Février 2020
Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Nous sommes à la recherche de Jody, Bobby et bien d'autres!
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI
Merci de privilégier les groupes Créatures, sorcier, expérimentations, anges disgracié et ange!

Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett

 ::  :: Philadelphie :: Zone universitaire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Humain

Rosalinda Steve
Rosalinda Steve
Messages : 124
Crédit : 2960
Emploi/loisirs : Chercheuse (d'emploi, mais ça fait moins rêver)
MessageSujet: Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett
Jeu 1 Nov - 16:13
Il miaule, le blesséft. Barry Howlett

Il faudrait vraiment qu’un jour j’apprenne à partir à l’heure : j’avais quitté l’asso à midi ; enfin j’avais surtout filé les clés à Baptiste à midi, j’avais enfilé mon manteau, puis je m'étais arrêter devant la porte pour parler avec Anne. En même temps, il fallait absolument que je lui parle du nouvel emploi du temps… Je m’étais encore une fois engagée à être à deux endroits à la même heure, si on faisait exception du rendez-vous médical qui se superposait aussi – il faudrait d’ailleurs que je l’annule, lui aussi !
Le bus m’est passé devant sans vraiment de pitié pour la fille courant, les cheveux dans les yeux, et la pluie ruisselant sur la capuche : j’étais donc officiellement en retard pour mon cours ! Et en retard par rapport à mon référentiel, qui commençait à sérieusement considérer dix minutes de retard comme de l’avance… Il me restait donc deux choix : attendre le prochain bus, vingt-cinq minutes sous la pluie, puis onze minutes de bus, si on ne se prenait pas trop de circulation, ou marcher. En vingt minutes je pouvais être à la fac, à condition de traverser le parc, donc d’avoir les pieds trempés. Mais en même temps, vu l’état de mes chaussures, vingt-cinq minutes sous la pluie auront tout autant raison d’elles…

Une demi-heure et quelques plus tard, j’étais au milieu du parc, accroupie dans l’herbe, en train d’essayer de rassurer un vieux chat trempé mais surtout visiblement blessé. J’avais douze messages non lus sur mon téléphone, allant de « Le cours commence dans trois minutes, t’es où ? On est amphi A, hein !? » à « Merde ! T’avais promis de venir, tu dois me rendre mes fiches, tu sais ! » mêlé à un « Tu pourras repasser ce soir ? T’as oublié ton sac… Sinon je te le dépose demain ? » et quelques autres messages énervés semblable à « Rose t’es où p****n ??? ». Mais pour l’instant, ce que je remarquais surtout, c’était l’oreille arrachée saignante du matou, et les marques rougeoyantes – des griffures ? – qui décorait tristement son dos :

« Qu’est-ce que tu as foutu, minou ? Viens par-là, viens… »

Il m’a fallu dix minutes de plus pour me retrouver allongée dans l’herbe trempée, mais j’ai fini avec le chat dans les bras. Il paraissait de moins en moins suspicieux, mais il venait très certainement de vivre quelques événements peu calmes… Le chat dans les bras, j’ai enfin daigné regarder mon téléphone pour ignorer tous les messages et allait directement à « Permanence – Urgence animaux » ; trois appels plus tard, Charles ne décrochant toujours pas, j’ai pris la direction de la fac : il y avait un cabinet vétérinaire sur le chemin, et au pire, il fallait traverser le campus véto…

Trois minutes plus tard, j’étais en train de traverser le campus, le chat couvert tant bien que mal par mon imper. Plus mal que bien à vrai dire…

Revenir en haut Aller en bas

Co-fondatrice
Chasseur

Barry Howlett
Barry Howlett
Messages : 50
Crédit : 3506
Emploi/loisirs : Études en médecine vétérinaire
MessageSujet: Re: Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett
Sam 3 Nov - 14:06
« Il miaule, le blessé »
Rosalinda Steve & Barry Howlett
Les heures tournaient lentement. Il devait être environ 12h30. Le cours se terminait dans 5 minutes. J'avais mal dormi hier, une chasse m'avait tenu éveillé. Pendant la semaine, je n'avais pas réussi à capturer la créature et il avait fallu que ce soit hier. Je m'étais couché tard pour ensuite me lever tôt pour être en classe à 10h du matin. J'étudiais la médecine vétérinaire et j'avais un cours sur les doses de médicaments que l'on pouvait donner aux animaux. Les sciences étant une de mes forces, j'avais pas mal compris le cours malgré que je sois fatigué.

J'appuyai ma tête sur la paume de ma main et regardai l'horloge accrochée sur le mur à mes côtés. Plus que 5 minutes. Je soupirai et me retournai vers le professeur qui parlait d'une voix très monotone. Je faisais de mon mieux pour le suivre et prendre des notes. Je réviserais une fois rendu chez moi ou bien j'appellerais un ami pour qu'il puisse m'expliquer ce que j'avais raté.

J'avais quelques potes à l'uni qui n'hésitaient pas à m'aider. Ils savaient ce que je faisais en dehors des cours et que c'était important pour moi. Disons qu'ils appréciaient que je leur protège les fesses de créatures qui voudraient s'en prendre à eux.

C'est alors que la cloche sonna pour annoncer la fin du cours. Soulagé, je rangeai mes affaires pour les mettre dans mon sac à dos, me levai de la chaise et franchis la porte de la classe. Je me rendis à mon casier pour remplir mon sac avec les devoirs à faire pour la semaine. Je le plaçai sur un des crochets, fermai la porte du casier, posa mon manteau sur mes épaules et me dirigeai vers la sortie pour aller me chercher un truc à bouffer dans un des cafés du coin.

Soudain, quelque chose de solide entra en contact avec moi et me fit reculer de surprise. Je baissai les yeux et vis une fille vêtue d'un manteau, trempée de la tête au pied. Il y avait un peu de boue sur ses vêtements. Mes yeux se posèrent sur un vieux chat dans ses bras. Un beau petit siamois. C'est alors que je remarquai son oreille blessée et des marques de griffures sur son dos.

« Je suis désolé, je t'ai pas vu. Tu n'as rien ? » demandai-je, inquiet. « Je suis pas véto, mais j'apprends la médecine vétérinaire. Tu permets qu'on aille le soigner dans le campus ? »
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Rosalinda Steve
Rosalinda Steve
Messages : 124
Crédit : 2960
Emploi/loisirs : Chercheuse (d'emploi, mais ça fait moins rêver)
MessageSujet: Re: Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett
Ven 16 Nov - 3:22
Il miaule, le blesséft. Barry Howlett

A force d’avancer tête baissée – à moitié courant, à moitié essayant de ne pas trébucher et d’éviter les gouttes d’eau – j’ai fini par me prendre quelqu’un. Sans savoir pourquoi, je ne m’y attendais pas, et j’ai vaguement baragouiné un « désolé » qui n’avait sûrement rien de compréhensible avant qu’il ne remarque le chat.

- Ca, devrait aller, je suis surtout complètement trempée… Mais ce petit loulou est plus à plaindre !


Le « petit loulou » en question a, lui, répondu à la question avec un long « miaou » sonore, qui semblait plus réclamer de l’attention qu’être une plainte. Je ne sais pas trop ce qu’il avait fichu, mais il n’avait plus l’air de s’en préoccuper beaucoup. Contrairement à moi ; et visiblement, contrairement à l’étudiant en face de moi, semblait-il si on se fiait à l’inquiétude dans sa voix et sur son visage.

- Ce ne serait pas une bête idée… J’ai essayé d’appeler un véto que je connais et de passer à la clinique à côté mais le premier ne répond pas et le deuxième affiche « fermé pour vacances ». C’est toujours quand on n’a besoin d’eux que nos contacts disparaissent…

Je crois que mon téléphone s’est mis à sonner à ce moment-là. Même si j’avais souvenir de l’avoir laissé en mode sans son… Le siamois à quand à lui décider de subitement se plaindre de la pluie, en essayant de se rentrer plus dans mes bras et de miauler pour qu’on lui donne tout l’attention nécessaire :

- Je crois qu’on devrait au moins le mettre à l’abri, et puis, ça ne me ferait sûrement pas de mal non plus…

Je pourrais faire la warrior en disant que je ne me rendais même pas compte que j’étais trempée, mais en vrai, l’humidité et le froid commençaient à me rentrer jusqu’aux os. En plus, une bourrasque décida brusquement que je n’avais plus besoin de ma capuche – ce avec quoi j’étais en parfait désaccord, mais j’aurais eu bien du mal à m’y opposer.

- Je te suis, on va vers où ? Et si on peut au moins quitter la pluie au pas de course…

J’ai dû ajouter un petit rire pour dédramatiser la situation, parce qu’en vrai, je savais très bien que tout le monde allait encore se moquer de moi quand je raconterais qu’au lieu d’être bien au chaud en amphi, en train de préparer mes exams, j’avais préféré m’allonger dans l’herbe trempée et choper un rhume… D’ailleurs, il faudrait sûrement que je me change pour rejoindre mes potes ce soir…
En même temps, le chat s’est mis à miauler encore plus fort, comme pour vraiment réclamer qu’on se bouge…
Et puis mon cerveau décida aussi aussi de me faire la remarque que décidément, je faisais vraiment rapidement confiance aux gens, d'autant plus qu'ils aimaient visiblement les animaux... Ou c'était peut-être juste la situation qui faisait que l'idée de me mettre à l'abris devient le principal...

Revenir en haut Aller en bas

Co-fondatrice
Chasseur

Barry Howlett
Barry Howlett
Messages : 50
Crédit : 3506
Emploi/loisirs : Études en médecine vétérinaire
MessageSujet: Re: Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett
Sam 24 Nov - 17:23
« Il miaule, le blessé »
Rosalinda Steve & Barry Howlett
La fille répondit qu'elle allait bien, mais qu'elle était trempée. Bon ok, ce n'était pas agréable de l'être avec le froid et tout, mais au moins elle allait bien. Le chat, par contre, m'inquiétait bien plus. Il avait répondu par un long miaule sonore. Je pouvais voir par ses couleurs que c'était un seal point. Je levai une main et le caressai doucement.

« Mais oui, on va te soigner, gros bébé. »

Un sourire se dessina sur mes lèvres et je tournai les talons pour rejoindre l'école, invitant la fille à me suivre. Je marchai un peu plus rapidement pour pas qu'on soit dehors trop longtemps sous la pluie. Je regardai ensuite la fille à mes côtés et entamai une conversation histoire d'apprendre un peu à la connaître.

« C'est quoi ton nom ? Moi c'est Barry. »

Il fallait entrer dans le campus et emprunter une aile spécifique. Dans l'école, il y avait un laboratoire vétérinaire. Apparemment, il y avait des recherches qui avaient lieux. Aujourd'hui, c'était désert, presque tous les scientifiques étaient en congé sauf peut-être une dame que je connaissais qui m'aidaient quelques fois avec mes études.

« Le labo dans le campus. Je connais quelqu'un qui peut nous aider. »

Arrivé devant l'entrée de l'école, je poussai la porte et invitai la fille à passer devant puis fermai la marche. Au moins nous serions au chaud. Le chat semblait apprécier ne plus avoir de goutte d'eau sur lui. Il continuait de miauler et je sus que c'était parce que ses blessures lui faisaient mal.

« Tu étais en route pour les cours ? »

Si elle était sur mon chemin en direction du campus, cela voulait sans doute dire qu'elle avait cours, non ?

Quelques personnes nous regardaient, se demandant ce qu'il était arrivé au chat. Il était tout trempé, un morceau d'oreille arraché et des longues marques de griffure sur le dos. Il faisait pitié. J'espérais juste que ses plaies ne soient pas infectées. Je me tournai vers lui et levai une main pour le caresser doucement. Il semblait apprécier, car il fermait les yeux et s'était mis à ronronner.

« Vu ses blessures, je pense qu'il s'est battu avec un autre chat. Je me demande ce qu'il faisait dehors... Si ça se trouve, il est peut-être perdu. »

Nous arrivâmes devant la porte du labo et je cognai, attendant que la personne derrière ouvre. Après quelques minutes, une femmes aux cheveux blonds lui arrivant jusqu'au cou, aux yeux bleus, vêtue de pantalon noirs ainsi que d'un chandail bleu et une chemise blanche apparu devant nous. Elle baissa ses lunettes de sécurité et m'offris un sourire chaleureux.

« Barry ! Comme je suis contente de te voir. Qu'est-ce qui t'amène ici cette fois ? » demanda-t-elle. Son regard trouva le vieux chat que la fille tenait dans ses bras et il s'adoucit. « Entrez. Il faut le soigner. Installez-le sur la table. »

Je ne me le fis pas dire deux fois, me dirigeant vers une des tables et invitai la fille à y placer le chat. Il semblait extrêmement nerveux, ce qui était normal au final. Il n'avait aucune idée où il se trouvait. Je le caressais doucement et essayais d'examiner ses blessures.

[HRP : J'espère que la réponse te plait. Je voulais pas tout contrôler, te laisser un peu de place pour répondre quand même.]
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Rosalinda Steve
Rosalinda Steve
Messages : 124
Crédit : 2960
Emploi/loisirs : Chercheuse (d'emploi, mais ça fait moins rêver)
MessageSujet: Re: Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett
Jeu 6 Déc - 3:09
Il miaule, le blesséft. Barry Howlett

Je ne me suis pas fait prier pour le suivre ; l’idée de quitter la pluie étant vraiment plus qu’agréable.

- Rosalinda, mais tout le monde m’appelle Rose.

En regardant autour de moi, je me fis la remarque que le campus avait l’air bien vide ; était-ce la pluie ? Dans tous les cas, tomber sur quelqu’un capable d’aider avec la grosse bestiole que j’avais encore entre les bras restait une chance. Et le labo semblait être un bon choix même si mon premier réflexe était plus souvent vers une clinique :

- Le labo sert aussi de clinique ? Ou c’est juste le plus proche ?


Je ne me fis pas prier pour entrer dans le bâtiment quand il ouvrit la porte, avant de ralentir pour qu’il me rattrape. Le chat quant à lui profita de ne plus se recevoir de pluie sur la tête pour reprendre ses miaulements.

- Tu étais en route pour les cours ?
- J’ai essayé d’être en route pour les cours, mais faut croire que le destin a choisi autrement.

Je rigolais un peu de mon aventure. Ca me ressemblait tellement de changer tous mes plans, et surtout mes plans scolaires, juste pour revêtir mon costume de « sauveur ». Bon, pour l’instant, j’avais pas fait grand-chose…

- Mais en vrai, je dois avoir plus d’une heure de retard désormais, tant pis…

Le chat s’est soudainement mis à ronronner et je me suis rendue compte qu’il le caressait :

- Tu veux le prendre ? Il sera peut-être plus au sec avec toi… Et je suis bien d’accord avec ta théorie : je l’ai trouvé sous un buisson dans le parc à côté, mais il n’avait pas l’air très confiant…

Je me suis alors rendu compte que le labo était bien plus proche que ce que je ne le pensais : j’avais à peine puis finir ma phrase, que Barry était en train de frapper à la porte devant laquelle nous nous étions arrêtés. La femme qui vient ouvrir m’était totalement inconnue, ce qui n’était pas une surprise : on ne peut pas dire que j’avais l’habitude de trainer sur le campus vétérinaire, et encore moins d’aller à leurs labos. Néanmoins, avec son chandail bleu et son grand sourire, elle me parut tout de suite très sympathique, et je ne me fis pas prier pour répondre moi aussi avec un sourire, tout en essayant de rester discrète : je m’impressionnais parfois, quand j’arrivais à ne pas jeter un flot de parole à la tête du premier venu ! Mais c’était sûrement l’effet chat blessé, et aide d’inconnus.

Avec tout ça, j’avais gardé le chat dans les bras, et je me retrouvai rapidement à suivra sa consigne quand elle et Barry me désignèrent la table :

- Toi, ça va pas te faire de mal, quelques petits soins mon choux !

Me tournant vers la femme, je me décida à raconter le petit bout d’histoire que je connaissais à ce petit bout de chou :

- Je l’ai trouvé dans les buissons du parc. Il n’avait pas l’air très en forme – mais ça je crois qu’on le devine encore – et la pluie ne devait pas l’aider. Mais il a l’air déjà mieux, il a gagné en confiance en quelques heures…

Je me suis légèrement décalée pour laisser Barry examiner les blessures.



[HRP : ta réponse était très bien Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett 2550806409 Je risque de prendre un peu de temps, par contre, pour répondre à la prochaine, j'ai des exams e partout Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett 1456704893)
Revenir en haut Aller en bas

Co-fondatrice
Chasseur

Barry Howlett
Barry Howlett
Messages : 50
Crédit : 3506
Emploi/loisirs : Études en médecine vétérinaire
MessageSujet: Re: Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett
Mer 6 Fév - 1:41
« Il miaule, le blessé »
Rosalinda Steve & Barry Howlett
Alors que l'on marchait, la fille avait répondu qu'elle s'appelait Rosalinda, mais que les gens l'appelait Rose. C'était un joli nom. Mais attendez une minute ! Son nom me disait quelque chose. Je l'avais déjà entendu en cours. J'osais espérer que c'était la même personne. Elle avait pas cours d'anglais avec moi ? Je me tournai vers elle et lui offris un sourire qui se voulait chaleureux.

« Corrige-moi si me trompe, mais on est pas dans la même classe en anglais ? »

Au moins on se connaissait un peu. Pas tant que ça, mais disons qu'elle n'était pas totalement une étrangère. Ça rassurait un peu et ça donnait des sujets de conversation, pas que j'avais de la difficulté à approcher les gens, mais ça facilitait les choses.

« T'as compris ce devoir que le prof nous a donné ? Il veut qu'on fasse quoi au juste ? Qu'on lise quoi comme livre ? Tous ceux que je lui ai montré ne convenaient pas »

Puis la fille posa une question au sujet du labo sur le campus. Bonne question. Il servait de clinique en effet, mais en réalité, il servait plus de recherche ou bien de lab avec les élèves de la discipline que j'avais choisi. Étant donné que je sortais du campus, c'était bien plus proche que de se rendre chez la clinique à plusieurs rues de là.

« Oui, de clinique. Des vétos sont là pour nous enseigner le métier, mais il sert plus pour les recherches qu'autre chose » répondis-je. « Développer des médicaments ou bien découvrir de nouvelles choses à propos des maladies chez les animaux. Tu sais, ce genre de trucs »

Elle ajouta que le chat avait été trouvé dans un buisson. Et merde, il fallait regarder pour les tics et autres bestioles qui se cachaient dans les feuilles et l'herbe, mais qu'est-ce que vous voulez. Ça venait avec le métier. Les études étaient longues et chiantes, mais je savais que j'adorerais faire ce métier plus tard. J'allais devoir trouver un moyen comment gérer les chasses et le travail, mais je verrais cela le temps venu.

« Un autre truc que tu peux me dire sur ce chat ou c'est les seules informations ? »

Nous arrivâmes bien assez tôt devant une porte et une femme nous avait répondu. C'était une amie qui m'aidait avec les cours. Je lui avais répondu d'un sourire chaleureux et presque instantanément, elle avait remarqué le chat dans les bras de la jeune fille. Sans perdre une seconde, nous entrâmes à l'intérieur de la pièce et posèrent le minet sur la table. Lentement, avec précautions, j'avais étendu le chat sur la table et tâtait son corps, vérifiant qu'il était en santé, la routine quoi. Je vérifiai son coeur, m'assurant qu'il n'avait rien. Nope, il était en santé ce minet.

« Tu sais ce qu'on doit faire après, Barry ? »

« Ouep, les gants en premier et ensuite l'exam des blessures » souriai-je, heureux de pouvoir m'occuper d'un animal. Je me tournai vers la fille, lui offrant un sourire. « Comme je disais, j'étudie en médecine vétérinaire. Anna, ici, est scientifique au campus et m'aide avec les cours quand je comprends pas un truc ou bien quand j'ai envie de venir lui rendre visite sur l'heure du déjeuner »

La dite Anna offrit un signe de main avec un sourire lorsque je la mentionnai. Heureux de pouvoir m'occuper de l'animal, j'enfilai des gants et entrepris d'observer ses blessures. Les griffures sur son dos n'étaient pas si horribles qu'elles en avaient l'air. Il allait guérir. Pas besoin de médicament contre une infection. Par contre, son oreille s'annonçait mal.

« Va falloir lui faire un bandage pour son oreille et lui mettre un cône pour pas qu'il se lèche trop. Il aura aussi besoin d'anti-douleur pour la blessure. Heureusement, avec le temps, il va guérir, mais j'ai bien peur qu'il aura toujours un morceau d'oreille en moins. »

« Et tu sais quel médicament offrir ? »

« Et bien... » dis-je, massant ma nuque. À vrai dire, j'avais une petite idée, mais j'avais eu de la difficulté à suivre en cours aujourd'hui. Jamais je n'aurais cru devoir mettre en pratique la théorie que j'avais appris.

« Tu as pas suivi aujourd'hui, hein ? » demanda-t-elle, le sourire sur les lèvres, sachant ce que je faisais à part les cours.

« À vrai dire, non » soupirai-je.

Elle secoua doucement la tête, prit une seringue et introduisit un médicament à l'intérieur, me montrant comment le faire et me précisant ce qu'il faisait et quel effet il avait sur l'animal. En plus des effets secondaires voir même des réactions à surveiller. Ayant une bonne mémoire, je savais que retiendrai l'information. Je la remerciai et injectai le médicament au chat. Chose faite, je procédai au bandage et installai un cône autour du cou de l'animal. Lorsque j'eu terminé, je retirai les gants et les jetai à la poubelle.

« Je te remercie. On apprécie énormément »

« Mais ne me remercie pas, c'est toi qui a fait le plus gros du travail » rit-elle.

Je souris doucement, me massant la nuque et me tournai vers la fille après être sorti du labo. Je n'avais pas encore bouffé et je me demandais si elle n'avait pas faim. Il devait être 13h de l'aprem. Moi je n'avais pas cours pour le reste de la journée, mais peut-être qu'elle oui.

« Tu veux aller bouffer un morceau avec moi ? J'étais en route pour aller me chercher à manger quand t'es arrivée avec le chat »

[HRP : Enfin répondu Very Happy Désolée de l'attente. J'espère que tu aimes ma rep. Si tu souhaites que je modifie quoi que ce soit, fais-moi signe.]
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Rosalinda Steve
Rosalinda Steve
Messages : 124
Crédit : 2960
Emploi/loisirs : Chercheuse (d'emploi, mais ça fait moins rêver)
MessageSujet: Re: Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett
Dim 24 Fév - 14:06
Il miaule, le blesséft. Barry Howlett

Je le regardais gérer le chat quand la question sur l’anglais m’est revenue – on serait dans le même cours, d’après lui ? En vrai, je faisais tellement peu attention aux cours d’anglais (on n’a bien autres choses à faire) que j’avais assez peu idée de qui y était avec moi. Les cours n’était pas réservés à notre promotion, je le savais bien, surtout que c’était une option que j’avais pris pour être avec Baptiste, mais je n’aurais pas pensé que les étudiants en médecine vétérinaire y participaient… Mais en vrai, ça faisait déjà trop longtemps que je n’avais pas parlé, et il avait l’air d’avoir presque fini avec le minou – le pauvre avait le droit à une piqûre de je ne sais quel médicament ; d’ailleurs, Anna s’était retrouvée à devoir expliquer à Barry à qui ce dernier servait.

En vrai, j’étais assez impressionné du calme et de l’efficacité que Barry avait mis dans les soins, le gros matou avait déjà l’air bien remis – où alors c’était de s’être enfin éloigné de la pluie, parce que de mon côté, ça m’avait fait plutôt du bien.
Je suis restée dans un coin, n’écoutant que d’une oreille leur dialogue, mais observant un peu tout le labo jusqu’à ce que Barry retire les gants pour viser la poubelle. Je n’avais pas vraiment envie de déranger, et je connaissais mes capacités de bavarde : si j’arrivais encore à tenir le mode « moulin à parole » off, ça serait sûrement un exploit.

- Pour en revenir à la question de tout à l’heure, je ne savais même pas qu’on avait un devoir en anglais...


Un petit rire légèrement gêné est sorti. Pourquoi Baptiste ne m’avait pas prévenu d’ailleurs ? Il avait arrêté d’accepter de s’asseoir à côté de moi pour justement suivre le cours… Mais c’est vrai qu’il était de plus en plus retissant à ce que je pique ses notes… D’après lui, j’étais sensée suivre les cours que je prenait, ce qui était, on le reconnaîtra tous, un bon plan au départ, mais un plan que j’étais incapable de suivre avec mon organisation même pas digne d’un pochette surprise...

- C’est les cours du Pr. Barney ? J’ai pris l’anglais comme option, mais j’ai vraiment pris du retard dans la matière…


Parler de retard était un bel euphémisme… La dernière fois que j’étais allée en cours, je m’étais retrouvée à taper ma dissertation sur l’influence des grands poètes polonais de la Renaissance dans l’art moderne en Pologne. Il fallait d’ailleurs que je la rende dans quelques jours, mais j’avais l’impression que mon choix de sujet risqué d’être hors-sujet justement…

- Tu connais Jan Kochanowski… Laisse tomber, je passe complètement du coq à l’âne, c’est que parler des cours d’anglais m’a fait penser à une dissert’ que je dois rendre dans une autre matière… J’aime un peu trop la poésie polonaise…

Le temps que je finisse ma tentative ratée de discussion censée, Barry avait finit de se débarrasser des gants et le chat était presque dans un bon état. Mon ventre à gargouiller quand il a proposé d’aller manger un bout :

- J’avais pas vue qu’il était si tard ! On devrait aller manger, je sais même pas à quelle heure je reprends les cours… La cafet’ n’est pas loin, non ? On peut essayer de trouver une place à l’intérieure ?



[HRP : Pas de problème pour le temps de réponse, j'avais même pas remarquer que ça faisait deux mois  Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett 4001018768 J'avais beaucoup trop de choses à faire irl de toutes façons en début d'année pour le rp Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett 1514733317 ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il miaule, le blessé - ft. Barry Howlett
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour ::  :: Philadelphie :: Zone universitaire -