Octobre 2019
A L L - I N

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Nous sommes à la recherche de Jody, Bobby et bien d'autres!
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI
Merci de privilégier les groupes Créatures, sorcier, expérimentations, anges disgracié et ange!

Vahia
Vahia
Messages : 52
Crédit : 699
MessageSujet: A L L - I N
Lun 19 Aoû - 13:35

And I'm all in
You're like an imprint, you've got fire up and down your cheeks, you burn everything you see, gold are your fingers leaving traces everywhere you go

« Souviens toi. Tu ne fais rien avant mon signal, entendu ? » demande-t-elle en arquant un sourcil, son regard ancré dans celui du démon qui lui fait face. Il hoche la tête avec conviction et s’en va exécuter la mission qu’elle venait de lui confier.

A FEW WEEKS LATER…
Maintenant quelques jours que Vahia revenait dans la bibliothèque, louant tantôt des livres sur l’antiquité, tantôt sur les temps modernes. Passionnée d’histoire, le rapport allait être largement facilité. Tous les bouquins qu’elle venait chercher étaient cependant déjà dans sa collection, c’est ce qui arrive quand on accumule 3 siècles de connaissances : on arrive rapidement à court de nouveauté. Elle les choisissait méticuleusement, de sorte à avoir l’air de seulement commencer à s’intéresser à l’histoire. Ce jour-là, elle passait plus de temps dans la bibliothèque, semblant hésiter entre plusieurs ouvrages. L’air hébété, elle pinçait ses lèvres en échangeant les livres de place après avoir lu les différents résumés, dans l’indécision totale. Elle désordonnait tous les bouquins volontairement pour attirer ton attention, et quand ce fût fait, parce qu’évidemment pour pousser son jeu elle était allée jusqu’à faire tomber quelques œuvres au sol… Elle se tournait vers toi, affichant une moue embêtée, et fléchissait rapidement ses genoux pour rattraper sa soit-disant maladresse.

« Je suis vraiment désolée, j’ai très peu dormi cette nuit et abusé du café ; j’ai l’impression que rien n’a décidé d’obéir dans mon corps aujourd’hui. » S’excusait-elle en semblant nerveuse, un sourire crispé au visage. Elle passait même une boucle de ses cheveux derrière son oreille pour se donner une apparence innocente.

Une fois redressée, elle rapprochait les livres de sa poitrine pour les tenir de son bras et ainsi éviter qu’ils ne chutent encore, et elle tendait son autre main dans ta direction.

« Emilia. Je suis étudiante à l’université pas très loin… Je sais. » interrompait-elle en souriant un peu plus. « J’ai pas l’âge d’une première année, mais je viens seulement de reprendre mes études. »

La pseudo nervosité qu’elle ressentait était jouée à merveille : le débit de parole accéléré, des coupures, des interventions inutiles, des inférences… Des prunelles qui semblent trahir une hyperactivité évidente, un air crispé et des gestes brusques ; bref, toute la panoplie de la jolie petite élève anxieuse pour une actrice modeste.

« Oh. Maintenant que vous êtes là. Vous allez peut-être pouvoir me conseiller ? »

Inclinant la tête en te regardant d’un air plus posé, elle t’accordait un dernier regard avant de se concentrer sur les livres à ranger, tâchant de s’en occuper avec soin ; comme une femme qui s’en souciait véritablement. Comme une femme qui voulait respecter les lieux et la connaissance qui s’y trouvait. Du coin de l’œil, elle avait repéré le démon qu’elle avait missionné quelques semaines auparavant, elle fronça légèrement les sourcils pour lui faire comprendre que ce n’était pas le moment et reportait immédiatement son attention sur toi pour n’éveiller aucun soupçon.

« Mais vous avez peut-être mieux à faire ? » s'exclamait-elle subitement, son visage s'illuminant.




Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 52
Crédit : 802
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: A L L - I N
Sam 24 Aoû - 21:49
Parfois, je me demandais pourquoi j’avais choisi la bibliothèque. Oui, j’adorais les libres, j’adorais lire… mais c’était silencieux comme endroit! Et en matière de silence, je n’étais clairement pas la plus douée. Bon, il avait des petites dames dans les rayons de livres de cuisine qui parfois me disaient des ‘’SHHHH’’ très fort quand je rigolais un peu avec d’autres clients ou bien des collègues. Mais j’aimais mon travail quand même. De toute façon, pour le peu que j’y travaillais, ça faisait l’affaire.

Aujourd’hui, j’avais remarqué cette jeune femme qui était déjà passé. L’air de rien, j’avais une bonne mémoire des visages, une mémoire visuelle. Aujourd’hui la pauvre semblait totalement perdue entre les rayons sur l’histoire. En plus, je les connaissais par cœur ses rayons. Ça m’arrivait de m’y perdre durant mes heures de travail, mais bon… ça arrive quoi! J’étais au bout de l’allée quand les livres tombèrent, j’avais remarqué qu’elle avait un peu placé les livres n’importe comment, mais au final, ça ne me dérangeait pas, c’était mon boulot après tout. Je tentais d’être plus rapide qu’elle pour prendre les livres, mais elle avait l’avantage de la proximité, j’affichais alors un sourire un peu timide qui devint un peu plus attendri par ses mots.

‘’Ne vous excusez pas, vous avez devant vous une très grande maladroite. Même avec de bonnes nuit de sommeil.’’

Un délicat rire fusa de mes lèvres, la pauvre, je ne savais pas ce qu’elle faisait dans la vie, mais je comprenais totalement son manque de sommeil. L’école allait bientôt recommencer et j’allais me retrouver dans ce cycle infernal aussi. Quand elle tendit la main, je comblai la distance entre nous pour la serrer avec chaleur.

‘’Ah, c’est drôle, on a presque le même nom. Je m’appelle Amélia et je suis aussi à l’université pas loin. (J’avais un petit sourire comme si je savais la bêtise que je venais de dire, ce n’était pas drôle, c’était un hasard, franchement!) Et il n’a pas d’âge pour vouloir s’instruire, j’ai moi-même attendue quelques années pour reprendre mes études!’’

J’étais gentille, je me forçais pas, elle semblait un peu nerveuse de tout ça. Je voulais la rassurer au mieux que je pouvais. Qu’elle soit à l’aise. C’est vrai qu’il a toujours des crétins pour tout critiquer. Puis finalement, elle me demanda si je pouvais la conseiller. Un nouveau sourire éclaira mon visage en hochant la tête, j’allais comme pour dire quelque chose, mais j’eus l’impression qu’on nous observait, je voulus tourner la tête, mais déjà je ne vis que du vide. Ah bah… J’étais en train de devenir folle? Ou bien le silence du lieu me tuait à petit feu… finalement, quand la dite Emilia reprit parole, je me retournai vers elle en secouant la tête.

‘’Non non, pas du tout! Je peux vous aider! Je vous ai vu quelques fois ici dernièrement. Vous étudiez en histoire? Si vous me dites un peu plus ce que vous cherchez, je vais être en mesure de vous trouver le livre idéal. Ça va sonner une peu vieille fille pas de vie, mais je connais presque tous les bouquins dans cette section.’’
Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 52
Crédit : 699
MessageSujet: Re: A L L - I N
Lun 26 Aoû - 13:53

And I'm all in
You're like an imprint, you've got fire up and down your cheeks, you burn everything you see, gold are your fingers leaving traces everywhere you go

Vahia ressentirait presque un peu de remord à jouer avec une proie aussi innocente ; elle en avait eut  à torturer en Enfer mais ils n’étaient pas si irréprochables que ça car après tout, tout comme elle, ils avaient fait un pacte avec le diable, littéralement. Mais toi, tu n’avais rien demandé à personne et voilà que tu te retrouvais prise au piège dans un plan tordu par une démone de son envergure. Pourtant aucune de ces pensées ou de ces sentiments humains ne vinrent perturber son jeu d’acteur. A ta dernière intervention, son regard s’illumina et elle semblait si reconnaissante que ça en devenait presque réel pour elle.

« Vraiment ? Vous êtes incroyables. Je voulais justement… Oh, elle redressa soudainement sa main et ouvrit sa paume vers le plafond avant de reprendre : J’ai oublié des livres dans la voiture. Est-ce que ça vous dérangerait de venir me donner un coup de main ? Gaffeuse comme je suis, j’aimerai autant éviter de leur attribuer le même sort qu’à ceux-là. Le goudron sera peut-être moins charmant avec eux. »

Elle savait bien que tu ne pouvais pas vraiment quitter les lieux, elle imaginait bien que tu serais sans doute emprunt au doute quant à l’idée de la suivre, personne ne voulait être vu en dehors de son poste au risque de le perdre presque immédiatement. Alors histoire de te rassurer mais surtout d’assurer son coup, elle reprit assez rapidement pour dissiper tes doutes :

« Je suis vraiment garée juste en face, ça prendra pas plus d’une minute. Vous pourrez me renseigner sur le chemin, on fera une pierre deux coups. »

Pour ne pas te laisser le temps de réfléchir, elle t’incita à la suivre en emboîtant le pas en direction de la sortie de la bibliothèque. Se tournant pour s’assurer que tu la suivrais bien, elle enchaînait pour éviter que tu ne te mettes à trop penser :

« J’ai commencé il y a peu à m’intéresser à l’histoire de l’Égypte antique. J’avoue que j’ai assez de mal à retenir l’étymologie de tous les noms, c’est assez confus, et je pense que si je pouvais mieux comprendre comment les noms sont formés et donnés, ce sera plus simple à digérer. J’ai rien de trouver de tel dans votre bibliothèque, mais est-ce que vous pensez disposer d’un ouvrage que j’aurais raté qui puisse m’aider à mieux saisir tout ça ? »

Le rôle lui collait à la peau, c'est comme si elle avait toujours été cette femme ; peut-être parce que c'est ce qu'elle aurait été si les Enfers l'avaient épargné, et qu'elle était née en ces temps modernes. Une élève fan d'histoire qui essaie de joindre les deux bouts et devenir professeur pour partager sa passion.




Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 52
Crédit : 802
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: A L L - I N
Jeu 29 Aoû - 13:36
AND I'M ALL IN

Je souriais, non mais je ne sauvais pas la planète à travailler à la bibliothèque, mais juste voir comment elle était contente que je l’aide, ça me rendait heureuse. Puis on s’entend, je ne voulais pas faire cela de ma vie, c’était pas le boulot le plus payant, mais j’étais entourée de livre, ça me calmait de ma presque hyperactivité. Mon sourire était totalement franc quand je la regardais. Alors même qu’elle allait exprimer son problème, elle eut une illumination. Oh? Dans sa voiture? J’allais tenter de lui expliquer tout à fait gentiment que je ne pouvais pas quitter la bibliothèque, que ma supérieure était une tyran de la librairie, mais rapidement elle reprit sans me laisser le temps de répondre. Juste devant? Bon franchement, je n’allais pas sortir pour prendre de l’air et éviter de travailler, pas comme tous les fumeurs de l’établissement… ça serait un bon argument et la gentille dame que j’allais aider pourrait bien confirmer que je faisais juste un meilleur service à la clientèle non? Alors qu’elle se mit à marcher, je la rattrapais rapidement en murmurant un léger et rapide :

‘’Oui, d’accord, pas de problème.’’

Puis elle tomba directement dans mes cordes. L’Égypte ancienne. Un sourire lumineux fendit mes lèvres alors que j’hochais la tête lentement, comme si je savais déjà son problème. Elle avait raison, au final j’allais doublement l’aider! J’étais maladroite, mais je pouvais clairement lui répondre ne même temps que l’aider. Je l’écoutais attentivement en ayant déjà des titres en tête pour pouvoir l’aider. Alors que je la suivais tout à fait innocemment, je répondis.

‘’Alors là, vous parlez à une grande admiratrice de cette époque! Depuis je ne sais quand que j’adore l’Égypte Antique! Je sais que ça l’air compliqué les noms et tout ça. On a un livre sur l’Antiquité générale, mais il a une belle section par rapport aux noms des divinités. Il compare justement entre les différentes divinités des autres panthéons, comme les Grecs. Il a aussi un site internet qui pourrait être un excellent complément d’information que je pourrais vous donner si vous voulez. Avec ça, c’est sûr que vous allez vous y connaître parfaitement!’’

Je la suivais sans même me poser de question, elle venait de tomber dans l’une de mes plus belles passions. J’adorais plusieurs époques historiques, mais celle-là… Et puis malheureusement, on passait vite parfois quand on l’enseignait, ce n’était pas ce qu’il fallait retenir parait-il des cours d’histoire. Pourtant, c’était tellement intéressant! Bref, j’étais au moins contente de croiser Émilia et de pouvoir partager un peu mes connaissances sur le sujet. Je regardais à peine ou j’allais. Je ne faisais que la suivre vers la sortie de la bibliothèque en continuant de lui parler tranquillement. En vrai, je connaissais tellement cet endroit par cœur à l’usure, que je n’avais pas besoin de voir les portes ou quoi que ce soit, sans doute même que c’est moi qui lui ouvrirait une porte pour sortir sans me rendre compte. Au moins ma journée n’aurait pas été d’un ennui total, c’était une bonne chose!  
Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 52
Crédit : 699
MessageSujet: Re: A L L - I N
Mar 3 Sep - 16:01

And I'm all in
You're like an imprint, you've got fire up and down your cheeks, you burn everything you see, gold are your fingers leaving traces everywhere you go

Parfois elle se disait qu’elle avait raté sa carrière, sans doute qu’elle serait plus douée en actrice dans un film à succès plutôt qu’à crayonner sur des rouleaux interminables qui listaient tous les pactes en Enfer. Son regard était presque perdu dans le vague à cette pensée, n’écoutant qu’en second plan ta tirade sur les différents dieux égyptiens. Elle savait plus ou moins déjà tout ce que tu énonçais, elle aussi avait eu un profond intérêt pour l’Égypte antique, même si elle préférait de loin lire un bon bouquin sur la royauté anglaise… Ou sur les grands soldats de Sparte, sans oublier le peuple Romain qui l’aura fasciné pendant plusieurs décennies. Mais l’heure n’était pas à la rêvasserie, elle devait mener à bien une mission qu’elle s’était elle-même donnée ; évidemment, elle aurait des comptes à rendre à Nargal après ça, peut-être même que cette initiative l’agacerait, mais si elle revenait avec des résultats, il serait sans doute plus conciliant. Elle te laissa lui tenir la porte, tu faisais ça avec un tel automatisme qu’on t’aurait pensé chez toi. Pendant un moment, elle aurait pu se dire qu’elle avait fait un erreur en t’attaquant sur ton territoire, mais qu’est-ce qu’une humaine qui n’y connaissait rien au surnaturel allait pouvoir surenchérir contre le démon qu’elle avait missionné, même aussi peu expérimenté qu’il ne l’était ? Tournant alors son visage vers toi, son regard semblait de nouveau ancré dans le moment présent. Elle croisait le tiens, t’offrait un pâle sourire en guise de remerciement et passait à nouveau devant toi en sortant ses clés de voiture de sa poche arrière.

« Qu’est-ce qu’une femme comme vous fait dans cette bibliothèque quand elle devrait plutôt enseigner à l’université ? Vous avez l’air de réellement vouloir retransmettre tout ce que vous savez, c’est rare de voir une personne aussi intéressée par son sujet. Je crois qu’aucun de mes professeurs d’histoire n’est aussi emballé. Ils ont plutôt l’air de s’être trompés de voie. Faut croire que c’est tendance. »

Haussant une épaule avec nonchalance et plissant ses lèvres vers le bas, elle reportait son attention sur sa voiture pour l’ouvrir à distance. Évidemment, elle l’avait isolé, car démon ou pas démon, kidnapper deux femmes en plein jour n’avait rien de très aisé. Quand vous arriviez à hauteur du coffre, elle enclenchait le mécanisme qui fit découvrir quelques livres empruntés au préalable.

« Et voici l’artillerie. »

Le mot de code venait d’être donné, le démon devait maintenant attaquer comme convenu, mais ce dernier ne semblait pas décidé à pointer le bout de son nez. Pendant un moment, Vahia se disait que cet abruti s’était sûrement perdu et qu’elle aurait mieux fait de missionner un démon plus malin ; mais ça aurait sûrement déplu à Nargal alors elle avait dû s’en contenter. Perdant patience, son regard zyeutant sur sa droite, elle pesta intérieurement avant de se tourner vers toi et de t’offrir un sourire agacé malgré elle.

« Et donc je disais… Voici... » commençait-elle à nouveau, mais sans avoir besoin d’aller au bout de sa phrase.

Quelques secondes plus tard, le démon surgissait derrière toi, et la surprise de Vahia fût sincère, de quoi ajouter du crédit à son numéro qui avait faillit manquer. Une main sur ta bouche dont il empêchait l’ouverture, le tissus qu’il tenait contre tes narines étaient imbibé de chloroforme voué à t’endormir. Quand tu étais enfin dans tes rêves, Vahia jaugea le démon avec impatience.

« C’est maintenant que t’arrive ? » demandait-elle en le fusillant du regard, mais avant qu’il ne reprenne la parole elle le coupa. « Frappe-moi maintenant. Fais en sorte que ça ait l’air vrai. Dépêche. »

Le démon semblait hésiter, et Vahia allait surenchérir mais il finit par lui mettre un coup bien envoyé dans le nez. Elle recula instinctivement, portant les mains à son nez en lui jetant un regard noir. Il avait obéit, certes, mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de le détruire.





____________________________________________

    Flesh & Bone
    Buried banging at your door, don't hear a sound, don't know me anymore. A bell that tolled to comfort me ; an empty stree ; a rising steam. Break the truth inside of me, climbed down to hell on the devil's tree. I clutched a branch of soot and flame, a thought that rose, to scorch my feet + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 52
Crédit : 802
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: A L L - I N
Dim 8 Sep - 20:48
AND I'M ALL IN

La vérité c’était que j’avais choisi de travailler dans cet endroit parce que j’y avais passé des heures interminables quand j’étais adolescente. J’étais vraiment de ses gamines qui adoraient foutre son nez dans un livre historique et réagir à la moindre découverte intéressante. La bibliothèque, c’était réellement un peu comme chez moi. Mais on ne s’inquiète pas hein! Ce n’était pas triste, j’étais polyvalente. Je pouvais être un vrai rat de bibliothèque, mais la première à vouloir sortir et bouger un peu. Une fois ma tirade terminée, elle répondit quelque chose… qui me fit vraiment du bien! Mon sourire fut beaucoup plus grand que je ne l’aurais voulu alors que je m’empressais de répondre.

‘’Oh, c’est… c’est rassurant parce que c’est vraiment ce que je veux. Enfin, je ne sais pas si je veux enseigner à l’université, mais en ce moment je travaille aussi à l’école secondaire de mon quartier. Je sais, je sais… (Je me prenais d’avance parce que les gens disaient toujours les mêmes choses quand je disais cela) Les adolescents, ce n’est pas toujours facile, mais vraiment, j’adore ce métier et je pense que… que ça se voit aussi que j’aime ça, les élèves sont plus conciliants… ou du moins… certains!’’

Je ponctuais ma phrase d’un léger rire en passant une main sur ma nuque. Je parlais tellement, c’était hallucinant, elle dût comprendre tout de suite que c’était sûrement le fait que j’étais aussi un vrai moulin à parole qui m’avait poussé vers ce métier. Finalement, la voiture était en vue. J’étais devant tous les livres qu’elle avait empruntés. L’artillerie? Bon, quand même, c’était pas la fin du monde le nombre de livres qu’elle avait… pas qu’elle n’aurait pas eu besoin d’aide! Juste que bon, d’après la qualité des ouvrages aussi, c’était un mot un peu fort quand même. Ça me faisait sourire, c’était peut-être une littéraire ! Je fus sans doute un peu longue à la réaction parce qu’elle allait se répéter. Oops! Ce n’était pas professionnel, pourtant je ne voulais pas l’insulter avec mon manque de réaction.

Mais elle n’eut pas le temps de finir sa phrase. Une main se plaqua sur ma bouche. Sincèrement, ma surprise se vit dans mes yeux, mais j’étais tellement surprise qu’en dehors d’avoir le temps de plaquer mes mains sur les bras de mon assaillant que tout devint flou. L’odeur me semblait connu et inconnu à la fois. Comme si, si mon imagination avait pu savoir l’odeur, il ne se serait pas trompé. Mes pensées s’embrouillaient au même titre que mon cerveau se déconnectait. Rapidement, je n’opposais plus aucune résistance, mes membres semblèrent tomber le long de mon corps alors que tranquillement, le brouillard dans mon cerveau se dissipait pour m’amener vers des songes tous plus confus les uns que les autres. Au moins, pendant ce temps, je ne m’imaginais pas ce qui allait m’arriver. Ou encore ou l’on m’emmenait.
Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 52
Crédit : 699
MessageSujet: Re: A L L - I N
Ven 13 Sep - 9:41

And I'm all in
You're like an imprint, you've got fire up and down your cheeks, you burn everything you see, gold are your fingers leaving traces everywhere you go

Vous étiez dans une usine désaffectée, là où personne ne pourrait évidemment entendre tes cris si tu venais à penser que c’était une bonne idée comme les abrutis dans les films. Le bâtiment était entouré de champs à perte de vu, et le seul endroit encore un peu fréquenté était une station à essence à plusieurs kilomètres de là (où se déroulerait certainement la suite du plan) ; en somme, tu ne risquais pas d’alerter qui que ce soit.

« A quel point je peux l’abîmer ? »

Expirant profondément par les narines, Vahia te regardait en inclinant un peu la tête, son poignet cassé contre sa hanche alors que l’autre passait dans ses cheveux. Après t’avoir longuement jaugé, elle roulait ses yeux vers le démon à sa droite sans redresser son visage et alternait son regard deux fois entre lui et toi comme si elle réfléchissait, avant de simplement déclarer :

« Rends juste ça crédible. Si je trouve que tu vas trop loin, je te le ferais comprendre.
- Et l’appel ?
- Je l’ai programmé, affirmait-elle en regardant sa montre, il devrait arriver d’ici une petite demi-heure. Sois rapide.  »

Passant derrière la chaise où tu étais installée, elle vérifiait les nœuds en les resserrant légèrement pour éviter de te réveiller et indiquait du menton les liens à tes pieds pour que le démon en fasse de même. Non pas qu’elle craignait que tu t’échappes, mais c’était plus crédible ainsi. Elle s’installait d’elle-même sur l’autre chaise à côté de la tienne et tendait ses poignets vers l’arrière pour qu’il l’attache elle aussi. Autant jouer le jeu jusqu’au bout. Quand son sbire en avait finit avec elle, elle inclinait la tête vers la petite table à côté d’elle pour la lui indiquer ; sur cette dernière, quelques outils de torture classique et une petite bouteille avec un chiffon posé dessus.

« L’huile essentielle de poivre noir, sur le tissus. Tu procèdes comme tout à l’heure, ça va la réveiller. »

Hochant la tête, le démon obéissait et traversait la pièce pour apporter le mouchoir à ton nez et ainsi te faire respirer le produit. Elle vérifiait du coin de l’oeil qu’il s’en sortait bien, et quand elle remarquait tes pupilles s’activer à travers tes paupières, elle baissait alors son visage pour simuler l’endormissement, comme si elle avait subit le même sort que le tiens, quoi que le sang qui séchait le long de son nez laissait supposer qu'il avait été moins clément avec elle.

« Aller, debout la belle au bois dormant. » râlait le démon en tapotant plusieurs fois ta joue pour que tu te réveilles plus vite.





____________________________________________

    Flesh & Bone
    Buried banging at your door, don't hear a sound, don't know me anymore. A bell that tolled to comfort me ; an empty stree ; a rising steam. Break the truth inside of me, climbed down to hell on the devil's tree. I clutched a branch of soot and flame, a thought that rose, to scorch my feet + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 52
Crédit : 802
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: A L L - I N
Mar 17 Sep - 9:52
AND I'M ALL IN

J’étais une personne qui faisait régulièrement des rêves un peu tordus. En fait, j’avais des rêves qui ne faisaient aucun sens. Cependant, là, c’était différent. J’arrivais pas à voir des mages précises de la succession de rêves que je fis. Tout allait trop vite. C’était comme si tout était en accéléré dans ma tête et que lors que ça ralentissait, tout était flou et confus. Ce n’était pas un sommeil réparateur, ni même un sommeil naturel alors ce n’était pas des plus surprenant.

Puis soudainement, on dirait que ma respiration difficile, ou du moins une odeur forte se trouvait maintenant dans mes narines. Je ressentais mon corps sortir du sommeil petit à petit. C’était toujours un sentiment étrange, comme si j’avais été endormi des années durant. Je n’ouvrais pas les yeux, je sentais une douleur naissante dans mes bras et mes poignets, je ne pouvais pas les bouger? Alors que tranquillement des questions naissaient dans mon esprit, je sentis des tapes sur mes joues puis finalement une voix qui m’était totalement inconnue.

Puis tout me revint. La fille de la biblothèque, sa voiture, les livres puis la pression pour m’empêcher de bouger et le brouillard. J’ouvrais alors les yeux soudainement, redressant mon visage avec encore toute cette confusion dans les yeux. Je vis l’homme devant moi, puis je me tournais, cette pauvre fille état près de moi, sur une chaise, attachée… visiblement comme moi! Je tentais de tirer un peu mes poignets, mais non, c’était bien solide et mes chevilles… Okay, j’étais un peu claustrophobe et la panique montait en moi.

‘’Qu’est-ce qui se passe.. ?’’

Ma voix était âpre et lointaine. Involontairement, des larmes commencèrent à brûler mes yeux sans que je ne pleure. Je levais mon regard vers l’homme devant moi de nouveau. J’étais réveillée, ma respiration était rapide et me faisait mal. C’était clairement la panique que je ressentais et une angoisse puissante. Okay, qu’est-ce qui allait m’arriver? Je tentais une seconde fois de tirer sur mes poignets sans succès. Je finissais par articuler, la voix tremblante.

‘’Qu’est-ce… qu’est-ce que vous voulez..?’’

Je comprenais pas pourquoi je ne criais pas. Pourquoi je ne tentais pas de me défendre plus! La réalité était que j’étais paralysée par la peur. Je tremblais de partout même si mes liens ne permettaient pas trop de le montrer! Je tentais de ne pas laisser mon cerveau me faire plus peur en imaginant des tonnes et des tonnes de scénarios de ce qui pourraient m’arriver dans ce trou perdu. Parce que visiblement, je n’étais pas près de chez moi, je ne savais pas où j’étais et je n’entendais aucun bruit à l’extérieur.
Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 52
Crédit : 699
MessageSujet: Re: A L L - I N
Mer 25 Sep - 10:48

And I'm all in
You're like an imprint, you've got fire up and down your cheeks, you burn everything you see, gold are your fingers leaving traces everywhere you go

« C’est bien, gentille fille. » déclarait le démon comme s’il était fier de toi en tapotant ta joue, n’hésitant pas à rendre son geste plus violent que nécessaire.

Vahia émettait un léger grognement comme si elle peinait à se réveiller, feintant dans une grimace l’éveil d’une douleur oublié jusque là, celle du coup de poing qui l’aurait apparemment sonné. Un œil clos et l’autre à peine ouvert, elle roulait faiblement son regard d’un côté puis de l’autre, semblant émerger. Le démon ne portait aucune attention à elle, il la regarda seulement pour plisser ses lèvres vers le bas, notifiant qu’elle se réveillait. Très vite il posait ses mains sur tes accoudoirs et plongeait son regard noir dans le tiens, jonglant entre tes prunelles pour avoir un impact plus puissant.

« Alors tu sais en général, et tu dois avoir vu ça dans les films, les kidnapper posent les questions et cognent après si tu ne réponds pas. Tu confirmes, hein ? » demandait-il en haussant les sourcils, abaissant son visage pour qu’il  soit en face du tiens. Hochant une fois la tête pour t’inciter à en faire de même par effet miroir, il léchait ses lèvres pour les humecter avant de reprendre finalement. « Moi j'fonctionne pas comme ça. Alors oublie tout ce que t’as vu au cinéma parce que j'fais tout l'inverse. J'trouve que c'est plus efficient et efficace.»

D’un geste propre et certain, il se redressait et tendait le bras pour attraper la petite table sur roulette sur laquelle était disposé plusieurs outils de torture, tous les uns plus effrayants que les autres. Pas bien grands certes, mais avouons-le, une pince fait davantage peur qu’un marteau dans ces situations. Le démon passa sa main au-dessus de son matériel… Comme s’il hésitait, et attrapait une pince plate en la tournant dans tous les sens comme pour prendre connaissance de son outil. Haussant les épaules en admettant que ça ferait l’affaire, sa main libre, et ce sans qu’il ne te regarde attrapait ta mâchoire sèchement pour pencher ton visage vers l’arrière. Forçant l’ouverture de ta bouche de son pouce et son index, il approchait dangereusement la pince d’une de tes molaires tout en te lançant un regard noir.

« T’en fais pas, t’en a pas vraiment besoin. » disait-il dans un faux air compatissant en secouant la tête, alors que Vahia semblait regarder dans ta direction, ayant un peu retrouvé ses esprits. A peine avait-elle le temps de lui demander d’arrêter, se donnant un élan qui fit bouger la chaise, que l’homme t’arrachait une molaire sans ménagement.

« Fils de...  se retenait Vahia en pinçant ses lèvres alors qu’il lui jetait un regard inintéressé pour finalement reporter son attention sur toi.
- Maintenant, si t’as pas envie de manger de la soupe toute ta vie… Tu vas répondre à ma question. Elle est simple. Elle demande une réponse simple. Que sais-tu de Sam Winchester ? »

Et à la fin de son intervention, ses yeux se renversaient pour te montrer ses pupilles noirs démoniaques, t’incitant ainsi davantage à parler. Même si en réalité… Il n’était nulle question d’en savoir plus sur le chasseur ; Vahia ne lui apportait aucun intérêt, là n’était pas la question. Le plus affolant dans tout ça c’est qu’elle n’avait aucun espoir sur la suite des choses, elle n’attendait pas forcément de résultat : ce n’était pas important. Peut-être qu’elle te torturait pour rien, mais qu'avait-elle à perdre ? Plutôt tout à gagner.





____________________________________________

    Flesh & Bone
    Buried banging at your door, don't hear a sound, don't know me anymore. A bell that tolled to comfort me ; an empty stree ; a rising steam. Break the truth inside of me, climbed down to hell on the devil's tree. I clutched a branch of soot and flame, a thought that rose, to scorch my feet + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 52
Crédit : 802
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: A L L - I N
Ven 27 Sep - 10:18
AND I'M ALL IN

Mon visage bougeait sous les tapotements un peu plus raides de ce type. J’avais réellement du mal à respirer, j’avais l’impression d’être totalement crispée de partout. Je ne m’étais jamais senti ainsi de toute ma vie. On dirait que j’allais briser de partout. Puis quand ma voisine se mit à faire du bruit, je tournais mon regard vers elle, le menton un peu tremblant dans mon angoisse. Qu’est-ce qui s’était passé dans ma vie pour que je mérite cela? Je ne comprenais pas pourquoi. J’étais la fille la plus banale du monde. Je sursautais en braquant mon regard vers le gars qui venait de s’appuyer sur mes accoudoirs. Je tentais de soutenir son regard, retenant encore une fois mes larmes de couler. Puis il se mit à parler, involontairement je me mis à pleurer, mais c’était des larmes silencieuses, qui transpiraient la peur. Je ne fis qu’hocher la tête en même temps que lui. Je fixais le vide devant moi quand il se redressa, comme si ses paroles prenaient du temps à faire leur chemin dans mon esprit. Quoi…? L’inverse. Mon regard paniqué se tournait vers lui alors que je le voyais être en train de choisir son outil avec une attention qui me fit frissonner. Je me mis à pleurer un peu plus fort, pinçant les lèvres pour n’émettre aucun son. Je fermais les yeux avec force, comme si j’espérais avec force que ce n’était qu’un mauvais cauchemar.

Puis tout se passa rapidement! Il attrapa mon visage. Okay, j’allais mourir. Là, tout de suite, ma seule pensée fût que j’allais mourir aujourd’hui. C’était une triste et terrible conviction que je n’arrivais pas à me sortir de la tête. Mes larmes étaient incontrôlables. Même quand il ouvrit ma bouche, dès que je vis la paire de pinces, je fermais les yeux. Avec force en ayant un sanglot étouffé. Puis il m’arracha la dent. Comme ça. Au même moment que je lançais un cri à m’arracher les cordes vocales et que le goût métallique du sang remplissait ma bouche, je me mis à pleurer avec force. Je sentais le sang chaud couler sur mon menton et sur moi. Avec toute cette quantité de sang, je n’eus pas le choix de cracher un peu à côté le surplus de sang alors que j’avalais presque la moitié du sang aussi. Puis j’entendis encore sa voix, il me posait une question, mon regard embué de larmes se levaient sur lui. Ça faisait un mal de chien et en plus je devais tenter de me concentrer sur ce qu’il me demandait. Sam Winchester? J’allais ouvrir la bouche pour parler, mais il se passa quelque chose de bizarre. Avec ses yeux. Puis je figeais. Totalement. Qu’est-ce que c’était ça?! Ce n’était pas réel! Oui, j’avais cette douleur qui m’élançait dans la bouche, plus le goût du sang… tout cela était trop réel! Mon regard montrait totalement que j’étais tout simplement confuse par tout ça. Je ne comprenais pas ce qui se passait, je ne comprenais pas ce que je croyais. J’allais mourir et pour aucune raison.

‘’-Je… je…. Je ne sais pas de quoi vous parlez…! (Je pleurais un peu plus fort incapable de me controler) Le seul…Sam que je connais, c’est un gars que j’ai rencontré dans un bar une seule fois…je… je ne sais rien! (Je penchais la tête en avalant beaucoup trop de sang, j’avais des nausées et je savais que c’était vraiment à cause de ma peur) Je ne sais rien, je vous en prie..!’’

Je ne me contrôlais plus. Ce qui m’arrivait était totalement injuste. Je ne méritais pas cela! Je ne savais pas pourquoi j’étais là, je ne savais rien du tout. Moi qui pensait que ce genre de choses arrivait aux autres… j’avais bien tort.
Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 52
Crédit : 699
MessageSujet: Re: A L L - I N
Lun 30 Sep - 7:33

And I'm all in
You're like an imprint, you've got fire up and down your cheeks, you burn everything you see, gold are your fingers leaving traces everywhere you go

L’interrogatoire se déroulait plus ou moins comme prévu, le démon jouait bien son rôle, bien que selon Vahia, il n’était pas forcément utile qu’il s’improvise dentiste comme il venait de le faire. Mais que pouvions-nous attendre d’un démon après tout ? La suite la fit davantage froncer les sourcils. Il sembla quelque peu hébété quand tu lui donnais ta réponse, il regarda même Vahia et sembla perdu une fraction de seconde avant de comprendre très vite le message qu’elle lui passait : poursuivre, enchaîner, plus vite que ça. Évidemment, si cet instant semblait au ralentis entre les deux démons, il n’était pas pour autant visible facilement à ta personne. Surtout vu l’état dans lequel tu devais être actuellement. Alors l’homme s’approcha de toi et soupira longuement, haussant les sourcils en attrapant une lame avec laquelle il jouait à chacun des ajouts qu’il apportait :

« Chevelure de mannequin, grand comme trois pommiers, carrure du type qu’on a pas envie de chercher… Maintenant, ça te parle ? »

Une fois la description faite, Vahia lécha ses lèvres dans l’impatience que le téléphone ne sonne, ce qui à son plus grand plaisir arriva bien assez tôt. Quand il remarquait la vibration dans sa poche arrière, il sortait son téléphone qu’il orientait un peu vers toi, laissant entrevoir le nom du contact qui n’était autre que Crowley (bien entendu, il s’agissait là d’un tour, le démon ne l’appelait pas réellement), il te pointait de sa lame en arquant les sourcils exagérément :

« J’en ai pas finis avec toi, bouge pas. »

Quand il se détournait, Vahia siffla légèrement pour attirer ton attention tout en tournant sa tête vers toi. Elle te montrait d’un signe de tête ses mains qu’elle parvenait doucement à détacher et articulait correctement sans parler qu’elle allait s’en occuper, imitant donc seulement le geste que ferait sa bouche si elle parlait vraiment.

« Quoi ? » demandait l’autre démon, semblant embêté au téléphone. « Comment ça il est ici ? Tu te fous de moi ? Mais ? Non. […] C’est un chasseur, et pas n’importe lequel. Tu crois q… […] »

La suite de la fausse conversation se déroulait en dehors de vos oreilles curieuses et quand Vahia parvenait enfin à se détacher, elle courait vers une lame qu’elle saisissait dans l’attention d’aller attaquer le démon en face d’elle. Mais à peine avait-elle le temps de le rejoindre que son visage s’orientait vers le plafond pour cracher un amas de fumée noir qui la fit se figer sur place, comme une humaine interloquée le ferait. Sous le choc, elle se reculait de quelques pas alors que le corps inerte retombait au sol. Le fixant longuement avant de lâcher son couteau, elle se tournait vers toi toujours aussi choquée comme si tu pouvais lui apporter une réponse.

« BORDEL ! C’était quoi ça au juste ? T’es qui putain ? » t’accusait-elle, comme si tu pouvais bien savoir ce qui se passait.

Mais si elle semblait mitigée, elle se précipita vers toi pour retirer les cordes à tes pieds précipitamment comme s’il pouvait revenir.

« On va se casser d’ici et tu m’expliqueras pourquoi cette chose en avait après toi, je te préviens. » affirmait-elle avec rage tout en s'attaquant au noeud dans ton dos pour t'en défaire aussi. « Putain de merde, c'est toujours sur moi que ça tombe ce genre de coup foireux. »





____________________________________________

    Flesh & Bone
    Buried banging at your door, don't hear a sound, don't know me anymore. A bell that tolled to comfort me ; an empty stree ; a rising steam. Break the truth inside of me, climbed down to hell on the devil's tree. I clutched a branch of soot and flame, a thought that rose, to scorch my feet + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 52
Crédit : 802
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: A L L - I N
Mer 2 Oct - 20:49
AND I'M ALL IN

Je sentais le liquide vermeil dans ma bouche se mélanger à ma salive, le causant des hauts le cœur, je n’avais pas le choix d’en cracher une partie, c’était épouvantable comment ça saignait et que ça faisait un mal de chien! J’étais couverte de larmes, de sang et en plus je sentais ma joue tranquillement se mettre à s’engourdir, à enfler. Je tentais de me contrôler au mieux. Je ne sais pas pourquoi, ce n’est pas comme si en ce moment il me restait de la fierté. J’avais la tête penchée, le sang goûtait de mon menton au travers de mes larmes. Quand il s’approcha, je lui lançais un regard et alors qu’il me décrivait finalement le Sam dont il me parlait, mon regard se figea. Okay, ce type gentil au bar, c’était le même Sam? Qu’est-ce qu’il pouvait avoir à faire avec un malade pareil? Juste dans mon regard, ça se voyait que je savais de qui il parlait. Alors que je tentais d’ouvrir la bouche pour articuler une réponse, mais il sortit son téléphone de sa poche. Je vis rapidement l’appel puisque mon regard était braqué sur mon ravisseur. Je tremblais de tous mes membres quand il me pointa avec la lame.

J’avais un peu oublié la fille à côté de moi. Je tournais ma tête lentement quand je l’entendis faire un petit bruit. J’avais les yeux brillants de larmes, mais mes pleurs s’étaient calmés au moins. Mon cœur se remit à battre à toute vitesse quand je la vis être en train de se défaire de ses liens! J’avais une petite lueur d’espoir au creux du ventre, j’hochais la tête lentement pour signifier que je comprenais. Mon regard se riva ensuite vers l’homme…enfin, la chose devant moi. Ses pupilles. Je ne voyais que cela dans mon esprit. Des pupilles comme des billes noires. Chasseur qu’il avait dit? On dirait que je me trouvais dans un film, c’était pas possible.

Puis tout se passa atrocement rapidement. Elle avait réussi! Elle allait s’occuper de ce connard quand… quoi? Qu’est-ce que c’était ça?! Bon sang! Mes yeux suivaient le corps qui tombait au sol, totalement sous le choc. C’était pas possible! J’étais figée, même quand la jeune femme me cria dessus, je continuais de fixer le corps. C’était quoi cette merde?! Seulement quand elle me détacha enfin que je revins à la vie. L’adrénaline plein le corps , je me redressais rapidement, on dirait que ma douleur à ma bouche ainsi que sur mes poignets et mes chevilles s’endormirent. Il fallait sortir d’ici! Je me tournais vers elle, le regard soudainement affolée.

‘’JE SAIS PAS! Je sais pas c’était quoi ça! Je… je sais pas pourquoi ça me tombe dessus!’’

Je ne pleurais plus, j’étais trop dans le moment. Il fallait partir, je regardais tout autour de moi en voyant finalement une porte. Prise d’une envie de survie immense, je prenais quand même le temps de prendre une lame quelconque sur la table, au cas qu’il ne serait pas seul. Je m’élançais ensuite vers la porte.

‘’Aller! On sort… J’espère juste qu’il… qu’il était seul!’’

Je lançais ensuite un regard à ma collègue de kidnapping. Mon corps était totalement en mode fuir. Je devais me sauver. M’éloigner le plus possible de cet endroit. Je sais que plus tard tout cela allait retomber, que j’allais vouloir mourir et sans doute paniquer encore plus, mais plus loin. Quand je serais en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 52
Crédit : 699
MessageSujet: Re: A L L - I N
Sam 19 Oct - 11:15

And I'm all in
You're like an imprint, you've got fire up and down your cheeks, you burn everything you see, gold are your fingers leaving traces everywhere you go

Dans le rôle jusqu’à l’os, jusqu’à la sueur qui perlerait presque de son front qu’elle dégageait de ses mains qui s’enracinaient dans ses cheveux, Vahia regardait le corps au sol stupéfaite avant d’être aspiré dans la réalité par tes paroles. C’était si immersif de jouer la comédie quand la personne avec nous ne la jouait pas ; aucune erreur n’était possible, on était piégé dans un film où nous seul voyons les caméras. Elle hocha la tête à tes remarques, dans le vague, son regard vrillant d’un côté puis de l’autre, avant qu’elle ne se décide à sortir de ce maudit endroit. Elle aurait pu sourire, voulu sourire, pour manifester sa victoire, car tout avait fonctionné comme prévu, mais elle n’en fit rien. Rie n’était encore réellement gagné. La bataille oui, la guerre non. Une fois que vous étiez dehors, et après que vos jambes aient courue sur une bonne distance, Vahia s’arrêtait en feintant l’essoufflement pour apporter ses mains à ses genoux, comme on les tiendrait s’ils étaient douloureux.

« Attends… Je pense pas qu’il va revenir de toute façon. » soupirait-elle à bout de souffle, sa tête se secouant pour accentuer ses dire. « Pas vu la façon dont il s'est enfuie. »

Finalement, elle se redressait et regardait en l’air en passant ses doigts sous ses cernes, pour étirer ses joues sous une fausse fatigue.

« Je suis un peu étourdie. On devrait se poser là-bas, juste le temps d’appeler quelqu’un pour venir nous chercher. Ou j’en sais rien, trouver un bus. »

Elle montrait le petit motel perdu au bout de la rue, visible à trois cents mètres de là. Voulant être certaine que tu irais jusqu’au bout, elle passerait la nuit avec toi. Vu l’heure de toute façon, personne ne serait volontaire pour venir si tardivement vous récupérer et vous ramener en ville ; enfin peut-être si on entendait dans quel genre d’histoire vous aviez été fourrées, mais qui voudrait raconter avoir vu un homme aux yeux noirs s’enfumer dans les airs comme dans un vieux feuilleton fantastique ? Personne. Du moins, personne qui ne voudrait pas être confondu avec un malade.

« Puis je suis un peu fatiguée… J’avoue, et je crois que… Je crois que j’ai vraiment besoin d’une douche et d’un verre. » affirma-t-elle dans un faux rire, constatant la boue à ses jambes.  

Tout cette comédie avait intérêt à mener quelque part. Pas forcément très loin, mais au moins l'avancer dans sa quête. Même si elle avait pris un malin plaisir à réveiller son talent d'actrice qu'elle n'avait que très peu l'occasion de secouer, elle n'était pas du genre à entreprendre une affaire comme celle-ci dans le vent.





____________________________________________

    Flesh & Bone
    Buried banging at your door, don't hear a sound, don't know me anymore. A bell that tolled to comfort me ; an empty stree ; a rising steam. Break the truth inside of me, climbed down to hell on the devil's tree. I clutched a branch of soot and flame, a thought that rose, to scorch my feet + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 52
Crédit : 802
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: A L L - I N
Sam 19 Oct - 21:21

Sam & Amelia

All in


Je ne sais pas pourquoi j’avais menti. J’avais totalement menti. Ma vie avait été clairement en jeu et mon réflexe ça avait été de protéger Sam. Oui, bien sûr que c’est vrai qu’il était le seul Sam que je connaissais. Mais je ne l’avais pas vu seulement une fois, c’était ça le truc. Mais ça avait coulé tout seul. Je ne connaissais de lui que nos conversations! Je ne savais même pas où il vivait! Donc ouais, j’avais un peu transformé la vérité. Je ne comprenais pas pourquoi. J’avais même menti à la fille qui m’accompagnait! Qu’est-ce qui se passait avec moi? Pourquoi étais-je aussi méfiante? Mais là… je voulais partir. Je courais. J’avais une douleur qui me vrillait l’estomac, mais bon, entre ma dent manquante et mon estomac, mon seul but était d’être le plus loin possible de cet endroit. Je sentais le sang qui rendait mes vêtements collant, l’enflure qui me démangeait aussi. Mon corps allait vraiment s’arrêter à un moment. Mon cœur qui lui battait tellement vite comme jamais. Ça me faisait mal ça aussi. Quand finalement Emilia s’arrêta, je fis de même à quelques pas d’elle. Je m’appuyais contre l’arbre le plus proche en reprenant mon souffle avec difficulté. Je me laissais tomber contre l’arbre, mes poumons semblaient en feu. Je fermais les yeux, les sourcils froncés, une main se posant contre ma joue un peu rebondie.


« Je suis un peu étourdie. On devrait se poser là-bas, juste le temps d’appeler quelqu’un pour venir nous chercher. Ou j’en sais rien, trouver un bus. »

J’ouvrais les yeux juste à temps pour pouvoir voir le petit motel au bout de la rue. Je sentis un flot de soulagement me submerger alors que mes yeux se remplissaient de nouveau de larmes. Je déglutissais difficilement en me relevant lentement, me tenant contre l’arbre. Je n’avais plus de force, mais j’allais faire tous les efforts possibles pour pouvoir rentrer chez moi. Pour pouvoir partir. J’arrivais à dire d’une voix faible et tremblante.

« J’veux juste… rentrer chez moi…je… j’ai… quelqu’un a appeler… Tu…toi? »

Oh oui, j’avais bien l’intention d’appeler quelqu’un. Et ce quelqu’un était Sam. Bien sûr que j’avais des amis bien fidèles que j’aurais pu appeler, mais là, tout de suite, c’était lui que je voulais voir. J’avais besoin de sa présence. Il n’allait sans doute pas croire à mon histoire de fou, mais il fallait que j’essaie. Du moins, je sais que je pouvais compter sur lui pour me ramener chez moi et me faire sentir en sécurité. Surtout après un évènement ainsi. Ce n’était pas contre cette pauvre fille avec moi, mais je ne la connaissais pas et je ne voulais pas passer la nuit dans un motel miteux avec une dent en moins et des vêtements en sang. Je lui lançais un regard en me remettant à marcher vers le motel, avec la force du désespoir à ce moment.

« Allez…on…on y va… »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A L L - I N
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour ::  :: Downtown Kansas City :: Bibliothèque -