Octobre 2019
Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Nous sommes à la recherche de Jody, Bobby et bien d'autres!
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI
Merci de privilégier les groupes Créatures, sorcier, expérimentations, anges disgracié et ange!

Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]

 ::  :: Downtown Kansas City :: Les Ruelles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Loup-garou

William Wilder
William Wilder
Messages : 21
Crédit : 390
MessageSujet: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Mar 10 Sep - 16:46


Oh, on se connait non ?

Ft Amelia St-James


Deux semaines, c'est le temps depuis lequel j'avais atterri à Kansas City, combien de temps j'allais y rester, allais-je y rester plus d'un an cette fois, ça je n'en savais rien, je savais seulement que j'y été et que jusqu'ici je pouvais payer le loyer de mon microscopique appartement en travaillant comme coach sportif. Au fil des années et de mes voyages à travers le monde, j'avais appris diverses cultures, diverses langues et surtout j'avais exercés divers métiers. J'avais travaillé dans des usines, sur des chantiers, dans des égouts, en tant que livreur etc etc etc. J'avais même travaillé sur un bateau de pêche durant cinq mois. Et durant ce long périple pour m'éloigner le plus possible des chasseurs et de la police Australienne, j'avais fait beaucoup de rencontre. Bien que j'avais finis par m'isoler en Alaska un long moment en y vivant comme une bête, j'avais apprécié chaque rencontre que j'avais faite et qui m'avait marqué. Mais ces rencontres étaient censés n'être qu'éphémères, ne durer que le temps de la vie que je menais à l'endroit où j'étais. Seulement j'étais loin de me douter qu'en me levant ce jour-là je reverrais une de ces rencontres...

Ce matin je me levai de bonne heure et comme à mon habitude je commençai par aller courir une petite heure. Une fois rentré je faisais quelques séries d'abdominaux, de pompes et autres exercices de musculation durant une heure de plus. Puis je prenais ma douche, un petit déj à base de viande et je partais voir les éventuels clients qui faisaient appels à mes services. N'étant là que depuis deux semaines j'avais peu de clients et je n'avais pour ainsi dire aucun réel contact ici. En soit tant mieux, j'aime être avec du monde mais je ne préférai pas trop attirer l'attention, si les chasseurs avaient vent de qui j'étais cela me forcerait à encore partir. Je n'avais aucune idée de leur fonctionnement et si les chasseurs m'ayant découvert en Australie avaient envoyés des informations sur moi à travers le monde je devais rester prudent. Si cela se trouve il n'en était rien et je ne courrais pas plus de danger que ça mais dans le doute je me devais de faire attention.

C'est comme ça qu'après avoir été voir les trois clients de ma journée, j'arrivai en milieu d'après-midi dans les rues de la ville et je pris le temps de profiter du beau temps. J'allai dans une ruelle pour être à l'abris des regards et je montai, en partis grâce à mes griffes, sur l'un des murs pour arriver sur le toit. De là j'avais une belle vue et même si je savais que je n'étais pas seul car des milliers de gens étaient là en bas, eh bien j'avais tout de même la tranquillité que j'avais pu avoir en vivant dans la nature. Mais soudain une odeur attira mon attention. C'était l'odeur d'une personne que j'avais déjà vu et dont je me souvenais. Mais impossible de me souvenir à qui appartenait cette odeur, je descendis alors et suivis la piste jusque dans la rue. L'odeur semblait venir d'une jeune femme. Je décidai alors de m'approcher un peu plus pour essayer de voir qui elle était et si je l'avais effectivement déjà rencontré. Elle était à une dizaine de mètres de moi mais je finis par la reconnaître: il me semblait reconnaître la jeune femme que j'avais aidé il y a presque dix ans lorsque j'étais en Chine. Nous avions un peu parlé et marché ensemble après que je l'ai sortis d'un mauvais pas mais je ne pensais pas la revoir un jour, surtout pas ici. Avant que je ne pu décider d'aller lui parler ou de partir je croisai son regard...

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 48
Crédit : 674
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Mar 10 Sep - 21:39
Oh, on se connait?

‘’Ce groupe n’était pas facile madame St-James? (Demandait la gentille secrétaire de l’école à laquelle je venais remettre les clés des bureaux, elle devait voir les mèches rebelles qui avaient quittées mon élastique pour me dire cela) Ils ne sont pas reconnus pour être calmes…’’

‘’Oh, honnêtement… (Je pris une inspiration comme pour me donner du suspense en secouant un peu la tête) Ça ou bien l’autre prof qui m’a disputé parce que je ne portais pas l’uniforme et les élèves qui se lançaient des effaces en s’insultant, je ne sais pas!’’

Je m’étais efforcée ensuite de sourire à la dame alors que cette dernière rigolait à mon histoire. Enfin, c’était vraiment arrivé. Fallait croire et que ma petite taille et ma poitrine digne d’une planche de bois n’aidaient pas à me donner des airs d’adulte responsable et efficace aux yeux de mes futurs collègues enseignants. J’étais encore une étudiante à l’université, je me disais que j’avais encore beaucoup à apprendre du métier et que remplacer dans les classes… c’était le nerf de la guerre, là qu’on se forgeait!... Même si les élèves agissaient comme des tyrans par moment! Je sortais donc de l’école en retirant l’élastique qui tenait ma tignasse, passant mes doigts au travers pour leur donner un semblant de volume et d’allure. Je jetais un regard à mon téléphone pour voir l’heure. Bon, j’allais récompenser mon dur labeur en mangeant un morceau quelque part.

Au moins il faisait beau, il faisait chaud. Ça faisait du bien. Ça enlevait un peu la lourdeur des lumières de classe et aussi des commentaires futiles que ses jeunes remplis d’hormones pouvaient lancer.  Je marchais avec nonchalance au travers de la ville, la tête à moitié dans les nuages à réfléchir à toutes sortes de choses puis à un moment je m’arrêtais brusquement, faisant sursauter la personne qui passa près de moi. Je m’excusais avec un léger sourire avant de lever mon regard. Bon. Bravo moi. J’étais passé tout droit mon restaurant! Je pivotais donc pour prendre la route inverse pour me stopper de nouveau. Franchement, je devais avoir l’air ridicule! Mais je venais de croiser le regard de quelqu’un. De quelqu’un que je connaissais. Non, mais on ne peut pas oublier un grand gaillard pareil!

‘’WILLIAM!’’

Mon exclamation égalait ma surprise! Qu’est-ce qu’il faisais ici!? La dernière fois que je l’avais vu, c’était en pleine Chine sauvage. Je disais sauvage parce que je venais d’avoir 18 ans et stupide comme deux, je m’étais aventurée trop loin, toute seule, sans connaître la langue dans les banlieues plus reculés. Je voulais voir la vraie vie… Moi qui s’attendait à croiser de gentils Chinois, couper mes cheveux avec au Katana comme dans Mulan, j’avais été bien surprise de voir des types avec des dents manquantes et des regards qui louchaient un peu trop sur moi. Le seul truc qui s’était approché d’un film de Disney c’était William qui m’avait sauvé de ce faux pas en mode Héro du siècle. Bon j’en mettais beaucoup, mais j’avais été réellement impressionné par lui.

Tout sourire, je m’approchais rapidement de lui en posant mes petites mains sur ses bras musculeux pour le saluer dignement d’un baiser sur chaque joue, comme si je retrouvais un parent que je n’avais pas vu depuis une éternité. L’air de rien, il avait peuplé toutes mes histoires de voyages! Je le surnommais Hercules, parce que bon, ses biceps faisaient la grosseur de mon corps. J’exagérais à peine en plus.

‘’-Qu’est-ce que tu fais ici!? Ah, attend, comment vas-tu? Je sais que ça fait longtemps, tu te souviens de moi? J’étais la fille stupide en Chine? Je suis pas mal certaine que ça résume assez bien! ‘’

Je devais être encore la fille stupide, mais cette fois à Kansas City, puis bon, oui, ça faisait presque 10 ans, mais il devait presque me trouver tristement la même fille.
Revenir en haut Aller en bas

Loup-garou

William Wilder
William Wilder
Messages : 21
Crédit : 390
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Mar 10 Sep - 22:17


Oh, on se connait non ?

Ft Amelia St-James


C'était bien elle il n'y avait plus de doute, j'en fus totalement convaincu quand...

-WILLIAM!

...quand elle s'exprima assez fortement devant tout le monde et qu'elle vint vers moi rapidement. Je n'avais pas oublié cette fille que j'avais "sauvé", si on peut dire ça comme ça, en Chine, elle avait été bizarre c'est vrai mais bon au fond j'avais vu en elle une grande gentillesse et surtout une gentillesse sincère. Après ne pas m'avoir vu durant tout ce temps et ne nous connaissant au final pas si bien que ça elle m'embrassa chaque joue avant de me demander:

-Qu’est-ce que tu fais ici!? Ah, attend, comment vas-tu? Je sais que ça fait longtemps, tu te souviens de moi? J’étais la fille stupide en Chine? Je suis pas mal certaine que ça résume assez bien!

Je soufflai un peu du nez à sa façon de présenter les choses et aussi parce qu'au fond j'étais content de la revoir. D'une certaine façon, c'était la personne que je connaissais le plus ici. Je lui souris donc avant de lui répondre:

Je n'aurais pas dis "stupide" mais bon si tu te décris toi même ainsi...

Je ris un peu avant de rapidement enchaîner en croisant les bras.

Et sinon oui bien sûr que je me souviens de toi, Amelia c'est ça ? Je reconnais que je suis surpris de te voir ici.

Mais cela ne voulait pas dire que je n'étais pas content de la revoir pour autant, bien au contraire. Et bien qu'elle soit assez... envahissante, cette fille dégageait quelque chose de sympathique et sa présence m'était assez agréable. D'autant que je n'avais pas vraiment d'amis ici, les seules personnes à qui je parlais étaient mes clients, alors bon j'arrivais à passer outre le fait qu'elle soit venue comme si nous étions de vieux amis d'enfance comme ça en pleine rue alors que nous ne nous étions vu qu'une fois en Chine il y a dix ans.

Mais quant à ce que je fais ici eh bien je vis ici maintenant, j'ai pas mal voyagé depuis notre dernière rencontre mais voilà où je me suis arrêté pour l'instant.

Je lui souris à nouveau en hochant doucement la tête. Par contre j'étais relativement peu à l'aise à discuter comme ça au milieu de tout le monde, mais j'avais du temps et si elle en avait également je me disais que nous pourrions discutons de ces dix dernières années dans un endroit un peu mieux que la rue. Car malgré son coté assez démonstrative et envahissante j'avais envie de parler à quelqu'un que je connaissais, et surtout parler à quelqu'un d'autre qu'un de mes clients.

Dis, si tu as le temps et l'envie tu voudrais pas aller boire un café ou quelque chose dans cet ordre d'idée ? Je t'avoue que j'y serais mieux qu'ici, et puis je n'aime pas forcément la foule...

Surtout si elle était aussi démonstrative je préférais que nous allions parler dans un endroit public moins bondé.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 48
Crédit : 674
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Mer 11 Sep - 11:16
Oh, on se connait?

Bon, au moins je le fis sourire! Peut-être que je l’ennuyais, mais il faisait l’effort que ça ne paraisse pas trop. Il était gentil mon sauveur! Je ne pouvais m’empêcher de trouver qu’il ne semblait pas avoir tellement vieilli en 10 ans. Ou c’était peut-être parce que l’image que j’avais de lui était un peu plus floue avec les années, mais il ressemblait à ce que je me souvenais de lui.

Je n'aurais pas dis "stupide" mais bon si tu te décris toi même ainsi...

Je ne pus retenir un petit rire à ses mots. Ouais, bon, au final, c’était moi qui lui mettais le mot dans la bouche, ça n’aidait pas.

Et sinon oui bien sûr que je me souviens de toi, Amelia c'est ça ? Je reconnais que je suis surpris de te voir ici.

J’hochais la tête à ses mots avec un sourire qui montrait ma joie qu’il se souvienne de mon prénom. Il aurait pu oublier quand même. C’était une possibilité tout à fait envisageable! Je n’aurais pas été fâchée, j’aurais même compris.

Mais quant à ce que je fais ici eh bien je vis ici maintenant, j'ai pas mal voyagé depuis notre dernière rencontre mais voilà où je me suis arrêté pour l'instant.

‘’C’est vrai? Je vis ici depuis… enfin, depuis toujours en fait. En banlieue plus précisément, mais je connais cette ville par cœur! Il a plein de beaux endroits, tu vas voir!’’

Je disais cela avec un charmant sourire, tout à fait ravi qu’il n’ait pas fuit à mon intensité. C’est vrai que je lui avais presque sauté dessus le pauvre. J’étais une fille un peu enthousiaste quand je le voulais, fallait me pardonner. Ce n’était pas méchant, tout le contraire! Je ne voyais cependant pas son manque d’aise en plein trottoir comme ça. Je n’étais pas le genre à m’en faire pour ça, même si je n’étais sûrement décalée de quelques pas pour faire de la place aux gens qui passaient autour de nous.

Dis, si tu as le temps et l'envie tu voudrais pas aller boire un café ou quelque chose dans cet ordre d'idée ? Je t'avoue que j'y serais mieux qu'ici, et puis je n'aime pas forcément la foule...

Je l’avoue, je fus surprise de sa proposition! Je ne pensais pas qu’il voudrait que l’on discute, au final, il aurait pu me trouver juste un peu agaçante et vouloir partir, mais au contraire, il semblait vouloir me supporter encore un peu. Mon sourire ne décrochant pas de mes lèvres, j’acquiesçais d’un geste de la tête.

‘’Bien sûr! Écoute, j’allais justement à un de mes restaurants préférés en ville, il est à quelques pas d’ici, j’ai passé tout droit en chemin... Ils font des cafés fabuleux même si je n’aime pas ça et aussi des gâteaux au fromage délicieux.’’

Je souriais un peu plus doucement avant de faire quelques pas à côté de lui, en attendant qu’il me suive. Je connaissais bien l’endroit, j’étais juste perdue dans ma tête pour avoir passé à côté. Je réajustais mon sac à main sur mon épaule en reprenant plus calmement alors que nous étions en route pour le restaurant.

‘’Désolée au fait, de t’avoir un peu sauté dessus comme ça. C’est très rare de revoir des gens qu’on croise en voyage, ça m’a fait plaisir quand je t’ai vu. (J’étais sincère, je le pensais vraiment. Je levais mes yeux vers les enseignes, pour être certaine de ne pas le louper encore une fois en reprenant) Ça fait longtemps que tu es au Kansas?’’

J’étais réellement intéressée de savoir ce qui s’était passé dans sa vie au courant des presque dix dernières années. Enfin, ce qu’il voudrait me raconter en tout cas! À un moment, je pivotais vers l’un des restaurants qui longeaient le trottoir, faisant bien attention pour être certaine qu’il me suive. Je ne voulais quand même pas le perdre. J’entrais dans le restaurant comme l’habituée que j’étais, me dirigeant vers une table en croisant le regard d’une serveuse en lui offrant un doux sourire.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Loup-garou

William Wilder
William Wilder
Messages : 21
Crédit : 390
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Mer 11 Sep - 12:12


Oh, on se connait non ?

Ft Amelia St-James


En continuant de parler avec elle j'appris qu'elle habitait ici depuis toujours, j'eu un sourire quand j'appris ça: elle pourrait peut-être me donner des conseils et des coins sympa dans la ville. Pour continuer notre discution et nos retrouvailles je lui proposai donc d'aller boire un café et, malgré une certaine surprise qu'on pouvait lire sur son visage elle approuva en souriant toujours autant.

-Bien sûr! Écoute, j’allais justement à un de mes restaurants préférés en ville, il est à quelques pas d’ici, j’ai passé tout droit en chemin... Ils font des cafés fabuleux même si je n’aime pas ça et aussi des gâteaux au fromage délicieux.

Je lui fis donc confiance et lui fis signe de passer devant pour me montrer le chemin. Son sourire étant contagieux je lui souris également et on commença donc à se diriger vers le dit café.

-Désolée au fait, de t’avoir un peu sauté dessus comme ça. C’est très rare de revoir des gens qu’on croise en voyage, ça m’a fait plaisir quand je t’ai vu. Ça fait longtemps que tu es au Kansas?

Je balayai ses excuses d'un geste de la main. En effet ce n'était pas grave, j'avais surtout été surpris et je ne m'attendais pas à une telle réaction. Surtout que notre relation n'était pas intime, en soit sur le papier nous nous connaissions depuis 10 ans mais en réalité nous ne nous étions vu qu'une fois, et bien que cette fois fut assez forte en émotion car je lui suis venue en aide je ne pensais pas que j'aurai droit à ce genre d’accueil. Mais bon déjà à l'époque elle avait été comme ça alors avec du recul ça ne me choquait pas plus que ça, et puis je savais qu'au fond c'était une sincère gentillesse, elle ne faisait pas semblant comme d'autre qui ne cherche qu'à gagner votre confiance.

Non ne t'en fais pas pour ça, et je comprend t'inquiète pas. Et puis je préfère avoir eu cet accueil plutôt que tu fasse la gueule en me voyant.

Je ris un peu et on arriva à l'endroit où elle souhaitait aller. Tout en allant s'installer après avoir salué la serveuse je lui répondis à sa question:

Je viens d'arriver en faite, enfin cela fait deux semaines mais c'est comme si je venais d'arriver car je ne connais personne ici et je commence seulement à vraiment travailler.

La serveuse arriva ensuite vers nous une fois installé à table et nous demanda ce que nous souhaitions prendre. Je laissai répondre d'abord Amelia, car Loup-Garou ne veut pas dire que l'on n'a pas de manière et que l'on ignore la galanterie, et commandai ensuite un café noir. J'attendis que la serveuse parte et mon intention revint sur Amelia à qui je souris en continuant de parler:

Je vais pas te mentir je n'ai plus l'habitude de parler de moi ni même d'avoir des échanges amicaux avec quelqu'un. *ris un peu* Enfaîte c'est la première fois en pas mal d'année que je me retrouve à boire quelque chose avec quelqu'un. Et tu es ce qui se rapproche même le plus d'une amie, alors qu'on ne s'est vu qu'une fois donc c'est pour te dire...

Je soufflai un peu du nez, je prenais cela avec amusement mais c'était la vérité. J'avais bien été boire quelques bières avec des collègues que j'avais pu avoir durant mes différents métiers à travers le monde mais cela remontait à déjà quelques années maintenant. Et depuis mon retour à la civilisation, après mon passage à l'état sauvage durant un moment, je n'avais jamais eu de relation amicale ou plus avec quiconque. Quand j'arrivais à trouver un travail je me contentais de parler aux gens qu'il fallait mais sans plus, comme là j'avais commencé à faire avec les rares clients que j'avais en coaching. C'est vrai qu'il fallait que je commence à mieux m'intégrer et à essayer de me faire plus de contact, mais maintenant que je savais que les chasseurs pouvaient être partout j'avais parfois du mal à faire confiance. Je n'avais, jusqu'ici du moins, eu aucune mauvaise surprise de ce coté là mais parce que j'avais été prudent. Bon là en l’occurrence j'étais persuadé qu'Amelia été sincèrement gentille et qu'elle n'était en aucun cas affilié à des chasseurs. Ou alors c'est qu'elle cachait extrêmement bien son jeu mais j'en doutais fortement.

Mais bon, je vais essayer de ne pas faire trop mon loup solitaire ! Alors ? Qu'est-ce que tu deviens toi ? Toujours des envies suicidaire à te promener seule dans des rues dont tu ne connais rien ?

Je souris, amusé, en faisais référence à notre rencontre, je me moquai un peu mais ce n'était en rien méchant, simplement taquin. Et puis j'avais envie de savoir ce qu'elle faisait, car tout ce que j'avais su d'elle à l'époque c'est qu'elle ne connaissais pas la langue du pays dans laquelle elle s'était rendu, qu'elle aimait voyager, qu'elle s'appelait Amelia et qu'elle avait 18 ans à l'époque. J'en avais alors 22 et je ne lui avais dis que mon nom et je lui avais conseillé d'être plus prudente. Je l'avais raccompagné dans un endroit moins dangereux et nous chemin s'étaient séparé. A l'époque j'étais loin de me douter que nos chemins se croiseraient à nouveau. Mais bon le destin fait bien les choses, c'était peut-être le signe qu'il fallait que je commence à ne plus partir de chaque endroit après quelques mois, qu'il fallait que je commence à me faire des amis et que je commence à m'installer à un endroit où je me sens bien.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 48
Crédit : 674
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Lun 16 Sep - 20:28
Oh, on se connait?

J’étais parfois un peu impulsive, d’où mon besoin de m’excuser à lui. Enfin, sa réaction me retira toute culpabilité de sur les épaules. Oof! Visiblement, il n’était pas trop insulté. Même que son commentaire me fit rire avec sincérité. Ah non! Ce n’était absolument pas mon genre de me mettre à bouder. Enfin, surtout qu’il m’avait sorti d’un faux pas. D’un gros faux pas de débutante en voyage. Une fois que nous fûmes installés, je tournais toute mon attention vers lui, toujours un sourire flottant sur mes lèvres.

Je viens d'arriver en faite, enfin cela fait deux semaines mais c'est comme si je venais d'arriver car je ne connais personne ici et je commence seulement à vraiment travailler.

‘’Ah! Mais je t’ai vraiment attrapé dans tes débuts ici! Je vais pouvoir te donner un conseil ou deux sur la ville si tu veux!’’

Et je proposais avec mon naturel enthousiasme alors que je pivotais mon regard vers la serveuse en commandant en voyant le regard galant de William posé sur moi. Un bon thé noir, avec du sucre et du lait ainsi qu’un l’un de leur fameux gâteau au fromage, je lançais un regard vers William, presque coupable de ma gourmandise en ayant le temps de souffler un petit.

‘’J’ai eu une dure matinée, il ne faut pas me juger…!’’

Puis une fois qu’il eut commandé son unique café noir, il s’adressa de nouveau à moi avec ce gentil sourire.

Je vais pas te mentir je n'ai plus l'habitude de parler de moi ni même d'avoir des échanges amicaux avec quelqu'un. Enfaîte c'est la première fois en pas mal d'année que je me retrouve à boire quelque chose avec quelqu'un. Et tu es ce qui se rapproche même le plus d'une amie, alors qu'on ne s'est vu qu'une fois donc c'est pour te dire...

‘’Alors ma réaction avec ma bise était tout à fait approprié entre amis! (J’eus un petit rire, trouvant cela un peu triste, adorable, mais triste tout de même. J’avais pas des tonnes d’amis, mais des j’en avais des très importants dans ma vie) Alors ça me fait plaisir que tu prennes le temps…’’

Encore une fois, j’étais sincère. Je ne me moquais pas de lui, au contraire. Et je ne le trouvais pas intense non plus! Il y avait de ces gens très solitaires après tout! Moi-même durant mes voyages seule, je n’avais pas eu des amis très proches, que des camarades de passage. Enfin, maintenant je réalisais que l’un d’eux me considérait comme une amie et ça me touchait quand même! C’était un titre important à mes yeux qu’amis. Finalement il me lança une question sur moi, prenant bien soin d’inclure une référence à notre rencontre. Mon rire fût un peu plus franc alors que je secouais un peu la tête, faussement découragée de sa remarque. Mon sourire trahissait mon amusement.

‘’He bien, sache que j’ai beaucoup appris de ce moment! (Je le disais avec un grand sourire en replaçant une mèche derrière mon oreille) J’ai voyagé…encore quelques années. Alternant entre ici et des voyages un peu partout. J’ai été en Europe, en Amérique du Sud, j’en ai aussi profité pour voyager dans mon propre pays aussi… Puis je suis officiellement de retour à 100% depuis je te dirais peut-être… trois ou quatre ans seulement.’’

Je prenais une petite pause alors que la gentille serveuse revenait porter nos consommations et le gâteau au fromage auquel je prenais déjà une petite bouchée, mon visage trahissant le bonheur que j’avais juste à cette première bouchée, je lançais alors.

‘’Si tu veux goûter, ne te gêne pas. Alors… oui, voilà… Je suis de retour seulement depuis 3 ou 4 ans, j’ai repris les études pour pouvoir enseigner l’Histoire. C’était ce que je voulais faire durant mes voyages et je ne démords pas de cette envie… même si je t’avoue qu’une classe d’adolescents, ce n’est pas toujours simple! (Un nouveau rire traversa mes lèvres alors que je levais les sourcils pour bien appuyer cela. Pas toujours simple en effet. Je me permettais une autre bouchée rapide de mon gâteau avant de le regarder avec un nouveau sourire) Et toi? Qu’es-tu devenu? Qu’est-ce qui t’a finalement mené à venir t’installer ici?’’

Nous venions déjà de plus parler que durant notre rencontre il me semblait! Enfin, j’étais un peu sous le choc à l’époque. J’étais plus jeune, plus insouciante en fait. Maintenant j’étais une adulte plus ou moins responsable et je savais pertinemment que je n’avais pas été très brillante à l’époque. Visiblement, l’instinct de survie n’avait pas été à son pic pour moi à ce moment-là. J’observais alors William avec une petite hâte qu’il me parle de lui, je voulais en savoir un peu plus sur l’homme que j’avais surnommé Hercules dans mes récits de voyage!
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Loup-garou

William Wilder
William Wilder
Messages : 21
Crédit : 390
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Mer 18 Sep - 8:28


Oh, on se connait non ?

Ft Amelia St-James


Je ris quand elle me demanda de ne pas la juger car elle avait commandé un gâteau au fromage, je lui répondis rapidement qu'elle faisait ce qu'elle voulait, puis j’enchaînai:

Je vais pas te mentir je n'ai plus l'habitude de parler de moi ni même d'avoir des échanges amicaux avec quelqu'un. *ris un peu* Enfaîte c'est la première fois en pas mal d'année que je me retrouve à boire quelque chose avec quelqu'un. Et tu es ce qui se rapproche même le plus d'une amie, alors qu'on ne s'est vu qu'une fois donc c'est pour te dire...

-Alors ma réaction avec ma bise était tout à fait approprié entre amis ! Alors ça me fait plaisir que tu prennes le temps…

Cela me fit rire, c'était gentil de sa part et cela me conforter dans mon appréciation sur elle concernant le fait qu'elle était sincère dans sa gentillesse. Je ne voulais pas installer un malaise ou un blanc alors je commençai en lui demandant ce qu'elle était devenue ces derniers temps. Je me permis également de lui envoyer une piques amicale sur le jour où l'on s'était rencontré.

-He bien, sache que j’ai beaucoup appris de ce moment ! J’ai voyagé…encore quelques années. Alternant entre ici et des voyages un peu partout. J’ai été en Europe, en Amérique du Sud, j’en ai aussi profité pour voyager dans mon propre pays aussi… Puis je suis officiellement de retour à 100% depuis je te dirais peut-être… trois ou quatre ans seulement.

J'hochai la tête à ce qu'elle disait quand la serveuse arriva. Ainsi donc elle avait continué de voyagé, me concernant j'avais déjà été en Europe, en Asie et en Amérique du Nord mais jamais je n'avais été en Amérique du Sud. Je portai ma tasse rempli du liquide noir que j'avais commandé et tandis que je sentais la boisson encore très chaude couler le long de ma gorge je pouvais voir à ses expressions qu'Amelia appréciait beaucoup ce qu'elle mangeait. Cela me décrochai un énième sourire avant de l'écouter continuer:


Si tu veux goûter, ne te gêne pas. Alors… oui, voilà… Je suis de retour seulement depuis 3 ou 4 ans, j’ai repris les études pour pouvoir enseigner l’Histoire. C’était ce que je voulais faire durant mes voyages et je ne démords pas de cette envie… même si je t’avoue qu’une classe d’adolescents, ce n’est pas toujours simple ! Et toi ? Qu’es-tu devenu? Qu’est-ce qui t’a finalement mené à venir t’installer ici ?

Je refusai poliment de goûter le gâteau, je n'aimais pas plus que cela ce genre de gâteau et puis j'avais plus envie de viande à cette heure-ci. Puis je ris avec elle concernant la classe d'adolescent, je ne connaissais pas plus que cela les enfants ou les ados mais je savais que cela pouvait être compliqué.

C'est bien que tu puisse faire ce que tu as envie, je te souhaite de réussir ce dans quoi tu t'es entrepris en tout cas. Et je suis heureux d'apprendre que depuis notre rencontre tu as appris des choses, comme quoi je ne sais pas qu'apprendre le sport ! (je soufflai un peu du nez avant de reprendre) Me concernant il n'y a pas forcément grand chose à dire, je me suis inscrit comme coach sportif personnel, je donne des séances en salle de sport, à domicile où peu importe l'endroit où la personne souhaite s’entraîner. Et ce qui m'a amené ici c'est le hasard, j'ai continué de voyager à travers l'Asie et l'Europe avant d'arriver en Amérique du Nord. Je cherche encore ma place en ce monde si on veut.

Je ris alors un peu avant de boire une gorgée de plus de mon café. J'avais dis cela sur le ton de la plaisanterie mais effectivement je cherchais un endroit où je souhaiterai rester et où je me sentirai chez moi. Un endroit comme j'avais eu durant mon enfance, un endroit comme ma maison en Australie, maison dans laquelle je ne pouvais plus aller et ne pourrais plus jamais aller à cause de ce que j'avais fait. D'un coup je pris conscience que je parlais avec Amelia comme de vieux amis mais qu'en un sens je lui mentais: déjà sur le coté loup-garou mais surtout sur mes actes qui m'avaient envoyés en prison. Je commençai à m'en vouloir, elle qui paraissait si sincère, si transparente et gentille. Je commençai à me demander si j'avais bien fait de lui proposer que nous allions boire un café, après tout elle méritait que je sois honnête avec elle et qu'elle sache ce pourquoi j'avais tant voyagé. Mais bon, si on ne faisait que parlé à cet instant et qu'après on ne revoyait plus je n'avais pas de raison de lui dire, et autant lui laissé l'image d'un grand gaillard l'ayant aidé autrefois. Je décidai donc de ne plus penser à tout cela et de me concentrer sur l'instant présent, après tout autant profiter de ce moment et ne pas penser à mes erreurs passées pendant quelques instants.

Plus sérieusement pour le moment je me sens bien ici, mais qui sait ? Je partirai peut-être d'ici une semaine ou d'ici trois mois. Si jamais je trouvai un autre emploi qui me plairait vraiment beaucoup, ou si jamais je me faisais des amis ou si j'y rencontrai une femme ou que sait-je encore, je pense que je resterai. Mais je t'avoue que jusqu'ici, durant tout mes voyages je n'ai jamais vraiment retrouvé un endroit où je me sentais bien, où je me sentais chez moi.

Je ne sais pas pourquoi j'arrivai à me livrer comme cela, moi qui était en général un peu plus replié sur moi je le reconnais. Mais elle avait quelque chose en elle qui vous mettez en confiance, peut-être était-ce une sorcière qui m’envoûtait et me faisait parler, ou peut-être était-elle juste une personne empathique qui contrairement à beaucoup ne faisait pas juste semblant de s'intéresser à vous. Si c'était bien le cas je m'en voulais encore plus de ne pas lui raconter toute la vérité. Mais bon je ne voulais qu'elle ait peur ou qu'elle brise cette image qu'elle avait de moi. Et puis pour le moment c'était la seule personne avec qui je parlais en dehors de mon travail dans cette ville alors autant ne pas la faire fuir.

Bref voilà ma vie n'a rien de forcément très passionnant et pour le moment je bouge beaucoup pour chercher un endroit où je pourrai dire "ça y est je suis enfin chez moi". Je marquai une petite pause en regardant mon café comme si j'y allais avoir une réponse avant de relever la tête et de la regarder. Mais bon je présente ça un peu de façon "dramatique" mais je ne le vie pas mal attention, seulement c'est bien d'avoir un chez-sois, et je t'envie beaucoup d'avoir trouvé ce qui te plaisait et surtout d'être bien là où tu es.

Je lui souris sincèrement, j'espérais ne pas avoir cassé l'ambiance en parlant comme si j'étais une pauvre âme en peine qui errait sans but en ce monde, je n'aimais pas me plaindre et je préférai me battre pour obtenir ce que je veux plutôt que de pleurnicher pour l'avoir. Mais c'est vrai qu'après ce discours on aurait pu penser le contraire. Pour me rattraper un peu je tentai de faire un peu d'humour en disant pour plaisanter:

Enfin si c'est un peu dramatique quand même: mon actuel chez-moi est quand même un vieil appart tout petit et mal entretenue tu imagine !

D'ailleurs ce n'est pas avec ce que je gagnais actuellement que je pourrais payer encore longtemps ce petit appart, au pire je savais que je pourrai retourner dans la nature comme je l'avais fait durant de longs mois. Je préférai bien sûr le confort d'un vrai endroit pour dormir mais la forêt ne me dérangeait pas plus.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 48
Crédit : 674
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Ven 20 Sep - 13:59
Oh, on se connait?

J’essayais de retrouver dans ma mémoire si je l’avais faire rire autant lors de notre première rencontre. Enfin, c’est sûr que la situation ne s’y prêtait pas tellement.  J’étais au moins heureuse de voir que l’échange ne semblait pas l’ennuyer. Au contraire, visiblement il semblait avoir besoin de parler un peu. Ça me fit plaisir de pouvoir l’aider en retour! J’entrepris ensuite, à ses questions, de lui parler un peu de moi. Ce que dix ans peuvent apporter comme changement dans une vie. Surtout que j’étais une jeune fille sortant de l’école à l’époque. 10 ans, c’est encore plus gros quand on regarde de cette façon-là. Intérieurement, je savais que je n’étais pas exactement là où j’aurais voulu être à mon âge, mais ça allait. On ne peut pas revenir en arrière après tout.  

Je lui expliquais mes voyages, ce que je faisais en ce moment, mon futur métier. Vraiment, je faisais un très gros résumé de ma vie. Ça me ramenait étrangement à tout ce que j’avais fait tout ça. C’est pas toujours souvent qu’on relate un peu notre vie dans un lapse de temps. Juste quand on rencontre de vieille connaissance. Je me rendis compte que le temps passait atrocement vite. Ça me fit un drôle d’effet d’un coup. Mais je ne m’y attardais pas plus que cela, préférant lui retourner la question avec un vif intérêt sur sa vie à lui.

C'est bien que tu puisse faire ce que tu as envie, je te souhaite de réussir ce dans quoi tu t'es entrepris en tout cas. Et je suis heureux d'apprendre que depuis notre rencontre tu as appris des choses, comme quoi je ne sais pas qu'apprendre le sport !) Me concernant il n'y a pas forcément grand chose à dire, je me suis inscrit comme coach sportif personnel, je donne des séances en salle de sport, à domicile où peu importe l'endroit où la personne souhaite s’entraîner. Et ce qui m'a amené ici c'est le hasard, j'ai continué de voyager à travers l'Asie et l'Europe avant d'arriver en Amérique du Nord. Je cherche encore ma place en ce monde si on veut.

Il était gentil de me souhaiter bonne chance. C’est sûr que mon métier n’était pas le plus évident, mais clairement pas le plus difficile, alors je ne pouvais pas me plaindre. Je l’écoutais attentivement me parler de lui, comment il était maintenant coach sportif ici. C’est intéressant! Les gens s’intéressent de plus en plus à leur santé alors tant mieux, non? Cela me fit un peu sourire quand il m’expliqua qu’il était arrivé ici par hasard. C’était bien fait parfois la vie et c’était intéressant qu’il se laisse encore porter ainsi. Naturellement que la tournure de ses mots montraient que ce n’était pas toujours évident, mais s’il le faisait, c’est qu’il avait encore espoir de trouver. C’était une belle attitude.

Plus sérieusement pour le moment je me sens bien ici, mais qui sait ? Je partirai peut-être d'ici une semaine ou d'ici trois mois. Si jamais je trouvai un autre emploi qui me plairait vraiment beaucoup, ou si jamais je me faisais des amis ou si j'y rencontrai une femme ou que sait-je encore, je pense que je resterai. Mais je t'avoue que jusqu'ici, durant tout mes voyages je n'ai jamais vraiment retrouvé un endroit où je me sentais bien, où je me sentais chez moi.

Mon sourire se fit un peu plus léger, ma mine sérieuse, mais pas ennuyée! Au contraire! C’était difficile pour moi de comprendre ce qu’il voulait dire. Mon chez moi, ça avait toujours été ici. Ça avait été toujours mon soutien, vers où je retournais autant quand je n’avais plus un sous ou quand j’avais le mal du pays. De la façon dont il parlait, il n’avait pas cela William. Ça devait faire une drôle d’impression de solitude je me disais. Je l’écoutais, mangeant à peine mon gâteau tant que j’étais concentrée sur ce qu’il me disait, tenant ma fourchette en suspension près de mon dessert.

Bref voilà ma vie n'a rien de forcément très passionnant et pour le moment je bouge beaucoup pour chercher un endroit où je pourrai dire "ça y est je suis enfin chez moi". Mais bon je présente ça un peu de façon "dramatique" mais je ne le vie pas mal attention, seulement c'est bien d'avoir un chez-sois, et je t'envie beaucoup d'avoir trouvé ce qui te plaisait et surtout d'être bien là où tu es.

Il n’avait pas cassé l’ambiance du tout! Je me disais que s’il me parlait autant à moi, que s’il me considérait comme une ami, he bien il fallait que j’en sois digne! D’autant plus que je n’étais jamais ennuyée par ce genre de discours. Il avait de ses gens qui se plaignaient pour tout et rien, mais ça se sentait cela, l’envie d’avoir de l’attention. Et chez William, je ne ressentais pas cela du tout. J’eus un sourire doux quand il mentionna m’envier, j’avais une vie assez simple et rangée après tout.

Enfin si c'est un peu dramatique quand même: mon actuel chez-moi est quand même un vieil appart tout petit et mal entretenue tu imagine !

Je notais son humour pour tenter de calmer un peu l’intensité de ses paroles. C’était mignon, parce qu’au final, je ne trouvais pas cela trop dramatique. Ça me donnait envie de l’aider oui! J’eus un petit rire en secouant la tête en connaissance de cause.

‘’Je ne peux que comprendre, les appartements ici coûtent une petite fortune!’’

J’avais dit cela en premier, pour tenter de répondre à sa plaisanterie, prenant enfin un morceau de gâteau pour ensuite déposer mon ustensile et prendre mon thé à deux mains en reprenant plus légèrement, avec toujours un fin sourire sur mes lèvres.

‘’J’espère vraiment que tu vas finir par te sentir chez toi quelque part, William. J’aime comment… tu n’abandonnes pas l’idée de trouver justement! Je ne sais pas pourquoi tu ne peux pas retourner dans ton chez toi originaire et je ne dis pas ça pour savoir non plus, ça ne me regarde pas! (Je disais cela en agitant un peu la tête, je ne voulais pas avoir l’air d’une vilaine curieuse du tout, mais juste donner mon appuie) Mais ça serait dramatique si tu attendais que ça te tombe dessus, mais non! Tu cherches, tu te bats! Enfin, façon de parler… (Je roulais un peu des yeux devant mon expression un peu intense en reprenant) J’ai toujours voulu… enseigner. J’aimais apprendre et je suis un vrai moulin à paroles. Pour moi, c’était évident que je voulais aller dans ce domaine, mais je ne connais pas beaucoup de personnes qui ont un parcours professionnel parfait… ni même personnel aussi remarque! Alors je te souhaite que tu trouves à un moment un endroit qui te fera dire que tu es chez toi!’’

Je lui souriais doucement en prenant une gorgée de mon thé, déposant ensuite ma tasse en reprenant ma fourchette, prenant une autre bouchée de mon gâteau, je le regardais ensuite en reprenant.

‘’Si tu veux, je peux te montrer un peu la ville un de ses jours! Je te montrerais les endroits intéressants, ce qui l’est moins aussi, tant qu’à y être. Il a ce gros fast food avec l’enseigne la plus extravagante de la ville, mais on dirait que le burger que tu manges là est prêt à sortir de son assiette tout seul et de s’enfuir. Je te recommande pas! (Je riais un peu à mon humour) Comme ça, ça va te faire sortir de chez toi plus que pour tes clients, ça va te donner la chance de rencontrer d’autres personnes et peut-être aussi te trouver d’autres clients qui sait!’’

[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Loup-garou

William Wilder
William Wilder
Messages : 21
Crédit : 390
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Dim 22 Sep - 5:04


Oh, on se connait non ?

Ft Amelia St-James


Elle m'écoutait parler avec attention et ses yeux trahissaient une grande empathie, comme quoi les yeux sont bien la fenêtre de l'âme, je pouvais voir que ce que je disais l'intéressé et cela faisait du bien d'être écouté aussi attentivement.

Enfin si c'est un peu dramatique quand même: mon actuel chez-moi est quand même un vieil appart tout petit et mal entretenue tu imagine !

Elle ria un peu en secouant la tête suite à ma touche d'humour pour alléger ce que je venais de dire. Ce à quoi elle répondit avec tout autant d'humour qui me décrochai également un petit rire:

-Je ne peux que comprendre, les appartements ici coûtent une petite fortune ! J’espère vraiment que tu vas finir par te sentir chez toi quelque part, William. J’aime comment… tu n’abandonnes pas l’idée de trouver justement! Je ne sais pas pourquoi tu ne peux pas retourner dans ton chez toi originaire et je ne dis pas ça pour savoir non plus, ça ne me regarde pas ! Mais ça serait dramatique si tu attendais que ça te tombe dessus, mais non! Tu cherches, tu te bats ! Enfin, façon de parler… J’ai toujours voulu… enseigner. J’aimais apprendre et je suis un vrai moulin à paroles. Pour moi, c’était évident que je voulais aller dans ce domaine, mais je ne connais pas beaucoup de personnes qui ont un parcours professionnel parfait… ni même personnel aussi remarque ! Alors je te souhaite que tu trouves à un moment un endroit qui te fera dire que tu es chez toi !

Je lui souris alors en la regardant dans les yeux, ses paroles étaient vraiment compatissante et encourageante. Cela faisait du bien de parler avec ce genre de personne, elle était peut-être simplement humaine, quoi que ça je n'en n'était pas encore totalement sûr non plus, mais en tout cas elle possédait bel et bien un pouvoir: sa gentillesse et sa joie de vivre. Elle me rappelait un jeune homme que j'avais rencontré lors de mon passage en Espagne, il venait à peine de quitter l'école et nous travaillions dans une fonderie. J'avais un peu sympathisé avec lui et il avait été très encourageant également. Malheureusement un accident de travail l'avait tué sur le coup, une erreur d'un autre ouvrier qui avait été plus que négligeant. Il ne se sentait même pas mal de ce qu'il avait fait et j'avais déchainé ma colère sur lui, j'avais réussi cette fois à me retenir de le tuer mais je l'avais mis dans un grave état. J'avais donc dû partir et c'est à ce moment-là que j'avais quitté l'Espgane pour gagner l’Amérique et rejoindre l'Alaska. J'étais devenue bien trop sanguin et j'avais l'impression que toute les relations que je pouvais avoir, qu'elles soient amicales ou amoureuses, finissaient toujours de la même façon. C'est pour ça que j'avais totalement adopté la bête en moi et était resté dans les froides forêts de l'Alaska sous ma forme de loup. Mais bon, mon besoin social avait finit par revenir au galop et j'étais descendu rejoindre la civilisation.
Je sortis de mes pensées en repensant à ce qu'elle venait de dire quant au fait que je ne pouvais plus revenir chez moi. C'est vrai que j'hésitais beaucoup à lui dire la vérité, j'avais l'impression de trahir sa gentillesse, mais elle aurait pu prendre peur en apprenant qui j'étais réellement. On pouvait dire que j'étais gentil et que j'avais un bon fond mais en réalité je ne me voyais que comme une bête sauvage. Bien souvent les bangs de sangs dans lesquels je me retrouvais étaient causés parce que les personnes en question avaient fait du mal autour d'eux, mais peut-être ne méritaient-ils pas autant de violence...
Amelia reprit alors en continuant de me sourire, ce dernier toujours aussi contagieux me fit instinctivement lui r'envoyer son sourire.

-Si tu veux, je peux te montrer un peu la ville un de ses jours! Je te montrerais les endroits intéressants, ce qui l’est moins aussi, tant qu’à y être. Il a ce gros fast food avec l’enseigne la plus extravagante de la ville, mais on dirait que le burger que tu manges là est prêt à sortir de son assiette tout seul et de s’enfuir. Je te recommande pas ! Comme ça, ça va te faire sortir de chez toi plus que pour tes clients, ça va te donner la chance de rencontrer d’autres personnes et peut-être aussi te trouver d’autres clients qui sait !

Je ris alors un peu concernant sa touche d'humour et je notai cette information dans un coin de ma tête. Mais à me parler de burger elle me donnait envie de viande, je ne savais pas si cette envie venait de mon coté loup ou de mon coté humain mais elle était bien présente !

Merci... Ça me touche ce que tu dis et c'est très encourageant. Et merci pour le conseil sur le fast-food, je garde ça à l'esprit et je n'irais pas tester du coup !

De nouveau je ris un peu avant de boire un peu mon café. Sentant le liquide chaud couler le long de ma gorge je la regardai dans les yeux un instant avec seulement un sourire. J'étais heureux de l'avoir revu, j'avais été un peu hésitant quand je l'avais aperçu dans la rue mais je ne regrettais absolument pas que nous ayons finis par venir ici et parler ensemble. Je finis par briser le blanc qui commençait à s'installer et lui dis:

Oh et j'accepte volontiers l'invitation quant à la visite de la ville. Au moins je connaîtrais un peu mieux l'endroit, et puis ça me donnera une excuse pour te revoir.

Je lui souris sincèrement une fois de plus. J'étais sincère également quand je disais que cela me permettrait de la revoir, après tout je voyais peu de monde et nous passions un bon moment-là alors il n'y avait pas de raison que je ne veuille plus la revoir.

Et puis après cette visite cela me donnera peut-être des raisons de rester, comme par exemple si tu me montre et un super fast-food où là les burger ne quitte pas ton assiette ! Là ça me donnera une super raison pour rester !

Je souris de manière amusé et soufflai un peu du nez avant de balayer ce que je venais de dire d'un geste de la main et en secouant doucement la tête.

Nan c'était nul oublis ce que je viens de dire...

Je ris un peu à ma connerie, je confirme que je n'avais plus l'habitude de parler aussi longtemps avec quelqu'un en dehors du travail, ma vie sociale avait vraiment besoin d'une remise à neuf. Mais bon il vaut mieux savoir rire de sois que de se refermer sur sois après ce genre de chose, d'autant que là c'était Amelia qui était en face de moi, je commençais à la cerner et je savais que je n'avais pas besoin d'être gêné pour si peu.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 48
Crédit : 674
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Jeu 26 Sep - 20:02
Oh, on se connait?

C’est vrai que l’on a toujours un petit jardin secret. Même moi au final! Enfin… je n’avais pas grand chose à cacher en réalité. J’étais ordinaire, un brin banale finalement. Mais ça allait. Enfin, je me disais que j’avais quand même voyagé comme peu de gens peuvent le faire. Que j’allais vers un métier qui me passionnait malgré les difficultés que j’allais rencontrer. C’est bien parce que je respectais le besoin de ce petit jardin que je ne posais pas toujours des questions à ne plus finir aux gens avec qui je parlais. Okay, mon ami Daniel, je le faisais, mais on se connaissait depuis si longtemps, que c’était un peu une deuxième nature entre nous. J’avais quand même été la première à qui il avait dit qu’il était gay ! Même si j’avais quand même mes doutes aussi. Bref! Tout ça pour dire que je ne poserais pas plus de questions à William. S’il voulait me parler, il pouvait le faire et au final, je voulais seulement que ça soit le sentiment qu’il ait.

Puis naturellement, je lui proposais de lui faire visiter la ville. Ça ne me dérangeait pas, ce n’est pas comme si je n’avais pas le temps en plus alors si ça pouvait l’aider un peu! Et puis peut-être que même moi je pourrais renouer avec des endroits que je fréquente moins. Je ricanais un peu aussi quand ma blague eut pour effet de le faire rire, continuant tranquillement de manger mon gâteau au fromage. Profitant de ce petit moment de silence pour manger justement. Je n’étais pas mal à l’aise dans ce silence, non absolument pas! Puis au final, William reprit

Oh et j'accepte volontiers l'invitation quant à la visite de la ville. Au moins je connaîtrais un peu mieux l'endroit, et puis ça me donnera une excuse pour te revoir.

Je le pris comme un gentil compliment! Après tout, il venait de me dire qu’il n’avait pas vraiment de gens qu’il connaissait en dehors de son travail alors je comprenais sa phrase.

Et puis après cette visite cela me donnera peut-être des raisons de rester, comme par exemple si tu me montre et un super fast-food où là les burger ne quitte pas ton assiette ! Là ça me donnera une super raison pour rester !

J’éclatais d’un petit rire franc à ses mots, posant ma main contre mes lèvres pour cacher un peu mon hilarité et le fait que j’étais en train de terminer une bouchée de mon dessert.

Nan c'était nul oublis ce que je viens de dire...

‘’Je ne sais pas si c’est une bonne chose pour toi, mais les blagues nuls, ça me fait bien rire. (J’eus encore un petit élan de mon hilarité passagère avant de secouer la tête, regardant mon assiette presque terminé avant de le regarder de nouveau) As-tu du temps un peu cet après-midi? Si tu veux, j’ai seulement un cours à l’université en soirée! Au lieu de rentrer chez moi et attendre que le temps passe, je pourrais te faire visiter autour un peu. Et te montrer vraiment l’endroit où tu dois aller manger tes burgers!’’

Je reprenais la même blague avec un sourire un peu espiègle aux lèvres. Ma demande était sincère. Après tout, c’est vrai que je n’avais rien à faire en attendant mon cours et puis on n’était pas si loin de mon université. Ça m’énerverait de rentrer chez moi pour quelques heures et revenir. Je joignais un peu l’utile à l’agréable en lui proposant tout aussi naturellement que si c’était un ami de longue date. Enfin, techniquement, c’était un ami de longue date, mais c’est pas comme si on se connaissait beaucoup ! Je me disais que lui montrer les alentours ici serait déjà le plus facile pour moi comme j’y traînais souvent pour le travail et aussi pour mes cours d’université. C’est réellement dans ce coin de la ville que je pouvais dire tout connaître les recoins. J’adorais aller m’installer pour étudier un peu partout. J’aimais changer mon décor en ayant la tête dans les livres, ça rendait l’étude moins pénible et longue en fait. Je levais ensuite mon regard dans le sien, attendant avec un sourire s’il allait accepter ou s’il allait préférer attendre. Au final, c’était vraiment pour que lui soit à l’aise
[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Loup-garou

William Wilder
William Wilder
Messages : 21
Crédit : 390
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Ven 27 Sep - 12:04


Oh, on se connait non ?

Ft Amelia St-James


Elle rit de bon cœur à ce que je venais de dire ce qui me fit rire doucement également, c'était agréable de parler avec quelqu'un comme elle. Quelqu'un qui ne juge pas facilement et qui sait rire et profiter de la vie. Et je dois reconnaître que son petit rire avait même quelque chose de mignon.

-Je ne sais pas si c’est une bonne chose pour toi, mais les blagues nuls, ça me fait bien rire.

Elle rit de nouveau ce qui me fit sourire, amusé par la situation. J'en profitai pour finir mon café et reposai la tasse sur la table quand elle reprit.

-As-tu du temps un peu cet après-midi? Si tu veux, j’ai seulement un cours à l’université en soirée ! Au lieu de rentrer chez moi et attendre que le temps passe, je pourrais te faire visiter autour un peu. Et te montrer vraiment l’endroit où tu dois aller manger tes burgers !

Un sourire éternellement accroché à mes lèvres je la regardai dans les yeux et lui répondis sans réfléchir :

-Ça serait avec plaisir.

Il faut dire que je n'avais pas non plus une après-midi surchargé... et puis entre continuer de passer du temps avec une personne que j'apprenais à connaitre et que j’appréciai de plus en plus tout en ayant une visite de la ville ou bien ne rien faire hormis continuer de m’entraîner seul le choix était très vite fait.

-Mais par contre je te préviens...

Je pris un air sérieux voir sévère en fronçant légèrement les sourcils et marquai une pause avant de reprendre.

-... si on fait ça c'est que nous serons officiellement amis et je ne vais plus te lâcher car tu es la seule personne que je connais ici.

Reprenant mon air normal et mon sourire je retins un rire en voyant un peu sa tête étonné par ma sévérité. Bien sûr elle comprit vite que je rigolais quand j'eu finis ma phrase. J'avais un peu exagéré mes mots en disant cela car je n'avais pas pour habitude d'être un pot de colle et cela n'allait pas être le cas bien sûr. Je comptais en revanche la revoir mais je n'étais pas du genre à harceler une personne ni à la coller toute la journée. D'ailleurs ces dernières années j'avais même été tout le contraire, plutôt fuyant avec les gens pour éviter d'avoir des ennuis. Même depuis que j'avais enfin décidé de revenir à la civilisation et de nouer de véritables liens. Mais bon, ce que j''avais voulu dire par là c'était que bien que nous venions à peine de nous revoir et que l'on se connaissait encore peu eh bien j'avais envie de la considérer comme une amie. Pour moi une amitié se base sur la confiance et sur la loyauté, deux choses qui s'obtiennent généralement avec le temps. Alors là on ne pouvait bien évidement pas dire être amis pour le moment, le mot serait peut-être trop fort, mais j'avais le pré-sentiment que je pouvais avoir confiance en elle et elle avait l'air d'une amie loyale.

-C'est bien claire mademoiselle ?

Lui dis-je en ayant cette fois-ci repris mon sourire sincère et avec une pointe d'humour. Je crois bien que c'était la première fois depuis de trop nombreuses années que je souriais autant, en essayant de me souvenir à quand remontait un tel moment où j'étais tout simplement heureux je n'eu en tête qu'une journée à la plage avec mes parents (adoptifs). Je me souvins de mon père m'aidant à tenir sur la planche de surf et de ma mère nous prenant en photo. J'avais bien sûr eu d'autres bons moments, mais jamais autant. Ce qui me fit me dire qu'en prenant ma vie depuis ma naissance eh bien... j'avais quand même eu une vie de... eh bien... de merde oui il n'y a pas d'autre mot. Raison de plus pour m'en construire une nouvelle avec une nouvelle famille. Je n'étais pas forcément très croyant mais cela me confortait de plus en plus dans le fait qu'Amelia devait certainement être un signe que j'avais enfin trouver le bon endroit, ne manquait plus que les bonnes personnes. Fort heureusement il semblait que j'avais déjà trouvé une de ces personnes et elle se trouvait devant moi à ce moment-là.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 48
Crédit : 674
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Mar 1 Oct - 19:54
Oh, on se connait?

Sa réponse ne se fit pas attendre! Il acceptait. Cela me fit sourire un peu plus. Bon, il fallait que je me crée un plan en tête quand même pour ne pas l’ennuyer durant quelques heures. Au final, ça allait sûrement être une petite visite guidée plus qu’autre chose! Je pensais déjà aux endroits intéressants que je pouvais lui montrer dans les environs. Je me disais qu’en arrivant dans une nouvelle ville, il fallait savoir ou manger. C’était peut-être moi qui étais un petit estomac sur patte, même si je n’en avais pas l’air, mais un bon restaurant, c’est souvent réconfortant! Alors que j’étais en train de me faire un dessin mental de notre trajet à faire à pieds et en transport en commun, il reprit la parole.

-Mais par contre je te préviens...


Je devins sérieuse d’un coup. J’avais peur, j’étais trop intense? Peut-être que j’avais l’air de la fille un peu trop envahissante aussi qui sait! C’est vrai que je m’étais presque… enfin, pas presque, je m’étais littéralement jeté dessus quand je l’avais vu. Mais c’était pour une bonne raison! C’était vraiment parce que je lui étais encore tellement reconnaissante de son aide! En même temps, il avait l’air heureux une demi seconde plus tôt, non? Il souriait, riait même! Il semblait quand même être un homme calme, j’étais presque fière de moi depuis tout à l’heure… puis il rajouta enfin.

-... si on fait ça c'est que nous serons officiellement amis et je ne vais plus te lâcher car tu es la seule personne que je connais ici.

Ouf! J’avais un petit rire soulagé qui s’échappa de mes lèvres alors que je conservais un sourire amusé. Okay, il m’avait fait peur sur le coup! Mon cœur pouvait reprendre une cadence normale. Bon, je ne paniquais pas tant que ça, mais je me demandais tout de même. Quelque part, sa façon de dire la chose était tout simplement adorable! Je n’avais pas l’impression qu’il allait être extrême dans ce qu’il venait de me dire. C’était peut-être le genre de paroles qui pourraient faire peur à certaines personnes ou bien des paroles qui dites par d’autres gens, ça serait plus inquiétant. Au contraire, de sa part, je le pris un peu positivement. Je comprenais comment on pouvait se sentir quand on est dans un endroit inconnu et que l’on ne connait pas beaucoup de gens. J’avais été ainsi avec une fille qui était devenue mon amie au Brésil. C’est sûr que je le connaissais peu, mais je me disais parfois que les premières impressions et notre instinct pouvaient être fiables. Parfois. Et dans ce cas-ci, je pense que je n’allais pas regretter de devenir amie avec William. Il semblait une bonne personne. En tout cas, assez pour ne pas laisser une pauvre fille comme moi entourée de crétin dans un pays inconnu!

-C'est bien claire mademoiselle ?

Je  gardais ce sourire espiègle à la pointe de mes lèvres à ses mots alors que j’hochais la tête avec véhémence. Je décidais alors de jouer un peu son jeu, je trouvais cela assez marrant et le début d’une bien belle amitié je pense.

‘’Comme du crystal, monsieur! (Je me redressais un peu sur ma chaise pour  tendre ma main vers lui, comme si je m’apprêtais à conclure un accord de la plus haute importance.) Mais attention, cela inclue que tu vas devoir également subir mon amitié. C’est une tâche ardue, peu de personnes arrivent à surmonter ce genre d’énergie, alors je te préviens… si je deviens agaçante, tu vas devoir continuer de m’endurer! Je te donner le numéro d’un autre de mes amis, il pourra te conseiller.’’

Bien sûr, je disais cela avec beaucoup d’humour malgré que je tentais de dire cela d’une façon bien solennelle! Je n’étais quand même pas si insupportable… enfin… j’avais quand même quelques amis alors je me disais que je ne devais pas être pire qu’un autre. Je restais cependant là, la main tendue vers lui, la mine un peu plus sérieuse malgré l’éclat d’amusement bien visible dans le fond de mes prunelles sombres. J’attendais patiemment qu’il serre ma main, qu’il prenne conscience de ce qui pouvait bien l’attendre. Sans blague, j’arrivais à peine à retenir mon sourire, jouant le même jeu que lui.  
Revenir en haut Aller en bas

Loup-garou

William Wilder
William Wilder
Messages : 21
Crédit : 390
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Mar 8 Oct - 11:43


Oh, on se connait non ?

Ft Amelia St-James


Après lui avoir fait "peur" elle parut soulagée et ria avant de me répondre:

-Comme du crystal, monsieur!

C'est alors qu'elle se redressa et me tendis la main comme pour conclure un accord. Elle jouait de manière un peu théâtrale et je rentrai donc dans son jeu en lui serrant également la main et en faisant un signe de tête malgré mon sourire amusé.

-Mais attention, cela inclue que tu vas devoir également subir mon amitié. C’est une tâche ardue, peu de personnes arrivent à surmonter ce genre d’énergie, alors je te préviens… si je deviens agaçante, tu vas devoir continuer de m’endurer! Je te donner le numéro d’un autre de mes amis, il pourra te conseiller.

Je ris à ce qu'elle venait de dire et secouai doucement la tête.

-Bien entendu cela va de soit ! Et sache que j'aime les défis alors si peu de personne arrivent à surmonter cela eh bien cela ne peut que me donner d'autant plus l'envie d'y réussir !

Je souriais toujours et ne quittai pas son regard, me sentant toujours bien et prenant conscience que j'avais de la chance d'être là où j'étais à ce moment-là. Qu'avait attendu l'univers pour me remettre sur la route de cette fille à l'allure quelque peu envahissante mais si joyeuse qu'elle en devient contagieuse ?

-Plus sérieusement ne t'en fais pas il en faudra plus pour me faire fuir.

La serveuse arriva ensuite pour nous débarrasser et je la remercia en lui demandant d'apporter la note. Avant qu'Amelia ne sorte son portefeuille je sortis le miens en disant:

-Je t'invite, histoire de te remercier d'avance pour la visite et parce que je l'ai décidé.

Je n'avais pas pu payer quoi que ce soit à qui que ce soit depuis si longtemps que cela me faisait plaisir de pouvoir le refaire. La dernière fois remontait à une bière offerte à un collègue il y a plus de 6 ans alors pour vous dire. J'étais loin, voir très loin, de rouler sur l'or mais ce n'était pas une dépense comme celle-ci qui allait y changer grand chose.

-Et puis comme ça je peux te montrer que je suis un homme galant par la même occasion.

Je pris une sorte d'air supérieur pour rentrer dans le personnage et rire mais c'est un air qui ne me va certainement pas car cela ne me ressemble pas. Je finis par redevenir "normal" et attendis que la serveuse revienne avec la note pour la payer. Qu'Amelia essaye de m'en empêcher ou non je comptais aller jusqu'au bout et je ne lâchai rien.
Une fois payée la serveuse repartis et je regardai à nouveau mon... amie ? Car même si il était encore tôt pour parler d'amitié je pense que le terme serait approprié, bref je disais je regardai à nouveau mon amie en lui demandant:

-On peut y aller quand tu veux, dis moi juste quand tu as envie de partir.

Je ne voulais pas la forcer à partir maintenant pour commencer la visite, loin de là mon idée, alors je préférai la "rassurer" en lui disant qu'on pouvait attendre pour ne pas qu'elle se sente pressé.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 48
Crédit : 674
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Dim 13 Oct - 17:30
Oh, on se connait?

Je l’avoue, je m’amusais un peu de la situation. C’était léger comme rencontre et ça faisait du bien une fois de temps en temps quelque chose de simple non? D’autant plus que notre première rencontre n’avait pas été la plus traditionnelle. Il sera ma main et cela ne me fit que sourire d’avantage. Je le mettais quand même en garde avec beaucoup d’humour. Même qu’il répondit sans hésitation.

-Bien entendu cela va de soit ! Et sache que j'aime les défis alors si peu de personne arrivent à surmonter cela eh bien cela ne peut que me donner d'autant plus l'envie d'y réussir !

Oh, je représentais donc un défi! Bon, je le pris avec un nouveau rire. Il n’avait pas semblé ainsi au premier abord ce Hercule, mais visiblement, il était de bonne humeur aujourd’hui. Il reprit avec un peu plus de sérieux, sans se départir de son sourire.

-Plus sérieusement ne t'en fais pas il en faudra plus pour me faire fuir.

Naturellement, s’en suivit un combat pour la facture. Cela me rendait toujours mal à l’aise quand on voulait me payer quelque chose! Même quand j’étais dans un vrai rendez-vous (ça m’arrive parfois, faut me croire), je tentais toujours de payer au moins ma partie. C’était tellement gênant! Et même s’il tentait de m’amadouer avec un :

-Je t'invite, histoire de te remercier d'avance pour la visite et parce que je l'ai décidé.

‘’Ah okay, parce que tu as décidé je vois…!’’

J’eus un petit rire amusé en secouant un peu la tête alors qu’il reprit :

-Et puis comme ça je peux te montrer que je suis un homme galant par la même occasion.

Okay, celle-là me fit rougir un peu, mais je gardais mon sourire! Je n’étais pas mal à l’aise, juste un peu timide. Je réussis tout de même à tenter de payer un brin de pourboire, juste pour dire que je payais quelque chose.

‘’ C’est vraiment gentil de ta part… merci beaucoup…!’’

Je le remerciais avec beaucoup de sincérité, timidement quand même! C’était totalement imprévue comme rencontre, mais ça me fit du bien en toute franchise. Ça sortait un peu de ma routine. Moi qui avait tellement voyagé, reprendre ma routine ainsi depuis des mois, ça semblait toujours difficile.

-On peut y aller quand tu veux, dis moi juste quand tu as envie de partir.

J’hochais la tête avec énergie, un grand sourire aux lèvres alors que je me levais déjà en lui lançant. Il allait finir par s’attendre que mon énergie n’était jamais loin. Même quand j’étais fatiguée, je trouvais toujours le moyen d’avoir un brin d’énergie.

‘’Okay, parfait!  Allez, on y va. Je vais te montrer les endroits pas trop loin. Il a des trucs intéressants un peu plus loin, mais comme j’ai un cours tout à l’heure, on va rester proche. Alors dis-moi, tu as eu le temps de regarder quand même un peu dans les alentours, question je fasse pas une visite guidée ennuyante?’’

J’avais un petit air espiègle sur le visage alors que je nous guidais déjà vers la sortie du restaurant. Je prenais mon rôle très au sérieux et j’espérais réellement ne pas lui faire une visite de la ville ennuyante, surtout que je l’aimais ma ville, je devais lui faire honneur un petit peu!

Revenir en haut Aller en bas

Loup-garou

William Wilder
William Wilder
Messages : 21
Crédit : 390
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Ven 18 Oct - 9:58


Oh, on se connait non ?

Ft Amelia St-James


Après avoir payé elle me remercia timidement et je cru apercevoir ses joues se teinter légèrement de rouge. Cela me fit sourire mais je ne relevai pas ce détail et lui répondis simplement que c'était normal. Puis je lui fis comprendre que j'étais prêt à partir et que j'attendais seulement qu'elle en ait l'envie.

-Okay, parfait!  Allez, on y va. Je vais te montrer les endroits pas trop loin. Il a des trucs intéressants un peu plus loin, mais comme j’ai un cours tout à l’heure, on va rester proche. Alors dis-moi, tu as eu le temps de regarder quand même un peu dans les alentours, question je fasse pas une visite guidée ennuyante ?

Elle se leva d'un coup et à peine l'avais-je suivis qu'elle sortait déjà, cette fille débordait d'énergie.

-Alors pour être tout à fait honnête je n'ai été qu'aux endroits que les clients m'indiquaient, et sinon je fait pas mal de jogging alors j'ai déjà plus ou moins vu pas mal d'endroit de la ville mais sans vraiment l'avoir visité. Alors considère que je ne sais rien, je ne suis qu'une page blanche qui demande à être écrite.

Je souris, amusé, et lui emboîtai le pas dans la ville alors qu'elle commençait à me la présenter. C'était agréable de simplement se promener comme ça avec une amie, à croire que c'était la première fois que je connaissais ça... enfin ce n'était pas totalement faux car la dernière fois que j'avais pu faire cela datait d'il y a pas mal d'année, une véritable autre vie en soit. Durant la visite je ne pouvais que constater à quel point Amélia aimait cette ville et à quel point elle était pleine de vie.

- Tu sais quoi ? Jusqu'ici tu t'en sors très bien pour me convaincre que cette ville vaut la peine que je la découvre un peu plus. Et tu la vend bien.

Je lui fis un clin d’œil en souriant toujours et continuai d'écouter sa présentation. A un moment, alors qu'on marchait tranquillement à travers les rues qu'elle était en train de me présenter, j'en vins à lui demander:

-Au faite il te reste encore beaucoup d'année avant de pouvoir réellement enseigner l'Histoire ? J'y connais pas grand chose je le reconnais...

Je soufflai du nez et la regardai en attendant sa réponse tout en continuant d'avancer. Je ne voulais pas paraître trop curieux ou quoi, je m'intéressé simplement à elle, mais bon je ne m'en faisais pas je me doutais bien qu'elle ne le prendrai pas autrement.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Humain

Amelia St-James
Amelia St-James
Messages : 48
Crédit : 674
Emploi/loisirs : Bibliothécaire/Étudiante en enseignement de l'histoire
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Ven 18 Oct - 20:40
Oh, on se connait?

Ma tête était toujours deux pas en avant de moi. En train de prévoir la suite. Surtout dans une situation ainsi! Je voulais vraiment lui faire visiter l’endroit de la bonne façon. J’avais grandi ici. Autant enfant que l’adolescente et l’adulte. Je tournais mon regard vers lui quand il me répondit, un mince sourire en coin. J’hochais la tête avec un amusement certain dans le regard. Puis je commençais la visite.

Je pouvais lui montrer autant les bons endroits que les mauvais. J’agrémentais bien malheureusement pour lui peut-être certains endroits d’anecdotes que j’y avais vécues. Bonnes ou mauvaises, ça me rappelait même des souvenirs à moi-même ce petit tour de ville. Ce n’était pas déplaisant! Je lui montrais autant les restaurants, que les magasins intéressants. Je lui montrais même des endroits qui pourraient être intéressants s’il faisait du jogging. Je connaissais tous les parcs du coin comme j’aimais y étudier. Je me promenais tranquillement, profitant de cette belle journée. Puis quand il s’adressait à moi, je tournais de nouveau mes iris vers lui

- Tu sais quoi ? Jusqu'ici tu t'en sors très bien pour me convaincre que cette ville vaut la peine que je la découvre un peu plus. Et tu la vend bien.
« Ah oui? Tant mieux… c’est facile de la vendre, je l’aime beaucoup! »

Je disais cela très humblement! C’est vrai que j’aimais ma ville donc c’était facile d’en parler. Je pourrais sans doute faire la même chose avec plusieurs pays que j’avais visités. Naturellement, je ne pourrais jamais connaître autant les autres endroits que la ville qui m’a vue voir le jour! Je continuais ensuite ma visite, toujours avec la même énergie, bien que je me calme quand même un brin, sauf le sourire. Ça je gardais le sourire. Lorsqu’il me posa la question sur mes études, cependant mon sourire s’élargit. Je répondais en gardant mon attention vers l’avant.

-Au faite il te reste encore beaucoup d'année avant de pouvoir réellement enseigner l'Histoire ? J'y connais pas grand chose je le reconnais...
« Il me reste encore une année complète en fait. J’ai bientôt terminé! (J’eus un petit rire avant de reprendre en hochant la tête) Je fais déjà un peu de remplacement quand mes sessions sont terminées, mais ça ne ressemble pas vraiment à ce que je vais faire… étrangement, je me retrouve souvent à enseigner tout sauf l’histoire tu vois… (J’eus un nouveau rire en haussant les épaules) J’aime la matière, je ne sais pas si je vais continuer ensuite, mais seulement en histoire! J’ai encore le temps d’y réfléchir. »

Je le pris bien naturel comme question, ce l’était aussi non? C’était le genre de conversation bien classique. Je marchais tranquillement en reprenant tranquille un petit sourire dans la voix.

« Je tente de poursuivre un peu des cours d’été aussi, comme tu vois, ce soir, c’est un cours sur l’Égypte ancienne! Dans mes sessions normales j’ai des cours de pédagogie et didactique, mais l’histoire, ça reste ce qui me passionne le plus. Et la partager aussi naturellement! »

Bon, je ne voulais pas qu’il pense que je voulais être enseignante seulement pour les congés. En tout cas, ça ne serait pas pour le salaire hein! Non, j’aimais cela, je voulais faire cela de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas

Loup-garou

William Wilder
William Wilder
Messages : 21
Crédit : 390
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Aujourd'hui à 4:37


Oh, on se connait non ?

Ft Amelia St-James


Sa réponse vint donc, ponctué de rire, tout en continuant à marcher.

-Il me reste encore une année complète en fait. J’ai bientôt terminé ! Je fais déjà un peu de remplacement quand mes sessions sont terminées, mais ça ne ressemble pas vraiment à ce que je vais faire… étrangement, je me retrouve souvent à enseigner tout sauf l’histoire tu vois… J’aime la matière, je ne sais pas si je vais continuer ensuite, mais seulement en histoire ! J’ai encore le temps d’y réfléchir. Je tente de poursuivre un peu des cours d’été aussi, comme tu vois, ce soir, c’est un cours sur l’Égypte ancienne ! Dans mes sessions normales j’ai des cours de pédagogie et didactique, mais l’histoire, ça reste ce qui me passionne le plus. Et la partager aussi naturellement !

J'hochai alors la tête en souriant toujours. Je me disais qu'elle semblait vraiment passionné parce qu'elle faisait et c'était tant mieux. Trouver ce que l'on veut faire n'est déjà pas simple mais le trouver et réussir à y arriver l'est parfois encore plus. Là elle savait ce qu'elle aimait et elle parvenait à le faire. Personnellement je n'avais jamais eu réellement de métier de rêve dont j'aurai voulu, et avec la multitude de divers métier que j'avais fait je pouvais dire qu'aucun que je n'avais fait ne m'enchantai vraiment. Mais bon cela servait à payer la facture à la fin du mois alors je ne faisais ce que j'avais à faire sans me plaindre. Là en tant que coach sportif je dois dire que j'étais plutôt satisfait, bien qu'au fond de moi je savais que je ne ferais pas ça jusqu'à la fin de ma vie. Déjà car ça ne me rapportait pas assez et parce que je souhaitais évoluer.

-T'as l'air passionné par ce que tu fais en tout cas, c'est vraiment bien ! Mais j'espère que tu ne m'en voudra pas trop: je connais relativement peu l'histoire...

Je la regardai et ris un peu à la fin de ma phrase "avant de me reconcentrer sur la route. Nous marchions toujours et j'avais le droit à une très bonne visite de la ville quand je lui posai une autre question. Encore une fois j'espérai vraiment ne pas paraître trop curieux, je ne pensais sincèrement pas qu'elle pourrait le penser car nous parlions de manière assez naturelle et je n'avais pas vraiment l'impression de la bombarder de question non plus.

-Et sinon t'as de la famille ici ? Genre des frères et sœurs, tes parents ou que sais-je encore ?

Je lui souris une nouvelle fois mais je me rendis vite compte qu'en lui posant cette question je prenais le risque que la question me soit retourné, et je me voyais mal simplement répondre "non". Il allait falloir que j'en parle un peu plus et donc je me préparai déjà à savoir quoi dire pour essayer de ne pas lui mentir tout en ne lui racontant pas pourquoi je ne pouvais plus voir ma famille.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oh, on se connait non ? [Ft. Amelia St-James]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour ::  :: Downtown Kansas City :: Les Ruelles -