Octobre 2019
Le gala du trône.

Supernatural - Darkest Hour

Supernatural - Darkest Hour
 
Ouverture du forum!!! [10-23-2017]
Merci de privilégier les personnages importants de la série ainsi que les postes vacants.
Nous sommes à la recherche de Jody, Bobby et bien d'autres!
Pensez à voter pour les TOP sites, ça nous aide énormément à faire connaître le forum!
Nous avons ouvert une section rp délires. Ils n'affectent pas vos personnages. C'est ICI
Merci de privilégier les groupes Créatures, sorcier, expérimentations, anges disgracié et ange!

Administratrice
Démon des croisements

Nargal
Nargal
Messages : 440
Crédit : 4318
Emploi/loisirs : VRAI ROI de l'Enfer
MessageSujet: Le gala du trône.
Ven 13 Sep - 13:23


Le gala du trône.
-Nargal, Vahia & Crowley.



(Avant de lire, la musique jouée dans la salle du gala et celle-ci. Jusqu'à 1:15, le volume est assez fort, mais redescend progressivement pour permettre de parler beaucoup plus facilement. https://www.youtube.com/watch?v=3tzE98pQH08&list=LLcqg-RRpB6GrFlhuXbQqk_A&index=2&t=0s)

Quatre mois. Quatre mois qu’il avait récupéré le trône et qu’il travaillait d’arrache-pied pour réparer les nombreuses bêtises de Crowley. Depuis quatre mois, l’Enfer subissait un changement de fond en comble et le moindre que l’on puisse dire était que Nargal était remarquablement efficace. Les démons étaient maintenant quelque peu plus respectés et l’économie du royaume connaissait ses heures de gloire. Comme dit ailleurs, le roi était un véritable business man avant tout…Néanmoins, une flamme brûlait plus fortement que les autres…Celle de Crowley. Maintenant revenu çà sa pleine puissance, l’ancien roi rêvait de récupérer son très cher trône et d’écraser son ancien collègue qui lui était si précieux…Attentif comme l’était Nargal, il avait bien senti la détermination de son ancien chef…Le démon souhaitait montrer qu’il était le véritable roi…alors, autant crever l’abcès et le faire venir…

Pour l’une des rares fois depuis sa prise de pouvoir, Nargal était assis sur son trône, observant chaque démon rentrer dans la salle du trône refaite à neuf ! Les démons passèrent le seuil de la porte individuellement, ce qui permettait à Nargal de vérifier qu’aucun partisan de Crowley ne s’était infiltré dans ses rangs pour récolter de précieuses informations. Comme chaque démon possédait sa propre tâche, Nargal connaissait chaque membre de son armée…Armée d’ailleurs peu peuplée. 200 démons se trouvaient dans cette salle, prêts à écouter le discours de leur roi. Après un petit raclement de gorge qui résonna tout de même, le démon prit enfin la parole.

-Comme vous le savez tous, aujourd’hui à lieu le gala pour célébrer mes quatre mois sur le trône, au manoir Mashew, à Kansas City. Crowley verra cette fête comme une provocation et viendra certainement, maintenant qu’il a retrouvé sa pleine puissance d’après les rumeurs. Tapotant ses doigts sur l’accoudoir du trône, il reprit après avoir réfléchi pendant quelques secondes. Il se croit puissant, plus puissant que nous. Jouons dans son jeu, pointant du doigt la foule, il reprit, jouez le jeu. Il aime avoir le pouvoir, avoir le contrôle sur quelque chose. Laissez-le se sentir supérieur et ne montrez pas d’animosité envers lui  ; il ne sera plus autant sur ses gardes et c’est à ce moment-là qu’il pourra faire des erreurs car en réalité, nous contrôlerons tout.

A suivre…


Elégante et rustique était la bâtisse du manoir. Datant du XVIIIème siècle, les propriétaires étaient de riches aristocrates canadiens. La décoration est restée d’époque. Le parquet marron en bois massif est globalement en bon état, excepté certaines planches. Les différents lustres plus ou moins imposants éclairent royalement les lieux ainsi que les cadres des différents membres de la famille décédée. L’imposante salle de réception, dans laquelle un piano, un buffet long de cinq mètres ainsi qu’une scène où plusieurs musiciens et chanteurs mettaient l’ambiance, faisait office de lieu de rendez-vous pour ce soir. Une cinquantaine de démons, tous du clan de Nargal, profitaient pour l’instant de l’ambiance encore paisible. Enfin, à y regarder de plus près, ils semblaient comme inquiets, presque perdus car leur roi n’était pas encore arrivé…

Quelques minutes plus tôt, dans la salle du trône.

-Je ne serais pas présent dès le début, volontairement. A vous de montrer à Crowley que quelque chose ne va pas, que quelque chose d’imprévu m’empêche de venir. Agissez de sorte à ne rien contrôler, laissez la panique monter en vous. Il releva son regard vers ses troupes. Faites-en sorte de paraître faible, laissez croire que le royaume va mal, et si Crowley vous demande ce qu’il se passe, dîtes lui que vous ne savez pas. Je m’occuperai de lui. Se raclant la gorge, il reprit. Maintenant, mettez votre plus beau costume, nous avons un rendez-vous avec le diable ce soir.

Au manoir.


Les démons, suivant les récents ordres, chuchotaient volontairement de manière indiscrète entre eux. Leur but était de faire passer la rumeur qu’un ennemi empêchait pour l’instant Nargal de venir. Une certaine panique pouvait se lire sur leur visage…Maintenant, reste à savoir si Crowley achètera ce subterfuge.


 
 

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 50
Crédit : 570
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Sam 14 Sep - 16:12
Everybody wants to rule the world
Let it be decreed, let this music serve the deed, let it spread like a disease, let it spawn a noble seed ; There's more than meets the eye, there's more than meets the price.

« Maintenant, mettez votre plus beau costume, nous avons un rendez-vous avec le diable ce soir. »

Vahia détaillait les troupes dans un regard circulaire et ouvrait la marche pour sortir en première, traversant la pièce sans un mot ni un regard pour son roi. Elle n’était pas vraiment là, ses pensées étaient toutes dirigées vers la soirée qui vous attendait et déroulaient ainsi un éventail de dénouements possibles. S’il ne lui avait pas fallut longtemps pour se préparer, elle n’arrivait pas pour autant en première… Et visiblement sans être la dernière, vu que l’organisateur manquait à l’appel. Pénétrant le manoir en prenant soin de s’arrêter devant les portes pour avoir un visu sur l’ensemble des troupes de Nargal, elle levait doucement le menton et les jaugeait sans un bruit. A peine avait-elle eut le temps de rejoindre le centre de la pièce, noyée sous le bain de lumière qu’offrait le lustre principal, qu’un démon s’approchait d’elle pour venir murmurer quelques mots à son oreille. Elle penchait davantage son visage vers lui sans être grossière dans sa gestuelle et fronçait légèrement les sourcils en fixant le vide face à elle, pour finalement vérifier la salle en roulant ses prunelles sur le côté, sa tête suivant son regard. Il venait de lui annoncer que personne n’avait de nouvelles de Nargal et qu’il demeurait introuvable, sûrement l’œuvre d’un opposant, avait-il ajouté.

« Il ne devrait pas trop tarder. » répondait-elle dans un sourire pourtant peu confiant, déposant sa main sur l’épaule du démon pour ajouter de la matière à son jeu.

Elle le contournait alors, et quand sa main délaissait la chemise de l’homme, elle allait saisir une coupe de champagne pour l’apporter presque immédiatement à ses lèvres et en boire une bonne partie, car s’il n’avait pas l’effet escompté, c’était un geste assez cathartique. Elle se tournait alors pour regarder la porte, la surveillant un court instant avant d’inspirer profondément par ses narines comme pour calmer une possible anxiété. Lissant ses lèvres d’un passage de langue, elle détournait le regard de l’entrée et s’avançait vers le buffet pour y déposer sa coupe et sortir de son sac à main un téléphone, cherchant Nargal dans ses contatcts. Elle écrivait un message pour savoir où il pouvait bien être, et bien que ça puisse sembler inutile, elle préférait jouer le jeu jusqu’au bout et l'envoyait. Rangeant le portable, elle relevait à nouveau son visage pour parcourir la salle de ses yeux alertes, cette fois-ci sans battre une seule fois des cils, comme pour être certaine de le voir s’il était enfin arrivé. Apportant sa main à son cou, elle saisissait la chaîne dorée entre son index et son pouce et jouait doucement avec en serrant la mâchoire, un regard inquiet rivé sur les portes. Finalement, elle se détachait du buffet et s’orientait vers quelques démons qui semblaient faire des messes-basses, leur soufflant quelques mots avant de leur jeter un regard de réprimande. Évidemment, elle ne voulait pas vraiment qu’ils cessent de faire courir les rumeurs, mais c’est ainsi qu’elle aurait agit si le roi était vraiment en situation délicate au point de ne pas se présenter à son propre gala : elle aurait tenté de calmer les foules pour qu’aucun ennemi ne s’imagine qu’ils n’avaient pas le contrôle de la situation. Car après tout, qui voudrait se montrer faible ? Qui voudrait laisser entrevoir les brèches, tendre les perches qui précipiteraient sa défaite ?

Dans tout son numéro, elle n’avait pas semblé chercher à savoir si Crowley avait fait son entrée ; car en théorie, toute son attention aurait dû être rivée sur la source la plus inquiétante et prioritaire pour elle, c’est à dire la présence de Nargal au gala.
Si l’un des deux opposants au trône n’était pas là, il n’y avait plus de combat, l'un des clans devrait donc déclarer forfait. Il était clair que la Vahia plongée dans ce contexte n'avait aucune envie qu'il s'agisse du sien, alors le reste n'importait peu.  





____________________________________________

    Flesh & Bone
    Buried banging at your door, don't hear a sound, don't know me anymore. A bell that tolled to comfort me ; an empty stree ; a rising steam. Break the truth inside of me, climbed down to hell on the devil's tree. I clutched a branch of soot and flame, a thought that rose, to scorch my feet + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Dim 15 Sep - 11:06


This is my throne you're sitting on !


Plus qu’heureux d’avoir retrouvé mes forces, plus ou moins, j’avais décidé de faire une surprise à mon bras droit. Enfin non pas vraiment. J’avais plutôt décidé d’aller l’espionner pour savoir comment il avait réussi à garder mon royaume sur pied. Voir comment il s’en sortait quoi.

Et quoi de mieux que de prendre un des innombrables passages secrets que j’avais fait construire en cas d’émeute ou de mutinerie. Bien sûr, je ne souhaitais pas être reconnu aussi j’avais emprunté un pyjama de chair lambda pour pénétrer sur les lieux. Ça ne tromperait pas Nargal si je le croisais mais le ferait pour mes minions.

Me voilà donc à déambuler en Enfer et je remarquais assez rapidement que tout semblait en ordre et même mieux que ça. Il y avait beaucoup de démons en train d’effectuer des tâches communes mais non moins essentielles au bon fonctionnement du royaume. Et le mieux dans tout cela, ils semblaient sereins dans ce qu’ils faisaient et le faisaient assez bien de ce que j’en voyais.

Je m’approchais assez rapidement de la salle du trône pour féliciter mon bras droit et atterri dans une salle de jeu à la Dean Winchester. Tout avait été changé ! Il ne manquait que les posters de femme à poils et les prostitués en chair et en os pour tomber dans le Paradis de l’ex-démon.

Plus que surpris, je haussais un sourcil mauvais. Comment avait-il osé changer la décoration de MA salle du trône ? De quel droit  il s’était dit que c’était la chose à faire. Je partis d’une colère folle, pressentant que j’avais loupé un changement ici.

Quittant la salle d’un pas furieux, je déambulais dans les dédales des Enfers, le regard fou, à la recherche d’un démon qui saurait ce qu’il se passait ici.
Choisissant une proie stupide, je l’attrapais par le col et nous téléportais dans une grotte sur un autre continent.

Il ne me fallut pas longtemps pour réussir à lui tirer les vers du nez et j’essuyais ma frustration et ma colère sur la larve démoniaque qui termina brûlée et écorchée de toutes parts.

Nargal

m’avait

trahi

.

Rien de plus simple et pourtant rien d’aussi logique. Pourquoi ? Lui qui se disait mon plus fervent serviteur avait pris mon trône et ma place ? Et en si peu de temps ?

Ayant envie de décharger ma haine sur le monde, je me contentais de rejoindre une nouvelle fois les Enfer pour voir le tout de mes propres yeux. N’osant pas y croire bien que tout me sautes aux yeux.

Usant d’un autre passage secret que moi seul connaissait, je me plaçais dans un renfoncement entre deux murs et observait Nargal. Plus que choqué, j’avais trouvé quelque chose d’écœurant. Les démons lui obéissaient sans qu’une seule menace n’ait besoin d’être faite. Ils semblaient le respecter. Et tous suivaient les ordres comme un engrenage bien huilé.

Sentant une main sur mon épaule, je revenais au présent dans ce bar miteux où j’attendais un indic.

« Monsieur ? J’ai une bonne nouvelle. »

Laissant mes souvenirs d’il y a quelques mois ainsi que mon envie de trucider le traitre, je saisis le prospectus que mon démon me tendit et le regardait attentivement pour me changer les idées. Je n’arrêtais pas de repenser à ce jour où j’avais découvert la supercherie dernièrement.

Mais il fallait que je me concentre, donc je le fis.

Alors comme ça, Nargal organisait un gala. Un gala ? Vraiment ? Il s’ennuyait tant que ça sur mon trône ?

Bref, j’indiquais à mon laquais de s’expliquer d’un coup d’œil et il s’exécuta.

« Monsieur, Nargal a décidé de se moquer ouvertement de vous. Il organise cette mascarade pour montrer qu’il est sur le trône depuis déjà 4 mois. »

Je froissais le papier dans un moment de colère modéré ce qui stoppa le démon qui baissa les yeux.

« Accouche »

Il se racla la gorge et continua

« Le gala se passe au manoir Mashew, à Kansas City ce soir. Il se sent immortel et visiblement il y aura des humains pour assurer sa « protection » contre vous. Comme si cela vous arrêtera. Il a invité des mondains mortels ainsi que certains des siens. Je pensais que ça serait l’occasion de lui montrer qui vous êtes. »

Affichant un regard cruel pour soutenir ses propos, je lui ordonnais de réunir mes plus fidèles guerriers dès maintenant dans les montagnes jouxtant la ville et le congédiais.

Ça se voyait comme le nez au milieu de la figure que tout ceci était un piège afin de m’éliminer mais cette fois j’étais plus que prêt à reprendre mon dû. Et avec force si nécessaire.

Mon plan était enfin prêt et il ne me manquait qu’une seule chose que j’avais confiée à une personne de confiance. Enfin il était plus que ça mais je ne l’avouerais pas.

Rouvrant le flyer pour m’imprégner du programme de la soirée, je notais qu’il y avait un orchestre qui allait jouer une musique de circonstance et compris que c’était un message à peine voilé du traitre.

Heureusement pour lui, il n’allait pas mourir de suite car j’avais réussi à apprendre que s’il m’avait trahi ça n’était pas entièrement de sa faute. J’allais donc lui laisser une chance.

Une seule.

Quittant les lieux, je retournais à mon archange favoris pour récupérer l’objet que je lui avais confié et lui annonçait fièrement que ce soir je reprendrais ma place avant de le quitter tout souriant. Si j’avais besoin de renfort, je saurais que je pouvais compter sur lui. Après tout, il connaissait mon tempérament à force de me côtoyer et je connaissais sa curiosité maladive pour ce genre de chose. Il passerait de lui-même au gala, pour veiller sur moi et profiter de la fête aux frais de Nargal.

Mais trêve de plaisanterie, cachant mon précieux bien par un artifice provenant de mes sorcières encore fidèles qui me permis de rétrécir l’objet, je rejoignis ensuite mon armée.

Sans avoir besoin de leur expliquer ce que j’attendais d’eux puisque je les avais déjà tous briefés au fil des jours, je me contentais d’un discours d’encouragement.

« Mes amis ! Ce soir nous allons renverser l’envahisseur ! Ce soir, nous montrerons à Nargal et toute sa ménagerie qui est le véritable Roi ! Ce soir nous allons débusquer un traitre et lui montrer qui est le légitime possesseur du trône ! Avec moi ! Et qu’en cette nuit déferlent le sang et les cendres de nos ennemis ! »

Tous se mirent à hurler dans l’écho des montagnes de pierre avant de se réunir par groupe et de partir en avant.

Chacun savait ce qu’il avait à faire. Les quelques démons choisis, devaient se mêler à la foule pour essayer de trouver des informations dont je pourrais me servir. Mes sorcières avaient pour ordre de se poster aux issus de secours avec tout un tas de sortilèges préparé à l’avance (si Thalia nous rejoint elle peut venir en mp pour savoir de quoi il s’agit). Et enfin, l’élite de mon armée, n’arriverait que plus tard grâce à un signal que je leur enverrais.

Tous étaient parés. Je lissais les pans de mon costume et me téléportais au gala en passant par une porte dérobée Kaliah, une de mes sorcières, à mon bras et nous intégrait à la soirée.

L’orchestre était doué et je devais avouer que Nargal avait mis les bouchés doubles pour cette soirée. Tout était classe et serait bientôt ensanglanté. Mais pour le moment je me mis en quête du traitre. Faisant le tour des lieux pour me rendre compte qu’il n’était nulle part. Il faisait durer le suspense ?

Kaliah me signala que les démons étaient tous nerveux et je me rendis compte que Vahia n’était pas loin de moi et dans la même situation. Jouant d’orgueil, je m’approchais d’elle et lui lançais

« On dirait que tu as été abandonné à ton sors, crevure »

Je lui offris un sourire galant et saisie un verre qui passait par là pour le porter à mes lèvres en lui portant un toast. Nargal n’était pas là ? Tant pis je saurais me défouler sur sa chienne.

feat. Nargal et Crowley avec leurs armées


KoalaVolant

HRP : je ne suis pas responsable de ce qui va arriver dans ce rp ni de ce que dit Crowley, prenez-vous en a Nargal, merci de votre compréhension

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Démon des croisements

Nargal
Nargal
Messages : 440
Crédit : 4318
Emploi/loisirs : VRAI ROI de l'Enfer
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Dim 15 Sep - 13:31


Le gala du trône.
-Nargal, Vahia & Crowley.



(Une phrase sera indiquée dans le RP lorsque vous pourrez écouter la chanson qui suit. S'il vous plaît, juste pour vous mettre dans l'ambiance, ne l'écoutez pas avant, merciiii !) https://www.youtube.com/watch?v=MlH6zD8wisg

Sa montre dorée accrochée à son poignet droit lui indiquait depuis combien de temps le gala, son gala, avait débuté. Exactement depuis dix minutes. Certes, Nargal était connu pour arriver en retard, faisant attendre volontairement ses partenaires d’affaires, mais son retard sera beaucoup plus accentué aujourd’hui. Une demi-heure de retard semblait correcte pour laisser la panique planer dans cette salle du manoir. En attendant, le roi rangeait de manière tout de même énergique ses dossiers dans différentes sacoches. Littéralement, il vidait son bureau pour éviter que Crowley ne mette la main dessus si les choses penchaient de son côté. Comment reprendre un business si l’on ne connaissait aucune information à son propos ? L’Enfer plongerait et perdrait en valeur car Crowley était le dernier des business men…

-Prenez ça et mettez-les en lieu sûr. Dit-il en tendant les différentes sacoches aux trois démons en face de lui.

Son bureau était à présent vide. Seuls quelques livres sans importance reposaient toujours sur les étagères rustiques et les cadres de paysages observaient toujours la scène, solidement accrochés au mur. Vingt minutes de retard…Parfait, il lui restait donc dix minutes pour revêtir son plus beau costume afin de passer la soirée avec le diable…Se regardant dans le miroir alors qu’il boutonnait sa chemise blanche, Nargal avait conscience que l’avenir de l’Enfer reposait sur ses épaules, et sur ses épaules uniquement. Ses troupes n’étaient là que pour suivre ses ordres. Personne hormis lui ne déciderait de la meilleure stratégie à suivre. Il élaborerait des plans pour son royaume, et, comme tout le monde le savait, la mort n’était pas quelque chose qu’il redoutait…Sometimes death is a kindness yeah ?

Trente minutes de retard, même, trente-deux minutes de retard pour être précis. Le message de Vahia l’avait interrompu dans ses nouages de lacets, et il n’aimait pas être interrompu. Ceci étant dit, il noua son nœud papillon et parcourra les couloirs de l’Enfer.

-Fermez les portes, n’ouvrez à personne, et préparez vous à mourir pour l’Enfer.

Après cette touche bien dramatique, Nargal laissa les démons fermer les portes du mythique royaume et libéra les chiens de l’Enfer de leur cage, pour les laisser circuler en liberté au sein de l’institution. Attention, chiens dangereux en perspective qui mangeront chaque intru ! Nargal finit par se téléporter devant le manoir, observant rapidement les alentours avant d’envoyer un bref message au chef d’orchestre pour lui signifier son arrivée, afin qu’il joue la mélodie que le roi avait souhaité. Après tout, il était la star de la soirée, autant jouer le jeu jusqu’au bout.

Alors que tout le monde profitait de ce début de soirée, les lumières de la salle s’éteignirent subitement pour laisser les projecteurs répandent une lumière rouge tamisée, rappelant bien évidemment l’Enfer. Une musique très spécifique (lien au début du RP, écoutez-là maintenant) fut jouée par les musiciens, appliqués à leur tâche. Au même moment, Nargal monta les escaliers extérieurs pour pousser les lourdes portes d’entrée de la résidence. Le roi pouvait alors apercevoir la salle de réception en face de lui, à la fin de la longue entrée parsemée de cadres d’anciens propriétaires. Le manoir étant plongé dans le noir, sa silhouette fut de plus en plus visible au fur et à mesure qu’il s’approchait et au fur et à mesure que la musique s’intensifiait.

Nargal s’arrêta sur le seuil de la salle, croisant ses mains dans son dos. Quelques projecteurs rouges l’éclairèrent subtilement, permettant à ses invités de remarquer sa présence. Au fur et à mesure que la musique montait en puissance, les partisans de Nargal s’agenouillèrent devant lui. Deux clans pouvaient donc être visible. Son gala était ouvert à tous, il n’avait jamais dit le contraire…Lorsque la dernière note de musique fut interprétée, les lumières se rallumèrent. La soirée pouvait alors réellement commencer…

Après un rapide signe de tête à ses serviteurs, Nargal pénétra dans l’arène, observant absolument tout le monde, sauf Crowley, bien qu’il eût entendu sa remarque dirigée vers Vahia. Il préféra à la place serrer la main de divers humains avec qui il avait conclu des marchés. Il lui était important de montrer à Crowley qu’il entretenait un réseau solide. Crowley justement…Il était grand temps d’aller le voir après l’avoir ignoré de longues minutes…Se dirigeant alors vers lui avec une mine beaucoup plus froide, il s’arrêta aux côtés de Vahia, mettant une main sur son épaule droite.

-Contrairement à certains, je n’abandonne pas mes loyaux sujets. Tendant sa main, il s’approcha de son ennemi actuel. Ravi de te voir, tu sembles en grande forme d’après les rumeurs.

Evidemment, il n’allait pas montrer de signe d’agressivité. Son armée était une armée de défense et non d’attaque…Ce n’était pas son clan qui lancerait les hostilités…

 
 

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 50
Crédit : 570
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Lun 16 Sep - 10:53
Everybody wants to rule the world
Let it be decreed, let this music serve the deed, let it spread like a disease, let it spawn a noble seed ; There's more than meets the eye, there's more than meets the price.

L’espace d’un instant, Vahia s’était vu répondre avec insolence à cette remarque déplacée. Au lieu de ça et bien que ça la démangeait affreusement, ses prunelles roulèrent en direction du sol alors qu’un sourire se dessinait doucement sur un côté de ses lèvres, éclairant ainsi son visage d’une expression mutine. Relevant le menton pour ne montrer aucune faille dans sa fierté, elle levait à son tour sa coupe pour répondre au toast porté par Crowley. Ses deux yeux d’opale le fixaient avec une certaine malice, et avant qu’elle n’apporte son verre à ses lèvres, elle répondait dans une voix basse et mesurée :

« Bonsoir Crowley. Le soleil te donne bonne mine ; tu as prévu d’y retourner prochainement ? »

Un nouveau sourire, presque aimable, et elle laissait sa boisson gargariser sa gorge avant qu’un de ses sourcils ne s’arque quand les lumières s’éteignaient. Nargal était enfin là. Se tournant légèrement pour ne rien manquer de son entrée, elle profitait de la pénombre pour glisser habilement ses doigts dans son sac à l’abri du regard de Crowley, placé au niveau de sa hanche opposée, et en sortir un petit boîtier noir de la taille d’une pièce qu’elle maintenait discrètement entre son index et son majeur, bien camouflé. Une fois les lumières rallumées, elle se tournait à nouveau dans l’axe du roi déchu, alors que son remplaçant venait l’épauler dans cette conversation. La remarque de Nargal ne manqua pas de la faire sourire, alors qu’elle inclinait doucement sa tête vers le bas côté pour dissimuler son amusement. Profitant de cette proximité et de la prise de parole de son chef, sachant que toute l’attention serait portée sur lui, elle vérifiait d’un regard cependant qu’elle n’était dans le champ de vision de personne avant de laisser tomber le mouchard à poids plume dans la poche de Crowley, remplaçant du même mouvement sa précédente coupe par une nouvelle quand le serviteur passait.  

« Vous m’excuserez. » entamait-elle avant toute autre prise de parole, déposant sa main sur celle de Nargal pour la faire glisser tout en lui offrant un sourire, qui devint tout de suite moins sincère quand son regard se déplaçait vers Crowley, pour qui elle ajoutait personnellement « Je compte sur toi pour profiter de la soirée. »

Avant de se dérober, elle avait jeté un regard plus sombre au prédécesseur de son chef pour lui faire comprendre qu’elle ne lui portait aucune sympathie, malgré tout le respect qu’elle pouvait lui montrer ; qu’il se fiche ou non de savoir ce qu’elle pouvait penser de lui, le message était passé. Bien qu’elle s’éloignait légèrement pour rejoindre un groupe de démon, elle se positionnait de sorte à guetter d’un œil attentif les deux opposants. Avec le recul qu’elle avait, elle disposait d'une vu d’ensemble quasi-parfaite… Mais surtout, elle pouvait surveiller la femme qui accompagnait Crowley, cette dernière éveillant davantage sa méfiance que lui.

« Quelle performance, reconnaissait un démon, très vite acquiescé de hochements de tête de la part d’autres.
- En effet. Nargal sait soigner ses entrées. »

Bien qu’elle ne portait aucune réelle attention à la conversation, elle participait de temps à autre avec quelques prises de parole sans réel impact. Penchant son visage légèrement vers un démon en serviteur qui faisait circuler quelques mises en bouche, tout en cachant ses lèvres derrière un met qu’elle venait de saisir, elle lui donnait quelques instructions dont la première était de se frayer un chemin discrètement jusqu’à l’étage en passant par la cuisine après sa ronde pour n’éveiller aucun soupçon ; la priorité étant qu’il ne se fasse pas remarquer. Sa tâche était simple, il devait la prévenir de toute arrivée retardataire en veillant sur le toit. L'appeler et laisser sonner une fois pour une personne... Deux fois pour deux, et ainsi de suite ; elle n'aurait donc pas à sortir son téléphone, seulement à compter les vibrations. Apportant une main du côté où ses cheveux étaient coiffés, elle sembla les arranger mais ses doigts s’attelaient plutôt à allumer son oreillette en actionnant simplement le bouton.  





____________________________________________

    Flesh & Bone
    Buried banging at your door, don't hear a sound, don't know me anymore. A bell that tolled to comfort me ; an empty stree ; a rising steam. Break the truth inside of me, climbed down to hell on the devil's tree. I clutched a branch of soot and flame, a thought that rose, to scorch my feet + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Lun 16 Sep - 13:25


This is my throne you're sitting on !


Malgré les apparences dans cette foule pas vraiment discrète je me doutais que le fait que Nargal ne soit pas là, soit en réalité un stratagème pour me faire patienter. Sauf que j’étais un démon âgé de plusieurs décennies alors attendre quelques minutes ou quelques heures ne me faisait pas peur le moins du monde. Cela me permettait d’ailleurs de jauger un peu mieux les personnes présentes. Et accessoirement de faire chier les personnes proches de Nargal.

Comme j’avais décidé de le faire pour sa très chère secrétaire.

Avant tout cela, je n’avais jamais eu de problème avec Vahia. Elle agissait dans l’ombre de mon ombre et faisait du bon boulot mais maintenant qu’elle avait gravi un échelon je ne la voyais plus du même œil. Elle avait décidé de rester fidèle à Nargal et non à son vrai Roi, moi, ce qui la mettait dans la catégorie top 1 de ma liste de gens à torturer lentement / tuer si je n’avais pas de réponse satisfaisante de leur part.

Mais alors que je commençais à m’amuser, l’usurpateur fit son entrée ce qui me fis lever les yeux au ciel en un roulement peu discret. Enfin qui l’aurait été si les lumières ne s’étaient pas éteints au même moment.

Une musique lente emplie de suspens commença à être jouée et Nargal mis une éternité à arriver sur les lieux. Eh ben s’il avait prévu de passer la soirée à prendre son temps, il allait être déçu le petit ! J’étais venu pour mon bien et je n’allais pas y passer 10 ans !

Regardant attentivement le cirque qui se déroulait devant mes yeux, je ne loupais pas le nombre de personnes à s’agenouiller devant lui. Notant mentalement tous ceux que j’aurais à occire de ce monde plus tard.

En revanche, les faisceaux de lumière rouge me plurent énormément. Rouge sang. En prémices de ce qui allait se dérouler ici ce soir et en prévision de la future décoration des lieux. Cela me donna envie de mettre le feu à la pièce pour une obscure raison et je haussais les épaules pour me retenir et me convaincre de le faire plus tard.

Lorsque la mascarade fut terminée et que Nargal descendit des escaliers, je refilais ma coupe à Kaliah pour applaudir lentement comme une personne pas du tout impressionnée mais avec force pour me faire remarquer et histoire de lui montrer que cela ne m’avait pas du tout atteint, je lançais à voix haute après un long sifflement et pour que tous m’entendent dans la salle.

« Fais attention aux marches ça serait dommage de ruiner tous ces efforts en te cassant la gueule lamentablement ! »

Je devais avouer que ça n’était pas ma meilleure réplique mais elle ferait ce qu’elle avait à faire. À savoir, le faire chier.

Vahia me salua ensuite courtoisement et je lui répondis avec le même ton peu naturel

« Bien sûr, mais tu vas y goûter aussi, la chaleur des flammes te feront le plus grand bien tu ressembles à un cachet d’aspirine. On dirait que quelqu’un ne profite pas assez du lieu usurpé mais ne t’en fait pas je vais y remédier. »

Je lui envoyais ensuite un clin d’œil et récupérais ma coupe toujours dans la main de ma sorcière en me rendant compte que Nargal faisait délibérément le tour. Aussi, pour patienter, je décidais de m’acharner sur Vahia.

« Tu as voulu impressionner ton maître avec ce morceau de tissu qui laisse entrevoir tes miches ? Dommage, tu n’es pas au courant mais il préfère mourir plutôt que de s’enfiler un thon. Ou de s’enfiler autre chose qu’un balais dans le cul d’ailleurs. »

J’y ajoutais un sourire véritablement joyeux avant de me reporter sur Nargal qui était enfin arrivé. Son précieux bras droit le quittant en me demandant d’apprécier la soirée. Ce à quoi je levais hypocritement mon verre vers elle. Puis j’écoutais Nargal déblatérer des âneries et terminais ma coupe avant de la poser dans sa main tendue pour m’en débarrasser -tout en lui manquant de respect- avant de répondre.

« Reprends donc la place qui te reviens de droit. Laquais. –je claquais ma langue dans ma bouche dans une imitation parfaite de lui-même avant de reprendre- Tu dis ne pas abandonner tes sujets mais tu n’as aucun scrupule à le faire pour ton unique souverain. »

J’ignorais délibérément la seconde partie de sa phrase. On n’était pas au club Med ici et je n’étais certainement pas venu pour prendre de ses nouvelles. Quant à Vahia, je la laissais rejoindre ses petits amis et me pencha à l’oreille de Kaliah pour chuchoter

« On dirait que la morue te reluque, tu devrais aller jouer avec elle. »

Je lui embrassais ensuite la joue et la laissai aller emmerder la démone. Bien sûr ma sorcière n’y alla pas directement. Elle se contenta de faire le tour de l’assistance, passant de groupe en groupe pour détourner l’attention des yeux qui me scrutait. Elle n’agirais pas avant de recevoir mon ordre comme le reste de mon armée mais se contentera de poser çà et là des petits sachets à sort dans les poches des gens sans pour autant les activer pour le moment.

Elle était très douée pour passer inaperçu et poser des objets dans les poches des gens et à moins d’observer ses mains sans cligner des yeux il était difficile de déjouer ses manigances. C’était la raison pour laquelle je l’avais choisi à mon bras et pas une autre ce soir.

Ayant ignoré Nargal pour regarder les convives, je reviens enfin à lui pour entamer une véritable conversation.

« Tu es prêt à me rendre mon bien sans faire l’enfant où je vais devoir venir te l’arracher ? On sait tous très bien que tu ne l’as pas vraiment eux par tes propres moyens de toute façon. »

Je laissais ma petite pique faire effet avant de reprendre.

« Allons plutôt parler de nos affaires en privé, je n’ai pas envie d’avoir à tuer tes chiens sous peine que tu ne veuilles pas devenir raisonnable. »

Avisant un serveur qui passait avec de nouveaux verres, je me saisis d’une liqueur orangée qui semblait prometteuse et la goûtait pendant que le traitre se décidait à répondre.

Tout le monde était à sa place il ne restait plus qu’à lancer le spectacle et le show de ce soir allait être enflammé !

feat. Nargal et Crowley avec leurs armées


KoalaVolant

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Démon des croisements

Nargal
Nargal
Messages : 440
Crédit : 4318
Emploi/loisirs : VRAI ROI de l'Enfer
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Mar 17 Sep - 12:57


Le gala du trône.
-Nargal, Vahia & Crowley.


Le verre que Crowley venait de placer dans les mains de Nargal aurait explosé si ce dernier ne possédait aucun sang-froid. Comme il en possédait un sacré, le récipient resta intact, contrairement à l’esprit du roi. Il ne fallait pas être doté d’une intelligence académique pour comprendre que Crowley cherchait désespérément à provoquer son ancien partenaire, afin qu’il commette une erreur en l’attaquant impulsivement. Malheureusement pour lui, Nargal était le dernier pour agir impulsivement. Ses plans étaient parfaitement écrits dans son esprit et il pouvait, s’il le souhaitait, modifier les rouages d’une stratégie en très peu de temps. Crowley devrait très probablement le savoir au nombre de batailles qu’ils avaient remportés ensemble.

Observant sa secrétaire partir pour se mettre dans un coin de la pièce, afin d’avoir une vue d’ensemble, Nargal reporta vite son attention sur Crowley. Ses pupilles bleutés remarquaient rapidement une certaine confiance en soi chez son adversaire, ainsi qu’une arrogance plus forte que d’habitude. Avoir été roi de l’Enfer sur une si longue période semblait lui avoir procuré un melon d’assez grosse épaisseur. Sans décrocher un mot ni une seule émotion, Nargal déposa le verre de Crowley sur le buffet, derrière lui. Autant jouer dans son jeu…

-Tu sais Crowley, entre toi et moi, l’enfant penche plutôt de ton côté. Tu me fais un caprice pour ton trône, n’acceptant pas ma version de l’histoire. Tu fais un caprice quand Dean ne veut plus te parler. Claquant sa langue à son tour, il reprit. Tu fais un autre putain de caprice car ton verre n'est pas assez rempli, il leva son index droit en l’air. Es-tu un roi ou un petit prince rochon ?

Pas d’agressivité avait-il dit ? Hm, il fallait revoir certains ordres mais Nargal avait le don d’adopter une agressivité indirecte, parfois cachée. Nul besoin d’être menaçant ou d’élever la voix pour que sa phrase fasse son petit effet. Crowley, comme beaucoup, détestait être humilié, alors autant jouer avec ce fait ci pour amener l’impulsivité chez l’adversaire. Ce dernier lui proposa justement de parler affaire en privé, ce qui décrocha un rire jaune, très jaune, chez Nargal. Avait-il travaillé avec lui ? Le connaissait-il réellement ? Le roi actuel n’était pas bête et être en tête à tête avec Crowley était sans doute la pire idée du siècle. Non, pourquoi s’entêter à deux lorsqu’une foule entière était présente ?

-Non. Tu es chez moi ici, ce qui veut dire que je décide où, quand, comment nous parlons affaire Crowley. Il n’hésita pas à poser sa main sur la nuque de son interlocuteur afin d’y exercer une légère pression. Quand je parle affaire en Enfer, je ne le fais pas en privé, un mince sourire espiègle se forma sur ses lèvres, non, je le fais en public, devant mes troupes, car chaque démon à le droit de dire ce qu’il pense dans mon royaume. C’est ainsi qu’on affine les meilleures stratégies.

Cela s’appelait la démocratie, et Crowley aurait bien besoin d’un petit cours de démocratie, non ? Nargal passa son bras gauche autour des épaules de son ancien patron, l’incitant alors à marcher à ses côtés. On aurait pu croire deux bons amis qui se retrouvaient, mais en réalité, ce geste cachait une profonde tension qui exploserait comme un obus frappant le sol. Nargal finit par monter sur scène, emmenant Crowley avec lui. D’un geste de main, il demanda aux musiciens de se taire pour faire régner un silence magistral dans la salle. Toute l’attention était à présent tournée vers eux deux et il était clairement visible que les démons de Nargal envoyaient des éclairs de feu à Crowley grâce à leur regard. Les lumières se tamisèrent légèrement pour que toute l’attention fut portée vers les deux rivaux.

-Navré d’interrompre votre soirée, mais Crowley souhaitait parler affaires avec moi en privé. Pinçant ses lèvres, Nargal arqua un sourcil amusé. Visiblement il n’est pas au courant qu’en Enfer, aucune affaire n’est discutée en privée, mais bel et bien en public. De petits murmures incompréhensibles se firent entendre dans la salle avant que Nargal ne se tourne vers Crowley. Alors, qu'est-ce que tu voulais me dire de si important Crowley, eh? Ayant toujours son bras autour des épaules de l'ancien roi, Nargal tapota le torse de ce dernier avant de se reculer, retrouvant une distance convenable entre Crowley et lui.


 
 

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 50
Crédit : 570
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Sam 21 Sep - 2:37
Everybody wants to rule the world
Let it be decreed, let this music serve the deed, let it spread like a disease, let it spawn a noble seed ; There's more than meets the eye, there's more than meets the price.

Au rapprochement entre Crowley et sa sorcière, Vahia tournait à demi son visage du côté de son oreillette en fronçant les sourcils, comme si cela pouvait améliorer la performance audio de son gadjet ; malheureusement, elle n’entendait qu’à peine ce qu’il lui avait murmuré mais comprenait bien vite de quel genre d’ordre il pouvait s’agir en la voyant s’éloigner. Jonglant du regard entre Khalia d’un côté, Nargal et Crowley de l’autre, elle pestait pour elle-même un juron qui traduisait  son agacement. Ses pensées fusaient face à l’urgence, l’obligeant ainsi à prendre une décision rapidement. Fais chier, pensait-elle alors que ses yeux s’attardaient sur les deux hommes en finissant sa coupe de champagne d'une traite, pour finalement reporter son attention en direction de Khalia, là où son choix se portait. Nargal s’en sortirait.

Vahia suivait du regard sa cible, prêtant une entière attention à tous ses gestes, et les détourna seulement une fraction de seconde pour que sa main puisse attraper un petit four, niché dans une petite serviette qu’elle dépliait de moitié. Feintant de vouloir retirer l'excendant de rouge aux commissures de ses lèvres à l'aide du mouchoir, elle attrapait son pendentif au passage pour enclencher le mécanisme de ce dernier et ainsi verser un puissant sédatif sur le tissus. Elle avait décidé d’attaquer frontalement plutôt que d’avoir à perdre du temps à la suivre bêtement pour récupérer les sacs de charme sur son passage. Autant aller à la source directement. Mais alors que les lumières s’éteignaient et qu’elle emboîtait le pas en direction de sa cible, un démon s’approcha d’un pas pressé pour se pencher à son oreille et débiter à vive allure :

« En faisant ma ronde j’ai remarqué quelques sorcières postées aux issues de sortie. »

Inspirant profondément par les narines, Vahia tentait de garder son sang froid pour procéder par ordre de priorité. Ignorant dans un premier temps ce que venait de lui confier le démon, quoi qu’elle hocha une fois la tête pour lui faire comprendre qu’elle avait entendu, elle lui montra d’un geste de menton la sorcière qui continuait son petit jeu.

« Tu vois cette femme ? Bouscule-la assez pour détourner son attention. »

Il ne sembla pas comprendre pendant un instant mais s’exécuta pourtant. Nargal étant occupé sur scène, elle prenait les rennes. Quand enfin il rentrait en collision violemment avec la sorcière, elle profita de la très faible luminosité pour arriver furtivement derrière sa proie en forçant le tissus sur ses voies respiratoires, de sorte à l’endormir. La tête de la Khalia bientôt sur son épaule, elle faisait un signe de tête au démon qui venait de la bousculer pour le faire s’approcher et lui confier la sorcière.

« Qu’est-ce que j’en fait ? »

Regardant autour d’elle avant de répondre, Vahia s’assurait que toute l’attention était sur l’ancien et le nouveau roi avant de mordre l’intérieur de sa joue, son regard s’attardant sur la ceinture du démon.

« Emmène-la dans la cuisine en longeant les murs, tu lui attacheras les mains dans son dos avec ta ceinture. Garde-la le temps que j’arrive. J’en ai pas finis avec elle.
- Mais si entre temps elle se réveille ? »

Lentement, elle arquait les sourcils et inspirait profondément, ses opales roulant vers le visage de Khalia, d’où elle dégageait une mèche de cheveux pour mieux l’observer. Après une brève pause, elle lâchait sans aucune émotion :

« Assures-toi qu’elle se rendorme. Et pour de bon cette fois. »

Il hochait la tête, signe qu’il avait bien compris et s’éclipsait avec la demoiselle à son bras, rasant les murs pour n’être vu d’aucun projecteur, comme elle le lui avait indiqué. Maintenant qu’elle s’était occupée de son jouet improvisé, elle sortait son téléphone de son sac, jetant quelques regards sur scène de temps à autre pour suivre le discours de Nargal qui ne manquait pas d’éveiller l’attention des troupes, alliées et ennemies. Cherchant Francesca dans son répertoire, elle lui écrivait rapidement le SMS suivant : Maintenant. Fais un tour du propriétaire, tu devrais trouver de quoi t’occuper. Commence par les sorties, il semblerait qu'elles soient gardées par tes semblables.

Une fois fait, elle passait une main dans ses cheveux, soupirait profondément et relevait le regard vers Nargal pour l’entendre inviter Crowley à parler. Elle fronça légèrement les sourcils, et bien qu’elle souhaitait assister à la suite… Il lui restait un détail à régler. Il lui fallait maintenant retirer ces foutus sacs des poches de tous ceux que la sorcière avait gâté d’un présent pour s’en débarrasser par le feu dans un aller simple pour la cheminée. Elle suivrait ce que Crowley avait à dire tout en veillant à la tâche, car même si la sorcière était hors d'état de nuire, on était jamais trop prudent.  

egotrip @Nargal @Crowley @"Fransesca Kane"




____________________________________________

    Flesh & Bone
    Buried banging at your door, don't hear a sound, don't know me anymore. A bell that tolled to comfort me ; an empty stree ; a rising steam. Break the truth inside of me, climbed down to hell on the devil's tree. I clutched a branch of soot and flame, a thought that rose, to scorch my feet + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Sam 21 Sep - 11:09


This is MY throne you're sitting on !


En discutant avec Nargal, je me trouvais une nouvelle passion consistant à le faire chier devant ses propres sujets. Un peu comme cette fois, il y a quelques semaines où j’avais décidé de semer la zizanie en Enfer en utilisant seulement des affiches et une phrase bien placée. Sa réaction en direct avait été bien sympa à découvrir et j’avais eu quelques retours expliquant que ça avait marché comme je le souhaitais.

Déstabilisant son Enfer pendant plusieurs jours. Rien de bien impossible à réparer pour un souverain, mais vraiment divertissant pour ses ennemis.

Et là tout de suite, en lui refilant mon verre alors qu’il voulait me serrer la main poliment, j’en remettais une couche. Je le connaissais d’ailleurs assez bien depuis le temps que nous nous fréquentions pour que, malgré ses apparences indifférentes, je savais immédiatement que j’avais touché une corde sensible. Ce qui me fit bien sûr esquisser un rictus moqueur.

Usant toujours de diplomatie, le démon se contenta d’ignorer ma provocation pour simplement poser le verre vide derrière nous.

Enfin sur le coup, car cinq minutes après il décida de s’expliquer en reportant la faute sur moi. Me traitant à mon tour d’enfant, ce que j’avais prévu également.

Ça n’avait jamais été un secret que j’étais un monarque exigeant et il le savait mieux que quiconque, comme il était en train de l’avouer, mais c’était les avantages à poser ses fesses sur le Trône.

Je haussais donc les épaules en levant un peu les mains pour répliquer

« Je suis certain de ce que j’avance, c’est toi qui ne veux pas rendre le jouet que tu as pris. Tu ne vaux pas mieux que tes minions idiots. Mais voit le bon côté des choses, quand j’étais sur le trône, tout ce que tu insinues là, ça n’était que les avantages de la fonction. Tu devrais essayer d’être exigeant en quelque chose ça retirera le balai ancré dans ton cul qui remonte jusqu’en haut. »

Je marquais une pause et ajoutais

« Mais tu sais, de nous deux je t’accorde le droit de garder le titre de monarque le plus coincé, c’est cadeau, je suis sûr que tu sauras l’accrocher avec tes autres diplômes de traitre et de drag-queen bien en vue dans ta future cellule. »

Car oui, s’il pensait que j’allais simplement le tuer pour traitrise il se mettait le doigt dans l’œil. J’avais prévu plein de choses avant d’arriver à cette fin. Pleins de choses croustillantes.

J’en profitais donc pour lui lancer la chance de parler en privé. Mon premier piège qui mettrait fin à sa carrière. Et évidemment il tomba les pieds dans le plat. Refusant immédiatement de me suivre ailleurs –pour peu j’aurais pu penser qu’il avait peur de se retrouver seul avec moi-.

Il s’autorisa d’ailleurs à s’appuyer sur mes épaules avec son bras avant de dire assez fort qu’il parlerait de nos affaires devant tout le monde et je me retiens de toute réaction bien qu’à l’intérieur je jubilais. Je lui avais offert une échappatoire pour finir dignement en privé mais il voulait faire ça en grande pompe. C’était ses funérailles de Roi à lui de voir.

Je le laissais donc m’entraîner dans son sillage sans aucune réaction. Avançant en traînant presque les pieds pour le faire jubiler, patientant pour mon moment de gloire. Ne trahissant rien de mon plan.

Je ne parlais toujours pas, le laissant penser qu’il avait l’avantage et que si je refusais son offre je passerais pour un faible. Même lorsque l’on monta sur scène, je fis semblant de déglutir à cause du stress. Lui offrant un dernier discours avant sa chute.

Il fit taire les musiciens, attirant l’attention de la foule sur nous tout en en rajoutant avec les spots lumineux qui se pointèrent vers nous.

PAR-FAIT !

Rien n’aurait pu être plus parfait pour montrer à tous, qui, est LE véritable Roi !

Restant à côté de lui, je le laissais terminer ce qui ressemblait pour lui à un discours d’humiliation et pour moi à une montée en puissance et attendit mon tour. Patiemment. Comme un loup attendrait sa proie.

Puis enfin, ce fut à mon tour. Et j’enclenchais mon plan, faisant semblant de fouiller ma veste à la recherche de ma flasque. Flasque qui se trouvait toujours au même en droit et qui n’éveillerais pas les soupçons de Nargal qui jubilait toujours.

« Une seconde. »

Je me penchais donc de sorte à ce qu’il ne me voit pas venir, ou plutôt à ce qu’il ne voit pas venir mon arme et extrayait l’artefact de ma poche.

À mon contact, il se déploya sur le champ, devenant un trident majestueux de presque 2 mètres et d’un mouvement circulaire et contrôlé pendant qu’il s’ouvrait, je plantais les trois branches dans le ventre du traitre.

Puis, sans lâcher la garde j’entamais MON discours, celui du Roi qui reprend ses droits

« Cela ne te sied guère le fanatisme mais puisque tu as choisi cette voie laisse-moi te présenter le rappel à l’ordre. »

Je marquais un arrêt de suspens en appuyant un peu plus l’arme qui avait déjà commencé à faire effet à la seconde où je l’avais planté en lui

« Voici un petit joujou bien sympathique, Trishula, le trident de Shiva. Vois-tu les trois pointes, gunas, trimurti et trika sont les représentations physiques du passé, du présent et du futur. Et ce que tu es en train de voir défiler devant tes yeux, ce sont les choses que tu as oublié ou qui sont restées caché à tes yeux. C’est très pratique pour révéler la vérité. Alors reste tranquille.»

À ce mot, une panique s’enclencha dans la salle. Le signal avait été donné et une cohue destinée à ce qu’on nous laisse tranquille, justement, s’activa. Mes sorcières se mirent à lancer des sors de confusions et d’illusions dans la salle pour certaines et des sorts un peu plus meurtrier pour d’autres, faisant entrer en panique la foule humaine comprise dans le tas. Mes démons quant-à-eux, se mirent à sortir leurs armes et à planter et égorger tous ceux qui leur arrivaient dessus.

Mais le plus beau spectacle résidait dans mon armée d’élite. Thalia expérimenta un nouveau sort sur son familier qui ne tarda pas à décimer la foule à son tour puis bien sûr vint les flammes qu’elle affectionnait tant.

Ils feraient des merveilles, comme toujours, je n’avais aucun doute.

Revenant à mes moutons, je me concentrais sur Nargal. Depuis que j’avais planté l’arme dans son ventre, il voyait défiler devant ses yeux à vitesse accélérée, sa propre vie. Sa vie humaine mais surtout sa vie démoniaque. Ayant le contrôle de l’arme puisque j’en tenais la hanse, je pouvais choisir ce qu’il voyait et insista sur un certain moment avec un archange dans son bureau.

Il pût ainsi voir la scène différemment. La véritable scène qui s’était déroulé il y a plusieurs mois et enfin comprendre qu’il n’avait PAS pris sa décision seul.

Lorsque ce fut fait, et qu’il eut fini de voir tout ce que je voulais lui montrer, j’appuyais ma main sur son torse le temps de retirer le trident et le tiens droit debout à mes côtés.

« Maintenant je t’accorde que tu n’as pas été un traitre par choix. Qu’as-tu à dire pour ta défense ? J’attends des excuses. »

Tout autour de nous les gens hurlaient ou tentaient de fuir. La guerre était déclarée et nous étions dispensés de cela pour le moment. Seuls dans notre propre bulle de conflits. Deux Rois s’apprêtant à en finir

feat. Nargal et Crowley avec leurs armées


KoalaVolant

STOP ! Je vous invite à patienter pour attendre votre tour, honneur à Thalia et Jameson x)

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

PNJ

Darkest Hour
Darkest Hour
Messages : 300
Crédit : 2966
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Sam 21 Sep - 12:35
Le gala du trône.
>

Explications rapides



Avant toutes choses, je tiens à préciser pourquoi il y a une intervention MJ dans ce sujet. Pour ceux qui se poseraient des questions, comme vous n’avez pas accès ( forcément ) au mp qu’on échange entre staffien et joueur.

Au vu de l’ampleur que prend ce sujet, et de ce que ça touche ( l’Enfer directement, puisqu’il s’agit d’une guerre pour le trône ), je trouvais incohérent de ne pas agir vis à vis certaines choses qui ont été placé niveau trame et intrigue. Les actions MJ seront donc dosé selon vos propres actions. C’est à dire: que si vous vous mettez à tout péter dans la salle, le MJ fera une intervention plus grande.

Intervention MJ



Vous qui avez cru que le MJ ne mettrait pas son nez dans vos affaires… vous vous êtes trompé! Il voit tout. Il sait tout. Et il planifie tout. Évidemment, il est aussi très gentil et tout doux lorsqu’il le désire. Mais pas maintenant!

Ou qui sait? …

Trève de bavardage.

Crowley a sorti le grand jeu. Ses sorcières se sont mise à lancer des sorts, malgré l’intervention de la dévoué Vahia qui tentait de se la jouer agent secret et retirer les sacs de charme. Si l’arrogance de l’ancien Roi de l’Enfer est grande, elle ne l’en rend pas moins toujours stupide. Quant à Nargal, bien que son plan ayant été une bonne idée, peut-être qu’à trop vouloir tout déjouer, cela aura servit en fait à le mettre au fond du trou.

L’élite de Crowley arrive donc. Dont le Carcajou. Et oui, j’ai des petits projets pour toi, Jameson! Car c’est exactement pour cela que tu as été bidouillé et lié à notre vilain archange!

Jameson > Ici, la mission est simple. Qu’importe ce que te demandera ta sorcière ou Crowley, tu feras l’inverse! Même si ta volonté tente de t’en empêcher. Si on te demande de sauter, tu restes les deux pieds sur la terre ferme. Si on t’ordonne de tuer et de tout dévorer… tu resteras sur place et ne fera rien.

Je vous demande de jouer le jeu pour le moment. Les personnages pourront commencer à se douter de plusieurs choses évidemment, je ne vous dis pas le contraire. Éviter juste de tout balancer dans le premier ou deuxième poste afin que ça reste logique.

Selon vos réponses j’interviendrai encore et ce, différemment. Pensez tout de même à laisser des chances à vos adversaires dans vos actions Wink
Crédit Darkest Hour
Revenir en haut Aller en bas

Sorcière

Thalia Vane
Thalia Vane
Messages : 39
Crédit : 969
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Dim 22 Sep - 14:24


Team Crowley



Thalia Vane ft Jameson & Crowley


Elle trépignait d’impatience. Pour l’occasion, elle avait mit sa plus belle veste en cuir, aiguisé une à une ses armes, et elle avait même apprit de nouveaux tours. Après tout, ce n’est pas tout les jours qu’on peut détrôner un imposteur ! Depuis leur dernière rencontre, elle n’avait cessé d’haïr ce démon jour après jour, rêvant chaque nuit d’une nouvelle manière de le tuer. Et désormais elle y était, avec encore plus de haine qu’au premier jour et avec un millier d’idées de torture en tête. Cependant, en comparaison avec le carcajou, elle était très calme. Ceux qui tomberaient entre les mains de la sorcière seraient chanceux dans leur malheur. Le duo était caché, juste derrière Crowley comme deux gardes du corps, prêt à bondir au moindre signe, au moindre geste, à la moindre provocation. A vrai dire, ils attendaient ça depuis longtemps. Leur roi avait juste un mot à dire et ils bondiraient… Mais, bien sûr, comme tout plan qui se respecte, ils n’allaient pas simplement foncer dans le tas bêtement. Outre ses armes, elle avait dans son sac plusieurs petits briquets sur lesquels elle avait gravé des runes d’illusions. Une fois lancé et une fois activé, les runes feront diversions et perdront la plupart de leurs adversaires. Elle comptait sur ce moment de flottement pour se servir des objets en eux mêmes : les briquets. Grâce aux différents composants, elle pourra faire jaillir des flammes sans trop puiser dans ses réserves magiques. Pas assez pour mettre le feu à la salle (et puis il ne fallait pas qu’elle blesse ses compagnons, Crowley lui avait spécifiquement demandé de faire attention) mais assez pour les surprendre et en cramer quelques uns au passage. Au moins, ils seraient débarasser des plus bêtes et des plus faibles. Elle avait aussi étudier la pièce, il y avait suffisamment d’éléments pour qu’elle puisse construire une barricade si jamais. Et bien sûr, la cerise sur le gateau, le sort qu’elle attendait de tester depuis le jour où elle avait apprit son existence : un sort de bestialité. Elle le gardait précieusement dans un coin de sa tête. Même Jameson n’était pas au courant qu’un tel sort puisse exister, ou en tout cas il était loin de se douter que Thalia pouvait le maîtriser. Elle voulait lui en faire la surprise, comme une sorte de cadeau pour parfaire sa vengeance contre Nargal. Elle s’était entraînée seule dans la forêt, avec comme cobaye de petits animaux au tout début, puis des ours vers la fin. Cet entraînement ne constituait pas un risque en soit, elle se perchait toujours en hauteur et lançait un sort d’immobilisation dès que son sort semblait faire effet. Par contre, si l’immobilisation était très simple sur des animaux, elle serait beaucoup plus compliqué à effectuer sur Jameson vu ses pouvoirs. Pendant que les deux partis s’affrontait du regard, elle sorti une flasque de sa veste, en bu une rasade et donna le reste au carcajou. Puis, avec un sourire malicieux elle le fixa et lui chuchota :

« Au cas où ça aussi tu l’aurais oublié, ça fait des mois qu’on attend ce moment. Des mois qu’on se prépare. Je sais à quel point tu as envie de faire un massacre, cela dit moi aussi. Mais reste à côté de moi une fois le signal lancé, j’ai une surprise pour toi ! Un tout nouveau sort ! Un truc de dingue, tu va adorer, j’ai galéré à l’apprendre mais pour voir l’armée de Nargal se faire déchiqueter en un rien de temps, ça vaut le coup ! »

Ils pouvaient bien l’avoir entendu dans le camp adverse mais elle s’en fichait pas mal. Ils ne savaient pas ce qu’elle leur réservait, ils n’en avaient aucune idée. Patiemment, elle attendit le fameux moment, LEUR moment. Elle écoutait attentivement chaque mot sortant de la bouche de Crowley, jusqu’au moment fatidique où enfin elle entendit :

« ...tranquille. »

Sourire au lèvre, elle sorti sa machette d’une main, et s’empressa de prendre puis de jeter les briquets ensorcelés de l’autre tout en criant son incantation. Dans une sorte de brume magique, elles produirent l’effet qu’elle attendait, plongeant une bonne partie des adversaires dans un moment de perplexité. C’est là qu’elle en profita pour sortir sa carte maîtresse. Ce n’était que le début mais elle brulait d’impatience. Le combat ne faisait que commencer et malgré toute les forces qu’ils avaient pu rassembler dans leur camp, ils étaient loin d’avoir gagné. Ses premiers mouvements ne lui avaient pas demandé tant d’énergie que ça, elle n’avait même pas bougé d’un poil. Il fallait que le carcajou soit à côté d’elle. Il l’avait écouté, malgré son amnésie il savait pertinemment qu’elle était dans le même camp que lui. Peut-être même qu’une infime partie de lui se souvenait de qui elle avait été pour lui. Impatiente de tester son sort, elle se pencha vers Jameson qui prenait sa forme animale tout en attendant de voir ce que la sorcière lui réservait.

« J’espère que t’es prêt, j’te souhaite bonne chance. » Puis, en baissant le ton de sa voix pour que personne ne l’entende elle glissa : « Impetus Bestarum. »


:copyright:️️️️️️Laxy Dunbar

____________________________________________
One word: run.
Mieux vaut rester loin de la sorcière, on ne sait jamais, un accident est si vite arrivé...Thal'
Revenir en haut Aller en bas

Jameson Arkeley
Jameson Arkeley
Messages : 49
Crédit : 895
En ligne
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Lun 23 Sep - 18:04
Le gala du trône

On ne me surnomme pas ''Le Glouton'' pour rien...

       
       Il venait à peine de se remémorer son nom. Il ne se souvenait pas clairement de Thalia. Il savait qu'ils étaient proches par le passé et il en connaissait la raison, mais ces souvenirs étaient flous. À ses yeux, elle était une inconnue avec qui il n'avait pas d'affinités particulières et il en était de même pour Crowley. Pourtant il n'avait pas cherché à fuir lorsqu'on lui proposa de faire face à Nargal. Une excitation sanguinaire s'était emparée de lui à la simple idée de pouvoir nuire à ce fameux démon. Il ne l'aimait pas, il souhaitait plonger ses crocs dans sa gorge même s'il ignorait réellement la raison de cette colère dont seul son subconscient possédait actuellement la réponse.
       Il se retrouvait donc dans une intrigue qui ne le concernait désormais plus. Thalia avait bien tenté de lui expliquer la situation complexe des enfers, mais le Glouton n'en avait cure ; pour lui cette opération était simplement l'occasion de pouvoir déchaîner sa nouvelle force et de pouvoir faire face à l'actuel roi des enfers. Peut-être qu'en voyant son visage il se souviendrait de lui ? Pourquoi le haïssait-il ?
       Il était donc là. Aux côtés de la sorcière pyromane sans rien comprendre de ce qui se passait réellement. Mêlé à la foule, rendu confus par l'odeur enivrante de ces êtres au goût exquis, il tentait de contenir sa furieuse envie de meurtre. Thalia lui tendit une flasque qu'il siphonna sans même prendre le temps d'en savourer les arômes. Il s'impatientait fortement... Puis il entendit le mot prononcé par la bonne voix. Le mot qu'il attendait depuis déjà bien trop longtemps. ''Tranquille''.
       Son alliée fut la première à réagir en détournant l'attention à l'aide d'un tour de passe-passe stupide qui, étrangement, fit son effet parmi les rangs ennemis. Il en profita pour prendre forme animale et attendit que la magicienne fasse son office.

       –Impetus Bestarum, murmura-t-elle presque.

       Rien. Jameson la fixait de ses yeux sauvages, l'air incrédule. Elle répéta la manœuvre sans succès. Ses mains tremblaient de frustration et il comprenait bien qu'elle n'était pas du genre à se confronter et à tolérer un échec... Elle était comme lui. Mais il avait connaissance de la raison de cette déconvenue. Il sonda alors son propre esprit à la recherche d'un lien magique, brisé et affaibli, tira dessus avec force. L'opération fut mentalement douloureuse autant pour la sorcière que pour lui puis une fois qu'il eut fini sa manœuvre maladroite il fit vibrer cette corde invisible et froissée. Elle était comme une corde vocale nécrosée. Sa voix bestiale parvenait à l'esprit de la sorcière de manière saccadée, comme une radio captant mal les ondes d'une chaîne.

       –Tu pensais pouvoir m'attaquer mentalement sorcière ? Tu pensais vraiment que la faiblesse magique de mon prédécesseur était toujours à l’œuvre ? Stupide humaine. Je baisserais la barrière quand moi, et moi seul l'aurais décidé.

       Son regard bestial se fixa alors dans la débâcle en face de lui. Une guerre violente qui transcendait l'humanité se produisait en face de lui. Il releva ses babines, dévoilant ses ignobles crocs et grogna.

      –Je baisserais ma barrière lorsque je l'aurais jugé nécessaire. Pour l'heure, admire celui qui, par sa seule existence, insulte le cours du temps et de la réalité.

       Il écarta ses pattes, prit une profonde inspiration, et poussa un hurlement. L'air trembla, le son attira l'attention de plusieurs démons. Il affecta les plus faibles d'entre eux qui reculèrent. Ce hurlement semblait porter en lui toute la rage et la haine du monde. C'était une attaque. Ce simple grondement était une clairement une attaque. Il s'avança alors vers le carnage. Certains des démons dont il avait attiré l'attention s'avancèrent à leurs tours, sourire aux lèvres. L'un d'eux, clairement plus serein que ses camarades, devança ses amis en faisant tourner une dague entre ses mains. Ses yeux jaunes montraient qu'il le connaissait.

       –Tiens tiens tiens... Ça ne serait pas le Glouton ? Notre bonne vieille mascotte Jaja ? Qu'est-ce qu’il se passe minable ? Tu nous fais un excès de zèle ?

       Ce démon était fort. Ça ne faisait aucun doute. Mais il avait baissé sa garde, il ne faisait absolument pas attention et sous-estimé totalement celui qui lui faisait face. L'effet de surprise fut fatal. En un instant, les crocs de la bête se refermèrent sur sa gorge. Il eut tout juste le temps d’exécuter un mouvement de recul pour esquiver, mais bien trop tard. L'étau se referma à peine sur le bout de son cou, mais cela suffit : les canines acérées agrippèrent l’œsophage du Divin et l'organe fut séparé du reste du corps. Poumons, cœur et foie suivirent ensuite devant le regard incrédule de leur propriétaire. La bête s'empressa de dévorer le cœur encore palpitant de sa cible, il explosa en une projection perverse d'hémoglobine sombre et grumeleuse.
       Jameson sentit quelque chose s'agiter en lui, hurler pitié, puis disparaître. La capacité de Michael avait fait son office... Il n'avait pas simplement dévoré un vaisseau de démon... Il venait de dévorer LE démon. Son âme était repartie au néant. Le Glouton rit, un rire qui n'en était pas un. Du sang dégoulinait sur le pelage proche de sa gueule béante lui donnant un aspect inquiétant, presque irréel. Passé l'incrédulité de l'action, les démons autour de lui se concertèrent d'un regard, comprenant que la chose qui leur faisait face n'était plus un sujet de railleries.

       –600 ans ! Pendant 600 ans vous m'avez traité comme votre souffre-douleur et larbin ! Pendant 600 ans vous avez craché sur mes désirs ! Maintenant... J’exécute la sentence !

       Bien sûr, seule Thalia pouvait entendre ces mots. Elle pouvait ressentir la rage infinie et la souffrance que portait chacune de ses syllabes. Les démons lui sautèrent alors dessus, tous en même temps. Jameson se débattait comme un forcené. Il se faisait griffer, brûler, couper, ses os se brisaient sous la force des coups, mais à chaque morceau de chair qu'il arrachait à ses adversaires ses blessures semblaient disparaître à vue d’œil. Les démons tombaient, reculaient après chaque blessure, intrigués et terrifiés par l'étrange sensation de froid que laissait le familier à chacune de ses bouchées. Chaque démon comprenait rapidement que leur adversaire ne faisait pas que prendre un bête morceau de chair : il arrachait un morceau de leurs âmes. Rapidement, il devint l'abomination qui devait être abattue et une horde déferla sur lui. Thalia ne pouvait plus le voir clairement tant ils s'acharnaient sur son corps. Elle ne voyait que ses griffes trancher les tissus. Puis plus rien. Trop imbu de lui-même, il céda sous le nombre, les blessures apparaissant désormais plus vite qu'elles ne se refermaient. La sorcière de feu tenta alors une ultime fois de corriger son échec :

       –Impetus Bestarum ! hurla-t-elle.

       Un grognement encore plus sombre que le précédent. Du sang en quantité importante, puis un monstre émergeant de la masse de démons. Il ne ressemblait plus à un carcajou tant le sang colorait son pelage. Une boule d'hémoglobine à l'apparence difforme et pitoyable. Son œil gauche n'était plus qu'un trou béant, la moitié de sa patte avant gauche avait disparu, ses bajoues, absentes, dévoilaient ses crocs dont la plupart étaient brisés. Elle semblait affaiblie. Mais aucun de ses adversaires ne semblait enclin à prendre le risque de le vérifier. Finalement, un démon arriva dans son dos, mais presque amicalement.

       –C'est bon Jameson, dit-il la voix empreinte de peur, on s'occupe du reste. Tu devrais te... retirer ?

       La gueule de la bête était déjà dans la cage thoracique du démon allié. Il alla chercher le cœur qui implosa presque immédiatement. Les blessures commencèrent à se refermer grâce à l'essence du Divin.
       Thalia venait peut-être de faire une erreur... Dans son calcul, un être d'une puissance supérieure à tous ceux présents en ces lieux venait de mettre ses pions dans l'équation. Il venait de triturer les méninges du Carcajou.

       Allié... ennemi... Quelle importance ? Ils étaient tous... De la viande !

acidbrain

____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Démon des croisements

Nargal
Nargal
Messages : 440
Crédit : 4318
Emploi/loisirs : VRAI ROI de l'Enfer
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Mar 24 Sep - 5:46


Le gala du trône.
-Nargal, Vahia & Crowley.


Les rôles avaient été inversés. Nargal s'exprimait. Crowley se taisait. Pourtant, il y a encore quelques mois, la situation était inversée. Nargal était celui qui écoutait et qui ne prenait aucune décision sans consulter son roi...Maintenant, les décisions étaient prises par lui, et uniquement par lui. Amusant comment les choses pouvaient changer en quelques mois...Amusant également de voir cette scénographie. Deux démons plus ambitieux que les autres surélevés pour dominer leurs propres troupes. Pourtant, l'un d'eux auraient le genou à terre dans quelques secondes, et mettrait fin à cette guerre d'égo.

Nargal ne redoutait pas le discours de Crowley. Il le connaissait et se doutait que ce dernier trouverait des formulations de phrases théâtrales pour annoncer une nouvelle fois que Nargal n'était qu'un usurpateur. Rien de bien inquiétant. Alors pourquoi l'actuel roi venait-il soudainement de se reculer en voyant l'immense trident déplié à l'instant par Crowley. Le côté théâtral était prévu dans son esprit si calculateur, mais une telle arme n'avait même pas été envisagée par Nargal. Impuissant et manquant de temps, il ne put empêcher les pointes de l'arme se frayer un chemin dans le ventre de son vaisseau. La douleur n'était pas si insupportable. Un simple cri en grande partie de surprise émana des lèvres de Nargal, qui, instinctivement, posa sa main droite sur l'arme, comme s'il voulait la retirer. Rien n'y fait. Crowley avait la main mise.

Bien qu'il eût la possibilité d'entendre les mots de son adversaire, les pensées du roi furent chahutées par des souvenirs enfouis dans les profondeurs de sa mémoire. Des souvenirs de lui jouant au foot dans une rue couverte de boue, du temps où il était un simple ouvrier britannique, ses premiers temps en Enfer, et, finalement, sa rencontre avec Michael. Ce souvenir-ci semblait figé, comme s'il ne voulait pas partir. Il se revoyait en train de parler affaire à l'archange, mais sous un autre angle. Sous un autre angle...Qui lui permit de découvrir quelque chose d'étonnant, de très étonnant. Michael le contrôlait...Little bastard. Il n'était donc pas un roi traître, mais un roi manipulé. Là, était la nuance.

Étonnamment, un mince filet de sang fit son apparition lorsque l'arme se retira de son ventre. Sa belle chemise blanche était tâchée, comme souvent ces derniers temps...Le visage de Nargal n'était plus tout à fait le même. Non. Il était moins serein. Alors qu'il se tenait involontairement près de Crowley, le regard du roi divagua sur la salle, ce qui lui permit de voir le massacre immonde de Thalia et Jameson. Du sang, encore du sang, et du sang mêlés aux cris. Ils avaient mis tous leur effort pour ruiner la belle décoration des lieux. Tant pis. Nargal reporta son regard terriblement perdu sur Crowley et vient poser sa front sur son épaule, pour se mettre à rire. Oui, à rire. Sa main gauche vient rapprocher Crowley de lui de sorte à ce que les deux ennemis jurés se fassent un câlin amical. Le trident avait dû grillé quelques neurones chez Nargal....

-Yep, yep. Dit-il simplement en faisant claquer sa langue sur son palais, avant de reculer, pour avoir une meilleure vue sur son...chef. Yep, c'est vrai. Vous avez raison. Oui, il venait de le vouvoyer...J'ai des excuses à présenter, en effet.

Toussant, bien qu'il n'avait pas de chat dans la gorge, Nargal observa la salle avant de siffler très fortement pour faire son petit effet. La plupart de ses démons, ceux encore vivants, relèvent la tête vers leur roi, arrêtant leur combat.

-Stop. Dit-il simplement avant de descendre les marches pour entrer dans cette piscine de sang. Dommage qu'il n'avait pas pris son maillot de bain.

L'ancien bras droit croisa les mains dans son dos, passant à côté d'un Jameson bien lamentable. Il écarta un cadavre d'un de ses démons au cœur arraché à l'aide de son pied, et réunit tous ses démons d'un côté de la salle, afin qu'ils arrêtent définitivement leur combat. Debout au centre de la pièce, Nargal se faisait dévorer du regard par les hommes de Crowley, à qui il leur offrit un sourire sincère.

-Vous avez eu raison de suivre Crowley, vous savez, et si j'avais été bras droit, j'aurais été fier de vous. Croisant le regard de Vahia, il se racla la gorge, bloquant son regard dans celui de Crowley. J'ai évidemment des excuses à présenter, à tout le monde. Cette guerre, tout de même absurde, a été lancée car je doutais de l'ambition de Crowley pour l'Enfer. Je pensais qu'il n'était pas bon pour le royaume car il l'avait lâchement abandonné. Marquant une pause pour parcourir la salle, il ignora les regards désabusés de ses propres démons. Non, ceci ne faisait pas parti du plan initial. Tant pis...J'ai eu tort de penser ceci, et, il pointa le trident du doigt, cette merveille...m'a éclairé l'esprit. Michael a été un petit con, je le confirme. Remontant sur la scène, il se posta de nouveau aux côtés de Crowley. Mais Michael disait vrai. Tu es définitivement un véritable lâche.

Des rires se firent entendre dans les troupes de Nargal qu'il fit taire d'un simple geste de main sans quitter son adversaire du regard.

-Alors je te présente mes sincères excuses pour avoir douter de ta lâcheté, et de Michael, car j'avais un infime espoir qu'il bluffait. Eh bien non, tu es véritablement qu'un trouillard. Qui l'eut cru, eh? Maintenant, il éleva soudainement sa voix, comme s'il était pris d'une soudaine colère. Dis à tes marionnettes d'arrêter cette foire car le combat n'est pas entre nos troupes mais entre toi et moi. Je ne vais pas sacrifier la vie de mes démons pour toi, car ils méritent de se battre contre quelqu'un de beaucoup plus talentueux. Cette guerre va se régler en privé, comme tu le voulais.

Sans attendre la réponse de Crowley, Nargal quitta la scène et même la salle pour emprunter l'imposant escalier rustique qui menait au premier étage. Crowley n'était pas ici pour le tuer de toute manière, alors, autant prendre les devants. Oh, et puis, c'est vrai...Il s'en fichait de mourir.

-Belle moquette. Dit-il en rentrant dans un salon à la décoration du siècle dernier.

Nargal s'installa sur l'un des fauteuils à fleurs, attendant l'arrivée de Crowley. Ce dernier voulait prendre sa revanche sur lui, nulle doute qu'il ne le laisserait pas seul dans une pièce...

-Tu as vraiment cru qu'un trident allait me faire rendre le trône ? Demanda-t-il lorsque le principal intéressé fit son apparition. Ça m'a juste permis de voir le vrai visage de Michael. Quel con.

Il ria doucement à ses propres paroles, avant de laisser un blanc s'installer ; blanc durant lequel Nargal ne quitta pas le tapis des yeux, s'étant perdu dans ses pensées.

-Tu ne veux pas m'humilier, ni même me tuer, n'est-ce pas ? Tu en aurais déjà eu l'occasion depuis fort longtemps. Non...Il secoua sa tête, plissant les yeux, tu veux retrouver ton petit bras droit qui exécute chacun de tes ordres sans discuter, ouais ? Dommage, tu devrais changer de plan, je t'ai dit que je te rendrais le trône lorsque je serais mort.


 
 

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Francesca Kane
Francesca Kane
Messages : 55
Crédit : 968
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Mar 24 Sep - 13:14


Le Gala du Trône.

Ft Nargal, Crowley, Vahia, Thalia et Jameson


Bon ! Pour essayer de ne pas arriver directement comme un cheveu sur la soupe je vais vous faire un rapide topo : j’avais rencontré Nargal quelques semaines plus tôt où il était venu me proposer un marché concernant la résurrection de ma mère en échange de mes services pour l’aider à garder le trône ou tout du moins de le protéger de l’ancien roi Crowley. C’est pourquoi ce soir-là j’avais été appelé pour participer à un bal plutôt sanglant, enfin ça je n’en savais encore rien à ce moment-là…

Je venais d’arriver à quelques mètres du manoir où se déroulerait le bal, j’avais eu comme consigne de rester à l’écart et d’attendre le signal. Pas de robe de soirée pour moi du coup… tant pis. Je portais donc un pantalon noir, des bottes type rangers, des mitaines et une veste en cuir noir également. Je me postai donc à environs 200 mètre du manoir et l’observai en silence. Je pouvais voir que quelques personnes étaient devant les entrées, je ne savais en revanche pas si ils faisaient partie du même camp que moi et de celui des autres. Je regardais mon portable de temps en temps, espérant de ne pas être appelé par la baby-sitter qui s’occupait de garder mon petit Joaquin. J’avais prévu une thermos de café, pensant que la soirée risquait d’être longue. Je me doutais, au vu de ce que l’on m’avait raconté, que cette soirée risquait d’être tout sauf calme. Le but de Nargal était évidement d’attirer son ennemie et ancien roi, mais ce dernier se serait certainement préparé à l’attaque.

Commençant à bailler je m’apprêtai à boire une gorgée de plus de café dans ma thermos quand j’entendis mon téléphone sonner. Ce n’était heureusement pas la baby-sitter mais Vahia, une des alliés de Nargal : « Maintenant. Fais un tour du propriétaire, tu devrais trouver de quoi t’occuper. Commence par les sorties, il semblerait qu’elles soient gardées par tes semblables ». Je rangeai donc mes affaires que je laissai cacher ici et me dirigeai vers le manoir sans perdre plus de temps. Je vis effectivement deux femmes devant une des portes à l’arrière. Je m’apprêtais à m’en occuper quand j’entendis des cris à l’intérieur : l’attaque était lancée. Suite au sms que j’avais reçu je pensai alors que l’attaque avait été lancé par Nargal. Un sourire s’affichai sur mon visage et je sortis de l’ombre pour avancer vers les deux sorcières en prenant un air paniqué et perdu.

-S’il vous plait aidez-moi ! Ma voiture à fait des tonneaux et et…

Bon et puis merde même moi je n’y croyais pas… je ne finis donc même pas mes explications bidonnes et électrocutai les deux sorcières en profitant de l’effet de surprise et du fait de m’être rapproché d’elles. Je ne savais pas combien de temps elles resteraient inconscientes mais je ne voulais pas rester là pour le savoir. Je continuai alors de faire le tour du manoir et remarquai qu’il y avait moins de sorcière qui gardaient les entrées qu’avant que l’attaque ne soit lancée, certainement que la plupart étaient rentré pour prendre part au combat. Je continuai d’essayer de mettre K.O les quelques sorcières qui gardaient les entrées, elles n’étaient pas nombreuses et surtout je les prenais pas surprise alors j’avoue que je n’eu pas trop de mal à toutes les rendre inconscientes. Bien que je pris quelques instants pour souffler un peu, j’avais beau ne pas avoir trop utiliser d’énergie je préférais être totalement prête avant d’entrer pour éventuellement aider.

Je soufflai alors et me décidai à entrer. Je passai la porte doucement pour essayer de me faire le plus discrète possible et évoluai dans les différents couloirs. Je m’attendais à y voir des cadavres ou des démons inconscients mais étonnamment non, la plupart des combats devaient avoir lieu dans la salle principale. Salle dans laquelle je finis par arriver et découvris l’horreur qui s’y déroulait. Je restai un moment en retrait, caché derrière un mur, et essayai de savoir ce que je pourrais faire pour aider. Je cherchai Vahia ou Nargal du regard et je vis alors le roi avec un trident planté en plein ventre ! Je préférai rester cacher et je fis bien car Nargal finit par calmer l’assemblée d’un sifflement plutôt fort. Les combats cessèrent et il fit son petit show sous le regard de tous, le miens y compris. Je compris qu’il essayait certainement de gagner du temps alors je ne perdis pas le miens et analysai la salle en essayant d’y cerner d’éventuelles sorcières dont je pourrais m’occuper. Je ressentis une forte puissance émanant de l’une d’entre elle mais elle était à l’autre bout de la salle par rapport à moi. Je couru donc dehors par là d’où je venais et je fis le tour du manoir pour entrer la par la porte la plus proche de la sorcière en question. Quand je revins dans la salle principale je pu voir Nargal monter les escaliers suivit peu de temps après par celui que je supposai être Crowley. J’en profitai donc pour me glisser discrètement dans la foule et regardai la sorcière que j’avais remarqué en me concentrant sur elle pour lui faire parvenir un message par télépathie :

"Eh pétasse, tu voudrais pas que je te montre de vrais sorts d’une vraie sorcière ?"

Ma grande gueule finira par me tuer je vous jure… j’avais détecté une grande puissance en elle mais quand était-il de moi ? Étais-je suffisamment forte pour lui faire face ? Si j’échouai face à elle j’aurai au moins servit à libérer les entrées… maigre consolation mais au moins j’aurai fait quelque chose dans cette bataille.


Code by Joy

____________________________________________

Essayez de me toucher et je vous réserve un sort pire que la mort.

Crédit - [url=dream.forumsactifs.net]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas

Vahia
Vahia
Messages : 50
Crédit : 570
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Jeu 26 Sep - 8:03
Everybody wants to rule the world
Let it be decreed, let this music serve the deed, let it spread like a disease, let it spawn a noble seed ; There's more than meets the eye, there's more than meets the price.

Un pas en avant. Juste un, dans un réflexe vain. Il était déjà embroché, déjà piégé du trident. Pendant un moment elle avait eu peur pour sa vie, mais la scène qui suivait la confortait rapidement dans l’idée que Crowley ne souhaitait pas en finir immédiatement avec Nargal ; et quand bien même elle avait voulu rejoindre son roi, les crachats de flammes l’empêchaient d’avancer davantage, la poussant même à reculer, jusqu’à buter sur un cadavre qui venait de s’échouer sur le sol : premier d’une longue série. On avait dit que le champagne coulerait à flot, mais c’est le sang qui tint cette promesse. C’est donc ça que Crowley voulait ? C’est donc par cette stupidité qu’il était mut ? Cette ambition débile qui le fera empiler tous ses alliés pour grimper sur un trône d’où il ne pourra commander que les morts et tout au plus deux, trois survivants ? Il repeuplerait l’enfer, devait-il se dire. Mais quel enfer…

Elle prit part au combat, oui, mais sans grande volonté. Parce qu’il le fallait. Parce que ces vulgaires sauvages au cerveau étriqué avaient décidé de suivre le quart de roi qui se la jouait Poséidon.
Dégageant sa robe pour attraper sa lame angélique à sa cuisse, elle l’enfonçait dans la cage thoracique d’un démon ennemi avant de remarquer Jameson sur son flan gauche qui déchiquetait les alliés de Nargal, et même quelques démons de son clan au passage. Sifflant entre ses dents, elle se tournait vers une poignée de leurs soldats pour leur grogner avec rage :

« Bande d’abrutis. Vous comptez vous jeter dans sa gueule un par un ? Regroupez-vous, soyez des imbéciles si ça vous chante, mais soyez-le en troupeau. »

Finalement, la voix de Nargal s’éleva dans la salle au dessus de toute autre. Vahia cessa tout mouvement, la chevelure d'une ennemie empoignée dans sa main, celle d'une pauvre sorcière sur ses genoux, la gorge transpercée par la lame de la démone. Elle roula ses yeux vers la bête blessée non loin, mais les reporta rapidement dans ceux de son roi, fronçant légèrement les sourcils. Un regard. C’est tout ce qu'il fallait pour qu’elle comprenne. Le moment était venu. Elle retirait la lame de la gorge de sa victime et relâchait ses cheveux, profitant de l’accalmie et que l’attention soit sur les deux opposants pour se faufiler vers une sortie et ainsi rejoindre les Enfers. Une fois arrivée sur les lieux, elle attrapait le premier démon qu’elle trouvait et le prenait par les épaules.

« La situation a dégénérée, rappelle les ordres de Nargal à toutes les troupes et mettez-vous en rang, ordonnait-elle précipitamment avant de le contourner, ajoutant sur un ton progressivement plus élevé à mesure qu’elle s’éloignait :  Si tu croises Linda, ou n’importe qui capable de lui mettre la main dessus, dis lui que Vahia l’attend au bureau. C’est urgent. »

Il hochait la tête une seule fois et déguerpissait déjà pour obéir. Pressant le pas jusqu’au bureau, elle courait finalement jusqu’au meuble central et tirait tous les tiroirs sans se soucier de les refermer, sauf s’ils gênaient. Quand elle mit enfin la main sur ce qu’elle recherchait, elle l’attrapait d’une poignée certaine, Linda faisant son entrée dans le bureau.

« Bien, il te faut quoi pour un sort de délocalisation ? J’ai besoin de faire parvenir ça à Nargal, disait-elle en lui montrant le flacon dans sa main ainsi que la petite note qui l’entourait.
- ...Euhm, tu as quelque chose qui lui appartient et une carte ? Il est où exactement au manoir, dans le salon, dans les cuisines… ? »

Passant sa main dans ses cheveux, Vahia hochait la tête à mesure que la sorcière s’exprimait pour confirmer que tout était bon. Elle retournait au bureau et attrapait la première carte qu’elle trouvait dans un bouquin, prenait une des chemises de rechange de Nargal dans le dernier tiroir et lui donnait immédiatement la totalité avant de croiser son regard.

« Le salon au premier étage.  Ah et… » elle fermait les yeux en apportant son poing près de sa tempe, réfléchissant durement pour se rappeler dans quelle poche il gardait son téléphone. Ouvrant les yeux quand ça lui revint, elle la montra du doigt. « Poche droite de son costume, s’il te plaît. C’est très important. »

Linda fronçait les sourcils, ne comprenant pas vraiment en quoi ça pouvait l’être, mais ne chercha pas à en savoir plus et se contenta d’exécuter le sort. Une fois fait, elle regarda Vahia et hocha une fois la tête pour lui confirmer que c’était bon et en un regard, la démone l’expédia en la remerciant d'un geste de tête. Maintenant il fallait faire comprendre à Nargal que le tout était dans sa poche. Pas bien compliqué quand on connaissait la bête et son tempérament… Le roi détestait être dérangé, et elle n’allait pas faire semblant : elle ferait sonner son téléphone jusqu’à ce qu’il se décide à l’éteindre, ou tout du moins à en avoir l’attention, de sorte à glisser sa main dans sa poche et découvrir son bien.


egotrip





Parce qu'on te l'accordera Crowley, s'il y a une chose qui te va mieux qu'à Nargal, c'est bien le blond :
 

____________________________________________

    Flesh & Bone
    Buried banging at your door, don't hear a sound, don't know me anymore. A bell that tolled to comfort me ; an empty stree ; a rising steam. Break the truth inside of me, climbed down to hell on the devil's tree. I clutched a branch of soot and flame, a thought that rose, to scorch my feet + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Mar 1 Oct - 12:01


This is MY throne you're sitting on !


Vous connaissez le dicton qui dit que la meilleure défense c’est l’attaque ? Eh bien j’en étais totalement partisan et ça n’était pas difficile à comprendre. J’avais une tendance assez poussée à m’énerver rapidement et je n’hésitais pas la moindre seconde à faire usage de la force pour me faire comprendre.

Et une fois encore, c’était le cas car Nargal n’en faisait qu’à sa tête.

Après il allait venir pleurer sur le fait que je tuais son armée et par extension l’Enfer mais dude, on est des putains de démons pas des bon samaritains ça devait rentrer dans le truc qui te sers de cervelle un jour.

Alors j’avais déployé mes troupes comme Elton John aurait déployé ses groupies et ils avaient sagement attendu mon code pour lancer l’assaut.

Mes démons, tranchant et massacrant en rang désordonné les troupes adverses. Thalia répandant flamme et malédiction en écho de mes sorcières qui lancèrent sorts d’illusion sur sorts de torture et massacre. Jameson prit dans une frénésie meurtrière, ou comme j’aimais à le dire un mardi normal pour lui, déchiquetait, broyait et digérait nombre de soldats adverses. Et peut-être même des nôtres, la frontière était toujours floue avec lui. Encore plus depuis Michael.

Et moi, qui avais envie de rire à gorge déployée en voyant ce massacre digne des plus grandes tragédies grecque je me concentrais uniquement sur Nargal. Nous étions isolés grâce à la diversion orchestrée par mes troupes et c’était le pied.

J’avais réussi à planter mon trident droit dans le corps du traitre et je jubilais de voir qu’il n’avait pas eu le temps d’anticiper ce coup. Après tout, lui qui n’avait pas cessé d’effectuer des contacts physiques sur ma personne depuis qu’il avait pris la grosse tête se retrouvait avec la monnaie de sa pièce. Dans ses propres entrailles.

Mais le plus jubilatoire était cet instant de faiblesse ou il avait lâché un simple cri. Un cri qui voulait tout dire et qui m’enorgueillit alors que je lui expliquais ce qui arrivait à sa personne.

Lui laissant ensuite assimiler le tout, je retirais mon arme et le regardais de haut, une lueur de supériorité dans le regard alors qu’il revenait à lui en crachant un mince filet de sang.

Nargal leva enfin un regard révélateur vers moi et j’esquissais un nouveau sourire. Il ne comprenait pas ou ne voulait pas comprendre ce que je venais de lui montrer. Cela lui semblait peut-être absurde ? Quoi qu’il en soit c’était la simple vérité et j’attendais impatiemment des excuses.

Il se contenta de se relever et vint poser son front sur mon épaule, abattu. Je crispais mon poing sur la lance mais le laissais faire. Il fallait qu’il comprenne de lui-même sinon je ruinerais tous les efforts fait.

Pendant ces quelques instants magiques, le silence autour de nous se brisa avec la voix nasillarde de Vahia qui tentait d’organiser ses troupes. Je m’autorisais un léger rire en ignorant la démone qui finirait en carpaccio de toute manière.

Alors il y eut comme un déclic et Nargal reprit ses habitudes à me vouvoyer. Me promettant des excuses. Puis il se racla la gorge et regarda autour de nous avant de s’expliquer. Et aussi théâtral qu’auparavant, il siffla fortement pour attirer l’attention des guerriers. De mon côté, je levais la main pour intimer à mon armée de s’arrêter en stand-by le temps des révélations.

Il quitta donc la scène pour rejoindre le peuple et croisa une fois de plus ses mains dans son dos. Comme il le faisait avant toute cette mascarade. Puis, enfin, il ouvrit la parole et je me tiens droit en posture souveraine alors qu’il faisait mes éloges.

Le moment de gloire était arrivé ! Mon nouvel âge d’or !

Mais je descendis vite de mon piédestal lorsque Nargal me trahi une fois de plus. Criant que j’avais abandonné le royaume avant de revenir sur sa phrase. De mon côté j’affichais un regard interrogatif, où voulait-il en venir ?

Il continua à faire le lèche cul avant de remonter à mes côtés et de conclure en donnant raison à Michael. Et il recommença à faire son imbécile –le mot était gentil car je trépignais de rage intérieurement- en m’insultant à la vue de tous.

Mon regard se durcit et je le plongeais dans celui du traitre, résistant à l’envie de l’éventrer ici et maintenant. Il allait me le payer, en sang et en cri. Longtemps.

Cependant, je me retiens de lui répondre, il ne méritait pas que gaspille ma salive pour réfuter quelque chose d’aussi stupide. Non, je le laissais plutôt quitter la salle avant moi et lorsqu’il fut assez loin, je me retournais vers la foule en affichant mon regard de démon, rouge et lumineux.

« Finissez-moi ces crevures qui ont choisi de suivre une marionnette plutôt que le légitime Roi. Pas de quartier je ne veux aucun survivant ! »

Puis alors que les combats reprirent, je descendis à mon tour de scène et confia le trident à Grace. Enfin j’aurais voulu le faire mais elle gisait au sol, inconsciente. Soupirant de ma vie de merde, je le plantais dans le dos d’un démon qui se battait contre un des miens et ordonnait à celui que je venais de sauver.

« Mets ça en lieu sûr. »

Une fois débarrassé de l’arme, je partis sur les traces de Nargal en refermant mon costard comme il le fallait et en me calmant juste assez pour cacher mes yeux colériques à la face du traitre. Pas besoin de lui donner une raison de plus pour qu’il se foute de moi et que je décide de le tuer ici-bas.

Je suivis l’odeur de la trahison jusqu’à un petit salon décoré façon années 20 et repérais directement Nargal dans le fauteuil.

Il m’accueillit avec une question et je lui répondis honnêtement tout en conservant mon calme

« Qui ne tente rien n’a rien n’est-ce pas ? J’aurais dû me douter que la vérité ne vaudrait rien pour toi mais passons. Ce n’est qu’une déception de plus à ton actif. »

J’haussais les épaules et effectuais un geste de la main pour lui montrer que je n’étais pas si déçu bien qu’en vérité je l’étais énormément et repris en désignant la grande salle qu’on venait de laisser

« Sympa le speech dommage que tu aies utilisé ta salive pour rien. Encore une fois. »

Je m’installais donc en face du démon dans un fauteuil identique et croisai les jambes ainsi que mes mains par-dessus.

Je laissais le traitre rire à ses propres phrases et le remarquais se perdre dans ses pensées avant de reprendre pour moi.

Je ricanais à mon tour en lui répondant ensuite

« J’aurais aussi voulu que les licornes existent et que Madonna vende son âme mais on ne peut pas tout avoir. Dans un monde idéal tu serais revenu à la raison en même temps que la vérité a touché ton cerveau et j’aurais retrouvé mon chien mais c’est comme ça. »

Je haussais à nouveau les épaules en ajoutant

« Tu as eu ta chance. Tu l’as gâché. Maintenant tu vas juste souffrir mais avant tout explique-moi comment tu comptes conserver le trône car au cas où tu n’aurais rien remarqué, ta petite armée se fait massacrer là-bas et à moins de me tuer à ton tour, je ne lâcherais rien. »

Sortant ensuite ma flasque de ma poche. Véritablement cette fois. Je portais un toast avant d’en avaler une lampée.

« Aux imbéciles qui se croient meilleurs que les vrais souverains. C’est tout ce que tu obtiendras de moi.»

Mais ma petite tirade se brisa au son répétitif du téléphone portable de Nargal et j’ajoutais.

« Ce n’est pas en le programmant pour sonner toutes les deux secondes que je vais croire que tu as des relations tu sais. À moins que ça soit ton armé qui te demande car elle se fait massacrer à l’heure où on parle. »

J’affichais un sourire diabolique et pris une nouvelle gorgée d’alcool.

feat. Nargal et Crowley avec leurs armées


KoalaVolant

HRP : désolé pour la couleur d'écriture qui fait mal aux yeux j'attend d'avoir un nouveau code sinon je changerais de couleur <3 amusez vous bien à vous entre-tuer Very Happy

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Démon des croisements

Nargal
Nargal
Messages : 440
Crédit : 4318
Emploi/loisirs : VRAI ROI de l'Enfer
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Sam 12 Oct - 9:09


Le gala du trône.
-Nargal, Vahia & Crowley.


Mains jointes entres elles, regard quasiment absent, lèvres solidement fermées, le roi écoutait le discours de son principal adversaire, un discours qui aurait pu faire son petit effet s'il n'avait pas été aussi mal prononcé par Crowley en personne. Nargal jubilait juste secrètement que son ancien patron ait pu croire qu'il était réellement revenu à lui-même, et qu'il lui présentait ses plus sincères excuses. Ah...Crowley s'avérait être encore plus idiot qu'il en avait l'air. Ce dernier, à la suite de propos inutiles, venait de demander à son traître comment il compterait garder le trône. Simple, vraiment. Il ferait son Nargal.

-Prouve moi que tu es intelligent et devines mes intentions. Tu as travaillé avec moi durant assez de temps pour connaître mes stratégies. Et tu as régné assez de temps en Enfer pour savoir que ces démons en bas, il pointait instinctivement le sol de son index, ne sont qu'une infime partie de mes troupes. Tu peux les tuer, si ça te chante, mais sache que le bouquet final n'est pas présent dans ce manoir.

Il se tut pour ne pas divulguer plus d'informations. Crowley avait en sa possession assez de détails et de ressources intellectuelles pour comprendre que la plus grosse partie de l'armée de Nargal attendait patiemment en Enfer. Ce n'était pas nécessaire de sortir toute l'artillerie lourde d'un seul coup, car une bataille pouvait facilement se perdre avec cette stratégie. Stratégie d'ailleurs légèrement modifiée de la part de Vahia. Bloody hell, pourquoi ce téléphone vibrait et sonnait répétitivement depuis quelques secondes ? Tout le monde savait pourtant, qu'il était en réunion...

-Tu as déjà oublié que je n'étais pas familier avec la technologie ? Je ne sais pas le programmer.

A la suite de cette petite touche d'humour, Nargal sortit son portable avec agacement et fut surpris de sentir quelque chose de froid et lourd dans sa poche, quelque chose qui ne figurait pas dans ses objets il y a de ça trente secondes...Il mit son portable en silencieux après avoir remarqué que Vahia cherchait à le contacter, et replaça l'objet dans sa poche de costume. Ce geste lui permet de mieux observer le flacon qui venait d'arriver comme par magie. Il n'eut pas besoin de plus de temps pour le reconnaître...Ce flacon avait été caché depuis quelques temps dans son bureau...

-Tu vois ce tableau en face de toi ? Il se leva en se raclant la gorge, marchant jusqu'à une petite console où une bouteille de rhum ainsi que plusieurs verres attendaient d'être utilisés. Le tableau représente deux hommes en haut d'une colline, qui regardent avec admiration le village qu'il ont bâti en contrebas. La légende raconte qu'ils ont gouverné ensemble ce village, tout comme nous avons gouverné ensemble l'Enfer. Tournant le dos à Crowley, utilisant le prétexte du tableau pour le garder occupé, Nargal servit deux verres de rhum et versa le tiers du flacon dans le verre destiné à Crowley. Le tableau que tu vois derrière le bureau (et donc, à l'opposé de Nargal), représente ce même village, et ces deux mêmes hommes. Néanmoins, comme tu peux le voir, l'un d'entre eux est à terre, et se vide de son sang.

Le roi prit les deux verres et en posa un sur la table basse, avant de tendre l'autre verre, celui empoissonné, à Crowley.

-Son associé l'a poignardé dans le dos, comme, apparemment, je t'aurais poignardé dans le dos. C'est la vie Crowley. Les unions ne sont pas faites pour durer. Souriant faiblement, Nargal leva son verre, pour porter un toast. Aux imbéciles qui n'acceptent pas le changement ! Le roi finit par boire cul sec son verre avant de le poser bruyamment sur la table basse.

Ce fameux flacon comportait une substance bien dangereuse, notamment pour les démons. Une substance crée par l'une des sorcière de Nargal et qui provoquerait, si Crowley consommait son verre, des dégâts assez importants pour lui. Ce flacon était surtout destiné à retirer toute sorte de force à l'ancien roi, si bien qu'il ne pourrait même plus tenir un stylo dans sa main. Sa force surnaturelle serait bien évidemment impactée, et Crowley ne pourrait plus rien faire excepté fusiller Nargal du regard. Comme tout sort, il avait une durée limitée, et celui-ci possédait une durée assez courte...mais assez pour que le roi puisse passer à l'étape suivante de son plan. Allez, Crowley, coopère.


 
 

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Dim 13 Oct - 12:57
Avant d'effectuer mon lancer de dé une petite explication s'impose 8D

Avec le staff on a décidé de jouer le trône aux dés car les deux camps étant bien préparés l'un et l'autre il ne fallait pas que ça finisse "mal". Pour plus de parité on va faire ça :

Je lance un dé, si c'est un chiffre pair je gagne le trône, si c'est un chiffre impair il revient à Nargal


PS : je ferais ensuite un vrai post
PS2 : ceux qui veulent continuer à faire la bagarre vous pouvez toujours poster à la suite tant que ça n'impact pas notre discussion avec Nargal

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

PNJ

Darkest Hour
Darkest Hour
Messages : 300
Crédit : 2966
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Dim 13 Oct - 12:57
Le membre 'Crowley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de 10' : 10
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur
Roi de l'Enfer

Crowley
Crowley
Messages : 213
Crédit : 4323
Emploi/loisirs : Torturer les autres
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Jeu 17 Oct - 12:08


This is MY throne you're sitting on !


Nargal était le genre de personne à penser avoir 15 coups d’avance alors qu’en réalité il n’en avait aucun. C’était avantageux pour une personne comme moi qui prévoyait VRAIMENT ses coups en avance. Car oui j’espérais sincèrement que la lance le ramènerait sur le droit chemin mais je n’avais pas tout misé dessus.

J’avais toujours une botte secrète pour le ramener à lui et qui ne tarderait probablement pas à être dévoilé. Mais avant tout, je laissais une toute dernière chance à mon adversaire de faire marche arrière. Une toute dernière, uniquement pour voir s’il allait cracher le morceau bien que je sois le seul vrai Roi et que le trône allait revenir sous ma garde.

Alors, curieux, je lui demandais presque ironiquement comme il comptait garder le trône mais il se contenta de jouer au Sphinx et je lâchais simplement un soupir déçu avant de lui répondre.

« Si t’as même pas les couilles de me dire comment tu comptes faire, ça ne sert à rien de discuter, autant que je reprenne mon trône et te laisse en plan. Sérieusement Nargal, tes petits jeux d’esprit ne m’amusent plus depuis que tes chevilles ont enflé. On dirait presque que tu as perdu en intelligence depuis que tu usurpes mon trône. »

Je secouais la tête de déni et continuais

« Puisque tu sembles avoir « convaincu » les démons de te suivre je ne vois aucun inconvénient à éliminer ces larves en bas pour leur montrer qui a la plus grosse et qu’ils devraient fermer leur gueule et entrer dans le rang s’ils ne veulent pas finir en carpaccio bien saignant. »

Il avait parlé d’un bouquet final un peu avant et j’eus presque envie de rire. Il croyait sincèrement que tout allez se passer ici pour moi aussi ? C’était devenu un comique celui-là ! Comme si j’allais apporter toutes mes putes à une soirée caritative pour le Sida et les laisser coucher avec n’importe qui ! Je n’étais pas suicidaire pour tout perdre d’un coup.

Puis alors qu’on se fusillait du regard, son portable se mis à sonner continuellement et je ne me privais pas de lui lancer une pique bien placé. Ce à quoi il finit par s’auto dénigrer et j’éclatais d’un rire franc pour me foutre de sa gueule bien qu’il m’ait lancé la perche de lui-même.

« Si ce n’était qu’à ça que tu es mauvais ! »

Je pensais entre autres à la loyauté où il échouait lamentablement mais pas que, au sexe aussi, il était encore plus coincé que le bébé en Trench Coat des Winchester.

Il s’occupa de faire taire l’engin et prit une bonne minute à y arriver.

«  Si tout était aussi simple que de mettre ça pourtant, je ferais pareil pour toi et te ferais fermer ta gueule une bonne fois pour toute. Mais non j’ai prévu des choses plus fun et qui vont bien trainer en longueur. »

J’affichais un sourire carnassier et au lieu de jouer avec moi il se mit dans le déni, se levant d’un seul coup pour me parler des foutus tableaux dans la pièce. J’attendis une de ses pauses et ajoutais, ennuyé

« Si tu avais autant de goût en matière d’art ça se saurait, regarde ce que tu as fait à ma pauvre salle du trône, tu l’as souillé avec tes paillettes de biker sous amphétamines. Tu te crois aptes à diriger après ça ?»

Cependant je reconnu facilement là une tentative de distraction médiocre et ne portais qu’un regard superficiel aux dits tableaux en le suivant plutôt du regard. Je remarquais donc assez facilement qu’il me tournait le dos pour nous servir à boire et levait les yeux au ciel.  Il se croyait dans une série B ou quoi ? Quoi qu’il en soit je jouais le jeu et lui répondit en faisant semblant de me concentrer sur le tableau numéro 2.

« Je trouve que ça représente bien ta chute. Je vais l’accrocher bien en face de toi dans ta future cellule comme ça tu te souviendras à chaque instant à quel point tu es un perdant doublé d’une victime. »

Je le regardais poser un des verres et me tendre l’autre et reprit après lui

« Tu as beau m’avoir poignardé dans le dos comme ces deux-là, il n’en reste pas moins que c’est ton sang qui a coulé sur scène et qui va le refaire d’ici peu. Je ne t’aurais jamais cru aussi stupide après toutes ces années. »

Je récupérais ensuite le verre qu’il me tendit, seulement maintenant, seulement après l’avoir fait patienter et portait un toast avec Nargal. Levant mon verre en écho au sien avant de l’approcher vers mes lèvres et de me remettre à parler juste avant d’en boire une gorgée.

« C’est bien connu que les relations ne sont pas faites pour durer mais je pensais t’avoir mieux dressé pendant toutes ces années, il faut croire qu’un chien finit toujours par redevenir sauvage et quand ça arrive il ne reste plus qu’à lui tirer une balle car il devient bon à rien. Aux chiens stupides et aveugles ! »

Je rapprochais à nouveau mon verre, guettant sa réaction et me levais pour me placer à côté de lui. Je me penchais vers son oreille et versai le contenu du verre sur ses jambes avant de murmurer

« Tu me prends pour qui ? Je ne suis pas aussi stupide que tu le laisses entendre ! »

Une fois le verre entièrement vidé sur lui j’éclatais le récipient sur sa tête et me mis à hurler devant lui

« PAUVRE CON ! Jamais je ne me ferais avoir par une ruse aussi stupide ! Je t’ai laissé une chance mais tu vas souffrir maintenant ! »

Au lieu de sortir le tranquillisant que j’avais prévu d’utiliser pour le kidnapper et qui était sous forme de seringue dans ma poche, je me mis à briser le moindre de ses os par la pensée. Le faisant souffrir d’un seul coup.

« Tu vas payer tes dettes maintenant ! »

feat. Nargal et Crowley avec leurs armées


KoalaVolant

____________________________________________
Hello, Boys
© Laueee
Revenir en haut Aller en bas

Administratrice
Démon des croisements

Nargal
Nargal
Messages : 440
Crédit : 4318
Emploi/loisirs : VRAI ROI de l'Enfer
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Sam 19 Oct - 11:35


Le gala du trône.
-Nargal, Vahia & Crowley.


Assourdissants étaient les échos dans sa tête pourtant si bien construite. Tic, tac...Tic, tac...Les dés avaient été jetés, le destin avait été sollicité, le plan exécuté. D'une main, il tenait les cordes de l'Enfer, de l'autre, un poison susceptible de mettre à mal son principal rival. Espérons que le breuvage fasse son petit effet pour éviter la cassure des cordes... Crowley était animée d'une humeur créative en ce soir d'automne, tant ses reproches et ses insultes furent diverses et variées. Insultes auxquelles Nargal ne daigna pas répondre une seule fois. Même si, hors contexte, il semblait être passif face à Crowley, la réalité était tout autre. Laissons Crowley s'agacer, laissons Crowley penser que tous ses droits lui étaient revenu. Laissons le s'effondrer lamentablement sur le sol...

Un clignement des yeux satisfait anima le regard de Nargal quand Crowley ingurgita la première gorgée de la boisson. Le plan fonctionnait à merveille, il devrait ressentir les effets du poison d'ici quelques minutes, si l'intégralité du verre était consommé. Si l'intégralité du verre était consommé. Même si Nargal pouvait s'armer d'une grande patience, il commençait à trouver le temps long. Boit ce putain de verre, se disait-il à plusieurs répétitions. Il s'était même fait la réflexion que du poison dans un verre n'avait pas été sa meilleure idée...Le roi comprit soudainement cette maladresse en voyant le whisky s'écouler sur ses jambes, versé par Crowley en personne. He knew, he fucking knew!

Comment rebondir en quelques millisecondes ? Comment sauver sa réputation en sachant que ses hommes n'étaient pas dans une meilleure position ? Rien. Il n'a pu rien tenter pour contrer ce verre qui explosa contre sa tempe et qui éclata ses vaisseaux sanguins, provoquant un saignement assez abondant. La bataille pour le trône venait d'être officiellement lancée, et le roi s'apprêtait à passer à l'offensive. S'apprêter était un beau verbe, un ambitieux verbe...Un verbe qui n'avait pas besoin d'être conjugué puisqu'il ne sera pas utilisé. Encore une fois, Crowley avait pris les devants, et était passé à la vitesse supérieure. Un hurlement soudain, sec, fendit la tension palpable de la pièce. Le roi souffrait, ses os se brisaient. Aucun répit ne furent donné à son vaisseau pour reconstruire ses os fracturés. Le roi tomba au sol, ne contrôlant plus ses cris de souffrance qui était habituellement si rares...

Aucun membre de son armée n'était présent pour l'aider, mais c'est ce qu'il voulait. Ses hommes n'avaient jamais décidé de créer une guerre avec leur anciens patrons. Nargal l'avait imposé. Hors de question de raboter des âmes innocentes alors que tout ceci était de sa faute. Ce serait un combat en tête à tête, et, s'il perdait, il accepterait la défaite comme le bon guerrier qu'il était, même si, rendre le trône à Crowley le faisait sacrément chier.

La victoire s'éloignait de plus en plus mais il n'était pas le roi de l'Enfer pour rien. Lui aussi, pouvait attaquer par la pensée, même en étant en grande souffrance physique. Ainsi, il se concentra pour envoyer valser son ennemi au fond de la pièce, permettant ainsi à Nargal d'arrêter ce broyage d'os. Il mit tout de même un certain temps pour se relever, et reprendre une tenue normale et habituelle.

-Une chance ? Demanda-t-il en remettant correctement sa veste de costume (oui, le look restait important). Qu'est-ce que tu veux ? Que je m'excuse et que je me rende ? Il sourit amèrement en se dirigeant vers Crowley. Ce serait une honte pour l'Enfer. Le royaume a besoin de rois qui se battent pour lui, pour sa réputation. Certes, tu peux gagner aujourd'hui, mais je ne me rendrais pas. J'accomplirais mon devoir de roi de me battre pour mon trône.

S'étant rapproché de Crowley, il sortit sa lame angélique dans sa manche. Il n'avait pas le temps d'élaborer des stratagèmes complexes pour faire souffrir son adversaire. Une bonne vieille lame ferait l'affaire.

-Crois moi, j'attends ce jour depuis bien trop longtemps.

Sans hésitation, il profita que Crowley soit au sol pour planter la lame dans son épaule droite et la retira immédiatement, mettant ensuite son pied sur la blessure toute fraîche. Il n'hésita pas à appuyer fortement sur cette plaie, pour y faire couler le sang.

-Toi aussi, tu vas payer tes dettes.



 
 

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Sorcière

Thalia Vane
Thalia Vane
Messages : 39
Crédit : 969
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Aujourd'hui à 14:59


Team Crowley



Thalia Vane ft Jameson & Crowley


Sa part d'ombre cette petite voix loin d'être innocente était toujours présente quelque part au fond de son esprit, tapis dans l'obscurité. Elle apparaissait par flash, amenant avec elle l'adrénaline et semant derrière elle des cadavres. C'était l'une des raisons qui l'avait menée à faire ce genre de métier. Pas pour la calmer ni pour la faire taire,, loin de là. Elle voulait la domestiquer, l'exploiter, lui faire prendre de l'ampleur. A croire qu'elle était née pour ça: la noirceur, le macabre, la mort. Dieu seul pouvait savoir de qui elle tenait ça. Elle ne croyait pas à la destinée, mais s'il y avait bien quelque chose qui s'inscrivait dans la logique de sa vie, c'était sa rencontre avec le carcajou. Deux êtres qui avaient pour habitude de semer la mort sur leur passage, une bien jolie coïncidence en somme!

Peut-être que Michael avait réussit à endommager leur lien, mais le briser n’était pas chose facile. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle ne s’étonna pas de la réaction de son familier lorsqu’un des sorts de Francesca la frôla. Elle l’esquiva sans grand mal, fixa ce qui se croyait être sa rivale droit dans les yeux et lança, presque comme un murmure, avant un sourire provocateur :

« Ma pauvre fille, tu n’as aucune idée de ce que tu viens de faire. »

A peine ses paroles furent-elles lancés qu’un sombre éclair traversa la salle et se jeta sur celle qui avait voulu lui faire du mal. Le lien était toujours là. Elle regardait avec amusement Jameson et la femme se battre au milieu de la salle, l’animal tentait de planter ses crocs comme si ça vie en dépendait. Michael avait fait beaucoup de dégâts mais une chose et sûre : le lien qui réunissait le familier et sa sorcière était toujours là, quelque part au fond de leur deux esprits. Il avait été âbimé mais il était encore loin d’être définitivement coupé.

Elle s’approcha du combat en criant :

« Ecarte toi ! »

Puis, au moment où l’animal leva la tête, elle posa sa main au sol, le faisant légèrement trembler sous sa paume. Il eut a peine le temps de bondir loin de sa cible que Thalia fit jaillir une sorte de bosse en terre qui dégagea sa rivale de son champ de vision. Satisfaite, elle alla rejoindre le carcajou et continua son combat à ses côtés, soulagée de voir qu’il existait encore une partie de lui qui se souvenait d’elle.

Elle décida qu’il était temps de se calmer avec ses pouvoirs et de continuer à l’ancienne. Après tout, si le combat dégénérait ou s’il fallait s’attaquer à plus fort, il lui faudrait toute son énergie magique, ou du moins, une bonne partie. Elle sortie donc deux dagues et fonça dans le tas de démon qui lui faisait face. Elle ne put en tuer qu’une infime partie quand elle fut interrompue, comme tout les autres, par une voix agaçante et bien trop connue : celle de Nargal. Elle l’écoutait d’une oreille, cherchant du regard son Roi, vérifiant en un coup d’oeil que tout allait bien, qu’il n’était pas blessé. Ce n’était pas tellement un Roi qu’elle cherchait à honorer mais plutôt un vieux pacte. Si elle avait été à même de choisir, elle ne se serait rangée dans aucun camp et elle les aurait tout simplement regarder s’entre-tuer. Mais avec Crowley elle gagnait en pouvoir, c’était un accord plus ou moins parfait. Elle attendit tranquillement que l’usurpateur s’en aille finir les négociations pour reprendre son œuvre. Se battre contre de simples serviteurs étaient assez simple : ils avaient beaucoup trop à perdre par rapport à elle.

Jetant un chouïa d’essence, mélangée à un chouïa d’étincelles (ok elle n’allait pas s’épuiser niveau magie, mais un peu de flammes n’a jamais fait de mal à personne), tranchant ce qui passait, esquivant le reste, elle continua ce pour quoi elle était venue. De toute manière, il fallait bien s’occuper en attendant Crowley !


:copyright:️️️️️️Laxy Dunbar

____________________________________________
One word: run.
Mieux vaut rester loin de la sorcière, on ne sait jamais, un accident est si vite arrivé...Thal'
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le gala du trône.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Supernatural - Darkest Hour ::  :: Downtown Kansas City :: Centre historique -