aussi.

Secouant la tête pour échapper aux visions qui m’assaillaient, je l’entendis me répondre et me dirigeais vers le grand salon central qui surplombait l’Hymalaya de sa baie vitrée.

Je le trouvais installé sur un canapé, un verre à la main et le saluais d’un sourire avant de venir m’avachir peu galamment proche de lui. Je posais ensuite ma tête contre son épaule et levais la pierre vers nos yeux.

« Regarde ce que j’ai trouvé ! J’ai pensé à toi en la voyant alors je l’ai ramené. »

J’avais  l’impression d’être un gamin en mal d’amour mais peu importait on n’était que tous les deux pour une fois et je voulais en profiter alors je continuais en retournant la pierre dans ma main.

« Tu faisais quoi ? »

Mais bien sûr comme si mon Père en avait décidé ainsi, on fut vite interrompu par quelqu’un.

Phaliel ?!

Attendez quoi ?

Comment elle connaissait cet endroit ???

Me redressant, mon regard passa de Râ à ma sœur en quête de compréhension mais bien sûr aller savoir pourquoi, la pierre commença à chauffer et vibrer dans ma main. Je voulu les prévenir mais ils discutaient et avant que je comprenne il se passa trois choses.

La première, un démon furieux du nom de Dean Winchester apparu, deuxièmement, il y eut un flash et on se retrouva tous en forêt et troisièmement mais bien sûr la chose que je préférais.

On tomba Râ et moi au sol enchevêtré l’un sur l’autre.
© Laueee

____________________________________________
I don't care !
© Laueee

Carte de visite:
 

Wouah:
 
Revenir en haut Aller en bas

Modératrice
Dieu Païen


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 177
Crédit : 1414
Emploi/loisirs : Dieu égyptien du soleil
MessageSujet: Re: Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]
Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures !
Ft. Le quatuor amoureux ♡
Debout devant le seul miroir de mon studio, j’étais en pleine réflexion importante. Devais-je oui ou non mettre cette veste en cuir ? D’un côté ça me donnait un look jeune et décontracté mais de l’autre, cela faisait bad boy et voyou des rues.. Quel terrible dilemme. Je jetai rapidement un œil sur l’heure, parfait, j’étais déjà en retard de cinq minutes, idéal pour un premier rencard ! Tant pis pour la veste, je la jetai négligemment sur mon lit, pris mon portable et sortis de mon appartement en claquant la porte. Erreur fatal, l’instant suivant je m’apercevais que j’avais oublié les clés, me condamnant ainsi à rester dehors.

« - Fais chier… !

- Qui a t-il, monsieur Bailey ?

Pour ajouter au drame, voilà que ma propriétaire m’avait entendu jurer dans la cage d’escaliers. Si elle comprenait ce qui venait de se passer, elle allait certainement retenir ça sur ma caution.

- Rien du tout madame Wells, j’ai juste une crampe au petit doigt…

- C’est cette crampe qui vous empêche de rédiger le chèque de ce mois-ci ? »

Ô par le Nil, juste pour une fois je voudrais oublier mes principes moraux pour brûler vive cette vieille peau de vache. Mais elle fut sauvée grâce à mon retard, et sans rien répondre de plus, je me téléportai directement au lieu de rendez-vous. Évidemment, pas directement à la terrasse du café, mais dans une ruelle un peu plus loin, pour éviter que les humains me voient apparaître d’un coup. Puis, tout en marchant vers le lieu, je sortis mon portable pour écrire un message prévenant de mon retard. Mais à peine il fut envoyé, je vis la destinataire déjà assise à une table. Contrairement à l’hôpital, Phaliel avait troqué son tailleur pour une charmante robe rouge, et ses cheveux habituellement en chignon étaient aujourd’hui détachés. En la voyant ainsi, je ne pus m’empêcher de retenir un sourire, et sentant mon cœur battre un peu plus fort dans la poitrine,  je vins immédiatement la rejoindre pour m’asseoir en face d’elle.

-Excuse moi pour le retard, j’ai eu...quelques soucis et j'ai du esquiver une vieille sorcière...

Sans plus détailler, j’interpellai un serveur et passai alors nos commandes. Pour ne pas passer pour un ivrogne, je choisis juste une limonade, neutre et basique. Nous commençâmes donc à parler de tout et rien, c’était la première fois que l’on se voyait hors de nos rendez-vous de l’hôpital, alors les sujets de conversation étaient maladroits, hasardeux. Je voulais à tout prix éviter de parler de moi, et je suis certain qu’elle ne voulait pas entendre le nom de Dean Winchester. Pourtant, parfois, j’eus l’impression qu’elle regardait autour d’elle, comme si elle craignait que quelqu’un fasse irruption.

On resta ensemble pendant à peu près de deux heures, quand on vit alors le temps se dégrader. L’arrivée des nuages gris signa la fin du rendez-vous, je me rendis donc rapidement au comptoir payer l’addition, avant de rejoindre de nouveau Phaliel et de lui proposer de la raccompagner chez elle. D’abord étonnée par ma demande, je lui expliquai que c’était coutume chez les humains que, suite à un rendez vous, l’homme devait accompagner la dame jusqu’à son toit pour s’assurer qui ne lui arriverait rien en chemin. L’ange accepta et nous fîmes ensemble route jusqu’à son lieu d’habitation.

Malheureusement, en milieu de parcours, il se mit à pleuvoir des cordes. On arriva alors devant chez elle en courant et complètement trempés… C’est alors que Phaliel m’invita à venir chez elle pour me prêter de quoi m’essuyer. Je pus donc découvrir un grand appartement spacieux, évidemment le boulot de psychologue devait bien payer. Elle m’indiqua la direction de la salle et où trouver des serviettes. Je me dépêchai donc de m’y rendre, je déposai les affaires que j’avais dans ma poche sur un meuble pour m’assurer qu’ils n’avaient pas été abîmés par la pluie, puis je m’essuyai avec une serviette. Une fois sec, je rejoignis Phaliel dans la salle à vivre, et pus voir que la pluie avait cessée. Elle m’accompagna alors à sa porte avant de faire nos au revoir.

- Et bien...j’ai beaucoup apprécié ce moment avec toi. Ça nous a changé de l’hôpital. J’espère que l’on pourra remettre ça bientôt.

Nous restâmes alors quelques instants debout, l’un face à l’autre, en silence. Puis, doucement, j’approchai mon visage du siens, et délicatement je déposai un léger baiser sur ses lèvres, avant de me redresser et de partir. Malgré son sourire, je voyais bien qu’il y avait quelque chose qui la gênait. Je savais bien que Dean Winchester était encore présent dans son esprit, ainsi que dans son cœur. En sortant du bâtiment, je poussai un soupire, moi qui pensais enfin avoir trouvé une personne avec qui partager l’éternité, je comprenais peu à peu que je me trompais. Malgré le mal que l’aîné Winchester lui avait causé, Phaliel continuait à l’aimer. J’étais certainement pour elle un moyen de tenter d’oublier son amour, mais il était évident que je ne pourrai jamais le remplacer ou le lui faire oublier.

C’est avec un sentiment de désarroi que je commençai à me diriger chez moi, avant de me souvenir que je n’avais pas mes clés. Toutefois, je savais que j’avais laissé mon double à la Tanière, et ça tombait bien : j’avais besoin d’un verre.

Je me téléportai alors immédiatement devant la villa posée sur l’Himalaya. C’était un lieu secret que je partageais avec mon bien aimé Balthazar, notre petit coin de paradis si j’ose dire. En entrant dans notre antre, je remarquai rapidement que mon ange adoré n’était pas présent, tant pis, je commencerai à boire sans lui. Je me présentai alors devant notre bar et pris une bouteille d’alcool fort pour me servir un verre complet que je bus d’une gorgée. Je m’en servis immédiatement un deuxième, mais cette fois-ci je m’installai sur un canapé pour le déguster. Je sortais d’un rendez-vous galant, et voilà que j’étais déprimé comme jamais. J’aurais peut être dû rester chez moi jouer aux Sims finalement...

C’est alors que j’entendis mon confident m’appeler du fond du couloir, entendre sa voix me fit déjà aller mieux. Il débarqua donc dans le grand salon, et vint s’installer près de moi en me présentant une magnifique pierre d’ambre, visiblement un fossile. Je lui demandai alors en riant :

« - Où es tu encore parti voler ça ?

Évidemment, je n’attendais pas de réponse, sa tête sur mon épaule, je posai alors ma joue sur le haut de son crâne tout en fermant les yeux, appréciant ce moment de sérénité avec mon confident. Malheureusement, ce court moment de repos s’interrompus brusquement quand Phaliel fit irruption dans la pièce. Je me levai précipitamment, plus qu’étonné par sa présence, mais aussi inquiet par son état d’alerte.

- Phaliel ?! Que fais tu ici ?!

Mais alors qu’elle me répondait, une autre personne entra brusquement dans la pièce, une personne que j’aurais espéré ne pas croiser aujourd’hui : Dean Winchester. Tout montrait en lui une aptitude agressive, et sans hésiter, je me téléportai immédiatement entre lui et Phaliel, craignant qu’il l’attaque. Cependant, alors qu’il puisse faire quoi que se soit, une lumière nous aveugla tous violemment. Puis, je fus victime d’une impression de tomber avant de me retrouver sous Balthazar. Non pas que son contact me dérangeait, loin de là, mais bon sang est-ce que tout les anges sont lourds ?

- ça va… ? Rien de cassé Balthy.. ?

En clignant deux trois fois les yeux, je m’aperçus qu’on était plus à la tanière, mais dans une sorte de forêt tropical. Sentant quelques chose de dur derrière mon dos, j’allai chercher avec mon bras ce que j’avais semble t-il écrasé lors de ma chute, et...je fus plus que surpris par ma découverte.

- C’est... un œuf ? »

____________________________________________



Râ vous illumine en #333366
Revenir en haut Aller en bas

Co-Fondatrice
Séraphin


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 291
Crédit : 2393
Emploi/loisirs : Psychologue
MessageSujet: Re: Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]
Vivre d'amour et d'eau fraiche
poursuivis par des fucking dinosaures
Phaliel & Râ
Balthazar & Dean Winchester
Un rendez-vous. Un rendez-vous hors des murs de l'hôpital. Pas avec n'importe qui. J'avais rendez-vous avec mon rayon de soleil préféré. Au fil du temps passé ensemble, il avait su être présent pour moi et me montrer que j'étais importante pour lui. Il me faisait rire, me réconfortait quand je n'allais pas, me faisait sentir belle et me respectait. Il était tout le contraire de Dean. Il était vraiment un rayon de soleil. Pas pour rien qu'il était le dieu soleil. Une chose était certaine : j'éprouvais des sentiments beaucoup plus que professionnels envers lui. J'étais tombée amoureuse de lui.

Dean m'avait blessé et m'avait détruite. Pourtant, je continuais de l'aimer. Je me souciais de lui. Je me demandais toujours s'il allait bien et si d'autres gens souffraient à cause de lui. C'était stupide ! Il était devenu cet être infect consumé par les flammes de l'enfer et les sentiments ne partaient pas. Je devais essayer de refaire ma vie et accomplir mon devoir céleste. Pouvait-on dire que Râ était mon amant ? Je pouvais dire que oui. Je pouvais refaire ma vie avec lui, il me rendait heureuse, mais Dean revenait toujours hanter mes pensées. Dans quelle galère m'étais-je embarquée ? J'étais amoureuse de deux hommes. Deux hommes qui me comblaient de bonheur. Enfin, Dean l'avait fait avant de devenir ce qu'il était et Râ, il était tout simplement adorable.

Quelle fut la surprise lorsque à la fin d'une session Râ m'invita à sortir avec lui. Je n'avais pas répondu immédiatement, trop choquée de savoir que mon patient me demandait de passer une soirée avec lui en tête à tête. C'était mal, horriblement mal de sortir avec son patient, mais je l'aimais. J'avais apprise à apprécier sa personnalité. J'avais accepté et c'était pour cette raison que je me retrouvais assise sur une chaise devant un miroir et une table dans une chambre. Ne supportant plus d'être au bunker, j'étais allée vivre ailleurs. Je gardais tout de même contact avec ma famille. Les abandonner était inimaginable. Pas comme un certain démon l'avait fait.

Sur une table devant moi se trouvaient des bijoux, des accessoires pour les cheveux et des cosmétiques. Pour la peine, j'étais allée sous la douche. Avec le temps, j'avais apprise à apprécier sentir l'eau chaude sur ma peau. Je savais aussi que l'hygiène était important chez les humains. J'étais vêtue d'une robe rouge foncée qui épousait mes courbes. Le haut du buste formait un coeur, offrant un joli décolleté délicat. Les côtés de la robe étaient ouverts. Deux bandes de tissus se croisaient au centre. Je vais de terminer d'enfiler des talons haut et appliquais mon maquillage. Une fois prête, je pris mon sac à main et me téléportai dans une rue à côté du lieu du rendez-vous et allai m'installer à une table.

C'est alors que Râ apparut devant moi. Je levai la tête pour le regarder et lui offris un large sourire. Automatiquement, mon coeur se mit à battre lorsque je l'aperçu. Décidément, j'étais pas qu'un peu amoureuse de lui. Il s'excusa de son retard et s'installa en face de moi.

« Le soleil ne peut pas t'aider à la brûler ? » tentative de blague râté. Demandez pas à un ange de faire des blagues, c'était pourri.

Il interpella un serveur qui passait par là et passa commande. J'avais demandé un verre de vin et le buvais tranquillement uniquement pour les apparences. Je ne mangeais pas et ne buvait pas. Je ne faisais que goûter les molécules si je le faisais. Il s'était pris une limonade et je souris doucement. Il avait bien le droit de se prendre un breuvage alcoolisé s'il le souhaitait.

Nous parlâmes de tout et de rien. Les sujets de conversation étaient maladroits. Je voulais en apprendre d'avantage sur Râ, mais il semblait ne pas vouloir parler de lui. Malgré cela, la conversation allait bien. Il y avait même des bonnes blagues qui me firent rire. Par moments, j'avais même déposé ma main sur la sienne, brisant la barrière du contact. Avec l'aide de Dean, j'avais apprise comment me comporter en humaine. Parlant de lui, il m'arrivait de regarder autour de moi pour m'assurer qu'il ne débarque pas à tout moment. Ces derniers temps, je me sentais observée et j'ignorais pourquoi.

Nous restâmes assis à cette table pendant environ deux bonnes heures à juste parler et apprendre à nous connaître. Je faisais attention aux oreilles indiscrètes si je révélais des choses sur ma nature céleste. Nous étions tout de même entourés d'humains. Le ciel se noircit et cacha la lune qui était sorti. Ça sentait la pluie. Râ proposa de me ramener chez moi. Pourquoi ? Je savais me défendre. Pourquoi aurais-je besoin d'être accompagnée ? Puis il m'expliqua que c'était coutume chez les humains de raccompagner la femme à son domicile. J'acceptai donc, contente d'être encore un peu réchauffé par ses rayons.

Alors que nous marchâmes, la conversation dura, cependant il se mit à pleuvoir des cordes. La pluie ne me dérangeait pas, mais Râ ne semblait pas aimer. Nous courûmes jusqu'à chez moi, tentant d'être trempés le moins possible sauf que c'était peine perdue.

« Entre. Tu peux aller te sécher à la salle de bain » dis-je, ouvrant la porte et entrant à l'intérieur de l'appartement. Je me déplaçai sur le côté et invitai le dieu à l'intérieur.

Je n'eu pas à attendre bien longtemps avant de voir Râ revenir vers moi. Je le raccompagnai à la porte et me tournai vers lui, le fixant dans les yeux. J'étais tellement heureuse avec lui, mais en même temps si triste... Triste parce que je n'arrivais pas à me sortir Dean de la tête. Je les aimais tous les deux. J'adorais Râ, je me voyais vivre l'éternité à ses côtés, mais en même temps je m'imaginais voir Dean vieillir à mes côtés. Il était un démon et il m'avait causé du tort, mais peut-être qu'il n'avait pas pensé ce qu'il avait dit ? J'éprouvais énormément de doute quant à son amour envers moi, ce qui faisait en sorte que c'était difficile lui faire confiance.

« Moi aussi j'ai aimé ce moment avec toi. C'est avec plaisir qu'on peut se revoir »

Puis un silence confortable et apaisant s'installa entre nous deux alors que nous nous fixions droit dans les yeux, immobile l'un en face de l'autre. Avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, Râ approcha son visage du mien et m'embrassa. Je figeai sur place, ne sachant quoi faire puis lentement, je me détendis et retournai son baiser. Il sembla interminable, mais il n'avait duré que quelques secondes. Je ne voulais pas qu'il parte. Je voulais... je voulais qu'il reste avec moi, mais nous devions nous quitter. J'avais des dossiers à m'occuper et une journée qui m'attendait demain.

« Merci » murmurai-je contre ses lèvres avant qu'il ne parte. Trois petits mots menaçaient de s'échapper. Je voulais les dire, mais j'avais peur de sa réaction. Ressentait-il la même chose que moi ?

La porte claqua et je su qu'il était parti. Soupirant doucement, je me rendis à ma chambre, déposai mon sac sur ma coiffeuse et pris place sur la chaise m'apprêtant à enlever mes talons hauts. C'est alors que mon téléphone sonna et je répondis. Une voix que je reconnaîtrais n'importe où se fit entendre. Dean. Mon coeur rata un bond lorsque je l'entendis. Je pensais qu'il appelait pour me dire qu'il voulait revenir avec moi, mais... bien vite je découvris qu'il comptait s'en prendre à Râ. Non... non ! Pas mon rayon de soleil adoré ! Je ne répondis pas et raccrochai.

Il fallait que j'aille l'avertir, lui dire que Dean comptait s'en prendre à lui. Mais où habitait-il ? Il était allé à la salle de bain il y a quelques instants. Par chance, je trouverai peut-être quelque chose qui pourrait m'indiquer où le trouver. Une fois dans la pièce, je remarquai un téléphone sur un comptoir. Je me jetai sur lui, le pris dans mes mains et l'ouvris pour regarder dans ses contacts.

« Balthazar... La tanière ? » Curieuse, j'appuyai dessus et vis les coordonnées de l'endroit où se trouvait leur supposée tanière. Je me l'imaginai dans mon esprit et me téléportai à cet endroit-là.

J'apparus devant deux hommes que je reconnaîtrais n'importe où. Mon frère Balthazar et Râ. Si je n'avais pas été là pour l'informer de la menace de Dean, peut-être aurais-je aimé être là, mais les circonstances étaient différentes.

« Râ ! C'est Dean. Il--»

Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, le dit Dean arriva. Il avait l'air en colère et très, très agressif. Mon coeur me martela les côtes. Pas de coups ! Surtout pas de coups ! Il m'avait déjà montré ce qu'il pensait de moi. Je ne voulais pas qu'il le fasse une fois de plus. Je ne le supporterais pas ! J'aggripai le chandail de Râ et enfoui ma tête dans le creux de son cou, recherchant le maximum de protection et de sécurité. Je revoyais Dean me frapper encore et encore. Mon coeur se serra et je sentis les larmes me piquer les yeux.

« Pas de coups, je t'en supplie... » dis-je, la voix étouffée par le torse du dieu.

C'est alors qu'une lumière nous aveugela et j'eus une sorte de sensation de tomber dans le vide puis j'atterris sur quelque chose de solide. Je baissai le regard et vis que j'avais atterri sur Dean. Dean ! Oh non ! Bien vite, je me redressai et me reculai de lui, fonçant dans quelque chose d'autre de solide et me recroquevillai au sol, tentant de me faire toute petite pour ne pas qu'il m'attaque. Autour de moi, il y avait de la végétation. Quoi ? N'étions nous pas dans un bâtiment ? Pourquoi de la végétation ?

Un oeuf ? Quoi ? Comment était-ce possible ? Je levai les yeux et vis que nous étions entouré d'objet sphériques blancs et tachetés. Quoi ? Des oeufs ? Attendez une seconde... Je me relevai lentement et précautionneusement, regardant autour de nous.

« Nous sommes au temps du Jurassique »

C'est alors que des pas lourds et constants se firent entendre puis un cris strident et à faire saigner les oreilles se fit entendre.

« Fuyons ! »
© Laueee

____________________________________________
Hold me 'cause I fall apart
Can beauty come out of ashes ?
DC: Phaliel - Elathan - Sierra Kelly - Allan Grayson - Barry Howlett a1bdc2
Revenir en haut Aller en bas

Fondatrice
Chevalier de l'Enfer


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 1148
Crédit : 3562
Emploi/loisirs : Butter des gens, repeindre les murs en rouge, l'affaire de famille quoi.
MessageSujet: Re: Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]
Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures !

Le Quatuor de l'amouuur ♥️

Les heures étaient passés à une vitesse étonnante même pour moi pour qui le temps semblait devenu relatif maintenant que je n'avais plus besoin de dormir ou de faire attention à ce que je pouvais bien faire de mes journées. Je devais avoir passé plus de vingt huit heure dans ce bar, sans exagéré, à endurer les humains qui prenaient un verre en trop et tombait inconscient comme des loques au sol ou encore les autres bruyant aux tables de billards dans le coin de l'établissement. Pour passer le temps, puisque je n'avais rien à faire de bien particulier en cette journée, je m'étais laissé aller à boire – peut-être un peu trop même pour ma tolérance – et à regarder les danseuses se déhanché, ouvrir leur jambe, se relever, se pencher pour montrer leur décolleté plongeant et recommencer le manège plusieurs fois. Je les encourageais à grand renfort de billet vert et lorsqu’elle terminait la chanson, elle était presque immédiatement remplacé par une autre, ce qui occasionnait un bon roulement. Puis je retournai au comptoir et recommençait la même chose. Comptoir, danseuse… comptoir… etc.

Mes journées étaient passionnante n’est-ce pas? Ouais bon d’accord, il pouvait y avoir mieux, mais c’était tout ce dont j’avais besoin pour être heureux. Et surtout, ça me permettait d’oublier tout ce que mes proches avaient pu tenter de me dire pour me raisonner ces dernières semaines. Comme si j’en avais quelque chose à foutre, sincèrement…

Mon regard se perdit sur le liquide ambré qui dansait dans mon verre, des bruits de pas se faisant entendre derrière moi. Je tournai la tête, regardant le démon qui s’approchait vers moi avec assurance. Arquant un sourcil, je le regardai s’installer au banc à côté sans se gêner, ce qui m’occasionna un petit rictus mauvais aux coins des lèvres.

« Qu’est-ce que tu veux? »

« J’ai une info intéressante pour toi. Je peux te la donner. »

Un démon qui voulait être serviable? Et puis quoi encore!

« Intéressante à quel point? »

« Ça concerne ton ange. »

Mais qu’est-ce que je pouvais bien m’en foutre d’elle! Ça faisait un moment qu’elle n’était plus dans mes pensées. Pourquoi il croyait que ça allait m’intéresser, cet imbécile?

« En échange de l’info, je veux juste que tu parles en bien de moi à Crowley. »

« D’accord, balance l’info, je lui parlerai. »

Je le redisais… mais ‘et puis quoi encore!’. J’écoutai les infos du démon et ma main se crispa brusquement sur mon verre, au point que ce dernier se craquela et tomba en miette dans ma paume. L’alcool s’en échappa et je me relevai brusquement de mon banc, sans même accorder un regard à ce crétin qui m’avait filé le tuyau. En me dirigeant vers la sortie, je repoussai brusquement l’une des serveuses qui tomba sur une table où quelques clients lâchèrent des jurons à mon adresse, mais j’étais bien trop enfermé dans mes pensées et dans ma rage pour y porter une quelconque attention. J’avais quitté le bar, mais au final, je ne savais même pas ce que je faisais. Ma main tremblait, mon cœur me martelait la poitrine et ma mâchoire me faisait mal tellement je la crispais. Cette colère que je ressentais… cette jalousie… il y avait fort longtemps que je ne l’avais pas ressenti. Je ne croyais d’ailleurs plus la ressentir… plus jamais. Et là voilà qui profitait de tout cet alcool que j’avais absorbé pour passer au travers les fissures.

Râ… Encore là. Non seulement il m’avait empêcher d’en finir avec Claire, mais il osait en plus poser ses sales pattes de Dieu païens sur ce qui était à moi! Dire que je voyais noir était sans doute bien trop faible comme expression. Je pouvais sentir l’influence de la marque qui me consumait de plus en plus et encore bien plus sauvagement que si on m’avait seulement insulté ou provoqué. Je devais mettre la main sur ce Dieu. Lui éclater la tête sur absolument toutes les surfaces que je trouverais à proximité, la lui arracher et la trimballer devant Phaliel pour lui montrer ce qu’il en coûtait d’aller voir ailleurs.

La respiration sifflante, je me passai une main dans les cheveux, réfléchissant. Comment je pouvais le trouver? Ah. J’avais peut-être une petite idée! Je me téléportai au palais de Crowley, profitant de son absence pour aller quérir l’aide de ses sorcières. Je leur demandai donc de localiser le Dieu soleil et mémoriser l’emplacement du lieu. Quittant ensuite la pièce, je me saisis de mon téléphone pour appeler Phaliel, ne m’attendant pas à ce qu’elle décroche aussi rapidement. Comme quoi cette idiote devait encore penser que je reviendrais vers elle en la suppliant à genoux.

« J’espère que tu t’es bien amusé avec ton Soleil chéri, parce qu’il va connaître une fin prématuré. Tout ce qui te rend heureuse va brûler et partir en fumée. »

Je ne fus même pas surpris de l’entendre raccroché sans avoir rien dit et je balançai mon téléphone contre le mur, me téléportant dans l’Himalaya, là où se trouvait le… repère. Quel idée de foutre ça là. Sans même me faire prier, sans faire attention au bestiole bizarre qui gardait l’endroit, j’ouvris brusquement les portes avec ma télépathie, fonçant vers le joyeux petit groupe – pas très joyeux puisque Phaliel avait rejoint son amant – avec une seule idée en tête. Ma colère doubla d’ailleurs quand je la vis se jeter sur lui pour se protéger et je tendis le bras en arrivant près d’eux, prêt à en découdre… sauf qu’une lumière aveuglante surgit de nul part et nous transporta ailleurs, sans prévenir.

Sonné par le voyage impromptu, je clignai plusieurs fois des yeux et me rendit compte que Phaliel m’était atterri dessus… et s’était redressé rapidement pour se reculer, me fuyant clairement. Non pas que j’allais m’en plaindre si la leçon que je lui avais donné la dernière fois avait servit à quelque chose… en plus du fait que depuis que j’étais arrivé elle suppliait pour que je ne la frappe plus. Comme si j’allais gaspillé mon temps à la battre à nouveau alors que l’objet de ma hargne se trouvait… pêle mêle avec Balthazar. Tiens, je ne l’avais pas vu lui.

Me relevant à mon tour, ma rage toujours bien présente, je me rendis toutefois compte que nous n’étions clairement plus dans les montagnes. Nous étions désormais dans un endroit recouvert de verdure et ou tout semblait démesurément… grand. Sourcil froncé, je me retournai pour observer les lieux, remarquant les œufs… puis ensuite le tremblement et le cri que je n’avais jusqu’alors entendu que dans les films.

« C’est pas vrai… »

Je relevai la tête, observant les arbres qui bougeaient dangereusement pour laisser apparaître une tête affreuse de T-rex. Écoutant le conseil pour une fois judicieux de l’ange qui avait partagé ma vie, je me mis à courir, suivant les trois autres. Il y avait une belle différence entre se dire: Je sais que je peux pas crever et j’ai pas peur des démons, des anges, des vampires et toutes ces saloperies… et se dire: PUTAIN JE VEUX PAS FINIR DANS LE BIDE D’UN TYRANNOSAURE BORDEL.
Code Hesa

____________________________________________






Merci Ryan ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Ange


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 884
Crédit : 2720
MessageSujet: Re: Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]
On peu jamais faire la cours tranquillement !
{ Râ, Phaliel et Dean }
« Où es tu encore parti voler ça ? »

Je croisais alors son regard et pris un faux air offusqué avant de lui sourire en lui offrant un clin d’œil pour qu’il ne pose pas de questions. Ce qui n’arriverait pas de toute façon car ce n’était pas le genre de chose qui le dérangeait chez moi. Et puis, je ne vole pas monsieur Râ, j’emprunte sur de longue durée, Herminou pourra le confirmer lui aussi.

Appréciant notre étreinte un peu trop chaste à mon goût, j’aurais tout de même aimé que le moment ne soit jamais brisé, en plus mon petit Dieu avait l’air un peu déprimé mais bien sûr le karma se chargea de nous faire chier en la présence d’une Phaliel toute pomponnée.

Moi aussi je pouvais mettre une jolie robe pour les beaux yeux de Râ !

Bon d’accord ça ne ferait pas le même effet mais si c’est ce qu’il voulait je me plierais à ses exigences, enfin uniquement si c’était dans l’intimité d’une chambre. Et qu’on était seuls. Et qu’il était nu. Bref.

Râ se leva alors d’un coup et je me retenais de ne pas basculer sur le côté, comme une crêpe, là où il était il y a quelques secondes encore.

Puis drama sur drama, à mesure qu’ils s’expliquaient en m’ignorant, Dean se pointa et immédiatement Râ se mit entre les deux ex-amants.

N’en pouvant plus et en voyant le regard du démon pour mon Dieu, je fis la même chose entre Râ et Dean –on ressemblait à une brochette là- et m’apprêtais à hausser le ton pour râler qu’on ne pouvait jamais être tranquille chez soi et que les deux arrivants faisaient chier lorsqu’on fut éjecté ailleurs.

La pierre me repoussa en s’activant et je tombais lourdement sur mon petit Ahkmenrah personnel.
J’aurais pu rester ainsi toute la journée mais il s’inquiéta de m’avoir cassé alors que c’était moi qui l’écrasais. Il était vraiment parfait ! Je souris donc en me disant que ça aurait été un comble qu’il m’abime de cette façon et non au lit comme je l’avais prévu pour notre première fois.

Néanmoins, malgré la cocassité de la situation, je le rassurais d’un

« T’inquiètes pas je suis solide, Râ-tatouille, et toi ? Ça va ? Toujours en vie ? »

Oui j’étais fier de ma trouvaille pour son surnom et j’allais continuer à l’appeler ainsi sauf si je trouvais encore plus embarrassant.

Le sentant remuer sous moi, je le laissais faire n’ayant pas envie de bouger et attendis de voir ce qu’il comptait faire lorsqu’il agita sous nos nez le plus gros œuf que je n’ai jamais vu.

Je sifflais d’admiration et lançais

« Eh bien je ne pensais pas que les Dieux pondaient des œufs ! Tu veux faire Sid dans l’Âge de Glace c’est ça ? »

Je le laissais inspecter l’œuf et me décidais à me lever sachant ce qu’impliquait cet œuf et aussi pour lui tendre la main et l’aider à se relever. Au même moment, ma charmante sœur constata à voix haute quand nous étions et je ne pus m’empêcher d’ajouter sarcastiquement

« Merci Sherlock on avait compris »

Puis comme dans tout bon film, lorsque les héros découvraient un nouveau monde, une chose énorme et dangereuse surgissait pour les bouffer. A savoir ici, une dinosaure bien nourrit qui n’aimait pas qu’on joue avec ses œufs.

C’est donc sur l’ordre de Phaliel, qu’on détala tous en courant dans la même direction.

Je n’avais pas lâché la main de Râ lorsqu’il c’était levé et aurait voulu nous téléporter tous les deux chez nous mais bizarrement mon pouvoir ne marchait pas. Alors nous courions sur les traces des talons aiguilles de l’autre ange.

Elle ne voulait pas trébucher et servir de repas à maman Denver ? Ça nous permettrait de fuir et puis je serais débarrassé de la concurrence comme ça.

On courut longtemps et heureusement –ou pas ?- aucun d’entre nous n’avait besoin de s’arrêter pour reprendre son souffle. Et puis il me semblait qu’on avait semé la maman hargneuse, pour le moment, lorsqu’on déboucha sur une clairière où des herbivores broutaient de l’herbe.

Je les reconnaissais comme étant des ankylosaures. Merci Jurrasic Park, ça allait servir de t’avoir regardé plusieurs fois malgré les images un peu ringardes.

Ralentissent le pas pour finalement m’arrêter sans prévenir personne, je constatais que Râ me lâchait la main pour aller voir Phaliel.

Mécontent et sur les nerfs d’avoir été interrompu dans notre chez nous –je n’étais pas rancunier non- je balançais alors en écartant les bras

« Mais qu’est-ce que tu lui trouves de plus qu’à moi ?! »
© Laueee

____________________________________________
I don't care !
© Laueee

Carte de visite:
 

Wouah:
 
Revenir en haut Aller en bas

Modératrice
Dieu Païen


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 177
Crédit : 1414
Emploi/loisirs : Dieu égyptien du soleil
MessageSujet: Re: Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]
Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures !
Ft. Le quatuor amoureux ♡
Tandis que j’examinais l’œuf que j’avais récupéré sous mon fessier, Balthazar me fit une petite plaisanterie sur ma prétendue nature d’ovipare qui me fit sourire.

« - Voyons Balthy, je ne donne pas la vie avec des œufs, mais avec mes larmes.

Je le laissais un peu dans sa confusion que j’avais pu provoquer en lui répondant. Ça lui apprendra de me comparer à un paresseux à grandes dents. Toutefois, il était en effet dit dans ma mythologie que j’avais donné naissance aux Hommes en versant une larmes de joie. Il est vrai que je suis plutôt un sentimental. J’ai versé quelques larmes quand Joffrey Baratheon s’est fait empoisonné ou encore quand les américain ont enfin décidé de mettre au pouvoir un démocrate.
J’acceptais la main que me tendit mon confident pour pouvoir me relever, et en profitais pour regarder sur quoi j’étais tombé.

- Sauf que la ce que j’ai fait c’est pas une ratatouille, mais une omelette.

Effectivement, je m’étais retrouvé dans un nid, mais pas un nid de paon ou d’ornithorynque. Non, moi, il faut toujours que je fasse les choses en grands. Alors si je dois atterrir dans un nid, il faut que ce soit dans le nid de dinosaure, et pas n’importe lequel. Phaliel vint me conforter sur la nature du nid. Quand j’entendis sa voie, je la cherchais immédiatement du regard. Elle était juste à côté et..enchevêtrée avec Dean Winchester. De peur qu’il lui fasse du mal, j’allais commencer à courir vers eux, cependant un tremblement me stoppa dans ma lancée. Le tremblement se répéta une, deux, trois fois, toujours plus proche et plus fort. Puis, un crie douloureux pour les oreilles retentit juste à proximité de nous. J’avais bien raison, j’avais dans ma main un œuf de tyrannosaure rex.
C’est alors que mon étoile nous cria de courir, je voulu immédiatement les arrêter avant de commettre une grosse erreur.

- Non ! Son acuité visuel est basé sur le mouvement ! Il ne faut surtout pas boug… !

Trop tard, mon bien-aimé Balthazar qui tenait toujours ma main m’entraîna avec lui dans une course folle. La tête du t-rex sortit des feuillages et la bête se mit à nous poursuivre. Ce fut le moment d’une longue course poursuite. On esquivait branches, feuilles et racines, sans réduire notre allure et tout en restant ensemble. Tandis qu’on courait, je regardais Balthazar, cela faisait me souvenir de notre première rencontre, quant on avait fuit ensemble ces démons, main dans la main.

Enfin, après dix bonnes minutes de course,  le t-rex nous avait perdu de vue. On s’arrêta dans une grande clairière où se trouvaient d’autres dinosaures, tous des herbivores qui malgré notre présence, continuait à brouter tranquillement.

- ça aurait pu être pire, on aurait pu être poursuivie par des raptors, lançais-je, là, on aurait beau était endurant, on aurait fini en casse-croûte pour poulet du jurassique.

Je me tournais ensuite vers Phaliel et me dirigea vers elle. Je vérifiais rapidement qu’elle n’avait pas était blessé.

- Tout va bien ? Tu n’as rien ?

Je repoussais les mèches de cheveux qui cachait son visage derrière son oreille, puis constatais que  seules ses escarpins n’avaient pas apprécié la fuite.

- On ira en acheter de nouvelles ensemble, si tu le veux bien.

C’est alors qu’avant même que Phaliel puisse me répondre, que Balthazar haussa la voie en ma direction. Je me retournais vers lui, surpris pas sa réaction. Pourtant, ce n’étais pas la première fois que l’on me posait cette question. En regardant Balthazar, je voyais soudainement le visage ma fille Tefnout et de mon fils Seth. Je n’avais pas pu leur répondre, car il n’y avait pas de réponse à cette question grotesque. Je n’ai jamais eu une quelconque hiérarchie parmi ceux que j’aime. Cependant, j’avais le sentiment que cette question me reprochait juste d’aimer plusieurs êtres. Aujourd’hui encore, j’ignorais quoi répondre à Balthazar, mais il devait savoir que je ne l’aimais pas moins qu’un autre.L’amour que j’avais pour lui et Phaliel était juste différent.

- Balthazar.. Je ne préfère en rien toi ou Phaliel. Je vous aime tout les deux, c’est juste différent !


Je fus interrompu par un grognement d’exaspération de l’aîné Winchester. Cette discussion l’ennuyait, et il semblait ne pas apprécier que je sois si proche de Phaliel.

- On en parlera plus tard
, dis-je alors à Balthazar, comprenant que ma réponse ne l’avait pas convaincu.
Je me dressais alors devant Dean Winchester tout en me préparant à ce qu’il attaque Phaliel ou moi.

- Je ne sais pas comment tu as réussi à trouver notre cachette, mais je comprend très bien que c’est pour moi que tu es venu. Qu’on mette déjà une chose au claire, ne mêle ni Balthazar, ni Phaliel à nos petits conflits".

____________________________________________



Râ vous illumine en #333366
Revenir en haut Aller en bas

Co-Fondatrice
Séraphin


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 291
Crédit : 2393
Emploi/loisirs : Psychologue
MessageSujet: Re: Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]
Vivre d'amour et d'eau fraiche
poursuivis par des fucking dinosaures
Phaliel & Râ
Balthazar & Dean Winchester
J'étais tombée sur Dean et je m'étais reculée pour ne pas qu'il me frappe. S'il ne voulait pas le faire, il était libre, hein, mais dans ma petite tête d'emplumée, il pouvait recommencer comme bon lui semblait. Bien entendu, je pouvais me défendre et l'en empêcher, mais il était presque aussi puissant que moi. Je dis bien presque. Un ange ça reste puissant.

Les rugissements venaient d'au-dessus de nos têtes et se rapprochaient de plus en plus. Ne voulant pas me retrouver dans l'estomac d'un dinosaure, je me suis mise à courir, invitant les autres à me suivre. Ils étaient libres de faire comme bon leur semblait, mais disons que je n'avais pas du tout envie de me retrouver dans le ventre d'un reptile. Je ne pouvais pas mourir, mais je comptais garder mon véhicule pendant un long moment. Râ ajouta qu'il ne fallait surtout pas bouger, car l'acuité visuelle des dinosaures étaient basée sur le mouvement. Il marquait un point, mais que faire si la chose sentait notre odeur et décidait de nous bouffer tout cru ?

Nous courûmes pendant une bonne dizaine de minutes, esquivant branches, racines et feuilles. J'étais endurante, très endurante. Je ne pouvais pas me fatiguer. Les seules blessures que j'avais étaient des éraflures qui guérissaient à vue d'oeil, mais rien de bien grave. Ma robe était déchirée à quelques endroits dû aux branches. J'avais perdu pied pendant notre course. Il s'était coincé dans un tronc et les talons s'étaient brisés. Le dinosaure nous perdit de vue et nous arrivâmes dans une clairière. Autour de nous, il y avait de l'herbe, des arbres et des herbivores qui broutaient. La viande que nous étions ne les intéressait aucunement.

« Je n'ai rien » dis-je en réponse à Râ, retirant mes souliers et me retrouvant pieds nus. Étant donné ma nature, je pouvais me le permettre. « Ce n'est pas grave. Ce ne sont que des souliers »

Au même moment, Balthazar lança une remarque grotesque. Surprise, je me tournai vers lui. Je ne m'attendais pas à ce qu'il prononce ces mots. Il avait l'air d'un gamin qui faisait une crise à ses parents parce qu'il n'avait pas le dernier camion jouet de l'année. Je pouvais comprendre qu'il était jaloux, ça arrivait à tout le monde. Depuis quelques temps, Balthazar était désagréable avec moi et je ne comprenais pas pourquoi. Était-ce parce que je m'étais rapprochée de Râ ? Je l'aimais, c'était aussi simple que ça. J'ignorais quoi répondre à mon frère. D'ailleurs, à quoi cela aurait servi de répondre ? Envenimer la situation ?

Rapidement, je vis Râ se placer devant Dean et s'adresser à lui. Bizarrement, je l'avais oublié celui-là, mais lorsque le dieu soleil le mentionna, toute la peur que j'éprouvais revins. Je me sentis trembler, mais fis de mon mieux pour me calmer. Il n'allait rien m'arriver. Tout allait bien se passer.

« Quelqu'un a une idée comment on est arrivé ici ? Balthazar, dis-moi, tu as encore ''emprunté'' un objet ? Et si c'est un portail ? »
© Laueee

____________________________________________
Hold me 'cause I fall apart
Can beauty come out of ashes ?
DC: Phaliel - Elathan - Sierra Kelly - Allan Grayson - Barry Howlett a1bdc2
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Vivre d'amour et d'eau fraîche poursuivis par des fucking dinosaures ! [Rânoune, Phalilette et Deanola x)]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour :: Zone RP Délire :: Hors Temps -