Avril 2019
Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Nous sommes à la recherche de Jody, Bobby et bien d'autres!
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI
Merci de privilégier les groupes Créatures, sorcier, expérimentations, anges disgracié et ange!

Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda

 :: Around the world :: Philadelphie :: Centre ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Panthéon Grec


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 191
Crédit : 2703
MessageSujet: Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda
Mer 31 Oct 2018 - 7:09
J'étais en quelque sorte, le dieu de la communication. Alors, communiquer m'était important. Je m'occupais bien de mon groupe de cambrioleurs, je recrutais assez souvent de nouvelles têtes, parce que d'autres finissaient en prison - quel dommage tout de même ! -. Mais l'important est qu'ils ne me dénonçaient pas, à croire qu'ils m'appréciaient réellement. Je m'occupais à présent aussi de ma superbe boite de nuit, bien que je n'étais pas tout seul à la gérer. Le Kappa Alpha Tau était le produit de trois hommes...Enfin "hommes" particulièrement unis par un seul combat : n'en faire qu'à leur tête. Quand on voyais que Thot lui même était né sans parents, on comprenais mieux le principe.

Et bien sûr, je me chargeais de mon magasin Hermès. Qui fonctionnait bien, attirant toujours plus de luxe. Mais de fait, j'avais des ambitions particulières. Donner un engagement à mon magasin. Et quitte à ce que ça éloigne quelques vieux frileux, je m'en fichais bien, je saurais toujours le faire marcher. J'avais donc décidé de créer un partenariat avec une certaine association. Association qui se voulait défendre la cause LGBTQA+. Autant dire que ça m'intéressait, moi qui était totalement pansexuel, et qui de toute évidence, ne jugeait aucun humain sur son orientation sexuelle, romantique ou quoique ce soit. D'ailleurs, plus il y avait de la diversité, mieux je me portais. 

Donc. J'avais décidé de rendre visite à cette association pour voir avec eux s'il était possible de faire quelque chose entre nous deux. J'étais bien habillé, autant le dire : un costume relativement propre, venant de mon propre magasin, et j'avais même pensé à coiffer mes cheveux indiscipliné pour en faire un minimum de chose. 
J'étais ensuite arrivé devant le bâtiment et j'étais entré. 

Là j'avais demandé à voir quelqu'un pour parler de mon projet, et de fait, on m'annonça que la seule personne disponible était une certaine Rosalinda.
Une certaine Rosalinda devant qui je me retrouvais rapidement, avec un petit sourire aux lèvres. 

- Bonjour, puis-je vous parler ? Ca serait pour en apprendre plus sur votre association, et vous proposer quelque chose... 

Ah, les vieilles habitudes ne changeaient pas : j'étais ce dieu du commerce qui aimait négocier et faire des propositions d'échange. Je lui fit mon plus beau sourire charmeur, histoire d'être éventuellement sûr qu'elle répondrait positivement à ma demande. 

____________________________________________

Dieu ne joue pas aux dés, mais peut-être qu'il joue au bilboquet.


Parce que moi madame j'ai un nouveau travail:
 
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Messages : 99
Crédit : 1344
Emploi/loisirs : Chercheuse (d'emploi, mais ça fait moins rêver)
MessageSujet: Re: Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda
Jeu 1 Nov 2018 - 5:21
Laisser deux pipelettes dans une même pièceft. Hermès



Il ne m’avait pas fallu trois minutes pour remarquer l’hurluberlu qui était entré en costard dans le local. Il s’était d’abord adressé à ceux qui trainait dans l’entrée pendant que Baptiste m’abandonnait les clés au niveau du bar :

« Faut vraiment que j’y aille, tu vas te débrouiller toute seule Rose ?
-T’inquiète, au pire, si quelqu’un dérange, elle l’assassine à coup de cookies ! »


Marc avait déjà sa fameuse cigarette, éteinte, au bec et il avait attrapé Baptiste pour l’attirer dehors avant même que j’ai pu formuler la moindre réponse. Je me suis retrouvée à attraper les clés, lorsque l’inconnu en costume s’est adressé à moi :

« Bonjour, puis-je vous parlé ? Ça serait pour en apprendre plus sur votre association et vous proposer quelque chose… »

Je l’ai regardé avec son petit sourire en coin quelques secondes, les clés dans la main, avant de réagir :

« Bien sûr ! Je sers juste un café… Vous en voulez peut-être un d’ailleurs ? »

J’ai essayé d’en profiter pour attirer une chaise près du bar – elles ont une fâcheuse tendance à fuir très loin du bar en ce moment nos pauvres chaises – tout en lançant un café. Ophélie était accolée au bar, en train de se servir dans la boite à cookies et de proposer de m’appeler si on avait besoin de moi ici, histoire que je puisse aller vers le bureau avec monsieur costume…

Me ré-adressant à lui, assez peu sûre d’avoir envie de m’enfermer à l’écart avec un inconnu, aussi bien fringué soit-il, je lui indiqua une table un peu isolée, tout en y déposant les deux tasses de café :

« Bien sûr. Je suis Rose, vous vouliez me voir pour ? »

Pour conclure la question, Born this way de Lady Gaga s’est brusquement déclenchée : il semblerait que Baptiste cherchait déjà à me joindre… Je lui ai raccroché au nez pour me retourner vers mon interlocuteur :

« Excusez-moi… Je suis à vous ! Enfin, façon de parler hein, je vous offre juste un peu de temps de paroles ! OK, je m’enfonce, je vais me taire… Qu’est-ce que vous vouliez ?»

A mon habitude, quelques minutes non préparées, et je suis déjà perdues dans douze directions différentes…

Revenir en haut Aller en bas

Panthéon Grec


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 191
Crédit : 2703
MessageSujet: Re: Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda
Sam 10 Nov 2018 - 7:57
Au moins, on ne pouvais pas dire que la demoiselle face à moi n'était pas clémente. Après tout, elle alla jusqu'à me proposer un café, que j'acceptais avec plaisir. A vrai dire, pour quelqu'un de speed comme moi, je ne savais pas si c'était une bonne idée de prendre des cafés, mais j'étais un dieu. Autant dire que ça sous entendait que j'étais un être spécial, qui n'avait pas le même corps exact que les humains. Donc un café, c'était toujours avec plaisir, surtout proposé aussi sympathiquement. 

- Avec plaisir ! 

Avais-je donc répondu, enthousiaste, la suivant vers une table. 

- Enchanté, Rose. Eh bien, je... 

Sauf que je ne pus pas finir ma phrase parce que je fus dérangé par une sonnerie de téléphone, et attendit patiemment. Je n'allais pas déranger cette demoiselle, ni même ses collègues alors qu'ils travaillaient. J'avais conscience que les gens qui étaient là donnaient un peu de leur temps libre de façon gratuite pour travailler là. 

J'eus un léger rire quand la demoiselle paru essayer de dire des phrases qui avaient des sous entendus dont elle n'avait pas envie. Etait-elle nerveuse ? Rendais-je réellement les gens nerveux ? Aucune idée. Après tout, en tant que dieu, je pouvais réclamer de la prestance, quelque chose d'éclatant. 

- Eh bien déjà, me présenter : je me nomme Hermès Libeccio. Je suis le directeur d'un magasin Hermès - allez y, vous pouvez rire, la plupart le font -. 

Je ne me voyais pas tourner les choses comme un entretien où je jugerais la personne en face de moi. Ce qui comptait pour moi, c'était surtout l'échange. Rien d'autre. 

- Et à vrai dire, j'aime lier mon magasin à d'autres structures. Et l'idée de soutenir une cause comme celle des LGBTQ+.... M'intéresse. 

Après tout, je n'étais clairement pas le modèle d'hétérosexualité qui pouvait exister au monde. Ni probablement de cisgenre. Il ne fallait pas oublier que j'avais le pouvoir de prendre l'apparence de quelqu'un d'autre, et même si c'était dans un temps limité, il m'arrivait de le faire pour les filles. 

- Alors je viens vous proposer un partenariat avec mon magasin. 

Je souriais simplement. Maintenant, restait à attendre une réponse. 

____________________________________________

Dieu ne joue pas aux dés, mais peut-être qu'il joue au bilboquet.


Parce que moi madame j'ai un nouveau travail:
 
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Messages : 99
Crédit : 1344
Emploi/loisirs : Chercheuse (d'emploi, mais ça fait moins rêver)
MessageSujet: Re: Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda
Ven 16 Nov 2018 - 5:44
Laisser deux pipelettes dans une même pièceft. Hermès

Je n’ai pas ris quand il a dit qu’il s’appelait Hermès et qu’il gérait une boutique Hermès. Parce que je ne voyais pas ce qu’un dirigeant de magasin de luxe pouvait vouloir faire dans notre asso. Alors, mon cerveau a surtout pensé que quelqu’un avait fait une connerie au nom de l’asso…

- Je… je suis désolée... je… je suis sûre que l’on peut trouver un compromis…


Le téléphone a essayé de re-sonner mais j’ai refusé l’appel avant même que la musique résonne sa deuxième note.

- Si c’est des tags, je peux vous trouver une équipe pour nettoyer cette aprem’. Il n’y a…

J’ai arrêté de parler en comprenant qu’il avait continué à parler et qu’il ne venait pas nous menacer d’un procès qu’on n'avait aucune chance de gagner avec fermeture de l’asso à la clef. Personne n’avait fait de conneries débiles, enfin, pas sur son magasin. Le soulagement a sûrement dû se remarquer sur mon visage quand il en est arrivé à « je viens vous proposer un partenariat ». En vrai, « se remarquer » était même un euphémisme… Je pense que le soulagement faisait le gros titre sur mon visage, comme un vol de la Joconde dans les journaux. Et en vrai, je me suis retrouvée du coup, à ne pas vraiment savoir quoi répondre :

- Euh… un partenariat vous dites ?

Je crois que la surprise à rejoins le soulagement à ce moment-là. Parce qu’en répétant le mot, je me suis rendue compte que la définition n’était pas exactement « personne n’a fait de conneries, soyez soulager » mais plutôt « système associant des partenaires sociaux ou économiques, et qui vise à établir des relations d'étroite collaboration » ; et mon cerveau n’a pas vraiment voulu comprendre pourquoi un magasin de luxe voudrait se montrer avec un asso LGBT+ étudiante. Etudiante qui plus est… Etudiante, quoi !? Et puis, LGBT+ aussi… C’était un coup à mettre en colère une bonne partie de sa clientèle non ? Parce que c’était pas nous qui allions lui acheter des costards comme il en portait…

Le téléphone a encore sonné. J’ai décroché :

-Excusez-moi,
Baptiste, c’est vraiment pas le moment-là !

Et j’ai raccroché sans écouter ce qu’il avait potentiellement à dire.

- Oui, donc, vous venez demander un partenariat à l’association, c’est bien ça ? Je ne voudrais pas paraître rude ou indécente, mais vous êtes sûr ? Je veux dire, nous sommes l’association LGBT+ du campus… C’est vraiment très gentil de votre part, mais, corrigez-moi si je me trompe, Hermès est une enseigne assez luxueuse… Assez loin des budgets des étudiants…

Je comprenais vraiment pas ce qu’il avait à y gagner et mon téléphone qui sonnait encore une fois commençait à me taper sur les nerfs : qu’est-ce que Baptiste ne comprenait pas dans « c’est vraiment pas le moment » ?!?! J’ai encore appuyé sur refuser l’appel :

- Je vais l’éteindre je crois, ce sera plus simple, excusez-moi…


Revenir en haut Aller en bas

Panthéon Grec


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 191
Crédit : 2703
MessageSujet: Re: Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda
Lun 19 Nov 2018 - 7:48
Sur le coup, je n'ai pas bien compris pourquoi soudainement, la demoiselle s'excusait. A vrai dire, pour moi elle n'avait rien fait de mal, et en prime, elle n'avait même pas ri à l'étrange coïncidence de mon nom et de mon activité. Mais je compris juste après ce que signifiait ces excuses, et secouais la tête. Ce n'était pas une histoire de tag. A vrai dire, si ça l'avait été, selon la qualité des tags, j'aurais surtout embauché la personne. Et si c'était de piètre qualité, probablement que j'aurais fait autrement que de venir ici pour obtenir le nom du coupable. 

Alors, je voyais bien qu'elle était soulagée, de comprendre que je ne venais que pour un partenariat, et m'amusait à la voir comme ça. C'est vrai que ma demande était approximativement la plus aléatoire au monde, mais je savais ce que je faisais, et j'aimais bien les étudiants. Je n'en était pas un, je n'en avais jamais été un - sauf quand Apollon m'enseignait certains arts de la voyance - et pourtant, ça m'intéressait. 
Je l'observais raccrocher brutalement à un de ses "amis" - du moins je supposais - et l'observais en souriant. 

- Si c'est urgent, vous auriez pu décrocher.... Je ne vais pas m'envoler. 

Quoique je pouvais. 
Mais ça, elle n'était pas censée le savoir. 

Je hochais doucement la tête à tout ce qu'elle disait. Elle était au moins rationnelle, mais ce n'était pas pour ça que je comptais m'arrêter. 
Je la vis raccrocher à nouveau et secouais la tête : 

- Comme je vous l'ai dit, si c'est urgent, je peux attendre. Je me suis après tout, un peu incrusté chez vous... 

Mais, néanmoins, je ne lâchais pas l'affaire et touchais au sujet qui nous intéressait réellement. 

- Je sais pertinemment qu'un étudiant n'aurait même pas les moyens de se payer de sa poche, le plus bas de nos articles, mais ce n'est pas un partenariat "économique" que je demande. Je ne demande même pas à ce que vous me rameniez des clients. 

Oh je sais, l'affaire paraissait complexe, mais je n'avais pas fini de parler. 

- A  vrai dire, je voudrais juste pouvoir dire que mon magasin est "LGBT+" friendly, et proposer mes services et mon argent pour votre association. J'estime que ce sont celles étudiantes les plus importantes, parce que c'est souvent pendant cette période que les jeunes finissent à la rue pour le simple fait d'aimer. Ainsi, je voudrais vous aider. Et puis, ça me permettra de tâter un peu le terrain pour une autre de mes structures qui pourrait bien plus vous intéresser....

Je pensais notamment au Kappa Alpha Tau. Après tout, ça aurait plus de sens que ma boite de nuit - enfin "ma" elle était à trois personnes au final - soit partenaire avec une association pareil. 

- C'est vrai qu'à y réfléchir ça fait plus "mécène" que partenariat mais si ça vous intéresse, je suis preneur. 

J'eus un petit sourire. 

____________________________________________

Dieu ne joue pas aux dés, mais peut-être qu'il joue au bilboquet.


Parce que moi madame j'ai un nouveau travail:
 
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Messages : 99
Crédit : 1344
Emploi/loisirs : Chercheuse (d'emploi, mais ça fait moins rêver)
MessageSujet: Re: Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda
Dim 24 Fév 2019 - 15:43
Laisser deux pipelettes dans une même pièceft. Hermès

Je l’ai écouté me décrire « l’offre » à laquelle il pensait et ça paraissait largement trop beau pour être vrai. Personne ne vient juste offrir de l’argent sans rien vouloir en retour. Encore moins un patron de boutique de luxe à une asso lgbtq+ étudiante…

- Vous cherchez à vous achetez une place au paradis ? Pas sûre que ce soit la bonne asso, il paraît que Dieu déteste les…

J’ai arrêté de parler en remarquant la connerie absolue que je venais de dire. J’étais à peu près sûre qu’insulter – même par insinuation – un homme en costard cravate dans les locaux n’étaient pas du tout, mais alors pas du tout la bonne solution… « Babciu, co ja zrobiłem? » ai-je chuchoté...

- Je suis vraiment désolée, c’est pas du tout ce que je voulais dire… Je, je… je suis confuse, je devrais vraiment tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de sortir des anêries pareil... Excusez- moi…

Le téléphone a encore une fois sonné et c’était comme un gong de condamnation finale. J’ai beugué quelques secondes, sans plus vraiment savoir quoi faire ; et puis la 6e sonnerie a retenti et mon cerveau a déclaré « décroche, il a dit que tu pouvais »

- Excusez-moi encore, vraiment désolé.


J’ai décroché : « Baptiste, une minute s’te-plaît… »

- Si vous souhaitez partir, je pourrais comprendre, je suis sincèrement désolée, je reviens à vous tout-de-suite, enfin, sauf si vous partez bien sûr… Vous n’aurez rien à régler pour le café, c’est offert.

« Co się stało? » Au bout du fil, Baptiste semblait un peu désorienté que je parle soudainement en polonais, mais je savais que tant que j’en restait aux basiques et ne lui demandait pas de répondre dans la même langue, il comprendrais. Il semblait qu’il y avait un problème de fond pour la prochaine soirée ; il était avec Marc chez la boite qu’on devait louer pour la soirée, et visiblement il y avait quelques coquilles dans le contrat qui avait été signé par on ne savait qui… «  Nie wiem… Czy to może poczekać? Jestem z szefem Hermès, dla historii partnerstwa i już mam bzdury, żeby się osiedlić » Bien sûr, à l’autre bout du fil, Baptiste n’avait aucune idée de quel partenariat je parlais… « Czy możesz wrócić? Dit au patron que je passerais demain pour la boite de nuit... Il y a forcément une solution... »

J’avais fini par abandonner le polonais sur la fin de discussion, après tout, c’était pas des informations classées secret-défense qu’on divulguait à l’instant… Baptiste a raccroché en promettant de me tenir au courant et d’essayer de revenir. De mon côté, j’ai reposé le téléphone sur la table et je me suis encore excusée – il allait finir par croire que j’étais une machine à excuse, en face...

Revenir en haut Aller en bas

Panthéon Grec


Carte d'identité
Inventaire:
Messages : 191
Crédit : 2703
MessageSujet: Re: Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda
Jeu 28 Mar 2019 - 16:51
Je l’observais, posé sur ma chaise, et posé tout court, en vérité. J’étais tranquille, et je voulais juste répandre le bien autour de moi, tout aussi neutre que j’étais. Et autant dire que la rousse semblait avoir du répondant, quand elle me lâcha une phrase qui ne put m’empêcher de sourire grandement.
C’était osé.
Et elle avait raison. Mais c’était osé. Elle avait de la chance que je fus moi. Si j’avais, par exemple, été Arès, je n’étais pas sûr qu’il apprécia sa façon de parler.

Soudain, je l’entendis chuchoter dans une langue que mon esprit mit un peu de temps avant de la reconnaître. A être le dieu des voyageurs on devient presque aussi fortiche que Mnémosyne en matière de langues, et pourtant, le polonais n’a jamais été ma tasse de thé. Trop d’improbabilité dans la façon de prononcer des lettres, apparemment prononçable différemment. Mais je connaissais quelques bases, comme beaucoup d’autres langues européennes.
Et puis, le polonais, c’était une langue que j’avais appris, à vouloir aider quelques humains qui étaient détruits par une guerre qui avait ravagé beaucoup plus l’Europe que le continent où je me trouvais actuellement.

Je vis l’étudiante faire tout pour s’excuser et secouais la tête.

- C’est bon, c’était amusant, et c’est vrai qu’on peux se poser la question.

Elle s’excusa encore – décidément, elle aimait ça – et je l’entendis parler à un dénommé Baptiste, avant de s’adresser à moi, me proposant de partir.
Je secouais la tête

- J’ai tout mon temps.

J’allais assez vite pour ça. J’observais mon propre téléphone en attendant, découvrant quelques messages, dont un pour un cambriolage, et répondit rapidement, tout en me rendant compte que la demoiselle parlait Polonais sans aucune gêne devant moi, supposant donc que le dit Baptiste comprenait cette langue. Fortiche le gamin.

Le polonais avait quelque chose de fascinant. Il avait des mots compréhensibles et d’autres improbables. Et à cet instant, de ce que je déchiffrais, elle expliquait au dit Baptiste de rappeler plus tard.

Mais plus que ses paroles en polonais, ce fut celle que la damoiselle Rose exprima en français qui m’intéressa surtout.

- Vous avez parler d’une boîte de nuit ? Par simple curiosité, puis-je savoir de quoi il s’agit ? Je suis moi-même, en plus de mon magasin, directeur d’une boite de nuit.

Enfin, co-directeur avec mes deux meilleurs amis – et plus si affinité – mais ça… Pas besoin de rentrer dans les détails.

- Oh, et je me permets, mais vous savez, je sais très bien que mes clients ne sont pas du genre à apprécier des belles choses comme l’amour de tout sexe et tout genre. Mais justement, je veux innover et avoir des clients digne de ce nom.

Je lâchais un grand sourire ravi. Au moins, c’était dit.

- Donc ne vous en faites pas, votre grand-mère ne vous en voudra pas de m’avoir « offensé ». Du moins je ne pense pas.

____________________________________________

Dieu ne joue pas aux dés, mais peut-être qu'il joue au bilboquet.


Parce que moi madame j'ai un nouveau travail:
 
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Messages : 99
Crédit : 1344
Emploi/loisirs : Chercheuse (d'emploi, mais ça fait moins rêver)
MessageSujet: Re: Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda
Ven 19 Avr 2019 - 4:25
Laisser deux pipelettes dans une même pièceft. Hermès

J’ai essayé de réorganiser mon cerveau en raccrochant – mais je commençais à le savoir, j’étais absolument nulle pour organiser les choses : c’était un talent bien au-dessus de moi, et il me faudrait encore des années avant d’arriver à un niveau ne serait-ce qu’acceptable. D’ailleurs, est-ce que j’avais pensé à éteindre le gaz ce matin ? J’ai ouvert ma fenêtre… que j’ai pas fermé d’ailleurs. Bref, « il va faire froid ce soir ».  C’était donc ça, le bilan de mon cerveau alors que j’essayais de gérer deux problèmes à la fois – merci et merde !

- Euh, on a une soirée étudiante qui arrive, mais je ne pense pas que ça vous intéresse plus que ça, on n’a pas vraiment les budgets pour du luxe vous savez, et on table plutôt sur tout ce qui est bar gay, en général, on y plus... attendu… sans vouloir vous blesser...

Est-ce que c’était un petit rire gêné ? Je ne sais pas pourquoi j’étais absolument incapable d’être professionnelle actuellement. D’ailleurs, entre le raté phénoménal dans lequel je m’engageais, les cinq ou six autres problèmes qui attendaient pas si sagement en ligne que je veuille bien les considérait – ce n’est absolument pas le moment actuellement de réfléchir à si oui ou non le gaz est ouvert, de toutes façons, on ne peut rien faire ! – et la nouvelle de Baptiste, je crois que j’avais terriblement envie de pleurer. J’ai respiré un bon coup : j’avais déjà géré bien pire !

- De toutes façons, on a déjà plus ou moins le lieu, trois fois rien… Un problème de contr… Euh rien, rien… J’étais pas censé la dire celle-là… Si on en revenait à notre histoire de partenariat?

J’ai inspiré un bon coup, et je me suis rassise à la table pour boire une gorgée de café – bien froid, d’ailleurs, maintenant…
Quand je l’ai entendu sous-entendre que ma « grand-mère ne sera pas offenser », j’ai gelé d’un coup – enfin, j’ai surtout du paraître rouge pivoine : pourquoi je ne m’attendais jamais à ce que quelqu’un parle polonais ?

- Vous, vous…. Vous parlez polonais ? C’est pas très commun… Gdzie się tego nauczyłeś ? Jeśli mogę, oczywiście...

J’ai essayé de me calmer, de reprendre une couleur un peu plus éloignée de ma chevelure, et de faire comme si tout allait pour le mieux – quelles informations avais-je transmise en polonais ? Est-ce qu’il savait à quel point c’était la merde avec le contrat pour la soirée ? Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas déjà fuit ?
Garde ça pour toi, si t’as des soucis, souris bêtement, dis bonjour et efface toi! Pourquoi la phrase me revenait maintenant ? C’était Ophélie qui nous l’avait matraqué de partout, avant de nous la traduire à moitié (« If nothing goes well, keep it for you and make as if everything was great, fuck ! ») … Ça sortait d’un de ces obscurs groupes de musique français – un groupe amateur d’étudiants dentistes où je ne sais quoi… Dental Park ? Pourquoi j’avais retenu toutes ces infos ? En tout cas, j’ai décidé de suivre le conseil et de reprendre la situation en main comme si il n’y avait jamais eu d’avant :

- Du coup, j’imagine que vous aviez globalement une idée d’à quoi devait ressembler le partenariat ? Ce serait plutôt pour un événement particulier ? J’ai pas exactement le calendrier en tête, mais on commence à penser à notre char pour la pride, cet été… Après, vous voulez peut-être un événement moins ostensiblement gay…

Je me suis relevée pour aller fermer la porte pendant que je parlais – il n’y avait plus personne dans les locaux et de toutes façons, on était sensé être fermé au public à cette heure. Si je pouvais éviter d’avoir à me concentrer sur cinquante chose à la fois, ce serait pas mal…
En revenant vers la table, j’en ai profité pour repasser derrière le bar et relancer un café. J’ai essuyé une miette du cookie que je venais d’engloutir :

- Vous souhaitez un nouveau café ? J’ai aussi des cookies, mais légalement, je peux pas vraiment vous en proposer… Donc bon, on va dire que je vous les propose en tant que moi-même et non en tant que représentante de l’association, c’est moi qui les ai fait...



Traductions:
 

Musique:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Laisser deux pipelettes dans une même pièce - Rosalinda
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour :: Around the world :: Philadelphie :: Centre ville -