Octobre 2019
It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Nous sommes à la recherche de Jody, Bobby et bien d'autres!
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI
Merci de privilégier les groupes Créatures, sorcier, expérimentations, anges disgracié et ange!

It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...

 ::  :: Swope Park :: Terrain de Sport Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Mar 3 Sep - 12:51

It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...


Enfin de retour et avec les pleins pouvoir depuis « l’accident », j’avais quitté le chalet qui me servait de repaire ces derniers temps pour tester mes limites maintenant qu’un certain EX bras droit avait dérobé le trône à mon insu. Il fallait que je m’assure que ma force acquise en prenant le pouvoir n’avait pas disparu depuis que j’étais en congé forcé.

J’avais déjà quitté la villa pour d’autres affaires concernant mes plans dont je ne parlerais pas ici au cas où des oreilles indiscrètes ou plutôt des yeux viendraient lire mes pensées mais c’était la première fois que je me retrouvais vraiment seul face à moi-même.

J’avais donc choisi un lieu fréquenté la journée mais déserté la nuit pour m’exercer avec pour seul témoin la lune et les étoiles. Optant pour une arrivée discrète, je me téléportais avant tout à plusieurs endroits différents pour ne pas me faire suivre comme un bleu jusqu’à mon repaire et avait fini par atterrir sur les terrains de sport public de la ville.

Marchant d’un pas assuré, je rejoignis le terrain de basket ou plusieurs ballons avaient été abandonné et commençait par quelque chose de facile tout en restant sur mes gardes. Après tout Nargal ne s’était pas gêné pour me coller une cible lumineuse dans le dos.

D’un geste de la main, je tentais d’extraire l’air de l’objet sans toucher à la structure extérieure et y réussis sans grand mal. Essayant sur d’autres balles je variais les attaques en souriant. Enlever de l’air, ajouter de l’air pour faire exploser, mettre en feu, écorcher petit bout par petit bout, envoyer s’écraser contre un mur au loin, ramener vers moi pour le broyer de mes mains.

En bref je m’amusais comme un gamin avec mes pouvoirs ce qui ne m’était pas arrivé si souvent depuis ma mise à la retraite forcée. Retraite qui allait vite cesser bien sûr. Et cette fin sera haute en couleur et ensanglantée !

Tout à mes pensées, je sentis un mouvement d’air surgir sur moi et esquivait au dernier moment pour voir retomber à mes pieds un de mes plus fidèle serviteur : Jameson.

Surpris de le trouver ici car je n’avais plus de contact depuis quelque temps et encore plus surpris de le trouver fonçant vers moi, je le regardais de haut et réclamais

« Tu te prends pour un de mes chiens maintenant ? Je n’ai pas sonné la clochette pourtant Jameson. »


KoalaVolant

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

Jameson Arkeley
Jameson Arkeley
Messages : 49
Crédit : 895
MessageSujet: Re: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Mer 4 Sep - 10:27
It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...

On ne me surnomme pas ''Le Glouton'' pour rien...

Un hurlement féroce et puissant résonnait dans la nuit étoilée, il se réverbérait sur les gigantesques béhémots de ferrailles et de béton où résidaient les âmes insignifiantes de milliers de personnes. Des personnes qui naissaient, vivaient et mourraient sans avoir jamais rien accompli et qui se satisfaisait de ça.
Jameson méprisait ces gens-là. La faiblesse lui était insupportable et c’est pour ça qu’il avait tout fait pour devenir ce qu’il n’était même si pour cela il devait briser les codes de Dieu en personne… Michael lui avait offert cette hérésie. Il était désormais capable de blesser Dieu lui-même et de faire trembler les anges et les démons.
Alors Jameson hurlait le nom de l’archange à s’en faire exploser les poumons mais ce n’était ni de l’admiration, ni même quelconques remerciements. Ses vociférations n’étaient que colère, empreintes d’une telle haine qu’être le simple auditeur des mots sortant de son gosier aurait pu blesser. La raison sa colère ? Alors qu’il avait obtenu toute la puissance qu’il aurait pu désirer ?
Rien de plus simple. Le vieillard était devenu une sorte de Dieu. Une abomination dont la simple existence était une insulte à l’encontre de toutes les règles établies par le Créateur il y a des millénaires de cela. Némésis des démons et des anges, il était cependant dépourvu de la moindre once de divin donnant à sa chair l’odeur putride de la non-existence et la faiblesse des mortels : les divins devaient déployer de formidable stratagème pour venir à bout de la créature tandis que le plus ridicule des humains pouvaient l’occire. L’habituelle fierté des anges et des démons se retournait contre eux lorsqu’ils faisaient face à la Créature, eux qui sont persuadés de valoir mieux que les âmes humaines ne pouvaient venir à bout de Jameson justement en raison de leurs supposées ‘’supériorité’’.
Un coup de maître de la part de Michael. Le Glouton était en quelque sorte l’aboutissement de toute la haine qu’il portait à son propre père ainsi qu’à sa création. L’antithèse de Dieu. Un coup de maître qui allait cependant se retourner contre l’archange… Car dans sa hâte à produire l’abomination dont il avait toujours rêvé il en avait oublié qu’il résidait en la chair de Jameson une âme aussi sombre que les abysses qui n’est malléable que par les horreurs sans-noms du néant que Dieu s’est empressé de bannir dès qu’il a posé les pieds dans l’existence.
Ainsi Michael avait immiscé en Jameson une puissante malédiction. Peut-être pour le maintenir en son contrôle ? Peut-être pour s’en servir comme ticket de sortie le jour où il passerait ses crocs sur sa gorge ? Ou alors peut-être était-ce simplement pour punir le Carcajou d’être aussi irrespectueux du divin ? Peut-être tout cela à la fois ? Toujours est-il qu’à cause de cette malédiction… Il avait faim.
Ce n’était pas une fringale que le commun des mortels pouvait expérimenter : il n’y survivrait pas. C’était une faim éternelle, profonde et dévorante. Une faim qui ne peut être expérimenter uniquement par ceux dont la chair se refuse à la mort.
Jameson était devenu Le Grand Dévoreur il y avait à peine quelques jours. Il avait surmonté une insoutenable douleur grâce à une sorcière répondant au nom de Diana et désormais la faim le rongeait comme la peste ronge les tissus. Il avait essayé tellement de choses pour calmer son appétence : vider les stocks de Diana, dévorer un homme à la corpulence ridiculement élevé (ou pour faire plus simple, un américain lambda), ou même déchiqueter jusqu’aux entrailles de toute une famille ; Père, mère et les 3 trois enfants ; rien n’y fait. Sa faim se calmait vaguement quelques heures avant de revenir au galop. Chaque repas était plus gros que le précédent, moins roboratif.
C’est dans cette faim que la haine de Jameson envers Michael résidait. Pourquoi devait-il subir un courroux aussi simple, aussi primitif alors qu’il était devenu bien plus qu’un homme ? Probablement pour qu’il se souvienne de sa place : il n’est ni un habitant des enfers ni de la cité d’argent. Le but de l’archange était de lui rappeler que malgré tout ses efforts il n’était pas son égal.
Il se souvenait aussi, bien sûr, de la douleur infligé gratuitement. De l’état de décrépitude innommable dans laquelle l’archange avait abandonné son expérimentation (voir ce RP) et de l’incapacité à mourir du familier.

Il hurlait donc le nom de Michael pour toutes ces raisons tout en recherchant une vie dont il pourrait se sustenter. Certains humains auraient pu ouvrir leurs fenêtres, lui hurler gentiment de ‘’fermer sa gueule’’, a minima d’allumer la lumière pour se demander, par simple curiosité, qui diable hurlait de la sorte aussi tardivement ?
Mais il n’en fut rien. Tous restaient paralysés dans leur lit. Incapable de lever ne serait-ce que le petit doigt, comprenant à l’aide d’un instinct animal qu’ils pensaient avoir pour la plupart oublié, que la chose qui hurlait, là dehors, n’appartenait pas à la réalité. Ils savaient, au plus profond d’eux, qu’elle était une anomalie et qu’il ne fallait surtout pas y accorder crédit sous peine d’être extirpé de cette réalité qu’ils affectionnaient tant.

Le familier déambulait donc dans les rues, faisant fuir les veilles-tard et les chats. Il était en chasse depuis plusieurs heures déjà et se demandait très sérieusement s’il n’allait pas tout simplement défoncer l’une des portes d’un de ces nombreux H.L.M pour en vider les habitants étages par étages. Puis, alors qu’il s’apprêtait à passer à l’action, il put sentir une agréable sensation lui parcourir l’échine. Il ne l’avait pas senti avec son odorat, mais plutôt d’une façon inexplicable… Comme si sa faim avait pris conscience et lui indiquait qu’un bon repas se trémousser non loin de sa position.
Il se souvenait de cette sensation. C’était la même que lorsqu’il avait enfoncer ses crocs dans la chair d’Hermès. Même s’il ne lui avait voler qu’un peu de sang, il se souvenait que cela l’avait revigoré autant que s’il avait dévoré dix obèses… Cela voulait dire que la chose vers laquelle il se dirigeait était de l’ordre du divin. Il le savait sans le savoir.

Il se rendit donc là où son instinct le mena et sans même y jeter ne serait-ce qu’un œil il sauta en contrebas d’un mur d’environs deux-mètres directement sur sa proie. Cette dernière l’esquiva sans le moindre mal ; rien de bien surprenant se dit le Carcajou. Il s’apprêtait à lancer un nouvel assaut quand son regard croisa celui de sa proie qui ne semblait souffrir d’aucune peur. Pis encore, il le regardait de haut. Ce que le familier avait en horreur.

« Tu te prends pour un de mes chiens maintenant ? Je n’ai pas sonné la clochette pourtant Jameson. »

Que venait-il de dire ? Ce prénom… Il ne le connaissait pas mais il résonnait dans son crâne comme une cymbale. Comme s’il lui manquait. Le vieillard plissait les sourcils, interrogatif, sans pour autant relâcher sa vigilance et toujours avec la ferme intention de se repaitre de la viande de son adversaire.

« Je n’aime pas beaucoup ton ton supérieur créature… Je ne suis le chien de personne, encore moins de mon repas. Je vais cependant être magnanime : je te promets de faire ça rapidement si tu réponds à mes questions… »

Il sondait le visage de son adversaire, ce dernier ne lui offrit qu’un sourire narquois indiquant probablement qu’il consentait à coopérer, mais pas grâce à la menace du Carcajou.

« Jameson… Tu m’as appelé Jameson… Je pense que tu te trompe de personne… Mais je suis curieux, qui est ce Jameson ? »

acidbrain

____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: Re: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Sam 14 Sep - 12:30

It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...


On pouvait penser que j’avais eu de la chance d’esquiver un prédateur tel que Jameson mais ça n’était pas du tout le cas. De un, bien qu’à nouveau en possession de mes pouvoirs, je ne me reposais pas sur mes lauriers car je me savais poursuivi par et grâce à Nargal donc jamais je n’allais sortir sans surveiller les alentours. J’avais d’ailleurs choisi ce lieu désert pour entendre tout contrevenant m’approcher. Et de deux, ça n’était pas très discret de hurler à la mort pendant la nuit dans un quartier où un animal de ce genre n’avait rien à y faire. Et ce même s’il hurlait sous forme humaine.

D’ailleurs je trouvais ça étonnant provenant du glouton. Lui qui faisait partie de mon armée d’élite n’avait pas été recruté pour foncer dans le tas. Bon en partie si, mais je l’avais choisi pour sa discrétion et sa férocité également. Alors d’attaquer aussi peu stratégiquement après avoir hurlé à la mort pendant trente ans avant n’était pas dans ses habitudes.

Peut-être qu’on avait oublié de le nourrir depuis ma…retraite anticipée.

Après il n’était pas totalement perdu car il s’était décidé à me sauter dessus en passant par-dessus un mur  trop grand pour des humains normaux et qui aurait pu passer pour une protection naturelle si on était de ce genre de personne à croire qu’un simple mur pouvait empêcher une bête sauvage de vous atteindre.

Alors je l’esquivais simplement et lui jetait un regard étonné mais tout de même plutôt content avant de me heurter à un drôle de visage venant du carcajou. Il semblait avoir faim, ça n’était pas un scoop mais surtout, il ne semblait pas me calculer une seule seconde. Je lui lançais donc

« J’ai si changé que ça depuis la dernière fois ? Probablement à cause des rodéos sexuels qui m’ont remis en forme. »

Je savais d’expérience que Jameson n’était pas vraiment porté sur l’humour, enfin si on avait le même humour concernant les massacres et la torture, mais cet humour verbal lui passerait au-dessus de la tête. Néanmoins j’avais lancé ma pique pour voir si cela allait l’affecter ou non. Je guettais donc la moindre de ses réactions tout en restant sur mes gardes et en rangeant mes mains dans mon dos comme je le faisais parfois en Enfer.

Histoire de voir s’il se foutait de moi ou s’il ne me reconnaissait vraiment pas.

Mais plus il me regardait plus l’incompréhension se notait sur son visage et sa première injonction me le prouva. Il me traitait de créature ET de repas. Le monde tournait à l’envers. Quoi qu’il en soit j’affichais mon regard rouge de démon et lui répondis.

« Tu as toujours fait preuve d’insubordination contrôlée mais là tu dépasses les bornes. Nargal a réussi à te dresser à sa solde avec des nonosses ou tu t’es levé et à mis la patte dans de la merde ce matin ? Baisse d’un ton avec ton maître ! »

Eh alors que je pensais qu’il allait s’énerver, il me posa une question bien étrange. Qui est donc Jameson. Plutôt étonné de le voir oublier qui il est, je penchais la tête sur le côté en reprenant mes yeux normaux et lui offrit un rictus avant de répondre

« Quelqu’un a joué avec ta tête on dirait…je dirais que ça doit venir de Nargal ou de son nouveau maître. Mais passons, qu’est-ce qu’ils t’ont fait ? Mon général ne se serait jamais laissé faire à moins d’obtenir quelque chose en échange. Quelque chose que visiblement tu n’as pas voulu ajouter à notre accord. Je suis Crowley, Roi légitime des Enfer et accessoirement TON Roi. Tu es Jameson, carcajou et général de guerre de mon armée. Ça te dit quelque chose le glouton ? »

Je le laissais digérer la pilule et lui proposait quelque chose bien que je m’attende à un refus.

« Je peux t’aider à retrouver la mémoire, après tout je suis un bon Roi avec mes sujets loyaux –même si tu as voulu me manger- raconte-moi ce qu’il t’est arrivé d’abord. La dernière chose dont tu te rappelles avant tout ça. »

Je tentais d’abord la manière douce en lui proposant de s’expliquer mais si jamais il décidait de ne rien dire, j’opterais probablement pour la manière forte à savoir l’extraction directe de son cerveau.

La balle était dans son camp et ça tombait bien on était sur un terrain de basket alors il avait intérêt à jouer le jeu, j’avais assez perdu de partisan.

KoalaVolant

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

Jameson Arkeley
Jameson Arkeley
Messages : 49
Crédit : 895
MessageSujet: Re: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Lun 16 Sep - 5:17
It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...

On ne me surnomme pas ''Le Glouton'' pour rien...

       L'homme n'avait pas peur. Ce simple état de fait suffisait à attiser la curiosité du carcajou qui se laissait donc aller aux plaisirs des échanges verbaux ; un passe-temps qu'il n'affectionnait pas particulièrement, surtout avec ses proies.
       Ainsi la créature qui lui faisait face, en plus d'avoir l'air totalement décontracté quoiqu'un peu décontenancé, s'amusait à faire quelques touches d'humour. Jameson n'esquissa pas le moindre petit sourire. Jameson n'avait pas d'humour. Jameson était pitoyablement dépourvu de la moindre once de boufonerie.
       Déstabilisé, le démon, qui révélait sa nature de par l'apparition d'yeux aussi rouges que l'enfer, fit bien comprendre au familier qu'il le connaissait depuis longtemps. La révélation de sa nature ne secoua pas plus que ça le Glouton : il était plein de hâte à l'idée de pouvoir expérimenter sa toute nouvelle puissance sur un adversaire digne de ce nom, mais certains propos de son repas l'intriguait toujours. Nargal ? Ce nom lui sonnait familier et pas dans le bon sens. Il savait, sans même l'avoir rencontré, que ce n'était pas le genre de gars qu'il allait apprécier. Il aurait pu le questionner là-dessus, mais l'homme se moqua ensuite de nouveau de Jameson en lui faisant comprendre qu'il était un chien, et qu'il était son maître. Le genre de chose qui pouvait enrager Jameson et le pousser au meurtre sans plus de cérémonies mais le supposé ''maître'' de l'expérimentation repris avant qu'il n'attaque :

        —Quelqu’un a joué avec ta tête on dirait…je dirais que ça doit venir de Nargal ou de son nouveau maître. Mais passons, qu’est-ce qu’ils t’ont fait ? Mon général ne se serait jamais laissé faire à moins d’obtenir quelque chose en échange. Quelque chose que visiblement tu n’as pas voulu ajouter à notre accord. Je suis Crowley, Roi légitime des Enfer et accessoirement TON Roi. Tu es Jameson, carcajou et général de guerre de mon armée. Ça te dit quelque chose le glouton ?

       Soudainement, le crâne de Jameson lui fit mal. Atrocement mal. Une migraine de tout les diables qui l’obligea presque à se tenir la tête entre les mains. Il fit mine de ne rien ressentir, d’encaisser les paroles du démon comme si elles n’étaient pas dignes d’intérêts. Mais en réalité cette révélation avait eu plus d’effets que n’importe quelles attaques. Il avait du mal à croire ce qu’il était en train d’entendre… D’ailleurs, il n’y croyait pas. C’était probablement un subterfuge de sa proie pour espérer éviter un combat qu’il savait inévitable… Cependant… Quelque chose au fond de lui doutait. Celui qui répondait au nom de Crowley et qui se prétendait roi des enfers poursuivit :

       —Je peux t’aider à retrouver la mémoire, après tout je suis un bon Roi avec mes sujets loyaux –même si tu as voulu me manger- raconte-moi ce qu’il t’est arrivé d’abord. La dernière chose dont tu te rappelles avant tout ça.

       La migraine passa. Le Glouton étudia sérieusement l’offre, sourit, puis rit de manière nerveuse. Sa faim dévorante l’empêchait de manière rationnelle. Il commença à tourner autour de sa cible, à la recherche de la moindre petite ouverture. Crowley n’était pas spécialement sur ses gardes ce qui était d’autant plus étonnant que Jameson ne trouvait pas de fenêtres d’attaque digne de ce nom.

       —J’ai peut-être un roi, Crowley, dit-il de sa voix monstrueuse, mais je ne suis l’animal de compagnie de personne. Et certainement pas de celui que tu nommes ‘’Nargal’’. Ce nom, quoique je ne le connaisse pas, ne m’évoque étrangement qu’un mépris diffus.
       »Pour de ce qui m’est arrivé, de ce que j’en ai obtenu en échange et de qui en est l’œuvre, cela ne te regarde guère. Prétendu roi des enfers ou non… J’ai faim. Terriblement faim. Peu m’importe mon nom, ton rang ou ma faction. Si nous sommes réellement alliés… Alors j’aurais une pensée pour toi lorsque je retrouverais la mémoire. Pour l’heure… Tu vas mourir.

       Sans hésiter et sans chercher à approfondir le débat, il prit forme animale et chargea. La rage et la faim l’aveuglait au point de ne voir en Crowley qu’un vulgaire morceau de viande. Il comptait le déchiqueter sans même savoir que ce dernier pouvait lui apporter beaucoup de réponses.
Ce n’est que lorsqu’il fut à quelques mètres de l’ancien Roi des Enfers que ce dernier se décida à esquisser un mouvement de défense, comprenant bien que son général ne rigolait pas. Leurs regards se croisa brièvement mais avant que le choc n’eût lieu, un torrent de flammes s’abattit sur Jameson avec une violence inouïe. Si son bouclier télékinésique ne l’avait pas protégé, il aurait été mis hors-jeu aussitôt. Il recula d’un bond par précaution, comprenant que l’attaque ne venait pas de Crowley. La bête poussa un hurlement ce qui déploya son bouclier, chassa les flammes et lui permit de poser ses yeux sur l’intrus. Une femme étrangement familière se tenait sur le haut du muret qu’il avait franchis tantôt. Son regard était grave, empreint de déception et de colère. Des flammes crépitaient dans ses mains. Elle sauta du muret, se réceptionna avec aisance comme si un coussin d’air avait amorti sa chute, et elle se plaça entre lui et Crowley.
       « Sorcière ! » hurla-t-il dans ses pensées, sa condition animale ne lui permettant pas de communiquer. Sa faim venait de prendre une autre dimension. Il avait désormais deux repas de qualité premium qui venaient de faire leurs apparitions. Peu lui importait que la pyromane soit celle de ses souvenirs : l’heure était au repas… Et à la chasse !
acidbrain

____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas

Sorcière

Thalia Vane
Thalia Vane
Messages : 39
Crédit : 969
MessageSujet: Re: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Mer 18 Sep - 15:49


It's a trap! Ah non, c'est juste Jameson



Thalia Vane ft Jameson & Crowley


Le quartier était désormais jonché de cadavres et ceux qui étaient venus constater les dégats avaient réussir à faire fuir Thalia. Non par peur, mais juste par intelligence, elle savait pertinemment qu’elle ne ferait pas grand-chose face à l’armée qui arrivait en face. Elle avait donc du fuir. Mais une chose retenait quand même sa conscience : Jameson. Celui qui l’avait suivi pendant des années venait de disparaître juste devant ses yeux. Il fallait qu’elle rentre chez elle pour se soigner. Sa blessure n’était pas mortelle mais laisser trainer quelque chose comme ça pourrait devenir dangereux. Il fallait donc qu’elle se soigne mais même avec toute la volonté du monde elle n’arrivait pas à bouger de l’endroit où elle s’était arrêté. Elle voyait au loin une masse de gens tenter d’éteindre les différents incendies, ramassant les cadavres et ce qu’il en restait, remettant tout simplement de l’ordre dans la pagaille que Thalia, Jameson et les autres avait mis. Elle restait figée là, à attendre. Elle refoulait le sentiment de solitude qui tentait de s’installer en elle. Comme si tout ça n’était qu’une mauvaise blague, comme si elle allait le voir arriver dans l’angle de la rue, un peu ivre et amoché par les deux trois coups qu’il s’est pris sur le champ de bataille. Elle resta là pendant un bon moment, à s’épuiser pour tenter de récupérer leur lien mental, mais le carcajou ne revint jamais.


Cela faisait maintenant des mois qu’il avait disparu. Elle avait eu quelques pistes mais toutes ont finis par se solder par un échec. Celui qui l’avait fait disparaître était beaucoup trop malin pour laisser la moindre trace. Michael. Bien sûr que c’était lui. Qui d’autre ? Elle n’avait trouvé que de maigres indices et beaucoup de rumeurs. Des rumeurs indiquant que le carcajou était devenu beaucoup plus puissant. Mais pourquoi n’est-il jamais revenu ? Après tout, cela faisait des années que le duo tuait, massacrait et torturait toute personne susceptible de leur rapporter de l’argent. Il était impossible qu’il se soit lassé de cette vie : il adorait tuer. Cependant, depuis quelques mois, plus rien ne les unissait : le lien mental avait bel et bien disparu, et le familier aussi.

Lorsqu’elle reçu l’appel de Crowley, expliquant qu’il avait enfin localisé le carcajou, elle en laissa tomber la tête qu’elle tenait entre les mains, fraîchement décapité. Un élan de panique et d’impatience s’empara d’elle et un milliard de question lui vinrent à l’esprit. Laissant tout en plan, elle parti rejoindre son roi. Et apparemment, elle arriva au moment opportun : une bête affamée se jetait sur lui. Ce n’était qu’un simple obstacle, et elle croisa à peine son regard avant de le faire reculer dans une tornade de flamme, attendant que le tout se dissipe pour mieux jauger son ennemi. Ce que ses yeux venait de voir, son esprit le réfuta. Ca ne pouvait pas être lui, c’était une créature cherchant un repas. Si c’était lui, jamais il n’aurait attaqué Crowley. Elle n’eut pas à attendre de réponse longtemps vu que ce dernier semblait avoir un bouclier contre son attaque. Lorsque les flammes se dissipèrent, elle dû faire face à la réalité : Jameson se tenait là, face à elle. Il se passa quelques fractions de seconde qui parurent une décennie, pendant lesquelles Thalia et Jameson se fixèrent. Il n’avait pas l’air de la reconnaître. Et pourquoi s’attaque-t-il à son roi soudainement ? Quelque chose avait changé…Elle descendit de son muret pour se mettre entre lui et Crowley. Puis d’un ton calme qui avait du mal à cacher ses émotions, entremêlé de joie et de déception, elle s’adressa au carcajou :

« Tu peux m’expliquer ce que tu fous Jameson ? Et attaquer Crowley n’est clairement pas la plus grosse connerie que t’as faîtes ses derniers mois ! Tu étais passer où putain ?! C’est Michael c’est ça ?! Ce pseudo-archange t’as fait quoi ?! »

Plus elle parlait, plus son ton changea, son énervement traduisait aussi le soulagement de retrouver enfin le familier. Mais face aux paroles de la jeune sorcière, il semblait ailleurs. Aucune de ces phrases ne semblait l’atteindre. Il ne semblait pas d’humeur à tenir une conversation, ni s’expliquer sur quoi que ce soit, il avait faim et face à lui se trouvait de repas de choix. Il ne fallut pas longtemps à Thalia pour comprendre qu’elle n’avait en face d’elle qu’une bête qui attendait son repas. Quoi que Michael est fait, il en a aussi profité pour prendre la mémoire de Jameson. Car si ce dernier paraissait inhumain dans sa façon d’être, jamais il n’aurait regardé la sorcière comme un repas potentiel. La créature qu’elle avait en face d’elle n’avait plus grand-chose à par l’allure de son ancien coéquipier. Son soulagement de le revoir se transforma en colère, comment avait-il pu se laisser faire ? Elle s’avança, face au carcajou avec un regard de défi qui trahissait sa déception :

« Très bien. Dans ce cas je t’en prie : attaque en premier. »

Elle n’eut pas à attendre très longtemps, la bête fonça sur elle tentant de lui arracher l’épaule au passage. D’une simple feinte, elle l’esquiva. Il recommença l’opération et elle continua à esquiver, encore et encore. Elle se refusait à lui rendre ses coups. Il ne savait même pas ce qu’il faisait et elle n’avait aucune idée de ce que Michael lui avait fait. La seule solution était qu’il retrouve la mémoire, ou du moins une partie. Ils avaient passer les dernières années de leur vie ensemble, ils s’étaient battu ensemble. Si lui ne se souvenait plus des techniques de la sorcière, elle pouvait écrire un livre sur les différentes approches de combat du carcajou. Elle attendit qu’il relance un énième assaut, feinta, lui assaina un coup dans le dos et lui fit une prise pour le maintenir au sol. Une prise typiquement Jamesonienne bien sûr. Elle pensa qu’à force il finirait par avoir un déclic. Elle le lâcha et fit un bond en arrière, permettant au familier de se dégager facilement de son emprise. Il ne semblait pas avoir de réactions particulières. Elle enchaîna, prise sur prise, coup sur coup, esquivant avec aisance ceux de Jameson. Le fait de connaître la moindre de ses techniques le rendait prévisible aux yeux de la sorcière. Il semblait commencer à comprendre ce qu’elle faisait et esquivait certaines de ses attaques : après tout, même amnésique c’était sa manière de se battre. Plus le combat avançait, plus il semblait perdu. Son regard fixait la jeune femme avec incompréhension. Il devait certainement se demander comment elle pouvait faire pour se battre exactement comme il le ferait.

« Bon, assez jouer. Manete !» lança-t-elle.

Dans leur bataille, elle réussit à utiliser un sort pour immobiliser l’animal et s’en approcha.

« Je n’ai pas envie de me battre contre toi Jameson. En tout cas pas dans ce genre de circonstances. Tu dois certainement te demander comment je peux connaître toute ses techniques ? Et bien parce que je t’ai vu au moins un milliard de fois à l’oeuvre. Je suis ta sorcière et tu es mon familier. Enfin, grosso modo quoi. Tu as disparu y a des mois maintenant et quoi que Michael t’es fait je suis sûre qu’une partie de toi doit se souvenirs de tout les gens qu’on a torturé et massacré. Quand même, ça s’oublie pas ça ! Alors si tu veux on peut continuer à se battre mais je gagnerais. Parce que moi j’me souviens exactement de qui tu es et de ce dont tu es capable. »


Elle voulu lacher petit à petit l’emprise qu’elle avait sur lui mais c’était trop tard. Il avait grandit en pouvoir, elle en était désormais sûre. Si, autrefois, immobiliser le familier ne lui demandait pas énormément d’énergie magique, là, elle se sentait vide. Les quelques secondes qu’elle a pu utilisé pour son petit discours l’avait totalement épuisé : il allait falloir oublié la magie pour le reste du combat. Le carcajou avait gagné en puissance et il avait réussi tant bien que mal à casser le sortilège que la jeune femme lui avait lancé. Elle n’eut pas le temps de reprendre ses esprits que la bête fonça vers elle avec une force qu’elle ne connaissait pas, il planta les crocs dans sa jambe et projeta la sorcière contre le mur le plus proche ce qui lui arracha un hurlement de douleur. Jameson allait la tuer.


:copyright:️️️️️️Laxy Dunbar

____________________________________________
One word: run.
Mieux vaut rester loin de la sorcière, on ne sait jamais, un accident est si vite arrivé...Thal'
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: Re: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Ven 20 Sep - 12:50

It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...


Retrouver un allié de longue date dans ces circonstances aurait pu être hilarant si ce n’est qu’il avait été détraqué par cette enflure d’ailée et que par conséquent il ne me reconnaissait même plus.

C’était une honte !

Mais en même temps il ne se reconnaissait plus non plus il semblait alors je ne devais pas trop le prendre pour moi.

Néanmoins, je n’étais pas n’importe qui et même s’il avait tout oublié de sa propre personne et de notre lien, en se promenant partout et en faisant face à d’autres créatures il aurait dû avoir entendu parler de moi. Ne serait-ce qu’une seule fois !

Mais non il était devenu con et les gens m’avaient oublié. Pour le moment. À cause de Nargal. Ce cher Nargal qui aurait bientôt de mes nouvelles si toutefois je ne me faisais pas manger avant.

Gardant un œil sur lui, je sortis mon portable pour effectuer un numéro bien connu et lorsque la personne décrocha je lançais en fixant l’animal droit dans les yeux comme pour le provoquer encore.

Toutefois comme prévu, l’animal ne s’amusa pas de mes blagues qui semblèrent rentrer dans une oreille pour ressortir de l’autre côté. Au moins ça n’avait pas changé ça. C’était plutôt encourageant !

« Thalia, tu as encore laissé la cage ouverte, ton animal de compagnie essaie de me manger. On est sur les terrains de sport à Swope Park. Tu devrais venir avant qu’il ne finisse en pâté. »

Voyant cependant que quoi je dise rien ne semblait se connecter dans sa tête, je changeais de stratégie pour le mettre en colère avant d’insister sur qui il est vraiment et qui je suis par rapport à lui. Espérant le déstabiliser pour que le contrôle mental de l’ange se fissure.

En faisant cela, je tentais d’ouvrir une brèche dans son conditionnement pour venir arracher le tout et le libérer de la manière forte.

Je scrutais donc le carcajou pour obtenir ne serait-ce qu’une infime lueur de succès mais il était bien entraîné et pas né de la dernière pluie aussi je ne grappillais qu’un léger tic presque indétectable qui me fit esquisser un sourire.

Je lui annonçais donc que je pouvais le soigner mais qu’il fallait qu’il donne du sien et n’obtiens qu’un silence prolongé de sa part. Lâchant un soupir je m’apprêtais à reprendre la parole lorsqu’il s’exprima enfin.
Dénigrant Nargal sans même savoir qui il était, je pris cela comme une première victoire. Il n’avait pas perdu le nord on dirait ! Il faut dire que c’est deux-là ne c’était jamais aimé donc forcément ça laissait des traces. Je restais juste attristé par le fait que ça soit resté mais pas moi.

Enfin tout n’était pas perdu, il reconnaissait, peut-être, être sous influence d’un Roi. C’était déjà ça. Le reste. Je le rentrerais de force dans sa caboche s’il le fallait.

Puis sans même me laisser le temps de répondre, il se transforma et me fonça droit dessus. Un geste tout à fait Jamesonesque. Alors je le laissais approcher encore, encore. Lui laissant une chance de se rappeler. Me laissant un espoir que tout n’était pas perdu. Mais plus il avançait, moins cet espoir durait. Et en atteignant les quelques mètres entre nous, au moment même où j’allais l’envoyer valser dans les airs pour qu’il s’écrase plus loin et que le choc avec l’asphalte se décide à connecter ses neurones entre eux, un mur de flamme s’éleva.

Ou plutôt une avalanche de flammes se répandit sur le glouton et je reconnus immédiatement sa maîtresse à l’œuvre. C’était un peu sa marque de fabrique aussi.

Quoi qu’il en soit, Jameson recula pour hurler à nouveau, contrant les flammes par son bouclier et éteignant celle-ci.

« Thalia, ça fait plaisir de te revoir. »

Quelques secondes plus tard, elle nous rejoint d’un saut pour se placer entre la bête et son Roi. Déclarant par sa posture qu’elle avait pris position elle aussi. Heureusement l’autre empafé ailé ne l’avait pas corrompu elle aussi.

Je ne voyais pas son visage mais sa posture laissait clairement apparaitre la colère qu’elle éprouvait pour son animal. Bon il fallait dire aussi qu’elle avait toujours des flammes au bout des doigts. Ça jouait dans ma déduction.

Alors, les anciens alliés se fixèrent du regard, jaugeant l’autre pendant de longues secondes. M’ignorant par la même occasion. Jugeant que c’était entre ces deux-là pour le moment, je partis m’asseoir non loin de là sur un banc en bord de terrain avant de sortir une flasque de ma poche pour la remplacer par mon téléphone portable.

Thalia m’avait appris il y a quelque temps qu’elle avait perdu son familier et n’arrivait pas à mettre la main dessus aussi, je leur laissais un moment pour les retrouvailles. Buvant à petite gorgée mon breuvage comme si j’étais au cinéma.

J’allais compter les points pour le moment et ça commençait fort.

Ma sorcière n’était pas en colère, elle était folle de rage. Une rage qui avait du mal à rester contenu en elle. Visiblement la disparition de sa bête comptait plus sur l’échelle de la connerie que le fait qu’il ait essayé de me bouffer.

Me raclant la gorge j’annonçais légèrement fort

« Sympa ! »

Voyant qu’on m’ignorait plutôt bien, je soupirais en levant les yeux au ciel

« Après on dit que je suis le Roi du drama, pff »

Mais je disais surtout ça pour qu’on fasse un peu attention à moi. La conversation se jouait uniquement entre le maître et son élève et je n’étais que spectateur aussi je repris une gorgée de ma boisson en m’amusant à allumer et éteindre des flammes dans ma main en écho à Thalia sans les quitter des yeux pour autant.

Je m’attendais presque à ce qu’à tout moment, elle se jette dans les pattes du carnivore pour lui faire un câlin de soulagement. Au lieu de quoi, elle le confronta encore plus, le forçant par ses paroles à ce qu’il l’attaque chose qu’il semblait attendre depuis le début.

Il s’ensuivit donc un jouxte entre les deux amis. Ils frappaient, paraient, mordaient, esquivaient dans une suite complexe de mouvements propres à eux deux. Toutefois il ne fallait pas être intelligent pour remarquer que c’était elle qui menait la danse et que l’être mi humain, mi animal ne faisait que tomber dans le panneau.

Elle jouait et il s’enrageait. Et moi je ricanais, sachant pertinemment qu’elle voudrait lui faire retrouver la raison et que face à un animal, un être doté d’intelligences allait forcément gagner.

Elle le sermonna donc encore après l’avoir immobilisé et je me décidais à revenir près d’eux. Rangeant ma flasque pour me rapprocher du monologue de la sorcière. Sauf que le temps que je traverse. Ouais je prenais mon temps. Il réussit à échapper au contrôle de sa maîtresse et fonça droit sur elle avant de saisir sa jambe avec ses crocs et de l’envoyer au loin contre un mur.

Bien sûr elle hurla et de mon côté, je levais un sourcil d’étonnement en lâchant un

« Ouch »

Mais je parlais encore tout seul car le carcajou n’avait plus qu’une cible, Thalia. Il ne tarda pas à foncer droit sur elle à crocs découvert et je haussais les épaules. Très bien, il avait choisi.

Puisant dans mon pouvoir de Biokinésie –en espérant qu’il fonctionne- j’imaginais ses quatre pattes soudain privées de toute-puissance. Forçant ses muscles à dire fuck et à s’arrêter. Et cela marcha ! L’animal s’effondra au sol d’un seul coup et je ne savais pas si cela allait le faire souffrir ou non. En fait même si j’avais su je m’en foutais, je voulais juste qu’on m’écoute enfin et qu’il arrête sa mascarade.

Alors je m’approchais de lui tout en le maintenant dans cette position. Le nez écrasé contre le sol à grogner de rage. C’était probablement humiliant pour lui mais je n’avais pas fini d’en mettre une couche.

« Jameson, Jameson, Jameson…tu sais ça ne m’amuse pas plus que toi de devoir te ridiculiser ainsi mais tu l’as cherché. Tu as même agressé ta propre sorcière alors maintenant ça suffit. »

Me penchant au-dessus de lui, je l’immobilisais cette fois par télékinésie et apposais mes mains autour de sa tête afin d’entrer dedans. Plus il allait résister, plus il allait souffrir mais il devait se souvenir.

Avant de lui montrer le moment où Michael nous avait effacés de sa mémoire pour ne laisser que cette faim dévorante je murmurais près de son oreille.

« Ça va faire mal à qui la faute »

Puis je le replongeais dans ses souvenirs, regardant par la même occasion ce qu’on lui avait fait et lorsque ce fut fait, je le relâchais simplement de tout et demandais

« Alors ? Un indice, tu me dois des excuses. »

KoalaVolant

HRP : je m'excuse pour le pavé là xDD j'étais inspiré mais du coup la flemme de me relire donc vous pouvez venir me taper sur les doigts si y a des incohérences <3

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

Jameson Arkeley
Jameson Arkeley
Messages : 49
Crédit : 895
MessageSujet: Re: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Ven 4 Oct - 11:25
It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...

On ne me surnomme pas ''Le Glouton'' pour rien...

      Il n’entendait rien. Pas une seule des paroles de la sorcière n’avait atteint la bête alors qu’il enrageait de ne pas arriver à la toucher. Pourquoi ? Pourquoi ne parvenait-il pas à planter ses griffes dans sa chair ? Il était rapide pourtant, et presque imprévisible. Il ne connaissait pas ses nouveaux pouvoirs et n’était pas en mesure d’en exploiter tout leurs potentiels mais quand bien même… Il était un tueur d’anges et de démons ! Une simple magicienne ne devrait pas être en mesure de pouvoir le faire danser ! C’est comme si elle connaissait sa manière de penser, d’agir et de se battre.
   Sa rage s’amplifiait au fur et à mesure qu’elle esquivait. Contrairement à lui, elle le touchait… Mais il sentait à peine les coups dont l’impact était absorbé par son bouclier et son épais squelette. S’il pouvait voir dans les yeux de la femme qu’elle pensait avoir gagné, c’était parce-qu’elle pensait qu’il était toujours le même : un animal. Mais ce n’était pas le cas. Ni la magie, ni ses faibles coups ne pouvaient le blesser et le combat allait se jouer sur l’endurance et ça, le carcajou voyait bien qu’elle n’allait pas tenir le rythme. Car, bien que dépourvu de réelles connaissances et d’aptitudes à l’utilisation de la magie, Jameson était une force de la nature. On ne fatigue pas facilement un colosse de deux mètres qui vit pour se battre. Sa stamina pouvait paraître, pour le commun des mortels, infinie.
   Elle réussit cependant à le surprendre. Elle usa d’un sort d’immobilisation, figeant la boule de poil dans une position grotesque exprimant toute la haine de son être. Elle s’approcha, lentement, restant à bonne distance. Elle était persuadée d’avoir gagné, mais un doute subsistait, l’empêchant de venir plus près.

   —Je n’ai pas envie de me battre contre toi Jameson. En tout cas pas dans ce genre de circonstances. Tu dois certainement te demander comment je peux connaître toute ses techniques ? Et bien parce que je t’ai vu au moins un milliard de fois à l’oeuvre. Je suis ta sorcière et tu es mon familier. Enfin, grosso modo quoi. Tu as disparu y a des mois maintenant et quoi que Michael t’es fait je suis sûre qu’une partie de toi doit se souvenirs de tous les gens qu’on a torturé et massacré. Quand même, ça ne s’oublie pas ça ! Alors si tu veux on peut continuer à se battre mais je gagnerais. Parce que moi j’me souviens exactement de qui tu es et de ce dont tu es capable.

   Une voix tremblante, fébrile. Des émotions. S’il avait pu vomir, il l’aurait fait. Mais elle confirma par ces mots qu’elle était sûre de gagner. Persuadée que ses connaissances suffiraient à le vaincre et que, de toutes manières, il était immobilisé et donc perdant.
   Calmement, Jameson se contrôla. Il prit le dessus sur sa rage pour devenir plus serein, plus réfléchi. Il put finalement voir la magie. Elle était là, dans son champs de vision, palpable et palpitante comme un cœur. Il ne pouvait pas l’utiliser, la modeler… Mais il pouvait la sentir, la voir et… La dévorer. La réduire au néant.
   Il attendit que la donzelle baisse sa garde, soit suffisamment persuadée de sa victoire pour en plus le considérer comme une menace… Puis il brisa ses liens sous les yeux stupéfaits de la pyromancienne. Il lui fonça dessus à une vitesse folle. Elle aurait pu esquivée comme toutes les autres fois, elle aurait pu continuer à danser. Mais son esprit était embrouillé. Elle était prise de court. Les crocs du familier s’enfoncèrent profondément dans l’une de ses jambes et, d’une torsion du cou, l’envoya valser contre le mur le plus proche, arrachant un cri de douleur à sa victime. Sans cérémonie, il chargea, bien décidé à tuer sa proie… Puis il tomba.
   Ses puissantes pattes furent soudainement privées de leurs forces, aussi flasques que de vulgaires spaghettis après 20 minutes de cuissons. Elles s’emmêlèrent les unes dans les autres et le firent se rétamer contre le goudron gris et sale du terrain de basket. Il avait oublié la présence de l’autre fils de chien.

   —Jameson, Jameson, Jameson…tu sais ça ne m’amuse pas plus que toi de devoir te ridiculiser ainsi mais tu l’as cherché. Tu as même agressé ta propre sorcière alors maintenant ça suffit.

   Il grognait de rage. Comme auparavant, il pouvait voir la magie et la sentir. Mais elle était d’un autre niveau que celle qu’il avait brisée précédemment. Il ne maitrisait pas encore suffisamment ses pouvoirs pour pouvoirs prétendre briser cette emprise. Le démon posait ses mains sur le crâne de la bête, sans aucune peur. Les couilles étaient grosses.
   Puis sa rage laissa place à la douleur. Les souvenirs affluaient soudainement, floues, bruyant et incompréhensible. Des morceaux par-ci, des morceaux par-là, lui laissant le plaisir de reconstituer le puzzle et le mic-mac de presque 60 années d’existences ; 600 années terrestre.

   —Ça va faire mal à qui la faute

   Il grogna encore. Ça faisait mal, mais pas autant que ce que l’archange lui avait fait. Les souvenirs affluaient c’est vrai, mais ils étaient vagues, incapables de former une pensée claire.
Elle, c’était Thalia. Visiblement, ils étaient proche. Pourquoi ? Il ne le savait pas. Lui là, c’était Crowley. Un roi qui n’en était plus un. Un roi qui n’avait aucune leçons à lui donner mais qui lui avait sauver la vie et offert la vengeance il y a 600 ans.
   Il s’appelait Jameson. Il le savait. Jameson Arkeley. Nayati. Sceau Pachu’a. Gardien d’un être qui ferait même trembler Crowley. Il ne pouvait pas mourir. Il n’avait pas le droit de mourir. Car s’il mourrait, ‘’elle’’ reviendrait.
   Crowley avait-il vu cette chose ? Si c’était le cas, il ne semblait pas affecté. Il ne devait pas l’avoir vu.

   Il y avait assez de souvenirs. Plus qu’il ne pouvait en supporter en une seule fois. Il grogna encore, fut relâché. Sûr de lui, le démon relâcha son emprise. Jameson savait. Il ne se laisserait plus avoir par sa stupide magie. Il rétablit son bouclier, focalisa tout son être vers lui, persuadé que la magicienne ne serait plus un problème.
   Ta magie. Ta stupide magie, pensa-t-il, elle ne m’arrêtera pas ta stupide magie. Stupide magicien. Avec vos tours de passes-passes. La magie est éthérée. Je peux dévorer ce qui est éthéré. Michael m’en à donner la force. Celui que je dois tuer. Michael. Stupide magie. Magie des faibles. Magie des lâches ! Il se complait avec son sourire niais. Efface ce sourire démon !


   —Alors ? Un indice, tu me dois des excuses.

   La bête observa attentivement le démon, découvrit ses crocs, et reprit forme humaine. Le Jameson humain fixait le démon sans cligner des yeux. Puis il rit. Un rire caverneux, sinistre et sonore. Il s’avança en direction de Crowley d’un pas assuré et arrogant.

   —Des excuses ? Des… excuses ?! hurla-t-il. Tu veux des excuses ? Crowley, roi des lâches, tu inverses les rôles.

   Il tourna le visage vers Thalia, eut un air grave, et en retourna à son ancien maitre.

   —Le sang de Thalia est infecté, alors je serais bref. Les souvenirs que j’ai sont flous, brisés par une magie infiniment supérieure à la tienne ; celle de Michael. Je vais quand même faire l’effort de te remercie car, grâce à toi, je me souviens de mon prénom, et de quelques autres trucs.
   » Pour ce qui est du reste, des excuses, tu n’en auras pas. Que je sois amnésique ou non, tu mérites ce qui t’arrives. Toi, le roi déchu qui laisses ses loyaux sujets sans nouvelles (il fit une révérence grotesque), utilisés, traqués par tes ennemis.
   » L’usurpateur, Nargal, m’a interdit l’accès aux enfers. Je ne peux plus y accéder Crowley. Je ne peux pas me rendre chez moi ! Que faisais-tu pendant que nous nous battions et tentions de survivre ? Heureusement que Nargal est suffisamment stupide pour pouvoir croire nous utiliser à ses fins – sinon nous ne serions plus de ce monde.
   » C’est toi qui me dois quelque chose, démon aux yeux rouges. Je ne m’en souviens pas clairement, mais je sais que je t’ai servi loyalement pendant plus d’un tiers de mon existence. Lorsque tu as disparu, j’ai, nous, avons fait de même. Prêt à partir en guerre avec pour seule réponse le silence pendant que tes fidèles se faisaient massacrer.
   » Et tu veux des excuses ? Non, Crowley. Et puis, même si je t’en devais, je ne le ferais pas. Tu me connais n’est-ce pas ? Je ne m’excuse jamais et je ne compte pas le faire aujourd’hui. Pourquoi te montrer aujourd’hui ? Hein ? Démon ? Tu as des projets ? Tu t’es lassé des plages et des cocotiers ? Alors il va falloir que tu agisses en bon capitaliste : tu as commis une erreur dans mon contrat, j’estime qu’il ne tient plus. Tu veux mes services peut-être ? Alors il va falloir me faire ployer ou renouveler une offre intéressante.  Je te préviens, j’ai revu mes prétentions à la hausse.
   » Si tu viens à en choisir la première option… (il montra ses dents, forte d’une puissante malédiction.) Alors soit. C’est l’occasion de pouvoir tester ce que m’a donné Michael. Je vais peut-être perdre, car je sais maintenant que tu n’es pas un simple yeux rouges. Mais tu n’en sortiras pas indemne. J’emporterais une partie de toi avec moi.
   » Mais je me souviens aussi, à voir ta petite taille et tes joues de hamster, que tu es plutôt du genre à apprécier le vin et la bonne nourriture. Plutôt du genre marchand. Alors vas-y, marchande, ou braque moi !

acidbrain

____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas

Sorcière

Thalia Vane
Thalia Vane
Messages : 39
Crédit : 969
MessageSujet: Re: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Mer 16 Oct - 15:36


It's a trap! Ah non, c'est juste Jameson



Thalia Vane ft Jameson & Crowley


Une légère odeur de brûlé embaumait petit à petit la pièce, prenant la place de l’humidité ambiante. Au fond de ce qu’il semblait être une cave, le duo se tenait debout, dans la pénombre. Seules des étincelles assez faibles permettaient de distinguer un temps soit peu ce qu’il se passait. On entendait des souffles assez forts : Thalia râlait ; des rires : Jameson se foutait d’elle ; des cris : qquelqu’un souffrait le martyr. Cela ne faisait que quelques jours à peine qu’elle avait accès à ses nouveaux pouvoirs et elle tentait petit à petit de les dompter, ce qui n’était pas chose facile. Face à sa victime, elle lançait de temps à autre ce qui ressemblait vaguement à une minuscule boule de flammes qui allait s’écraser contre divers endroit de son visage ou de son torse, brûlant la peau et pénétrant la chair. Si le pauvre humain n’en pouvait plus, cela était loin de satisfaire la jeune sorcière qui pestait et recommençait de plus belle sous les rires moqueurs du carcajou.
« C’était pas censé être aussi chiant. Il aurait pu me filer un mode d’emploi, merde ! Arrête de rire ! » hurla-t-elle.
Sur ses mots, une gerbe d’étincelles jaillit et alla se déposer dans la barbe de l’animal qui s’enflamma aussitôt. Elle se saisit de sa machette et abrégea les souffrances de l’homme, dont le visage était à moitié abimé par les flammes, en le fendant en deux.
« On s’tire. »


Les souvenirs remontaient, omniprésent dans l’esprit de Thalia. Elle avait plus passé de temps avec Jameson qu’avec sa propre famille. Il avait été là au début et il serait certainement là à la fin. Quoi qu’avait fait Michael à son familier, il allait de soit qu’il allait payer. Si elle n’était pas du genre à s’apitoyer sur son sort, elle était plus du genre à se venger, et elle savait pertinemment que même sans toute sa mémoire, Jameson ne refuserait jamais un bon bain de sang. Pour peu que Nargal soit en plus dans leur chemin…

Mais alors que son Roi tentait tant bien que mal de calmer son familier, elle sentit que quelque chose n’allait pas. Bien sûr, rien n’allait si l’on regardait la scène, mais quelque chose clochait en elle. La tête commençait à lui tourner, elle sentait son sang bouillir dans ses veines. Se relevant tant bien que mal, la jeune sorcière ne sentait quasiment plus la morsure. Par contre, elle sentit une vague de colère l’envahir, plus amère et plus violente qu’à son habitude. Ses mains formaient de part elle même des étincelles et, avant même qu’elle est eu le temps de comprendre, une voix prit le dessus sur ses pensées. C’était la sienne, mais teinté d’une intention et d’un ton bien plus noir qu’au naturel, s’adressant au carcajou d’une façon dont la sorcière n’aurait jamais osé, non par peur, mais par respect.

« Et tu t’es laissé convaincre pour quoi ? Pour plus de pouvoir, plus de force ? Je ne t’aurais pas crû aussi con quand même, tu t’attendais à quoi de la part d’un être comme Michael ? T’es qu’un simple animal pour lui, un soldat de plus à ajouter à sa garnison, c’est tout. Ça valait vraiment le coup de me trahir ? »

Les gerbes d’étincelles se transformaient en quelque chose de plus massif, prenant une forme plus sphérique, comme une boule, qu’elle lança en même temps que ses paroles sur Jameson. En jetant son sort, elle s’aperçut que les veines de ses bras devenaient veineux, teintées d’un bleu morbide. Elle déchira un peu plus le trou qu’avait fait la mâchoire du carcajou au niveau de sa jambe et pu constater le même phénomène. Le venin se propageait à grande vitesse. Elle pouvait le sentir, peu à peu gagner son cœur et son cerveau. L’emprise que cette chose avait sur elle se renforçait. Est-ce que c’était du à la morsure du carcajou ? Impossible, il était déjà arrivé aux deux partenaires de se battre, plus d’une fois, mais jamais elle n’avait eu se genre d’effet secondaire. Une seule explication pouvait répondre à ça : Michael. Sa voix se calma, comme si elle réussissait à reprendre un peu le contrôle, même si ce n’était que pour quelques secondes :

« Jameson...il s’passe quoi là ? »


:copyright:️️️️️️Laxy Dunbar

____________________________________________
One word: run.
Mieux vaut rester loin de la sorcière, on ne sait jamais, un accident est si vite arrivé...Thal'
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: Re: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Ven 18 Oct - 11:57

It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...


Quand on côtoie une personne comme Jameson et qu’on a un tempérament comme le miens croyez moi quand je vous dis qu’il est très difficile de garder son calme. Même s’il avait été manipulé et même si ça lui donnait une excuse, là sur le coup, je n’en avais strictement rien à battre.

Mais pour le moment je résistais et affichais un calme olympien alors que je brisais ses pattes comme j’aurais écrasé un escargot. Faisant comme à mon habitude un petit speech moralisateur, je m’amusais de le voir grogner dans tous les sens, incapable de bouger ou de mordre. Et je lui ouvris à nouveau l’esprit.

La tâche était ardue d’autant plus qu’il tentait de résister mais ça je m’en foutais c’était  lui qui souffrait cela lui faisaient les pattes un peu. Non la résistance venait de ce que Michael lui avait fait. Un pouvoir supérieur au mien et qui me permis seulement de briser la couche superficielle du sort.

Quoi qu’il en soit, j’étais satisfait de moi et le regardais se manger 600 ans de souvenirs dans la gueule. Enfin presque 600 ans. Une bonne partie et c’était tout ce qui comptait. Je le laissais avec lui-même, n’ayant pas envie de me taper un film de 600 heures alors qu’il y avait mieux à faire.

Tiens en parlant de ça, je n’avais pas de nouvelles de Thalia qui semblait inconsciente. Pour une morsure ? Vraiment ? Elle me décevait sur ce coup-là ma sorcière sanguinaire.

Je me reportais sur l’animal à mes pieds et lui ouvrit la voie aux excuses. Mais après quelques secondes de regard contre regard, il reprit enfin forme humaine après m’avoir montré ses crocs.

« Des excuses ? Des… excuses ?! Tu veux des excuses ? Crowley, roi des lâches, tu inverses les rôles. »

Je haussais un sourcil de stupeur, il me hurlait dessus ? Lui ? Le sous-fifre tout juste bon à bouffer comme mes hellhounds lorsque je lui autorisais à ronger un os ? Il avait pris encore plus de couille depuis qu’il avait disparu.

Laissant passer l’insulte afin de garder mon calme, je le vis jeter un œil vers sa maîtresse, qui allait avoir du travail de dressage en se relevant, avant de reprendre qu’il l’avait empoisonné.

Mon regard passa entre les deux et je m’autorisais un léger sourire vainqueur, sa phrase laissait sous-entendre qu’au moins le sort de sa sorcière lui importait maintenant. Je fus aussi surpris de l’entendre me dire qu’il se souvenait de son nom grâce à moi. C’était donc pour ça qu’il nous regardait ainsi et m’avait demandé qui était Jameson, j’avais une fois de plus raison.

Puis la discussion prit une autre dimension, plus amère, empli de dégout. Il me traita de lâche et se mit à déverser toute sa haine sur moi. Moi qui les avaient soi-disant tous abandonnés, laissé  à leur sort. Lui, privé de maison et moi qui lui devait des excuses.

Sans même le laisser terminer je lâchais un rire amer suivi par un regard glacial. Mais il s’en fouta et continua, faisant monter la colère en moi. Lentement, le serpent remonta le long de mon échine et me fis serrer les poings. Il me fit voir une haine sans nom avant de finalement fermer sa grande gueule d’abrutis et le mot était bien trop gentil pour lui.

Laissant un léger silence s’installer, je le brisais sèchement

« T’as fini de déblatérer des conneries pareilles ? »

Relâchant ensuite ma colère, je détachais par la pensée les fils barbelés qui surplombaient une partie des terrains et vient l’enrouler autour de son cou. Ouvrant plusieurs blessures qui saignèrent et l’étouffant de plus en plus, à mesure que je lui répondais.

« TU CROIS QUE JE N’AVAIS PAS UNE BONNE RAISON DE DISPARAITRE COMME CA ?! SI TU AVAIS MIEUX FAIT TON TRAVAIL DE TRAQUEUR TU M’AURAIS RETROUVÉ AGONISANT, AUX PORTES DE LA MORT ALORS QUE JE VENAIS DE TOUT RISQUER POUR SAUVER VOS CULS IRRESPECTUEUX DE CE CONNARD D’EMPLUMÉ. ET JE RECOIS QUOI EN REMERCIEMENT ? UN STUPIDE CHIEN QUI CRIT PLUS FORT QU’IL NE MORD ET SE MORFOND EN SUPPOSITIONS INFONDÉES. TU CROIS QUE JE N’AVAIS PAS MIEUX À FAIRE QUE DE VOUS TORCHER LE CUL ! ET ARRÊTE TES CONNERIES UN PEU ! COMME SI CA NE T’AVAIS PAS PLU DE BUTTER TOUT CES CONS QUI VENAIT À TOI MONSIEUR J’AI TOUJOURS FAIM DE SANG ! »

Je m’arrêtais pour le faire tomber au sol tout en serrant encore plus le fil autour de son cou.

« TA MAISON TU ME FAIS RIRE ! TU POUVAIS LA  REPRENDRE N’IMPORTE QUAND, TU CONNAIS LES RÉSEAUX DE TUNNELS PAR CŒUR CE N’EST PAS UN RÉGIMENT DE DÉMON QUI T’ONT EFFRAYÉ, TU AS EU PEUR DE NARGAL ! IL A DU S’EN RÉJOUIR ! ARRÊTE DE PLEURNICHER 5 MINUTES, J’AI PERDU BIEN PLUS QUE VOUS TOUS RÉUNI DANS L’AFFAIRE ! BLESSÉ À MORT PAR UN CONNARD D’ANGE, JE REVIENS ET VOUS M’AVAIS TOUS LÂCHEMENT TRAHIS ! ALORS MAINTENANT TU VAS FERMER TA GUEULE ET ALLER SAUVER TA SORCIERE. »

Respirant un bon coup, je relâchais le fil qui s’écrasa au sol, lui permettant de respirer à nouveau et lui attrapait la gorge avec ma main pour le regarder droit dans les yeux.

« C’est ton seul avertissement, maintenant que les choses sont claires ne me parle plus jamais sur ce ton, tu as compris où je dois le faire rentrer à coup de pioche ? »

Mais alors que j’allais le relâcher Thalia qui s’était relevé sans que l’on ne remarque rien, repris la parole toute aussi en colère que nous.

Haussant un sourcil bien qu’agréablement surpris, je repoussais Jameson au sol et me retournais vers Thalia qui continuait à devenir folle. Elle l’insultait et je m’en étonnais grandement, jamais elle ne lui avait parlé sur ce ton. Au moins il récoltait la monnaie de sa pièce !

Puis elle se mit à fabriquer une boule de feu, de plus en plus grosse et menaçante et la jeta sur son familier, me ratant de peu. Puis comme toute bonne folle qui se respecte elle se rendit compte que tout n’allait pas bien et déchira son jean avant de demander à son animal ce qu’il se passait.

Je m’approchais de la sorcière pour constater qu’elle était zébrée de veines bleutées, rien de normal du tout. Me retournant ensuite vers le carcajou, j’ajoutais

« C’est moche, tu devrais ramener ton cul ici avant que ça ne soit trop tard. »

Encore un coup de Michael et si je pensais juste, rien de ce que je ne ferais ne changerait la donne pour elle alors autant motiver les troupes après cet échange verbal houleux.

KoalaVolant

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: It's a trap ! Ah non c'est juste Jameson...
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour ::  :: Swope Park :: Terrain de Sport -